10/01/2017

Burning fields - one of eight

Burning fields, one of eight, Tim Daniel, Colin Lorimer, policier fantastique, Ankama label 619Burning fields, one of eight, Tim Daniel, Colin Lorimer, policier fantastique, Ankama label 619Scénario : Mike Moreci
Dessin : Tim Daniel
Couleurs : Colin Lorimer
Editeur : Ankama
Dépot légal : 11/2016
Pages : 208
Genre : Policier fantastique

Exclue de l’armée, Dana Atkinson est recrutée par une compagnie pétrolière pour enquêter sur une série de meurtres à Kirkouk. Ces meurtres particulièrement sauvages et à caractères rituels vont amener notre enquêtrice très loin dans la folie et le fantastique.

Burning fields, one of eight, Tim Daniel, Colin Lorimer, policier fantastique, Ankama label 619

Cette très belle édition du label 619 d’Ankama, regroupe en intégrale les 8 premiers chapitres publiés préalablement aux USA aux éditions Boom.

Les éditions Ankama nous gratifient de la seconde traduction en français du travail du scénariste Mike Moreci. Sa première incursion était aux éditions Glénât, « Roche Limit », qui, il faut bien le reconnaitre, n’était pas une réussite. Le point commun entre ces deux scénarii est sans nul doute le gout de Mike Moreci pour le fantastique, l’immatériel et surtout les forces occultes. Dans Burning Field, il force la dose sur l’occulte et arrive même à rencontrer le Mal Ultime (je vous renvoie immédiatement à celui de Trondheim dans les très réussis « Donjons »). Si le thème de départ est très attractif, le contenu vous semblera un peu mince. La psychologie des protagonistes frise le néant. L’empathie que l’on a pour eux est vite éclipsée par la violence : les corps sont démembrés, les scènes de tortures sont très réalistes, cela taille dans la chair avec des giclées de sang à toutes les pages. Ne nous attardons pas sur un scénario mais appesantissons nous sur le dessin et surtout les couleurs.

Burning fields, one of eight, Tim Daniel, Colin Lorimer, policier fantastique, Ankama label 619

Les dessins sont graphiquement séduisants. L’approche est très noire, comme l’univers que son scénario impose. Le dessinateur force (et c’est rien de le dire) sur l’encrage. Les ombres et les scènes nocturnes ou souterraines sont très bien rendues. L’ambiance apocalyptique sous les volutes de pollutions du pétrole est un vrai plaisir visuel. Et c’est sans doute pour cela qu’il est parfois difficile de distinguer qui est qui ! Cette débauche de noirceur est accompagnée par l’utilisation de couleurs très foncées allant du bleu au vert olive. Bref on écarquille les yeux pour se plonger dans le scénario ! Par ailleurs, le lecteur prendra plaisir à découvrir les astuces visuelles à base de point de trame «bendays». Comme un travelling avant jusqu’à l’effacement des lignes. Ajoutez à cela une iconographie originale, signant le caractère rituel des sacrifices, et des trouvailles sur les phylactères (voix basse avec un texte tramé ou des caractères arabes dans le cercle signifiant la langue) et vous obtenez un joli travail graphique méritant toute votre attention.

Burning fields, one of eight, Tim Daniel, Colin Lorimer, policier fantastique, Ankama label 619

Un polar dans un pays en pleine déconfiture ? Une intrigue mêlant société d’exploitation pétrolifère et croyances locales ? Voilà un cocktail plutôt intéressant et attractif. Mais le virage fantastique pris par le scénariste nuit à la compréhension avec un scénario complexe et difficile d’approche. En revanche le dessin de Tim Daniel et les couleurs de Colin Lorimer sont les vrais héros de cette aventure en 200 pages. Il me tarde de revoir ces artistes dans d’autres œuvres. Accrochez-vous ça va saigner !

 

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

a03-3e788b8.gif

 

a06-3e788fc.gif

 

a05-3e788c9.gif

 

Tigrevolant

Commentaires

un point de départ attractif où se mêlent polar et fantastique. Malheureusement l'ensemble devient vite confus et le côté thriller devient quasiment impossible à suivre à cause du volet fantastique qui bouffe tout le reste. J'ai eu du mal à aller au bout ! Je n'ai guère plus été séduit par le dessin et ne garde pas un souvenir impérissable de cette lecture. ma note : 2/5

Écrit par : loubrun | 13/01/2017

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire