05/07/2007

Box ,Miracles.

Box2_19062007_200108Albbox2Le résumé.
Les services secrets américains ne lui ont pas trouvé d’autre nom que BOX. Du côté du FSB russe, pas de nom. Mais une farouche détermination à ne pas le laisser tomber entre les mains de n’importe qui. BOX a l’apparence d’un coffret en bois, taillé dans le tronc d’un cèdre voici 4000 ans. Gravés sur celui-ci, des symboles sumériens mais aussi égyptiens et araméens, ciselés en couches successives, comme si l’on avait voulu réactualiser les avertissements originels. BOX, maintenant réveillé, pourrait bien changer la face du monde. Et Érica, simple « danseuse exotique », pourrait bien en être l’instrument.

Mon avis
Dans ma chronique du tome 1 (ICI ou utilisez les mots clés noirs en dessous de ce poste pour le retrouver plus facilement), je disais qu’il fallait attendre le tome 2 ou3 pour y voir plus clair. Et bien c’est raté, c’est toujours le brouillard le plus complet. En plus, le scénario nous emmène sur plusieurs pistes possibles, ce qui rend la lecture de plus en plus complexe. Tellement mystérieuse que j’ai décroché dans cette kyrielle de personnages, on y voit même Bruce Willis .J’ai trouvé aussi que  certaines attitudes sonnaient vraiment fausses mais Erica est elle encore qu’une simple strip teaseuse ? Non, évidemment. Coté dessin, rien à y redire, c’est toujours du bel ouvrage avec un zeste de sensualité pour les héroïnes qui fait plaisir à voir.
Un grand angle qui devrait ravir les habitués car tous les ingrédients sont là pour faire prendre la sauce. Il n’empêche que j’ai failli abandonner la lecture .Comme quoi ……on dira que j’étais dans un mauvais jour.
surprises.smileysmiley.com.6

Sur la pochette, la bio d’Alain Mounier.
Ah oui, avec ce tome ,vous recevez un joli ex-libris.Qu'est ce qu'on dit aux éditions Bamboo?

Box_27092006


04/07/2007

Flor de Luna,Santa Maria Cristina.

FlorDeLuna1_13062007_085707FlorDeLuna_13062007_085706Le résumé.
Antoine Chatel découvre le corps “suicidé” de son patron Charles Porter, le prince du Havane, qui disparaît, laissant l’empire bâti par ses ancêtres sans héritier. Plutôt que de prévenir la police, le jeune homme sort de leur cachette des documents racontant l’histoire tumultueuse de cette famille. Il s’allume un cigare et commence tranquillement sa lecture. 1820... Un navire négrier clandestin achemine sa terrible cargaison vers l’île de Cuba, où la main-d’oeuvre africaine fait tourner les affaires des riches planteurs de canne à sucre. Le monopole royal de la couronne d’Espagne sur les cigares vient d’être levé, et de nombreux Espagnols viennent tenter leur chance dans ce nouveau marché qui s’ouvre à eux. Au milieu de l’Atlantique une mutinerie éclate, qui scellera à jamais le destin des passagers de ce bateau, émigrants, esclaves, fonctionnaires espagnols et planteurs créoles.

Mon Avis.

Après avoir lu la critique plutôt négative sur BDgest, je m’attendais à un tome assez insipide. Et bien non, c’est un récit attrayant qui débute par de la piraterie pour se poursuivre par une chronique familiale. Le tout se déroulant dans un contexte historique peu connu, le Cuba du 19 ème siècle. L’histoire est haletante racontée par une narration de Boisserie qui fait mouche malgré une ou deux longueurs (la scène des accouchements) . Et puis le duo Stalner –Lambert s’en sort admirablement pour nous donner un dessin admirable. J’ai réellement apprécié l’effort d’Eric Stalner de nous proposer des autres « gueules » habituellement rencontrées dans ces séries(croix de Cazenac,Voyageur ).La disposition des cases et la finesse des détails sont à souligner aussi.
Flor de Luna n’est pas sans rappeler « les maitres de l’orge » . La pochette en est d’ailleurs un bel exemple. Une saga familiale avec son lot de trahisons, d’amours, de passions et de coups bas sont à prévoir dans les albums futurs qui sont prévus tous les six mois. Curieux de voir si les auteurs tiendront ce rythme infernal. En tout cas, je pense que cette série ne manquera pas de controverses vu les sujets abordés, le tabac, le viol, l’esclavagisme et plein d’autres « joyeusetés » .

surprises.smileysmiley.com.7
C'était ma 199 éme chronique....

Planche_bd_7496_flor_de_luna_tome_1

02/07/2007

Frontière,Post Mortem.

Frontiere3_20042007735frontpl2Le résumé.
Une hormone capable de contrer le vieillissement vaut-elle la vie (et les morts) d’un homme ? Pour les laboratoires Torrent, la réponse est assurément oui. Afin de percer les secrets qui entourent encore la fameuse «Créatine B» qu’il a découverte, patrons et chercheurs de la firme s’affairent autour du corps comateux du Pr. Yves Fréhel et manipulent ses rêves. Fantômes d’amis ou d’amantes, enterrements à répétition, tout est bon pour lui arracher ses souvenirs.
La pression monte d’un cran dans ce troisième tome de «Frontière».

Mon avis

La relecture est souvent très significative sur la qualité d’une BD. Et ici en plus d’être très agréable, elle est plutôt primordiale pour la bonne compréhension du scénario de Rodolphe. Un récit mêlant réalité virtuelle et manipulation psychique avec un héros attachant dessiné par un Bertrand Marchal dont le trait n’est pas s’en rappeler celui de Léo. Mention donc très bien pour ce dessinateur originaire de Verviers  (un p’tit gars bien de chez nous).Dans ce tome 3, les pièces du puzzle se mettent de plus en plus en place et on y apprend pas mal sur les raisons de l’acharnement des « Torrent ». Il reste le tome 4 pour boucler l’histoire. Une BD que je vous conseille donc pour sa très bonne intrigue originale et son mystère habillement distillé tout au long de ce « post mortem ».
surprises.smileysmiley.com.8


735frontpl1

25/06/2007

Pirates ,Un autre monde.

pirates01piratespLe résumé.
Médecin au service de Louis XIV, en disgrâce pour avoir soigné des villageois, Augustin Ambroise d'Aubert a été envoyé aux Antilles pour remplacer le médecin de la colonie française. De son côté, John Woodlof effectue sa première traversée de l'Atlantique à bord du Lord of the Sea, un bateau de guerre parti renforcer la Jamaïque. Lieutenant mais de basse extraction sociale, il est brimé à outrance, comme les marins, par le capitaine despotique du navire royal, et n'est bien entendu jamais soutenu par les autres officiers, tous nobles. Ayant signifié son indignation face aux méthodes du capitaine, Woodlof sera finalement relevé de ses fonctions. Le capitaine en profitera pour débarquer quelques fortes têtes, tandis que d'autres marins décideront de carrément déserter. Quant à Juan Miguel Lopez y Vega, il est fils de grand d'Espagne, rentier, fine lame et grand coureur de jupons. Il est embarqué comme officier sur un navire de guerre espagnol. Il se découvre alors un pied marin lors d'une bataille qui oppose le bateau espagnol à des corsaires, et durant laquelle il se distinguera par sa vaillance. Du coup, il a envie d'en apprendre un peu plus sur les pirates, qui lui semblent mener la vie libre et aventureuse qu'il recherche.
Sollicité par les marins déserteurs, Woodlof accepte de devenir leur capitaine : les hommes décident de s'emparer d'un navire et de partir silloner les mers en hommes libres : en pirates !
Pendant ce temps, d'Aubert est obligé de fuir les militaires et les racistes pour avoir décidé de soigner des Noirs. Il est aidé par Lopez y Vega, avec lequel il s'est lié d'amitié. Ils arriveront à s'échapper dans une petite barque et seront recueillis par le vaisseau-pirate de Woodlof et ses hommes.

Mon Avis.
Feu les pirates, feu la flibuste, feu la mutinerie, feu les combats, feu la liberté, feu l’abordage, feu les canons. Nous voilà plongé dans un récit d’aventures qui sent bon la poudre à canon. C’est une histoire divertissante que nous propose Philippe Bonifay. On ne s’ennuie pas une seule seconde. Si vous aimez le genre, vous serez ravi de voir arriver ces Pirates d’un autre monde. Néanmoins, je dois dire que j’ai appris des choses en lisant le résumé car la narration est assez confuse par moment. Heureusement, les effets de couleurs aident à bien se situer dans la compréhension du scénario. Le dessin de Jacques Terpant est agréable et ne manque pas de charmes. Il suffit de cliquer sur la page pour s’en persuader. Hummmm.
Amis de la flibuste……Feu…
surprises.smileysmiley.com.7

Le lien sur la pochette, le site de Jacques Terpant.

G_3915_02