28/02/2017

Be My Slave T1

51XuhT4VE4L__SX326_BO1,204,203,200_.jpgsans-titre.pngAuteur : Mika Sakurano

Éditeur : Soleil manga

192 pages

Genre : Shojo, Romance pour public averti

Sortie le 8 février 2017

 

Avis de l'éditeur :

 

Lintello Azusa Yano est secrètement amoureuse du beau Kaoru Aota, mais il est résolument inaccessible pour elle. Jusqu’au jour où ce dernier se met à se rapprocher delle physiquement. N’arrivant pas à le repousser, Azusa devient petit à petit une véritable esclave pour lui ! Mais les choses vont se compliquer lorsque la jeune fille découvre que son petit ami est amoureux dune autre femme Entre manipulation et trahison qui saura dominer l’autre ?

Mon avis :

 Avec ce titre évocateur "Be My Slave" (Sois mon esclave), on peut toutefois s'interroger si nous avons affaire à un simple shojo traditionnel, ou bien, si l'on converge vers une tendance davantage tournée vers un Seinen.

Rares en fait sont les shojo porteurs de l'indicatif "Pour public averti". Après lecture de ce 1er tome relativement entreprenant, on se rend à l'évidence que les éditions Soleil ont vu juste.

Be My Slave affiche les ingrédients habituels rencontrés dans un shojo : romance fleur bleue, conquête inaccessible, crayonné conçu pour jeunettes, visages beaux et reluisants...

Mais très vite, le lecteur comprend tout l'intérêt de ce label "Pour public averti", des gestes forts câlins, un jeu du dominant et dominé, une expérience psychologique profonde, une introspection adéquate et équilibrée entre le bourreau et sa victime.

Les protagonistes authentiques offrent un caractère plutôt bien trempé. Les dialogues s'orientent fort vite vers une dépendance affective et sexuelle de la jeune fille vers le beau gosse de service. Lui qui rejette presque les plus belles filles de sa classe, il joue un jeu autant créatif qu'étrange avec Azusa.

A l'heure des 50 nuances de grey pour les adultes, voici presque sa version pour les 16 et ans et plus.

Maintenant soyons clairs, nous sommes à des lieues d'un Nozokiana, chez Kurokawa... autant graphiquement que sur son fil conducteur. Mais voici un album plus que correct pour lancer les hostilités.

Le second tome risque de pencher soit vers une véritable révélation, ou sombrer dans l'anonymat le plus cruel. Vivement la suite du maître et de sa jolie esclave pour percevoir peut-être une pépite du genre.

9782302056213_pg.jpg


Coq de Combat

La cire moderne

la cire moderne, de radiguès, cuvellier, casterman, religion, foi, la cire moderne, de radiguès, cuvellier, casterman, religion, foi, Scénario : Vincent Cuvellier
Dessin : Max de Radiguès
Éditeur : Casterman
160 pages
Date de sortie :  janvier 2017
Genre : chronique sociale

 

 

 

 

Résumé

 

Sam et Manu sont des jeunes qui ne semblent ni inquiets ni préoccupés de leur avenir. En pleine campagne, ils vivent au jour le jour, d'amour, de baise et de beuh fraiche. Le facteur va mettre un terme à cette palpitante existance en apprenant à Manu que son oncle vient de mourrir. Le passage chez le notaire lui apprend qu'il hérite d'une usine de cierge, du stock qui reste et d'un vieux combi Volkswagen. Les deux tourtereaux ont bien une idée de quoi faire du combi, mais pour le reste ... c'est une autre histoire. Heureusement, Jordan, le frère de Sam qui pense parfois à autre chose qu'au cul, utilise son savoir acquis à son bac pro force de vente et va les aider à mettre sur pied un business plan du feu de Dieu pour écouler le stock. Et voilà les 3 glandeurs partis faire la tournée des monastères pour vendre du cierge et financer leur vacances.

Ce road trip estival et commercial ne les portera pas dans les coulisses du CAC 40, mais offrira à Manu de nouveaux horizons l'amenant à revoir sa conception de l'existence.

 

 

 

«Arrêtez, j’ai des techniques de vente trop mortelles. Je vais te les embrouiller moi les curés»

 

 

Mon avis

 

Drôle de titre, drôle d'histoire et drôle d'héritage ! Vincent Cuvellier nous présente une jeunesse en totale déshérence qui semble à priori perdue pour elle-même et pour la société. Mais c'est compter sans les voies du seigneur qui, comme chacun sait, sont impénétrables. Les trois lascars qui n'y entendent rien à la religion (comme à tout un tas d'autres choses par ailleurs), et sont gavés comme un grand nombre de leur semblables, de clichés et autres stéréotypes à son encontre, ne sont pas de mauvais bougres et acceptent cet héritage en le prenant simplement comme une occupation passagère et momentanée. Cette occupation leur fait lever le nez de leur nombril et de leur petits plaisirs et conduit Manu vers forme de spiritualité dont il sera le premier surpris.

la cire moderne,de radiguès,cuvellier,casterman,religion,foi

C'est avec beaucoup d'humour, de légèreté et de réalisme que Vincent Cuvellier nous parle de religion. Mais bien plus que de religion, il est ici question de foi et de quête de spiritualité. Sans faire de prosélytisme ni avoir de discours moralisateur ou incantatoire, l'auteur nous met en position de témoin d'une conversion.

C'est drôle, léger, parfois un peu vulgaire mais c'est pour donner du réalisme aux personnages. Les personnages sont par ailleurs assez attachants, même Jordan à qui on a souvent envie de foutre des claques.

Max de Radiguès donne à cette histoire originale une tonalité très épurée grâce a un dessin simple voire simpliste. Le trait un peu naïf donne l'impression d'avoir à faire à une histoire pour enfants. Mais avec quelques traits bien placés il arrive à rendre expressifs et vivants ses personnages.

Pour son premier scénario de BD, Vincent Cuvellier a eu raison de se battre* pour se faire publier et réussit plutôt bien à faire ce qu'il voulait faire, c'est à dire de "parler de foi, et de religion, de façon décomplexée, décontractée, sans faire de prosélytisme, enchainer une scène de cul et les vêpres du matin en deux pages, sans que personne ne soit ni choqué, ni pas choqué. Bref, parler de religion comme d'un sujet normal."

Une façon aussi de montrer que la religion et la foi ne font pas que porter le glaive et l'épée et peuvent être compatibles avec le monde moderne. Et l'on comprend alors la symbolique du titre.

 

Loubrun

 

 

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

la cire moderne, de radiguès, cuvellier, casterman, religion, foi,

 

la cire moderne, de radiguès, cuvellier, casterman, religion, foi,

 

la cire moderne, de radiguès, cuvellier, casterman, religion, foi,

 

 

 * La cire moderne c'est aussi une drôle d'aventure éditoriale, comme nous le raconte ici Vincent Cuvellier : https://www.facebook.com/vincent.cuvellier/posts/10211900...

 

 

27/02/2017

Les jolies filles

 

Les jolies filles, FLIX, Glénat, roman graphique, tranche de vie, drame socialLes jolies filles, FLIX, Glénat, roman graphique, tranche de vie, drame socialScénario : FLIX
Dessin : FLIX
Éditeur : Glénat
128
pages
Date de sortie : 22 février 2017
Genre : roman graphique, tranche de vie, drame social

 

Présentation de l'éditeur

Chroniques amères de la vie amoureuse

Les Jolies filles (Schöne Töchter en langue originale) est un comic strip de Flix publié entre 2010 et 2015 dans le quotidien berlinois Berliner Tagesspiegel. Décrivant des histoires d’amour en tous genres, des chroniques d’une page, douces et cocasses, l’auteur se joue des codes graphiques imposés par le format « carré » du journal et réinvente constamment sa narration dans le découpage, l’agencement des cases, le sens de lecture ou la mise en scène.

Grâce à la collection 1000 Feuilles, ce joyau de la bande dessinée d’outre-Rhin est aujourd’hui publié en France ! Un bel ouvrage infiniment graphique qui parle d’amour dans le monde d’aujourd’hui, dont la tendresse et l’humour absurde émanent de chaque page. Pour toutes ses qualités, Les Jolies filles a remporté en 2012 le prix Max & Moritz du meilleur comic strip allemand et en 2016 un Rudolph-Dirks Award (le plus prestigieux prix de bande dessinée allemande), dans la catégorie "Drame social/tranche de vie".

Les jolies filles, FLIX, Glénat, roman graphique, tranche de vie, drame social

Mon avis

Les jolies filles, ça racole quand même mieux que « la vie de couple », non ?

Ne réfléchissez pas trop, la réponse est « oui ». Surtout quand on les voit ainsi, sur la couverture, en petite tenue sur la plage... sous le regard étonné de l'Homme. Oui, oui, avec un grand H car c'est bien connu : « l'Homme vient de Mars et la Femme de Vénus » et donc ne se comprennent pas.

 

Mais ce n'est pas tout ce que cette couverture jaune flash a à nous raconter. Le positionnement de ces dames nous laisse présager du « chaos » savamment orchestré par FLIX au fil des pages. L'une se lit dans un sens, la suivante se lit de bas en haut... autant dire qu'il faut suivre les flèches... J'adore ! C'est aussi « bordélique » que la vie de couple, ça part dans toutes les directions et niveau histoire : on voit que notre bonhomme aux commandes en sait assez long sur les femmes, mais surtout sur la vie de couple qui est le thème majeur de ce recueil de petites chroniques.

Les jolies filles, FLIX, Glénat, roman graphique, tranche de vie, drame social

Les caprices féminins, le milieu du travail un peu trop misogyne, les films que se font les dragueurs du dimanche en abordant une femme... les pensées vengeresses des femmes quand on ose manger le sacro-saint dernier morceau de gâteau (non mais messieurs : ça ne se fait pas, on le laisse à madame. Même si elle rechigne à l'avouer : elle veut le manger ce fichu morceau et tant pis pour les kilos dans les fesses après!) et encore bien d'autres mésaventures tellement vraies qu'on en redemande.



Le dessin, simple de prime abord, se montre à la hauteur des anecdotes. Alors on s'en fout un peu de savoir que Monsieur de la page x ressemble à celui de la page y ou encore celui de la page z. De même que nos « jolies filles » qui peuvent bien avoir les mêmes traits, mais avec différentes couleurs de cheveux.

 

Les jolies filles, FLIX, Glénat, roman graphique, tranche de vie, drame social

Je salue donc l'ingéniosité de FLIX pour les mises en page qui bouleversent les idées préconçues et son don d'observation de la vie de tous les jours. 

 

 

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

Les jolies filles, FLIX, Glénat, roman graphique, tranche de vie, drame social

 

Les jolies filles, FLIX, Glénat, roman graphique, tranche de vie, drame social

 

Les jolies filles, FLIX, Glénat, roman graphique, tranche de vie, drame social

 J'ai bien ri et entre nous : « ça nous ressemble bien non, ces petites histoires ?! »

ShayHlyn

Le maître d'armes

histoire, moyen-âge, religion, épée, aventures, Jura, Le maître d'armeshistoire, moyen-âge, religion, épée, aventures, Jura, Le maître d'armesScénario : Xavier Dorison
Dessin : Joël Parnotte
Éditeur : Dargaud 
96 pages
Date de sortie : 02/10/2015
Genre : Histoire, Aventures 

 

 

 

Présentation de l'éditeur


histoire,moyen-âge,religion,épée,aventures,jura,le maître d'armes1537. Au fin fond des montagnes perdues du Jura, un envoyé de l'Église exacerbe la haine religieuse de montagnards catholiques afin qu'ils lancent une chasse à l'homme contre un jeune protestant et son guide. Leur crime ? Vouloir faire passer une Bible traduite en français jusqu'en Suisse pour la faire imprimer. Une hérésie ! Commence une traque impitoyable : à deux contre trente, le destin du jeune homme et du vieux Hans Stalhoffer semble scellé. Sauf que Hans n'est pas une proie comme les autres ; il est l'ancien maître d'armes de François Ier... Et la proie est bien décidée à devenir le chasseur.

 

 

 

Mon avis

Un régal ! Oui, cette BD est un régal !

 

histoire, moyen-âge, religion, épée, aventures, Jura, Le maître d'armesSi le Moyen-Âge est une valeur sûre de la bande dessinée, c’est bien dans le scénario et la beauté du dessin que réside (à mon sens) la très grande qualité de cet ouvrage. Parnotte a su parfaitement mettre en image et donner de la consistance au récit de Dorison, notamment à travers ses décors aux ambiances glaciales et morbides et des scènes d’actions (combats) aux cadrages millimétrés. D’ailleurs, comme il est rappelé en avant-propos, ils ont reçu l’aide (a priori) inestimable de Lutz Horvath pour tout ce qui fut documentation sur les arts martiaux moyenâgeux. Le sang, omniprésent, nous rappelle toute la violence de cette époque où la vie d’un homme ne tenait bien souvent qu’à un fil… celui de l’épée de son adversaire…

 

 

« L’honneur, quand on n’a plus rien, c’est tout ce qui reste. »

 

histoire,moyen-âge,religion,épée,aventures,jura,le maître d'armes

 

 

histoire,moyen-âge,religion,épée,aventures,jura,le maître d'armesA l’image du maître d’armes, et plus encore à l’image du jeune Casper, il fallait du courage pour s’attaquer à l’épineux sujet de La Réforme. Pour la plupart d’entre nous, bien que l’Histoire soit une passion française, les querelles religieuses du Moyen-âge n’évoquent que de vagues et brumeux souvenirs de collège impliquant Henri IV et l’Edit de Nantes. Or, les auteurs parviennent, sans lourdeurs scénaristiques, à nous replonger dans le contexte historico-religieux tout en nous amenant à bien appréhender les enjeux. Le tout à travers une histoire plus personnelle, celle du maître d’armes et de sa rivalité à mort avec le Comte Maleztraza. Au passage, nous en apprenons un peu plus sur la symbolique des armes blanches, épée ou rapière, et pourquoi la seconde supplanta la première à peu près à l’époque de cette aventure, à la moitié du XVIème siècle.

 

 

En bref : de magnifiques décors, des personnages forts, la petite histoire qui s’inscrit dans la Grande, des scènes d’actions marquantes, et un brin de culture générale… Tout pour passer un excellent moment. Merci aux auteurs.

histoire,moyen-âge,religion,épée,aventures,jura,le maître d'armes

 

 

 

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

histoire, moyen-âge, religion, épée, aventures, Jura, Le maître d'armes

 

histoire, moyen-âge, religion, épée, aventures, Jura, Le maître d'armes

 

histoire, moyen-âge, religion, épée, aventures, Jura, Le maître d'armes

 

 

Si vous souhaitez approfondir sur cette BD, je vous invite à visionner cette vidéo d'une interview de Joël Parnotte, le dessinateur.


 

 Odradek