08/08/2017

L'île du Docteur Moreau

D'après l’œuvre originale de H.G. Wells

L'île du Docteur Moreau, HG Wells, Dobbs, Fiorentino, Glénat, Classique, science-fiction, aventure.L'île du Docteur Moreau, HG Wells, Dobbs, Fiorentino, Glénat, Classique, science-fiction, aventure.Scénario : Dobbs
Dessin : Fabrizio Fiorentino
Éditeur : Glénat
56
pages
Date de sortie : 14/06/2017
Genre : Classique, Science-fiction, aventure.

 



Présentation de l'éditeur

« Ne sommes-nous pas des Hommes ? »

Unique survivant d’un naufrage, Edward Prendick est secouru par Montgomery, l’assistant d’un certain Docteur Moreau. Depuis une dizaine d’années, sur leur île isolée du monde, les deux scientifiques se livrent à de terribles expériences, greffant et modifiant génétiquement des animaux pour les rendre doués de conscience et de parole. Sur place, les « Hommes-bêtes » obéissent à un ensemble de règles bien précises, la Loi, leur interdisant tout comportement primitif, et vénèrent Moreau tel un dieu. Mais Prendick découvrira bien vite que les pulsions animales de ces créatures sont loin d’être oubliées...

Interrogeant les questions de l’identité et de la dignité animale, le troublant et visionnaire L’Île du Docteur Moreau n’a rien perdu de sa pertinence. Retrouvez ce classique de la science-fiction aujourd’hui en BD !

L'île du Docteur Moreau, HG Wells, Dobbs, Fiorentino, Glénat, Classique, science-fiction, aventure.

Mon avis

H.G. Wells, grand nom de la science-fiction, qui nous a gratifié de plusieurs chefs-d’œuvre tels que l'homme invisible, la guerre des mondes et... « L'île du Docteur Moreau » ! Un roman qui nous fait réfléchir non seulement sur la condition humaine, mais également sur les limites de la médecine génétiques. Les limites que la conscience devrait imposer aux scientifiques.

 

« Ne sommes-nous pas des Hommes ? »

L'île du Docteur Moreau, HG Wells, Dobbs, Fiorentino, Glénat, Classique, science-fiction, aventure.

Et quand on parle de limite, visiblement Dobbs et Fiorentino s'en sont imposées en faisant ce dernier album de « HG Wells Collection ». 56 pages ne suffisent pas à rendre grâce à la pertinence de l’œuvre originale et bien que Dobbs reprennent savamment la réplique principale des créatures de l'île, cette BD garde un goût de trop peu, comme un prélude à ce qui aurait pu être plus grand.

 

De même, Fabrizio Fiorentino joue sur les détails. Certes, une case suffit parfois à donner l'ampleur du temps qui passe, la frayeur qui gagne notre héros en un regard. La colère, l'abnégation, la frustration, ... pourtant la qualité du dessin me laisse perplexe. Comme un vieux western parfois gribouillé à la va vite, tantôt trop centré sur les visages qui en deviennent trop surfaits. Quant aux créatures, elles manquent cruellement de difformités. Je les voudrais en gros plans, je les voudrais défigurées, effrayantes... et non pas juste pathétiques ou encore trop animales pour comprendre ce qu'elles ont subit.

Album_R_sf_txt_65px.jpg

L'île du Docteur Moreau, HG Wells, Dobbs, Fiorentino, Glénat, Classique, science-fiction, aventure.

Et puis c'est trop court... vraiment trop court pour nous permettre de nous poser toutes les questions que maître Wells posait dans son ouvrage. Alors qui sait, peut-être qu'un jour, une autre collection – chez Glénat ou ailleurs – tentera à nouveau d'affronter le seigneur de la science-fiction pour une série digne de son talent.

Il est permis de rêver, non ?

ShayHlyn.

Commentaires

La guerre des mondes et l'homme invisible qui sont en format de diptyque sont quand même très corrects non?

Écrit par : samba | 08/08/2017

Répondre à ce commentaire

Oui. Mais l'homme invisible par exemple, il a fallu lire les deux (donc attendre le second tome) pour retrouver les détails importants apportés par HG Wells. Un diptyque aurait sans doute être appréciable pour celui-ci aussi.

Écrit par : Jeanne | 10/08/2017

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire