24/01/2017

Puppy

 

couverture.jpg001.jpgSouvenirs d’outre-tombe

Auteur : Luz
Éditeur : Glénat BD
160 pages
Date de sortie : 18/01/2017
Genre : Graphisme, Audace du dessin, Roman Graphique, Animaux.

 

Présentation de l'éditeur :

Au cœur d’un cimetière pour animaux de compagnie, une patte émerge des profondeurs : Puppy se réveille, revenu d’entre les morts. Débarrassé de son enveloppe de chair, désormais à l’état de mort-vivant, le petit chien jovial arpente avec maladresse les allées lugubres, sautillant, claudiquant, tombant parfois sur un os. Rex, Vicky, Fritz, Cindy, Charlie... les sépultures qu’il croise sont tout autant des souvenirs qui résonnent dans sa mémoire qu'un terrain de jeu illimité. Jusqu'au moment, où le chiot se retrouve malgré lui projeté dans le monde étrange que les humains ont laissés derrière eux...

Dans un exercice de style sans parole rappelant autant l’esprit des comic strips américains des années 1930 que l’esthétique burtonien de L’Étrange noël de Monsieur Jack, Luz nous embarque dans un univers sombre, dystopique, poétique, absurde et émouvant, où il laisse exploser son trait expressif et virtuose.

Puppy, Luz, Glénat, Graphisme, Audace du dessin, Roman Graphique, Animaux.

Mon avis :

Voilà un défi qu'il fallait oser. Un pavé de 160 pages sans le moindre mot, entièrement en noir et blanc... oui, vraiment ! Il fallait oser. Surtout quand le thème est la mort d'un chien qui se retrouve, tel un zombie, à arpenter le cimetière où il est enterré ainsi qu'un monde d'humains étrange et souvent inquiétant.

Défi relevé ? J'hésite à dire oui. Je tends à dire non... ce qui n'aide pas évidemment. Disons que le côté poétique de cette œuvre, avec ce petit chien cheminant au gré des balles de tennis, de son nez qui se carapate ou encore ces os qu'il propulse de-ci, de-là, ... m'empêche de dire que c'est trop bizarre pour être bien. Respirez-donc maître Luz, vous n'aurez pas un zéro pointé !

Puppy, Luz, Glénat, Graphisme, Audace du dessin, Roman Graphique, Animaux.

Qui plus est, comme l'éditeur, j'ai aussi pensé au petit chien fantôme dans « L'étrange Noël de Mr Jack » de Tim Burton. Le côté macabre sans aucun doute, paradoxal avec la couverture rose. Et puis tout cet univers vu au travers du regard d'un petit chien malicieux, joueur... un peu cabot sur les bords, avec même un petit côté matou face aux jouets de fortunes qu'il rencontre.

C'est donc malgré tout un peu trop bizarre pour moi, surtout quand Puppy se retrouve dans un monde indéniablement humain et pourtant sans le moindre visage, juste des vêtements qui avancent, perdent leur pantoufle ou leurs médicaments pour pimenter la croisade du petit chien fait de lambeaux de chair et d'os. Mais j'applaudis l'audace – car ça n'a pas du être facile – et la poésie qui transparaît au fil des pages. Peut-être pas assez rose à mon goût ? Qui sait... Moi-même je garde un goût mêlant désintérêt et sourire nostalgique en pensant à mes propres animaux perdus.

En résumé, malgré la poésie palpable et qui redore le blason de cette BD, seuls les amateurs du genre et les inconditionnels de Luz y trouveront leur compte...

 

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

N/A

 

4sur10.png

 

5sur10.png

 

ShayHlyn

Les commentaires sont fermés.