05/12/2016

LE CHATEAU DE MA MERE

le château de ma mère,marcel pagnol,bamboo,grand angle,serge scotto,eric stoffel,morgann tanco,adaptation,littérature,biographiele château de ma mère,marcel pagnol,bamboo,grand angle,serge scotto,eric stoffel,morgann tanco,adaptation,littérature,biographieScénaristes : Serge Scotto, Eric Stoffel
Dessinateur : Morgann Tanco
Éditions : Bamboo
Collection : Grand Angle Marcel Pagnol
80 pages
Genre : littérature, biographie.
Paru le 02 Novembre 2016


Avis de l'éditeur :

2015. À l'occasion du 120e anniversaire de la naissance de Marcel Pagnol, Grand Angle s'est lancé un défi titanesque : adapter les plus grands classiques de l'écrivain. Et par la même, tenter de remettre au goût du jour des textes plusieurs fois adaptés au cinéma, mais qui n'avaient encore jamais connu les honneurs du 9e art !
[...]
Fort du succès du lancement de la collection Pagnol, 2016 sera l'année de la confirmation, puisqu'il s'agira de s'attaquer à l'un des chefs-d’œuvre de l'écrivain, mais aussi l'un des plus évocateurs pour les lecteurs : Le Château de ma mère !

Après la Gloire de mon Père, la suite des souvenirs d’enfance de Marcel Pagnol

La fin de l’été est un drame pour le petit Marcel Pagnol, obligé d’abandonner ses chères collines. Mais la famille monte dorénavant chaque samedi à La Bastide Neuve. Un matin, lors d’une partie de chasse dans la garrigue, Marcel fait la rencontre d’un jeune paysan, Lili des Bellons. Une nouvelle aventure s’offre à lui : celle de l’amitié. Pittoresque et truculent, voici après La Gloire de mon père, le deuxième tome des « Souvenirs d’enfance » de Pagnol.

Le château de ma mère, Marcel Pagnol, Bamboo, Grand Angle, Serge Scotto, Eric Stoffel, Morgann Tanco, adaptation, littérature, biographie

Mon avis :


Comme pour beaucoup, moi y compris : Pagnol c'est la Garrigue, c'est Marseille, le soleil, les cigales et l'accent chantant du Sud, mais ce n'est pas tout ! Comme le font très bien remarquer les scénaristes dans la partie « bonus » de l'ouvrage : « C'est ainsi que parfois les zélateurs de Pagnol [...] le confissent en folklore ! Qui le confinent à la carte postale ! [...] Qui le réduisent au régionalisme comme si sa littérature ne valait pas davantage [...] Et c'est ainsi que la pagnolade finit par l'emporter sur le pagnolesque, qualificatif qui conviendrait davantage au plus grand raconteur d'histoires de la littérature populaire du XXe siècle. ».


Car oui, Pagnol est un auteur important de la littérature française, au même titre que d'autres issus de régions moins ensoleillées de Francophonie. Combien n'ont pas eu, dans leur liste de lecture scolaire, à lire ces grands classiques, qui n'a pas fini une soirée devant la tv, en famille, devant une de ses oeuvres ? Tout ça, Serge Scotto, Éric Stoffel et Morgann Tanco l'ont bien compris en revisitant « Le Château de ma mère » pour notre plus grand plaisir.

Le château de ma mère, Marcel Pagnol, Bamboo, Grand Angle, Serge Scotto, Eric Stoffel, Morgann Tanco, adaptation, littérature, biographie


Une partie de mon enfance qu'il se fallait de traiter avec le respect qui lui est dû. Et, chapeau aux artistes : ils ont réussi. Le scénario a une grande place dans cet ouvrage, rappelant que Pagnol était un maître des mots avec lesquels ils jonglaient aisément. Des citations qui se retrouvent dans de grands phylactères n'assombrissant néanmoins pas les images gorgées de soleil... ou de pluie quand le temps n'était pas avec notre petit Marcel, découvrant ses chères collines avec son ami Lili.

Le château de ma mère, Marcel Pagnol, Bamboo, Grand Angle, Serge Scotto, Eric Stoffel, Morgann Tanco, adaptation, littérature, biographie


Le dessin n'est d'ailleurs pas sans me rappeler, mais cela est évidemment un avis personnel, celui de feu l'artiste Mittéï dans l'adaptation des Lettres de mon Moulin d'Alphonse Daudet (aux éditions Dupuis, octobre 1979) avec une touche plus détaillée, plus précise dans les visages et surtout les expressions des personnages. Ce n'eut pas été Marcel Pagnol si les héros de cette aventure n'avaient pas été expressifs et attachants. Or, Morgann Tanco a réussi à rendre justice à chacun, leur donnant vie tandis que les scénaristes les faisaient parler tantôt en caractère « ordinaires » tantôt avec des lettres manuscrites quand les lèvres restaient closes pour laisser « parler » la plume du petit Marcel.


Bravo donc à cette équipe d'artistes pour m'avoir fait replonger non pas seulement dans l'enfance de Pagnol, mais également la mienne. Dans l'espoir que des plus jeunes découvrent eux aussi, par le biais de cette magnifique bande dessinée, le talent de Marcel Pagnol.

anim-3e7891e.gif


ShayHlyn

 

 

Commentaires

moi ce qui m'ennuie un peu avec ces belles adaptations, c’est que je connais l'histoire ...bref, c'est sans surprise comme lecture .

Écrit par : samba | 05/12/2016

Répondre à ce commentaire

C'est sûr, mais ce qui est bien, c'est que c'est "bien fait". D'autres adaptations, d'autres oeuvres sont parfois calamiteuses u_u

Écrit par : Jeanne | 05/12/2016

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire