27/12/2016

Pereira prétend

pereira prétend.jpgPereirapretend.jpgDessin : Pierre-Henry Gomont
Scénario : Pierre-Henry Gomont / Antonio Tabucchi
Éditeur : Sarbacane
Sortie : novembre 2016

 

 

 

 

Résumé :

Pereira prétend que les choses se sont passées ainsi… Trois brutes se faisant passer pour des policiers l’ont brutalisé dans le but de savoir où se cachait le jeune homme. Puis, ayant fouillé la maison, deux d’entre eux ont trouvé le jeune homme, l’ont violemment frappé et ont fini par l’étouffer.


Pereira prétend qu’il n’a pas mérité ça et qu’il faut que ça se sache.

 gomont,tabucchi,pereira prétend,sarbacane,thriller

Mon avis :

gomont,tabucchi,pereira prétend,sarbacane,thrillerPierre-Henry Gomont adapte ici un roman de l’auteur italien Antonio Tabucchi qui se déroule à la fin des années trente, dans un Portugal vivant depuis 6 ans sous la dictature de Salazar alors que l’Espagne voisine tente encore d’échapper à son inéluctable et néfaste destinée franquiste. Mais que vous soyez intéressés par cette période ou pas, l’essentiel est ailleurs. Lors d’une séance de dédicaces, PHG m’expliquait que c’était avant tout le personnage central du roman qui l’avait fasciné, plus que le cadre historique. « Pareil », lui réponds-je aujourd’hui, après l’avoir lu…


Il faut dire que Pereira est un cas intéressant. Journaliste passionné de littérature française traduisant des œuvres classiques pour un hebdomadaire catholique, c’est un homme sans histoire. Bien sûr, il déprime depuis que sa femme est morte quelques années plus tôt. D’ailleurs, sa déprime se traduit en kilos en trop : l’homme est obèse. À part cela, c’est un monsieur ordinaire. Mais, être un homme ordinaire sous une dictature, est-ce si ordinaire ?

 


gomont,tabucchi,pereira prétend,sarbacane,thrillerEn tout cas, les choses commencent à changer quand il rencontre et recrute un jeune étudiant aux idées subversives pour écrire des chroniques mortuaires anticipées. Nous assistons alors à la métamorphose de Pereira. Peu à peu, notre homme ordinaire va ouvrir les yeux sur le régime Salazariste, sur la répression, la censure, la surveillance de tout un chacun par tout le monde (notamment la concierge de son lieu de travail) et la dictature en général.


Cette lente mais inexorable prise de conscience transforme Pereira au point de changer radicalement sa vie. Et c’est bien là l’essentiel de cette histoire empreinte d’un optimisme profond. Un homme que rien n’y prédisposait, est finalement capable de s’extraire de son confort petit bourgeois par solidarité, par humanité et par souci de justice. C’est beau et émouvant. Et, contrairement à ce que Pereira pense de lui-même en raison de son obésité, il est une belle personne.

 


J’allais presque oublier de vous parler du dessin. Très coloré et avec une tendance un peu « croquis » le dessin de PHG est remarquable notamment au niveau des expressions. Que ce soit celles des visages ou des corps, Pierre-Henry Gomont possède un don manifeste pour capturer et reproduire les attitudes et mimiques de ses personnages ; le tout, en quelques traits et quelques couleurs. Les décors ont été croqués sur place, à Lisbonne, et le cahier graphique à la fin du livre confirme, si besoin était, le talent de l’auteur.

 

gomont,tabucchi,pereira prétend,sarbacane,thriller


En bref, une excellente BD à lire ou à offrir, sans hésiter.

Pereira.jpg

 

a08-3e78906.gifDessin 

 


gomont,tabucchi,pereira prétend,sarbacane,thrillerScénario


a08-3e78906.gifGlobal 

 

Odradek.

Commentaires

Très bon album en effet ..

Écrit par : samba | 27/12/2016

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire