19/12/2016

Genius Tome 1

Genius, Tome 1, Afua Richardson, Marc Bernardin, Adam Freeman, Delcourt, Top cowGenius, Tome 1, Afua Richardson, Marc Bernardin, Adam Freeman, Delcourt, Top cowScénario : Marc Bernardin & Adam Freeman
Dessin / couleurs : Afua Richardson
Dépôt légal : 08/2016
Éditeur: Delcourt
Pages : 144

 

 

 

Destiny est née et a grandi dans les ghettos pauvres de Los Angeles. Si ce monde de violence la destinait à un sombre futur, elle va devenir l’égérie de ces quartiers déshérités. Car elle est, grace à son intelligence hors norme, le nouveau stratège urbain de son époque. Elle va réaliser l’impossible : fédérer les gangs, repousser les forces de l’ordre et faire sécession avec les États-Unis.

Top Cow est un label de l’éditeur Image Comics, fondé par Marc Silvestri. Les succès notables de Top Cow incluent les séries Witchblade et The Darkness dont Silvestri dessinera les premiers épisodes scénarisés par Garth Ennis. Top Cow a eu l’idée de proposer un concours nommé Pilot Season, lancé dès 2007. Le principe est simple : durant l’année, des one-shots sont proposés, et les lecteurs votent pour celui qu’ils préfèrent. En 2008 Genius fut le lauréat de cette consultation. Cet album de Delcourt reprend donc le pilote, suivi des cinq chapitres constituant la mini-série.

Genius, Tome 1, Afua Richardson, Marc Bernardin, Adam Freeman, Delcourt, Top cow

Imaginée en 2008, cette nouvelle est terriblement contemporaine : les ghettos, la violence des cités, les gangs, la drogue, la misère…. rien n’a changé depuis les premières émeutes. La violence des pages de Genius ne nous surprend même pas. Elle ne dérange même plus. Mais ici, Marc Bernardin & Adam Freeman imaginent l’impossible. Ils inversent le cours des choses. Les dealers et autres chefs de meutes sont « sympathiques » et non plus les flics. En se plaçant délibérément du côté de la misère, le lecteur ressent une empathie pour Destiny. Cette demoiselle abimée par son environnement dégage une puissance et un charisme étonnant.

Le sujet est difficile et il est donc impossible d’éviter les écueils. Mais Marc Bernardin & Adam Freeman ne tombent pas dans le piège du racisme ou des poncifs anti-polices. Par contre les auteurs n’abordent pas le fond des problèmes gangrénant les quartiers défavorisés. Et Genius banalise la violence où les victimes collatérales de ce genre de guerre urbaines.

Genius, Tome 1, Afua Richardson, Marc Bernardin, Adam Freeman, Delcourt, Top cow

Les dessins sont ceux d’un comics. Des splashs occupent l’espace et explosent le gaufrier pour dynamiser l’action. Malheureusement, cela ne fait pas tout. L’absence de décors (c’est le moins que l’on puisse dire) et l’utilisation à outrance de l’informatique appauvrissent la lecture. La colorisation est variable, tantôt agréable tantôt flashie avec des débordements donnant une sensation bizarre. Peut-être pour augmenter la perception de vitesse ?! Le lecteur aura plus la sensation d’être dans un jeu vidéo que dans une BD. Tout cela n’est guère probant.

Genius, Tome 1, Afua Richardson, Marc Bernardin, Adam Freeman, Delcourt, Top cow

Genius est donc un bon scénario sur un sujet plutôt délicat mais avec des dessins décevants. Finalement, Genius est-il une fiction ou un prolongement de la réalité ? La fin de ce premier volume de Genius reste ambiguë…

Scénario a06-3e788fc.gif
Dessin a05-3e788c9.gif
Total a05-3e788c9.gif

Tigrevolant

Les commentaires sont fermés.