31/10/2017

Pin-up hors série spécial HALLOWEEN

pin up,halloween,

Loopydave

pin up,halloween,

Joe Pekar

pin up,halloween,

Rafa Teruel

pin up,halloween,rafa teruel,joe pekar,loopydave,

Svetlana Tigai

pin up,halloween,rafa teruel,joe pekar,loopydave,svetlana tigai,

Matt Dixon

pin up,halloween,rafa teruel,joe pekar,loopydave,svetlana tigai,

Amber Chen

pin up,halloween,rafa teruel,joe pekar,loopydave,svetlana tigai,matt dixon,amber chen,

Mike Debalfo

pin up,halloween,rafa teruel,joe pekar,loopydave,svetlana tigai,matt dixon,amber chen,

Franchesco

 

 

 

 

Les petites victoires

yvon roy,les petites victoires,autisme,rue de sèvresyvon roy,les petites victoires,autisme,rue de sèvresScénario : Yvon Roy
Dessin : Yvon Roy
Éditeur : Rue de Sèvres
160 pages
Date de sortie : 10 mai 2017
Genre : Roman graphique autobiographique

 

 

 

Présentation de l'éditeur

yvon roy,les petites victoires,autisme,rue de sèvresLe témoignage bouleversant d'un père sur le combat qu'il mène au quotidien avec son fils.

Comment dire à son fils tant désiré qu’il est le plus formidable des petits garçons malgré le terrible diagnostic qui tombe comme un couperet : autisme, troubles psychomoteurs, inadaptation sociale...

C’est le combat que va mener ce père, resté uni à sa femme malgré leur séparation, pour transformer ensemble une défaite annoncée en formidables petites victoires.

 

 

 

 

 

Mon avis

Les Super-Héros existent, certain font même des bédés. Celui-ci ne porte ni cape ni masque et pourtant… Pourtant, moi qui suis un jeune papa (de 42 ans, tout de même…), je peux vous dire qu’à la lecture de ce magnifique ouvrage, je suis tombé en admiration pour son auteur : Yvon Roy, un Super-Héros.

yvon roy,les petites victoires,autisme,rue de sèvres

Dans Les petites victoires, il nous montre comment, à force de courage, d’abnégation et d’amour, il a réussi à élever (c’est le cas de le dire !) son enfant autiste pour l’amener bien au-delà des diagnostics et prévisions pessimistes du monde médical. Bien sûr, cela n’a été ni facile, ni sans conséquences, notamment pour sa vie familiale. Mais la patience qu’il a su et voulu développer pour lutter contre le pronostic des médecins concernant les aptitudes mentales et sociales à venir pour son enfant forcent le respect. La manière qu’il a de nous raconter ça à travers cette BD est également très émouvante. Il faut dire que les dessinateurs ont cet avantage sur les écrivains qu’ils possèdent une technique de plus, visuelle en l’occurrence, qui leur permet d’exprimer des sentiments en quelques traits, quelques expressions, et qui, comme on le dit souvent, valent mieux qu’un long discours.

yvon roy,les petites victoires,autisme,rue de sèvresAvec une grande honnêteté, avec pudeur parfois, Yvon Roy nous fait part de ses doutes, de ses défauts mais également de ses petites victoires. Ces dernières résultent de la mise en place de petits trucs, de petites routines, fruits de l’esprit forcément très imaginatif d‘un dessinateur. Par son trait simple et précis, en noir et blanc, il parvient à transmettre toute l’émotion nécessaire à une meilleure appréhension des problématiques qu’il développe.

En gros, ce livre est une très belle réussite. Comme l’espère son auteur, gageons qu’il donnera à la fois de l’espoir et des pistes de travail aux gens, parents, entourage familial et professionnel, qui côtoient des enfants autistes. Et je ne vous parle même pas de la leçon d’éducation et de patience envers les enfants qu’il représente pour TOUS les parents. Sans déc’, ce type est un Super-Héros !

 

 

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

yvon roy,les petites victoires,autisme,rue de sèvres

 

yvon roy,les petites victoires,autisme,rue de sèvres

 

yvon roy,les petites victoires,autisme,rue de sèvres

 

Odradek

Giacomo C. T1 : retour à Venise.

giacomo c.jpggiacomo c t1.jpgDessin : Griffo
Scénario : Jean Dufaux.
Editeur : Glénat.
Sortie : 18 octobre 2017
56 pages.
Genre : comédie historique.

 

 

Résumé.
Partout dans Venise, la nouvelle fait grand bruit : après cinq ans d’absence, Monsieur de C. est de retour ! Et si certaines se languissent de l’accueillir à draps ouverts, d’autres préfèreraient le passer par le fil de l’épée. Maris jaloux, aristocrates bafoués… le séducteur ne s’est pas fait que des amis à travers la Sérénissime. Enzo Mazeo, nouveau protecteur de la ville et successeur du marquis de San Vere, n’a d’ailleurs qu’une seule idée en tête : mettre Giacomo aux fers. Mais c’est sans compter sur les véritables raisons de son retour... Mandaté par le commandant en chef des forces navales de la République de Venise, Giacomo a une mission : débusquer un traître qui œuvrerait au sein même du Conseil des Dix !


« -Ce monstre ! Ce débauché, cet aventurier, ce sodomite, ce mécréant, ce va-nu-pieds, ce…ce...
-Abrégez Signor Pandolfi. »

 

Mon avis.
Crévindiou, un album de Giacomo.C, mon idole, mon étalon, mon échantillon de référence, mon inaccessible étoile est de retour après une absence de 10 ans. Dans ce tome, on parle d’un exil de 5 ans mais c’est une billevesée, une affreuse chausse-trappe. Sur ce coup-là, je serai donc sous influence car à la création de ce blog, il aurait pu s’appeler au lieu de Samba Bugatti (son 1er nom pour ceux qui s’en souviennent) Giacomo C ou Santiag des deux mêmes auteurs.
Par contre, pourquoi numéroter cet album par le numéro 1 alors qu’il s’agit en fait du tome 16 et pas d’une réédition comme on pourrait le croire sans y regarder de plus près. Là il faudra qu’on m’explique, en tout cas, ça risque d’en perturber plus d’un. Le pourquoi de cette réactivation, là aussi, il faudrait demander aux auteurs, si l’info passe par ici, laissez impérativement un commentaire ou deux voire plus si affinité.
Bon revenons à ce tome 1, un album qui ronronne. Les bons mots et les traits d’esprit si caractéristiques à cette série sont toujours bien présents. On est entre gens de bonne société, respectueusement amis lecteurs. On y retrouve aussi de la brette, de la séduction, du charme souvent accompagné d’une petite coucherie, de la turpitude administrative et surtout notre cher Pamerno, cette bonne vieille canaille. Les retrouvailles se prolongent, se prolongent tellement que l’intrigue se développe sans grande surprise. Elle a surtout permis à Giacomo de retomber sur ses pattes pour repartir vers de nouvelles aventures.
Pour le dessin de Griffo, il faudrait se replonger dans d’anciens tomes pour savoir si mon impression d’un trait plus épuré est réelle. Là, aussi je vous mets au travail amis lecteurs.
Sinon, on prend les mêmes ingrédients et on recommence pour le plus grand plaisir des fans de la première heure, pour les autres, ils y verront une sorte de préquel un peu fade il faut l’avouer.

 

giacomo c retour-a-venise.jpg

 

Samba C.

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

a06-3e788fc.gif

 

a06-3e788fc.gif

 

a06-3e788fc.gif

30/10/2017

Balthazar au pays Blême

Balthazar au pays Blême, François Corteggiani, Mathilde Domecq, Casterman, aventure, légendes, contes pour enfants, Russie.Balthazar au pays Blême, François Corteggiani, Mathilde Domecq, Casterman, aventure, légendes, contes pour enfants, Russie.Scénario : François Corteggiani
Dessin : Mathilde Domecq
Éditeur : Casterman
120
pages
Date de sortie : 30/08/2017
Genre : aventure, conte pour enfants, Russie, légendes

 

 

Présentation de l'éditeur

Toute le merveilleux de la Russie éternelle convoqué pour un conte enlevé et flamboyant.

Saint-Pétersbourg, début du XXe siècle. 
Balthazar s'enfuit de l'orphelinat pour échapper aux sbires du terrible Raspoutine. Poussé toujours plus au Nord par ses poursuivants, le jeune garçon atteindra les confins de la Sibérie, où il découvrira à la fois le secret de ses origines et comment contrer les pouvoirs maléfiques du maître des ténèbres.

Balthazar au pays Blême, François Corteggiani, Mathilde Domecq, Casterman, aventure, légendes, contes pour enfants, Russie.

Mon avis

Il faut le savoir, j'ai des origines russes. Tandis que mon arrière-grand-père se battait en digne cosaque du Don pour le Tsar, son épouse a embarqué tous ses enfants pour fuir la grande révolution de 1917. Donc autant vous dire que même si mon grand-père n'était pas loquace sur son passé et ses origines, ma maman et moi à son tour, nous avons développé une passion pour ce grand pays qui aurait pu être le nôtre. Imaginez donc ma tête en découvrant une histoire parlant du pays Blême !

 

Que n'ai-je lu d'histoires slaves durant mon enfance. Du coup, j'ai cru perdre trente ans en parcourant ces pages. Je me suis revue, blottie dans mon duvet, bordée bien comme il faut pour ne pas avoir froid et ma maman me racontant les aventures de la princesse Anastasia, le grand et méchant Raspoutine, la sorcière Baba-Yaga dans les bois, les grands ours, la neige éternelle... que de souvenirs qui ont resurgis grâce à « Balthazar au pays blême ».

 

D'autant que ce petit bonhomme, assez semblable au petit Pierre (dans Pierre et le loup), nous emmène à travers toute la Russie, dans une quête mystérieuse qui lui est apparue en rêves. Poursuivi par une armée de soldats de l'ombre, ressemblant à s'y m'éprendre aux soldats de plomb dans casse-noisette, il est aidée à maintes reprises dans son périple par des personnages qui, en cherchant bien, existent certainement dans d'autres légendes du grand nord. Le tout, sous le joug du cruel et maléfique Raspoutine qui en veut à notre héros, sans que nous ne sachions pourquoi...

 

Balthazar au pays Blême, François Corteggiani, Mathilde Domecq, Casterman, aventure, légendes, contes pour enfants, Russie.

C'est sans peine que j'ai pu imaginer cette lecture au coin du feu, même si je n'ai pas d'enfant. Prendre différentes voix à l'instar des pages qui se teintent d'une aura en fonction des situations. Rouge de colère, vert espoir, bleu dangereux, rose amoureux, ... sans oublié un tramage rendant toutes actions extrêmement vivantes !

 

Quand on ajoute à cela les magnifiques illustrations pour chaque chapitre, qui semblent gravées dans la roche, telles des dessins dans les flancs des montagnes de neige éternelles : nous voici face à une superbe conte pour enfants qui, en prime, allie le passé dans la poésie de sa narration et le présent en grimant les personnages comme des héros de dessins animés actuels. Ce qui, à mon sens, tue un peu – beaucoup – le charme. Cela n'a pourtant pas diminuer mon intérêt pour cette lecture que je recommande à chaque parent qui souhaite lire à leurs enfants des récits comme ceux que nos parents et grands parents nous lisaient petits.

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

7_10.png

 

5_10.png

 

7_10.png

En espérant que cet ouvrage vous donnera envie de découvrir la mère patrie et le plaisir de lire des aventures chaque soir à vos enfants pour qu'ils fassent des rêves pleins de magies et de couleur.

 

ShayHlyn.