02/01/2017

Alix T35 : L'or de Saturne

61FsL4WNw7L__SX371_BO1,204,203,200_.jpg9782203070967_3.jpg

Dessin : Marco Venanzi
Scénario : Pierre Valmour & Marco Venanzi
Éditeur : Casterman
Sortie le 26 octobre 2016
Genre : Historique

 

 

 

Avis de l'éditeur :

Néant

Mon avis :

Pour les fins historiens, la guerre civile romaine n'est pas loin : À vrai dire, Alix se retrouve messager du grand César – qui revient en Italie après la conquête de la Gaulle – afin de pouvoir retrouver sa chère Rome, en tant que consul aux côtés de Pompée. L'Histoire nous apprend que l'un comme l'autre demandaient le démantèlement des armées de chacun, en guise de bonne entente.

Sauf que Pompée, resté trop longtemps seul à la tête de la ville pendant que César conquérait le monde au nom de Rome, n'avait pas envie de voir ce chef de guerre lui voler sa place ! Au contraire, il était prêt à accuser son « ami » d'ennemi d'État pour le rendre personæ non gratta dans tout l'Empire.

Résultat des courses, on se retrouve de stratagèmes en complots : Pompée fit voler tout l'or de Rome en faisant porter le chapeau à César, par l'intermédiaire d' Alix déclaré coupable. (à cause d'une arme laissée sur les lieux du crime ne pouvant appartenir qu'à lui)

C'est ainsi que notre héros se retrouve à mettre en action le très célèbre adage : « il faut rendre à César ce qui appartient à César ». En effet, l'or de l'État, ainsi volé, s'il était restitué à César et que lui-même devenait Consul de Rome, servirait à payer les troupes de César s'en revenant de Gaulle.

Cette épopée relatée, ici, par Alix, a également été revisité sur petit écran dans la célèbre série « Rome » où il est mention également de cet or volé puis ensuite perdu par les hommes de Pompée (et retrouvé par simple hasard, par un homme de César... mais ceci est une autre histoire).

 

L'or de Saturne reprend dans une certaine mesure un ancien album Légions perdues, par le retour de Garofula, avec des scènes se déroulant dans les neiges, pour les adeptes de la première heure.

Graphiquement, on tient ici avec ce titre, des paysages nets, des couleurs justes et vives,et une dynamique fluide. Certains personnages dessinés à la va-vite sont tout de même à déplorer (et c'est même le cas par moment pour Alix!) Une maladresse, car la majorité du temps, Marco Venanzi assure et déploie l’étendue de son potentiel.

a07-3e78901.gif



Coq de Combat.

 

alix,marco venanzi,pierre valmour,casterman,810,historique,102016

 

Commentaires

La note me semble bien généreuse par rapport aux échos que j'ai entendus ....

Écrit par : samba | 02/01/2017

Répondre à ce commentaire

Sans doute parce que ce n'est pas dans les lectures habituelles de CdC.. ni de moi d'ailleurs.

Écrit par : ShayHlyn | 02/01/2017

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire