31/05/2017

Pin-up 231 Earl NOREM ou l'art de l'illustration des pulp magazines et couvertures

pin up,earl norem,pulp magazines,sexy girls,action women,tales of the zombie

pin up,earl norem,pulp magazines,sexy girls,action women,tales of the zombie

pin up,earl norem,pulp magazines,sexy girls,action women,tales of the zombie

pin up,earl norem,pulp magazines,sexy girls,action women,tales of the zombie

pin up,earl norem,pulp magazines,sexy girls,action women,tales of the zombie

pin up,earl norem,pulp magazines,sexy girls,action women,tales of the zombie

pin up,earl norem,pulp magazines,sexy girls,action women,tales of the zombie

Les fantômes de Neptune T2 : Rorqual.

les fantomes de neptune.jpgles fantomes de neptune t2.jpgAuteure : Valp.
Éditeur : Delcourt (neopolis).
56 pages.
Sortie : 17 mai 2017
Genre : steampunk.

 

 

 

Le résumé.
Le destin de la jeune Meena est de plus en plus chaotique et semble tracé pour nuire au Kaiser d’une prusse steampunk épris de conquête terrestre mais aussi spatiale. En route pour Neptune.

« Un chantier exoarchéologique sur Neptune ? Alexeï, vous perdez la raison ? »

Mon avis.

Il arrive parfois que les éditeurs nous envoient des albums non demandés (bande de bachi-bouzouks). Normalement, je fais appel à toute mon équipe (et je m’y engage comme Robert Mailleux) pour trouver un chroniqueur à ce titre. Là, rien, silence radio, personne ne veut s’attaquer à ce tome 2(espèce de zouaves interplanétaires !).
Bon Samba va donc s’y coller, heureusement qu’il y a un gros résumé au début de ce tome.
Mille millions de mille sabords quelle histoire débridée, elle a de l’imagination la Valentine Pasche ! Des voyages spatiaux dans une sorte de vaisseau à la Jules Verne, des robots hyper évolués à tendance psychopathe, des entités extra-terrestres venant de Mathusalem (une sorte d’ectoplasme à roulette) et j’en passe et des meilleurs sont au menu de cet album steampunk.
Une sorte de mélange entre Hauteville House et le château des étoiles pour ceux qui suivent les sorties BD. Là, je ne parle pas aux papous des Carpates.
On va dire que c’est rafraîchissant et original mais il faut s’accrocher au bastingage. Un bulldozer à réaction peut sortie à tout moment d’une page.
L’univers créé par la suissesse surprend dans le bon sens et on sent un grand dynamisme dans la construction des pages. Son trait reste néanmoins assez typé jeunesse avec un brin de Disney pour l’expressivité des personnages.
Ce qui m’a frappé (pas l’ectoplasme), c’est que les seconds rôles comme la Lorelei Hoffmann ou le robot Montagne volent littéralement la vedette à la pseudo héroïne (une astronaute d’eau douce).
Le seul reproche que j’ai à dire car je ne veux pas passer pour un bougre de faux-jeton à la sauce tartare, c’est la psychologie parfois trop basique des personnages. On a les gentils d’un côté et les méchants de l’autre. J’aurais aimé un peu plus de subtilité.
Allez, si vous aimez ce genre d’univers, cette série grand public ne demande qu’à remplir votre bibliothèque.
Bon tchouck-tchouck-nougat à tous.

les fantomes de neptune t2f.jpg


Sambachi-bouzouk.

 

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

a06-3e788fc.gif

  a07-3e78901.gif  

a06-3e788fc.gif

 

 

Les chevaliers d'Héliopolis T1 : Nigredo, l’œuvre au noir.

les chevaliers d'héliopolis.jpgPlancheA_302885.jpgScénario : Jodorowsky
Dessin : Jérémy.
Éditeur : Glénat
56 pages
Date de sortie : 17 mai 2017.
Genre : euhhh truc ésotérique, historico-fantastique !

 


 
Le résumé editeur.
Fin du XVIIIe siècle. Dans un monastère au Nord de l’Espagne se dissimule le temple sacré des Chevaliers d’Héliopolis : une assemblée d’alchimistes immortels et coupés du monde. Alors que le disciple Dix-sept s’apprête à compléter sa formation et à intégrer l’ordre, son maitre Fulcanelli dévoile aux autres chevaliers le terrible secret de ses origines. Dix-Sept est en réalité le fils caché de Louis XVI et de Marie-Antoinette : le roi de France Louis XVII ! Héritier de cette destinée, le jeune homme va-t-il réclamer le trône qui lui est dû ou rester dans l’ombre, fidèle aux préceptes millénaires de l’Alchimie ?

heliopolis.PNG

 

« Je te le dis,ce sont des parasites, pas des rois ».

Mon avis.
Après Jean Dufaux et son Barracuda, Jérémy s’associe avec un autre grand de la BD Alejandro Jodorowsky. L'univers semble tout aussi tordu qu'avec les pirates. C'est du Jodo pur jus. On revisite l'histoire avec la mort de Louis XVII ou celle de Marat, on y rajoute de sexe, du sang, des larmes et aussi un peu de folie et vous obtenez un scénario qui part dans tous les sens. Donc si vous êtes fan de style Jodo , pas de soucis, par contre si vous aimez les récits réalistes, passez votre chemin !
Surtout que voir un ours qui parle, ça peu surprendre. Je me suis aussi demandé à quoi carbure cette bande d'alchimistes immortels avec leurs rites obscurs ou avec leurs quêtes initiatiques ?
Je pense qu'il ne faut pas trop se poser de question et se laisser porter par les seins de la boulangère.
Une boulangère qui entre parenthèses change souvent de physionomie, seul petit bémol au dessin de Jérémy. Un trait toujours aussi racé et d'une élégance rare accompagné d'un excellente colorisation (Felideus).
Voilà, c'est beau, c'est chaud, c'est étonnant mais c'est surtout un album d'introduction, on attend de mieux connaître « 17 » pour partager pleinement ses aventures méta-physiques.


Les chevaliers d'Héliopolis sont prévus en 3 tomes .

Verso_302885.jpg

 

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

a05-3e788c9.gif

 

a08-3e78906.gif

 

a07-3e78901.gif

 

Sambatruc.

Inscrivez-vous à la newsletter.


30/05/2017

Libertalia - tome 1 - Le triomphe ou la mort

libertalia, Grella, Miel, Pigière, casterman, pirates, aventure, politique, société, 04/2017, 7/10libertalia, Grella, Miel, Pigière, casterman, pirates, aventure, politique, société, 04/2017, 7/10Scénario : Rudi Miel, Fabienne Pigière
Dessin : Paolo Grella
Éditeur : Casterman
48 pages
Date de sortie :  avril 2017
Genre : aventures, pirates

 

 

 

Résumé

1697, Olivier Misson se fait présenter au comte de Saint-Jean par sa fiancée pour que cet homme d'influence l'appuie pour un poste au ministère. L'affaire tourne mal, car Misson découvre, horrifié, que le comte se livre à l'esclavagisme malgré l'interdiction dans la France métropolitaine, et s'apprête à assasssiner 5 de ses esclaves qui avaient tenté de fuir. Saint-Jean cherche à impliquer Misson dans son activité criminelle, mais ce dernier, tout noble qu'il est, n'en est pas moins libertaire dans l'âme et mène une expédition pour libérer les esclaves de Monsieur de Saint-Jean. A la suite de cette expédition, Misson est obligé de fuir le pays, croyant avoir tué le comte. Il s'embarque alors sur un navire en tant que sous-officier. Son tempérament libertaire se révèlera à plein, et sa rencontre avec un prêtre italien partageant les mêmes idées et menant les mêmes combats pour défendre les opprimés, le mènera à Madagascar ou il créera une cité libre : Libertalia, la cité de toutes les utopies.

 

 

 "- Les esclaves sont une vraie rente. Mais c'est aussi une source d'ennuis. Ces hommes ont tenté à trois reprises de s'évader."

 

Mon avis

Réalité ou fiction ? Nul ne le sait, pas même les auteurs qui en profitent pour s'engouffrer dans la brêche du doute pour nous concocter cette histoire où se mêlent piraterie, politique, humanisme et chronique du XVIIIème siècle.

Dans une note en préambule, les auteurs nous font part d'une Histoire générale des plus fameux pyrates publiée en 1726 et signée d'un certain Captain Johnson. En fait, l'auteur de cette histoire ne serait autre que Daniel Defoe, l'auteur de Robinson Crusoe. Des personnages évoqués dans la BD, Misson, le prêtre Carracioli et le capitaine Tew, seul le dernier aurait eu une existence avérée, les deux autres demeurant encore à ce jour une énigme. Alors, réalité ou fiction ? Peu importe en fait, car voilà exactement le type de matériel qui permet à un scénariste de laisser libre court à son imagination. La base est donc solide pour faire une histoire au souffle épique ancrée sur des bribes de faits historiques.

Malheureusement, le souffle aventureux a du mal à entrer dans cet album. La faute sans doute à une narration trop rapide et trop hachée entre les différentes scènes d'action, ainsi qu'a un dessin et une mise en couleur un peu vieillotte, donnant des planches pas très attirantes.

Ceci étant, on sent bien que les auteurs posent dans ce premier tome les bases de leur récit pour en définir les limites historiques afin de mieux ouvrir les portes de la fiction dans les volumes à venir. On sent aussi tout le potentiel de cette nouvelle série porteuse de thèmes multiples – l'humanisme, les lumières, le racisme, l'idéal, la lutte contre toute forme d'oppression – et animée par des personnages au tempérament affirmé, tiraillés entre ombres et lumières.

Cette série a cet avantage pour elle de présenter la piraterie sous un angle assez réaliste : celui de la violence omniprésente, compagne quotidienne des acteurs de cette utopie, révélant que le combat des idées passe fatalement par l'épée.

Un premier tome qui souffre d'une narration un peu confuse et d'un dessin réaliste aux allures trop vieillottes, mais qui reste prometteur malgré tout, par son approche originale et sans manichéisme du sujet abordé.

Loubrun

 

 

 

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

libertalia, Grella, Miel, Pigière, casterman, pirates, aventure, politique, société, 04/2017, 7/10

 

libertalia, Grella, Miel, Pigière, casterman, pirates, aventure, politique, société, 04/2017, 7/10

 

libertalia, Grella, Miel, Pigière, casterman, pirates, aventure, politique, société, 04/2017, 7/10