31/01/2017

L’aviateur T2 : l’apprentissage.

l'aviateur t2.jpgl'aviateur tome2.jpgScénario : Jean-Charles Kraehn.
Dessin : Chrys Millien.
Éditeur : Dargaud.
Sortie : 11 février 2017
60 pages.
Genre : Aviation.

 

 

 

Le résumé éditeur

Cet épisode raconte l'arrivée de Josef et de sa mère dans la région parisienne après qu'ils ont fui l'Afrique dans les années 1920. Surnommé « le Boche », en raison de la nationalité de son père, le jeune homme n'a pas d'autre choix que de travailler comme ouvrier pour pouvoir vivre. Pourtant Josef caresse toujours le rêve de piloter un avion et de reprendre les airs mais, sans argent et avec ses origines, ce rêve semble inaccessible...

 

« La vie n’est pas que vicieuse, elle sait aussi être farceuse parfois ».

 

Mon avis

Ce qui m’a le plus marqué pendant ma lecture de ce tome 2 de l’aviateur, c’est la belle retranscription d’une époque, celle de l’immédiate après-guerre (1920). On en prend clairement plein les mirettes, un peu comme si on savourait une fée verte. Un coup de chapeau d’ailleurs à Patricia Jambers pour sa colorisation qui apporte vraiment un plus à cette ambiance. Vous remarquerez qu’on a aussi perdu Erik Arnoux pour le dessin. Son absence ne se remarque pas vraiment sauf peut-être pour l’expressivité des protagonistes. Sinon, c’est du bel ouvrage, l’immersion dans le Paname d'antan est des plus envoûtantes.

On y aborde aussi la racaille avec ou sans eustache, les apaches avec ou sans plume, le milieu de la chnouf avec ou sans octroi d’une façon presque didactique. C’est intéressant à lire mais il manque un peu d’empathie pour les personnages. J’ai eu du mal à me sentir concerné par son combat, par ses craintes …j’ai lu ce tome de loin un peu comme un film qui ne vous passionne guère.
Attention, c’est très correct comme BD mais il manque un je ne sais quoi pour la rendre totalement indispensable.

 

Samba.
Inscrivez-vous à la newsletter.

 

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

a06-3e788fc.gif

 

a07-3e78901.gif

 

a07-3e78901.gif



aviateur.PNG

 

Écrit par Samba dans SAMBAVIS | Commentaires (0) | Tags : l'aviateur, kraehn, millien, dargaud, aviation, 710, 022017 |  Facebook | |

Jeu d’ombres. Tome 1. Gazi !

Jeu d'ombre, Gazi, Loulou Dédola, Merwan, Thriller politico-social, glenatJeu d'ombre, Gazi, Loulou Dédola, Merwan, Thriller politico-social, glenatScénario : Loulou Dédola
Dessin & couleurs : Merwan
Dépot légal : 09/2016
Editeur : Glénat
Genre : Thriller politico-social

http://findufond.blogspot.com

 

Cengiz est d’origine turque. Il vit dans une cité en banlieue Lyonnaise où s’extirper de sa condition sociale est une gageure. Mais Cengiz est un jeune homme brillant et charismatique : il vient de décrocher son diplôme en droit, il multiplie les conquêtes et désamorce, une nuit, un conflit police – « sauvageons ». C’est décidé, la politique sera son crédo. Mais entre les affaires de familles et les préjugés le chemin est mince !

Jeu d'ombre, Gazi, Loulou Dédola, Merwan, Thriller politico-social, glenat

Le décor de cette série se situe dans les « bas quartiers ». Et la banlieue, le scénariste sait de quoi il parle. Avec son groupe de musique RCP (Raza City Plage), il s’est produit dans toutes les quartiers de Lyon. Touche à tout, il compose il chante, il réalise des courts métrages ou écrit des romans et bien sûr des scénarios de BD. « Jeu d’ombre » n’est pas sa première incursion dans la BD. Il est aussi au scénario dans « 419 African Mafia ». Dans ses bd Loulou Dédola « donne la parole à des gens qui ne l’on jamais ». « Gazi », guerrier victorieux en Turc, est un thriller-sociologique. Il situe son héros dans une mouvance Kémaliste : la recherche de liberté, la laïcité, la liberté d’entreprendre sont les thèmes déployés dans ce récit. Cela fonctionne bien avec du rythme et de l’empathie pour le héros. Le sujet n’est pourtant pas facile : parler des banlieues sur un ton optimiste n’est pas donné à tout le monde. Eh oui, il y a de l’avenir dans les banlieues ! Pourtant, en dehors du héros il est difficile de s’attacher aux autres protagonistes. La violence et la dérive sectaire sont bien les plaies de ces quartiers.

Jeu d'ombre, Gazi, Loulou Dédola, Merwan, Thriller politico-social, glenat

Le dessin de Merwan est toujours agréable au regard. Son style réaliste soutenu par une colorisation au lavis donne un ton unique à son travail. Il a fait merveille dans « l’or et le sang » et attaque ici un sujet beaucoup plus sérieux. Il ne cache pas ses influences cinématographique avec des cadrages à la Sergio Léone ou autres contre-plongées, mais pas que ! Si vous regardez bien la couverture, vous retrouverez une référence à Michel-Ange (la jeune femme prend la pose du David) et à Rodin (le penseur).

Jeu d'ombre, Gazi, Loulou Dédola, Merwan, Thriller politico-social, glenat

Loulou Dédola ancre son scénario dans la réalité de la deuxième dizaine du 21ème siecle. Pas de faux semblant, la violence et les dérives religieuse sont bien les décors de cette série en deux tomes. Les références à la « Haine » sont évidemment bien présentes. Pourtant, il veut y croire. Son héros donne une belle note d’espoir avec de l’envie et des sentiments. Mais de quel côté Cengiz va-t-il retomber ? Suite et fin dans « ni ange, ni maudit ».

Jeu d'ombre, Gazi, Loulou Dédola, Merwan, Thriller politico-social, glenat

 

Tigrevolant

     

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

a05-3e788c9.gif  

a05-3e788c9.gif

 

a05-3e788c9.gif

 

30/01/2017

Ex-Arm T3

Couv_293965.jpgPlancheA_293965.jpgScénariste : Hirock

Dessinateur : Shin-Ya Komi

Éditeur : Delcourt - Tonkam

224 pages - Science-Fiction

Sortie : le 30 novembre 2016

 

 

 

Résumé de l'éditeur

Année 2030, sur le port de Tokyo. Un groupe doté de l'« Ex-Arm » nº08, attaque la policière Minami Uezono et sa co-équipière androïde Alma, alors infiltrées dans la transaction de l'« Ex-Arm », arme inconnue. Jouant le tout pour le tout, nos deux compères vont-elles réussir à initialiser l'« Ex-Arm » nº00 qu'elles ont dérobé à leurs assaillants ?!

 

Mon avis :

 Tout démarre avec un "trancheur", un organisme ultra-développé, à la recherche d'une androïde dans une maison de passes. Une maison close qui offre le plaisir dernier cri : des sexoïdes modernes totalement consentantes pour assouvir les désirs d'hommes richissimes. Mais ce lieu de perversion en tout genre referme un ôté bien obscur et maléfique...

Akira Natsume, ayant fait un bond dans le futur, se retrouve être une machine mécanique et électronique de haut standing. Le jeune homme, totalement dépassé par les événements devient un hacker hors-normes traquant du gros gibier, au solde d'une organisation Ex Arm de la police.

 

Suite à deux premiers volumes plutôt faiblards, on s'attendait à une suite de même acabit. Heureusement pour nous, il n'en est rien. On peut enfin espérer entrevoir une porte de sortie de la galère dans laquelle nous nous trouvions.

Soulignons-le tout de même, bien des mystères demeurent... et la trame parachute le lecteur dans un méli-mélo de tous les diables. Néanmoins, certains passages démontrent (temporairement) qu'Ex Arm a du répondant, et qu'il faut en tenir compte. Espérons que la série conserve dorénavant cette cadence et stimule nos sens.

Ce 3ème opus régale par son trait soigné. Les androïdes rappellent immanquablement l’œuvre de Hajime Sorayama. Élégance et sexy, corps aux formes creusées et rebondies, harmonie du métal et de la chair, fusion de la grâce et de la tendance cyberpunk. Le regard en prend pour se rincer l’œil à outrance.

Le clou du spectacle propose ces corps mi-humains mi-métal tranchés, lacérés par des lames plus puissantes que le titane. C'est ainsi que l'on contemple, des visages sectionnés de leur tronc, des mains délicates voltigeants telles des plumes au vent. Extase de l'horreur confronté au morbide.

 

shin-ya komi,hirock,delcourt,710,science-fiction,112016

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

shin-ya komi,hirock,delcourt,710,science-fiction,112016

 

shin-ya komi,hirock,delcourt,710,science-fiction,112016

 

shin-ya komi,hirock,delcourt,710,science-fiction,112016

Coq de Combat

 

 

Outcast - tome 3 - une petite lueur

outcast, kirkman, azaceta, delcourt, horreur, possession, exorcisme, outcast, kirkman, azaceta, delcourt, horreur, possession, exorcisme, Scénario : Robert Kirkman
Dessin : Paul Azaceta
Éditeur : Delcourt
119 pages
Date de sortie : novembre 2016
Genre : horreur, épouvante

 

 

 

Présentation de l'éditeur

Kyle Barnes doit pratiquer l’exorcisme le plus émotionnellement intense de sa vie, alors qu’il commence tout juste à maîtriser  ses capacités… et à comprendre ce qui se passe réellement autour de lui… Les pièces du puzzle se mettent petit à petit en place, et des secrets sont révélés. Des secrets qui risquent de tout changer…

 

 

 

outcast,kirkman,azaceta,delcourt,horreur,possession,exorcisme

 

Mon avis

Reprenant les chapitres 13 à 18 de la version US, ce troisième volume est sorti fin 2016 alors que la première saison de la série TV a été diffusée en France en juin 2016.

Robert Kirkman est très habile pour nous mettre les nerfs en pelote. Sa recette ? Partant d'histoires 100 fois rabâchées (les zombies et possédés sont légions en BD et en romans d'épouvante), il fait mine de nous emmener sur des sentiers battus et nous fait subrepticement dévier de la route pour nous embarquer sur des chemins de traverse. Sur ces chemins de travers, il place des personnages d'apparence tout à fait ordinaire dont le caractère tourmenté se révèle petit à petit au fil de l'histoire et surtout, il implique leur famille toute entière dans la trame de son récit. Enfin, les héros de l'histoire n'en sont pas vraiment et leur créateur aime à nous présenter leurs forces et leurs failles. Et c'est avec ces dernières qu'il joue le plus. Il aime malmener ses personnages et les mettre en péril. Et puis bien sûr, Robert Kirkman n'a pas son pareil pour mettre en scène des ambiances dérangeantes et créer un suspense qu'il distille au compte goutte. C'en est même parfois pénible tant la diffusion d'informations se fait avec parcimonie.

 

Sa recette fonctionne à plein régime dans Outcast. L'histoire de possession et d'exorcisme démarre de façon assez traditionnelle et prend une tournure inattendue avec l'apparition de personnages énigmatiques prennant tranquillement de l'ampleur au fil des chapitres. Dans ce tome 3, le ton monte d'un cran. Kyle Barnes prend davantage d'ampleur et d'implication dans les évènements en devant exorciser sa soeur Mégane et les entitées démoniaques se révèlent quelque peu différentes de ce a quoi on pouvait s'attendre. Mais surtout, elles ont l'air de bien connaitre Kyle...

Le récit s'achève sur un cliffhanger redoutable qui nous fait déjà frissonner d'angoisse quant à la suite.

outcast,kirkman,azaceta,delcourt,horreur,possession,exorcisme

Le travail de Paul Azaceta sur le dessin est de la même veine que dans les tomes précédents. Il va à l'essentiel et ne tombe pas dans une surenchère d'effets spéciaux notamment dans les scènes de possession. Son procédé consistant à placer des petites vignettes carrées pour faire un gros plan sur des détails de scènes, permet de faire passer un tas d'informations et d'enrichir la narration.

 

Outcast s'installe tranquillement comme une série référence dans son genre.

 

 

 Loubrun

 

 

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

outcast,kirkman,azaceta,delcourt,horreur,possession,exorcisme

 

outcast,kirkman,azaceta,delcourt,horreur,possession,exorcisme

 

outcast,kirkman,azaceta,delcourt,horreur,possession,exorcisme

 

Les tomes 1 et 2

outcast,kirkman,azaceta,delcourt,horreur,possession,exorcisme,11/2016,8/10outcast,kirkman,azaceta,delcourt,horreur,possession,exorcisme,11/2016,8/10