23/11/2016

Sept - tome 19 - Sept Cannibales

sept cannibales.jpgsept cannibales_pl.jpgScénario : Sylvain Runberg

Dessin : Tirso

Éditeur : Delcourt

64 pages

date de sortie : octobre 2016

genre : horreur, thriller

 

 

 

Présentation de l'éditeur

 

Sept prédateurs qui entendent repousser les limites du Mal. Une victime désignée qui ne l’entend pas de cette oreille… Sylvain Runberg et Tirso signent un thriller horrifique sans concessions.

Ils sont sept. Riches… Influents… L’élite. Des mâles dominants avides de sensations fortes. Ils se jouent des valeurs hypocrites d’une société qui les adule. Ne vivent-ils pas dans un monde où la loi du plus fort s’impose ouvertement ? Sept prédateurs, qui assouvissent leurs pul­sions lors de gigantesques fêtes privées. Mais le rituel va être pertur­bé. Car cette fois-ci, leur nouvelle proie n’entend pas se laisser mener à l’abattoir…

 

sept,setp cannibales,runberg,tirso,delcourt,thriller,horreur,cannibalisme

 

Mon avis

Mais qu'est-il passé dans la tête de Sylvain Runberg pour avoir écrit un tel scénario ? Dès les 4 premières pages, une profonde sensation de malaise s'empare du lecteur qui va devoir s'en accommoder jusqu'à la fin. Il nous convie à des orgies et bacchanales écœurantes organisées par 7 jeunes richissimes gaillards qui sont atteints d'une forme de syndrome de supériorité aiguë. Tous les ans, ils organisent une grosse sauterie qui se termine par un repas gastronomique qui n'aurait pas déplu à Hannibal Lecter. Cette petite fête est pour eux l'occasion d'assouvir leurs pulsions les plus viles.

sept,setp cannibales,runberg,tirso,delcourt,thriller,horreur,cannibalisme

Avant même qu'on ne les voit passer à l'action, on les trouve littéralement abjects et leur présence, leur dialogue, leur attitude nous mettent mal à l'aise. J'ai rarement éprouvé une telle sensation de dégout en lisant une BD ! Si c'était là l'objectif voulu par Sylvain Runberg, c'est rudement bien réussi ! Donc, on s'accroche, on prend un sac à vomi s'il le faut et on plonge dans le cloaque.

La première moitié de l'album raconte à coups de flash-back les forfaits passés des 7 salopards et la préparation de leur prochain coup. On se rend compte alors de l'escalade de leur névrose et de leur soif inextinguible de sensations fortes. Ces types sont complètement barges et vivent dans une autre dimension. Le lecteur s'accroche à son bouquin en espérant un retournement de situation salvateur pour sa santé mentale.

À mi-parcours de l'album et au paroxysme de l’écœurement, le lecteur qui aura tenu le coup aura la joie immense de constater que la nouvelle proie de ces prédateurs immondes n'est pas née de la dernière pluie et qu'elle n'a pas prévu d'être le centre d'intérêt d'une soirée barbecue. La nausée du début, se transforme alors en jubilation malsaine mais néanmoins réconfortante.

Côté dessin, Tirso nous propose un trait nerveux malheureusement pas toujours très précis concernant les visages qui manquent d'expression. Celui-ci s'améliore au cours de l'album et l'impression un peu brouillonne qui se dégage en début d'album laisse place au fil des pages à un dessin plus abouti. Mais je n'ai globalement pas été très emballé par le dessin.

Voilà donc un thriller horrifique diablement efficace et qui dépasse franchement les limites du mal. Il se lira néanmoins d'une traite et fournira la dose d'angoisse et de frissons aux amateurs du genre. Mais attention aux âmes sensibles !

 

 

a06-3e788fc.gif

 

 

Loubrun

 

 

 Abonnez-vous à la newsletter

 

Commentaires

2 chroniques d'album de Runberg en un jour !

Écrit par : samba | 23/11/2016

Répondre à ce commentaire

Saint milliard, cet album malsain m'attire paradoxalement .

Écrit par : samba | 23/11/2016

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire