12/10/2017

Ernesto

ernesto,delcourt,guerre d'espagne,immigrés,retirada,frontière espagnole,camps d'internement,francoernesto,delcourt,guerre d'espagne,immigrés,retirada,frontière espagnole,camps d'internement,francoScénario : Marion Duclos
Dessin : Marion Duclos
Éditeur : Casterman
160 pages
Date de sortie :  23 août 2017
Genre : Société, histoire

 

 

 

Présentation de l'éditeur:

Ernesto est un grand-père pas très bavard. Il vit à Tours, mais son accent ne trompe pas : on sait bien qu'il vient de l'autre côté des Pyrénées. Le franquisme lui a volé sa jeunesse... Ernesto tait ses blessures. Et la vie file à toute allure. L'Espagne, les oranges grosses comme des melons, les melons doux comme du miel... Un matin, tout l'appelle. Et, avec son vieux copain Thomas, le combattant pour la République prend la route. 

ernesto,delcourt,guerre d'espagne,immigrés,retirada,frontière espagnole,camps d'internement,franco,marion duclos

Mon avis:

Je voulais lire cet album car étant moi-même fils d'immigrés espagnols - mon père, communiste, s'est retrouvé faisant son service militaire dans un bataillon rallié à Franco au début de la guerre et deux de mes oncles, condamnés à mort par contumace, s'expatrièrent en Hollande et en France -  je voulais confronter ce que je savais avec le vécu du héros Ernesto.

J'avoue avoir été un peu déçu ! Ce vieil homme qui a perdu son épouse, morte de maladie dans un camp d'internement français, vit dans des souvenirs qu'il ne raconte pas (je connais ça aussi). Les jours de sa vie s'écoulent dans un pays qui ne l'a pas voulu au début mais où il a trouvé refuge et stabilité pour sa descendance. Il décide de partir avec son meilleur ami sur la route pour revoir l'Espagne avant qu'il ne soit trop tard. En chemin il va rencontrer d'autres familles d'immigrés et chacun va parler de ses souvenirs et donner ses idées sur le pourquoi et le comment de cette horreur que fut la guerre civile espagnole. 

Le récit est plutôt chaotique et, bien que certains personnages soient assez émouvants dans leurs souvenirs d'un pays perdu, manque de précisions, comporte des erreurs de grammaire espagnole et ne fait pas assez ressentir la douleur de ces êtres. C'est un parti pris de l'auteur qui a voulu, en faisant raconter ces événements autour d'une table où se retrouvent dans des débats passionnés Ernesto et les autres protagonistes, adoucir un peu l'histoire.

ernesto,delcourt,guerre d'espagne,immigrés,retirada,frontière espagnole,camps d'internement,franco,marion duclos

Reste la description du crépuscule de la vie de ce vieil homme, sa joie à la vue de sa gracieuse petite fille, Lucia, dont la jeunesse et la vitalité lui font occulter dans un voile grisâtre ses souvenirs douloureux. 

Le graphisme "puéril" de l'auteur, les teintes pastel choisies pour la couleur, finissent de placer l'histoire dans un contexte volontaire de réconciliation et d'oubli du passé malheureux.

 JR

ernesto,delcourt,guerre d'espagne,immigrés,retirada,frontière espagnole,camps d'internement,franco,marion duclos

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

 

 

Écrire un commentaire