14/11/2016

Hadrian's wall

cov.jpg1.jpgTome 1 – Aux confins de l’espace

Scénario : Kyle Higgins et Alec Siegel

Dessin : Rod Reis

Editeur : Glénat Comics

144 pages – cartonné

Parution : 19 octobre 2016

Science fiction - thriller

 

Présentation :

Le destin de deux mondes se joue sur un vaisseau...

En 1985, les tensions entre les États-Unis et l’Union Soviétique ont abouti au désastre nucléaire. Pour trouver la paix, les deux superpuissances se sont associées pour établir ensemble la première colonie spatiale. Mais cent ans plus tard, en 2085, une nouvelle Guerre Froide est en train de naître entre la Terre et la Colonie. C’est dans ce contexte que vogue le Hadrian’s Wall, un vaisseau chargé d’explorer l’espace interstellaire pour y répertorier les ressources exploitables. Lorsque le détective Simon Moore est envoyé à bord pour enquêter sur le meurtre d’un membre de l’équipage, il va découvrir que c’est peut-être le destin des deux mondes qui se joue sur ce vaisseau...

4.png

Les auteurs de la série plébiscitée C.O.W.L. livrent un nouveau thriller psychologique, hommage aux films de l’âge d‘or de la SF comme Alien ou Blade Runner. Entre space opera et huis clos introspectif, Hadrian’s Wall explore les relations brisées entre des êtres et des mondes en guerre, où les mystères sont aussi sombres que l’espace intersidéral...

2.jpg

 

Mon avis :

Le scénario de ce récit policier peut être sans hésitation rangé dans la catégorie detective novel, whodunnit, me semble parfaitement huilé et dégage une forte sensation de noirceur. Au-delà des archétypes classiques qui donnent une curieuse impression de familiarité à la lecture, le lieu clos isolé, la menace intérieure, l’ambiguïté des relations humaines  ou encore la possibilité que chaque protagoniste soit un suspect, c’est l’ambiance intersidérale combinée à un sens progressif du suspense qui donne une profondeur addictive à cette histoire. On perçoit un travail d’équipe dans la créativité et la mise en place d’un univers uchronique, rendant un subtil et inspiré hommage aux années 80, qui revisite avec bonheur plusieurs genres littéraires classiques.

3.jpg

Le dessin et le découpage relèvent d’un art atmosphérique, d’un sens minutieux de la composition, ce qui accentue le côté abouti de ce comic qui vaut vraiment le détour. Cette murder party des étoiles a tout pour rallier un public qui souhaite une histoire solide et passionnante. La parution en album en français devance de quelques semaines la parution en anglais aux USA, signe de l’apparition d’une valeur sûre au niveau éditorial. La suite en février pour les lecteurs anglophones qui suivent la parution en épisode. Plus que 10 semaines à attendre…

 

a08-3e78906.gif     Dessin

a08-3e78906.gif     Scénario

a08-3e78906.gif     Moyenne

 

Le site internet des Editions Glénat : ICI

 

Skippy.

Écrire un commentaire