02/12/2016

Le bonheur est un métier

le bonheur est un métier,vernay,wolinski,glénat,09 novembre 2016,humour,autobiographiele bonheur est un métier,vernay,wolinski,glénat,09 novembre 2016,humour,autobiographieScénario : Virginie Verney
Dessin : Georges Wolinski
Editeur : Glénat
320 pages - broché

Date de parution : 09 novembre 2016

Humour auto-bio-graphique

 

le bonheur est un métier,vernay,wolinski,glénat,09 novembre 2016,humour,autobiographieCe livre rassemble une sélection de textes, illustrations et bandes dessinées dans lesquels Wolinski se raconte, dessinant ainsi 60 ans d'histoire d'un des plus grands dessinateurs de presse, l'un des héros de Hara Kiri et Charlie Hebdo.

Mélangeant chroniques et fictions, avec humour et légèreté, Wolinski a livré au cours de sa longue carrière un regard unique et empreint d'ironie sur la société qui l'entourait. Des centaines de pages dans lesquelles il écrivait à la première personne pour parler autant de lui que de l'actualité, de voyage, de politique, des femmes, de l'amour et du sexe, proposant parfois une auto-confrontation entre le dessinateur vieillissant, quelque peu désabusé et le jeune homme maladroit, hésitant avec les filles. Sans le savoir, Wolinski écrivait déjà ses mémoires. Son autobio... graphique.

Entre BD, dessins de presse, chroniques dans Charlie et textes d’humeur, c’est un travail titanesque de consultations et de compilations d’archives qui a été réalisé afin de raconter, sur plus de 300 pages et de manière exhaustive, la vie de Georges Wolinski : homme et artiste passionné, à la fois tendre et insolent.

le bonheur est un métier,vernay,wolinski,glénat,09 novembre 2016,humour,autobiographie

 Le titre est éloquent et convient parfaitement à cette audacieuse compilation. Dans cette vaste interrogation sur le bonheur, le lecteur pourra suivre l’étroite correspondance entre la vie et l’œuvre de Georges Wolinski.

2.jpg

C’est Cavanna qui a ici le bon mot de la fin.

le bonheur est un métier,vernay,wolinski,glénat,09 novembre 2016,humour,autobiographie

Un homme, debout à l’extrême bord d’une falaise, interpelle l’univers, face au soleil couchant. C’est dérisoire et poignant. L’homme profère quelque sentence outrée ou crie à l’espace vide son désespoir. C’est peut-être le plus vrai de Wolinski, cette « étrangeté des profondeurs » tellement éloignées des saynètes parisiennes.

 

a08-3e78906.gif     Pour l'ensemble du projet

 

Le site internet des Editions Glénat : ICI

 

Skippy.

Commentaires

Ce wolinski, quel vieux pervers génial !!!

Écrit par : tigrevolant | 03/12/2016

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.