04/11/2016

Nestor Burma contre C.Q.F.D.

cov.jpg1.jpgTexte et dessin : Moynot

D’après le roman de Léo Malet et l’univers graphique de Tardi

Editeur : Casterman

72 pages – cartonné

Parution : 12 octobre 2016

Hard boiled à la française

 

Présentation :

1942. Nestor Burma vient à peine de rouvrir l'agence Fiat Lux qu'il tombe sur une affaire "en or" : retrouver trois lingots disparus lors de l'attaque d'un train postal avant-guerre.


Quelques mois après 120 rue de la gare, la deuxième enquête du détective de choc dans le Paris occupé.

2.jpg

Mon avis :

Avec un scénario adapté du deuxième roman de Léo Malet et paru en 1945, Moynot nous livre la suite des aventures de Nestor Burma dans l’ambiance pesante de l’occupation allemande. Au-delà d’une intrigue tarabiscotée, c’est la reconstitution du Paris bombardé et de ce climat glauque des années noires qui donnent une force incontestable à l’album. Le lecteur s’attarde sur les cases qui rendent cette atmosphère particulière des rues, des ponts, des stations de métro en 1942. Comme dans 120, rue de la gare, on cherche ici le petit détail historique dans les décors, les vêtements ou encore la saveur du vocabulaire de l’époque.

 

3.jpg

Le dessin puissant, un peu brut, d’Emmanuel Moynot, respecte le style de Tardi. Petit clin d’œil au lecteur : l’auteur insère la couverture de son précédent album L’Original dans une petite case de la page 57. L’éditeur Casterman a prépublié, sous forme de feuilleton en trois numéros, l’album en noir et blanc. Ce qui n’est pas sans rappeler les années (A suivre).

Les amateurs de la série sont comblés.

 

a08-3e78906.gif     Dessin

a08-3e78906.gif     Scénario

a08-3e78906.gif     Moyenne

 

Le site internet des Editions Casterman : ICI

 

Skippy.

Commentaires

Je mettrais une note moindre. J'ai été décu par ce tome. L'intrigue est en dessous des autres. Peut etre l'habitude ? La disparition de la surprise ?

Écrit par : tigrevolant | 04/11/2016

Répondre à ce commentaire

Il est vrai que 120, rue de la gare était un album tellement réussi que lui succéder présentait un défi de taille. D'autre part, les intrigues compliquées et parfois peu vraisemblables de Léo Malet ont vieilli et posent certainement des problèmes d'adaptation. Reste le ton et l'ambiance, le côté parisien, ...

Écrit par : Skippy | 04/11/2016

Répondre à ce commentaire

J'ai de plus en plus de mal avec cette série que j'aimais beaucoup avant.
Et puis je ne retrouve plus le charme des dessins de Tardi ... donc, avec le flot de sorties actuelles, je ne ferai pas l'effort de lire ce dernier tome ... ma PAL est trop importante, je dois faire un tri de lectures !

Écrit par : dgege | 04/11/2016

Répondre à ce commentaire

Je continue Les Nestor Burma. Là, j'ai eu du mal à suivre, et je n'ai pas bien compris comment Nestor découvre le pot-aux-roses. C'est donc resté très confus pour moi. Peut-être parce que je me suis endormie sur l'album et que je l'ai lu en plusieurs séquences... ☻☻

Écrit par : laure-line | 04/12/2016

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire