11/11/2010

Ella Mahé T1:La fille aux yeux vairons.

Ella Mahé1.jpgElla Mahé.jpgAuteurs : Les Charles et Taymans.
Editeur :Glénat.
Sortie :06/10/2010

La princesse sans nom.
Elle s’appelle Ella, Ella Mahé. Restauratrice de manuscrits anciens, elle profite d’une commande du musée du Caire pour visiter quelques-uns des hauts lieux historiques de l’Égypte ancienne. Sur le site d’Abou Simbel, elle rencontre Thomas Reilly, archéologue, petit-fils d’Henry Reilly, qui mit à jour dans les années 20, avec l’équipe de Howard Carter, la tombe de Toutankhamon. Marchant dans les pas de son grand-père, Thomas recherche la tombe d’une princesse de la 18e dynastie. Cette princesse sans nom avait une particularité physique peu commune : des yeux vairons, l’un noir, l’autre bleu. Tout comme ceux d’Ella Mahé…

Le mélange des genres.
La lecture du tome 1 d’Ella Mahé commence par le dessin très élégant de JF Charles. Ceux qui ont déjà eu la chance de faire les hauts lieux des monuments égyptiens  auront certainement plein de bons souvenirs à la vue d’Abou Simbel, Louxor, la vallée des rois, etc…On voyage donc pour le plus grand plaisir des « égyptologues ».Ensuite, c’est André Taymans qui prend le relais pour la partie Toutankhamon. Entre parenthèse, on retrouvera Carin pour le tome 2(Suez),Goepfert pour le T3(moyen-âge) et enfin Chistophe Simon pour le dernier tome 4 (Antiquité). Et tout ça en moins d’un an. Pour revenir à ce tome initial, la coupure entre les deux dessins est abyssale. On se dirait presque dans Blake et Mortimer tellement la ligne claire d’André Taymans est proche de celle de Jacobs. Sur ce mélange des genres, je suis assez septique non pas que ce soit mal dessiné, loin de là mais ça surprend et détonne. En plus, cette partie est nettement moins  envoutante car quasiment tout le monde connait la découverte de Carter .J’ai également pas trop compris l’obstination d’Henry. J’ai aussi tiqué sur les événements providentielles qui tombent vraiment bien et pas crédibles pour un sous (l’effondrement subit de la tombe par exemple).Malgré une atmosphère très old school , je n’ai pas été charmé par ce tome, je n’ai d’ailleurs pas trop compris où les auteurs voulaient nous mener .
Bon, on aura certainement plus d’explications avec le tome 2 mais une chose est sûre, je suis de plus en plus méfiant envers les séries qui utilisent le concept du triangle secret ou du décalogue .C’est trop souvent synonyme  de déception.

6-17af.gif
 

 

 

On en parle sur le forum.

jfcharles.jpeg

 


Inscrivez-vous à la newsletter.

10/11/2010

La dynastie des dragons T1:La colère du Ying Long.

Dynastie des dragons (La)1.jpgdynastiedesdragonsla1_pla.jpgAuteurs : Herbeau et Civiello.
Editeur : Delcourt.
Sortie 09/2010

Le dragon
Chine, XIe siècle. Aveuglé par sa soif d'immortalité, l'empereur Renzong des Song capture un Phénix, animal sacré, provoquant la colère du Dragon Ying Long. Le chaos s'abat alors sur l'Empire. L'ordre universel est brisé. Une seule chose pourrait peut-être apaiser le grand serpent, une chose inestimable aux yeux de l'empereur... sacrifier son fils, l'unique héritier de la dynastie des Song.

Le phœnix.
La première surprise de cette BD, c’est de voir Civiello quitter les fééries celtiques pour une légende du monde du milieu. Pas si étonnant que ça quand on sait que les auteurs ont vécu en Chine.
Et tant qu’à être totalement immerger voir submerger, on se trouve en plein moyen âge chinois avec une multitude d’informations à avaler pour bien comprendre tout les tenants et aboutissants de cette légende historique. Bref, c’est une lecture attentive qui vous attend .Vous serez d’ailleurs souvent en bas de page pour y lire les notes. Et pourquoi ne pas refaire une 2 e lecture pour bien situer tous les personnages. Vous l’aurez compris, ce gros tome d’introduction (70 planches) établit surtout les bases pour les 2 prochains albums qui devraient être plus mouvementé. Pour le style graphique, je parlerais plus de fresque que de dessin .C’est indéniablement très agréable à regarder et on est ébahi par les détails dont notamment la qualité des costumes. J’ai néanmoins trouvé une certaine froideur derrière la parure, les couleurs ne doivent pas être étrangers à ce sentiment.
L’ensemble m’a quand même bien plu car on sent une grande rigueur dans cette BD et la suite me semble bien prometteuse. A suivre donc.
7-17b0.gif

 

 

On en parle sur le forum

Dynastie des dragons (La).jpg


Inscrivez vous à la newsletter.

25/10/2010

Le casse T4:La grande escroquerie.

Casse (Le)4.jpgCasse (Le).jpgAuteurs : Duval, Quet et Basset.
Editeur : Delcourt
London calling
Londres, 1977. La vague punk a déferlé sur la Grande-Bretagne. Les Sex Pistols font scandale avec un brûlot de lèse-majesté, God Save The Queen. Bannis des ondes, ils décident de jouer sur la Tamise lors du jubilé de la reine Elisabeth II. Au même moment, au même endroit, un bateau attirera toutes les convoitises avec, à son bord, une colossale cargaison d’héroïne et le butin de la French Connection...

Bof bof bof
La grande escroquerie porte assez bien son nom car cet album est pour moi la première déception de cette série « le casse ».La cause : en voulant trop en faire, Duval a raté l’essentiel, captiver le lecteur. En plus qui s’intéresse encore aux sex pistols à notre époque à part des vieux punks tous croulants ? Vous placez ce mouvement dans une Angleterre en pleine crise et le casse à proprement parlé passe quasiment inaperçu dans ce malstrom de personnages et de flashbacks incessants.
Le  dessin est certes nerveux mais se révèle être assez moyen au final.
God save the next casse.
5-17ae.gif

 

 

On en parle sur le forum.


le casse.jpg

Inscrivez vous à la newsletter.

18/10/2010

Les corsaires d'Alcibiade T5: Aléthéia.

Corsaires d'Alcibiade (Les)5.jpgCorsaires d'Alcibiade (Les).jpgAuteurs : Liberge et Filippi.
Editeur :Dupuis
Déviation.
Maryline, Lydia, Mike et Peter sont désormais pris en chasse par la flotte d'Alcibiade, l'organisation pour laquelle ils travaillaient comme "récupérateurs". Le doute sur les motivations d'Alcibiade n'est plus permis : loin d'être une organisation au service de la Couronne, Alcibiade se révèle comme un puissant levier de pouvoir manipulé par des financiers, qui n'ont d'autre projet que de renverser la reine et le gouvernement britannique. Grâce à sa force de frappe stratégique, scientifique et financière, Alcibiade entend bien dicter sa loi au reste du monde.
Ce qu'il reste à découvrir aux quatre héros, ce sont les réelles motivations des adversaires d'Alcibiade, le degré de confiance qu'ils peuvent leur accorder... et apprendre, au sein de leurs propres rangs, à qui se fier vraiment.

Lecture sado maso.
-Bonjour maitresse.
-Assieds-toi gredin et commences à lire le tome 5 des corsaires d’Alcibiade.
-Oh non maitresse, c’est barbant comme BD
-Quoi ! Tu n’obéis pas à ta maitresse, gredin. Je vais te donner tous les tomes à relire si j’entends encore une plainte !
-Bien maitresse, je vais m’appliquer.
-C’est bien gredin, j’aime te voir souffrir.
-Oh maitresse, j’adore ce dessin brumeux en décalage avec le texte .Oh qu’il y a beaucoup de blablas pour nous expliquer toutes les forces en présence. Alcibiade, Edinger ,Daynio, les amerloques, les français, les anglais, Arhmed…bientôt on va voir les martiens débarquer c’est sûr.
-Ah je vois que tu commences à apprécier Gredin !
-Oh oui maitresse, c’est froid comme votre fouet cette BD. J’adore la coiffure des héroïnes, on dirait qu’elles sont prêtes pour un défilé de Dior.
-Ahhh , gredin continues ainsi et ta maitresse sera généreuse avec toi .
-Mais mais …..J’ai compris le déroulement de la bataille finale …… Ce n’est pas normal ça.
-Ah oui, là effectivement, ça me coupe mon envie de te punir gredin !
-Est qu’on en parle sur le forum Maitresse ?
- Oui, mais dans la chambre des supplices, gredin, tu viens ?
-Oh oui ……..
4-17ad.gif

 

 

Corsaires d'Alcibiade (Les)v.jpg

Inscrivez-vous à la newsletter.