24/01/2007

Dragonseed"De cendres et de sang".

Dragonseed1_27022006Dragonseed_27022006

Cela fait des siècles que les hommes et les créatures de Krath se préparent à une guerre que seuls certains d'entre eux espéraient ne jamais voir venir. Un sang-mêlé, mi-homme, mi-dragon, dispose de deux lunes pour retrouver le voleur d'une larme de pierre volée à son père, avant que le Conseil des Anciens ne déclenche une guerre trop longtemps repoussée. Le Fils du dragon va pourtant tout tenter pour retrouver la relique magique et ainsi préserver la paix fragile qui subsiste encore entre les deux mondes...

Pas besoin de long discours, cette BD est  faite pour les fans d’héroic fantasy pur et dur. On a droit à pas mal de stéréotypes du genre d'ailleurs. Héros bien chevelu super musclé et ayant pas mal d’aptitude au combat avec en plus  des bottes secrètes, des héroïnes supers sexys, des méchants très laids,des dragons, des elfes, enfin toute la panoplie de la HF. C’est assez sympa, il manque parfois quelques explications car certaines scènes m’ont parues bien étranges. Le dessin accompagné de couleurs numériques est souvent exagéré mais il a son charme aussi.

Une BD pour les amateurs de « Soleil ».

surprises.smileysmiley.com.6

 

Sur le pochette le blog de Matéo Guerrero.

Pour le lien vidéo, des illustrations « héroïques ».

22/01/2007

ECTIS, fantasia décalée

ectis01

Alors déjà pour le petit résumé d’ « Ectis », on va s’amuser.

Paris 2050, un  plus ou moins détective privé reçoit une jeune femme qui veut retrouver son mari .Bien vite de nombreuses fusillades accompagnées d’hémoglobine jalonnent la pseudo enquête de truc machin chose (Il parait qu’il s’appelle Virgin, j’ai trouvé cette info sur le net car dans la BD, il s’appelle plutôt voisin, clone ou frère). Parfois il reçoit la visite de sa voisine … « .eh salut, Whaou, un blind IV, si tu t’en sers pas, je le prends ». (Un exemple de la profondeur des discours de cette BD). Revenons à l’énigme (un bien grand mot), on apprend vite que la femme qui veut retrouver son mari disparu veut le retrouver pour le tuer (ça va, vous suivez).Coup de bol incroyable, tout les indices les dirigent vers une île .Là ,boum bing bang, à la fin on arrive à tuer presque tout le monde en rasant l’île des cartes sauf bien sûr truc machin chose.

J’ai rarement lu aussi mauvais que cette BD. Les dialogues, les réactions, les expressions, tout sonnent faux. Un moment, j’en ai même rigolé car autant rentrer dans le délire des auteurs. Ils ont fumé de  la moquette à mon avis.

Allez, un petit point positif, le dessin proche d’un « Golden City » mais on n’atteint pas non plus des sommets.

Une BD sans queue ni tête style cyberpunk que je conseille à tout bon collectionneur. ( ?????).

Je m’explique. Primo, vous pourrez facilement vous dire que le reste de votre collection est nettement meilleur et deusio, lorsqu’ un indésirable viendra vous demander une BD, donnez lui celle-ci, c’est certain, il ne reviendra pas vous demander une autre. Imparable.

Normalement prévu en 3 tomes, on a fort peu de chance de voir la suite car l’éditeur Nuclea2 n’existe plus. C’est presque dommage.

Comme c’est leur première BD à Pona et Sandro, on leur pardonne bien vite .On a tous droit à une deuxième chance. Ou alors , c’est moi qui n’ai rien compris comme d’hab.

surprises.smileysmiley.com.2

 

Sur la pochette qui annonce bien la couleur « Fantasia décalée », une interview de Pona.

Pour le lien vidéo, un hymne punk, London Calling des Clash.

 

Planche_bd_2072_ectis_tome_1

 

21/01/2007

Shimon de Samarie, les chatiments de la mer morte.

ShimonDeSamarie2_15112006ShimonDeSamarie1_22032005

À Jérusalem, les marchands du Temple font la pluie et le beau temps. Alors qu’on ravale des bâtiments endommagés par un séisme, un cadavre est découvert dans les décombres.
Simple victime du tremblement de terre dont personne n’avait cure ? Ou meurtre hâtivement transformé en accident attribué aux forces de la nature ?
Et qui est cette victime que personne ne semble connaître ?

Pour répondre à cette question, le juge Shimon devra reconstituer, pièce par pièce, l’identité et la biographie du mort, quitte à semer le trouble parmi les sectes qui pullulent en ces temps de mutations profondes…

Grosse déception que ce Shimon de Samarie qu’on trouve dans la collection Dédales des Humanoïdes Associés.  Je me suis ennuyé à un point tel que j’en baille encore. Le gros problème de cette série, c’est qu’on se concentre uniquement sur l’intrigue. On zappe complètement sur le développement des principaux personnages. Fatalement, ils sont très peu attachants. Et puis pour l’intrigue, bonjours les coupures et les raccourcis très déroutants. Le seul point positif, c’est le coté historique de la Palestine sous la joute romaine. Le dessin de Michel Rouge a au moins le mérite de bien rendre l’architecture, les vêtements, l’organisation sociale de cette époque.

Au bout de la lecture, je me suis demandé si ce n’est pas le lecteur qu’on aurait voulu crucifier.

Un polar à oublier au plus vite pour moi.

surprises.smileysmiley.com.4

 

Sur la pochette, la bio de Michel Rouge.

Pour le lien vidéo, Jésus est de retour.

 

ShimonT2_05

19/01/2007

Dies Irae, Maléfices et sacrifices.

diesirae01
diesirae02
DSCF0608

Théo travaille la nuit chez le boulanger Sorbier, un sale type doté d’une fille aguicheuse. Quand il a le temps, il passe donner un coup de main au brocanteur Toszek, qui lui offre des bouquins en échange. Théo a dû abandonner les études à la mort de son père, mais il continue de lire beaucoup. Un jour, il récupère un livre de sorcellerie. Pour rigoler, il décide d’essayer le “charme de chance”. Mais, surprise, ça fonctionne !
Théo réussira t’il à garder le contrôle de sa vie?

Hier, en revenant du travail, je me disais bien que ne se serait pas une soirée comme les autres. Déjà sur les routes, c’était le folklore, branches d’arbres, sapins et autres déviations étaient au menu. Puis voyant tout le village sans lumière, on était bon pour une soirée chandelle. Bin, comme André m’a passé de la lecture, j’avais de quoi passer le temps. Et quel heureux hasard car cette série Dies Irae (Jour de colère) parle de magie noire, de pentacle, de démon .On peut dire que j’étais dans une ambiance de circonstance (voir photo) pour lire ces 2 BD. Le hasard fait parfois bien les choses.

Une série très correcte dans l’ensemble, le personnage principal est attachant avec souvent un humour très cynique,  aussi un ton original pour aborder l’histoire. Mais et il est grand MAIS, dans le tome 2, il s’agit essentiellement d’une lutte contre une incursion démoniaque. Moi j’avoue, j’ai mon overdose de démons. Un sujet bateau actuellement en BD, trop is te veel.

Pour le dessin malgré le manque de luminosité, j’ai bien remarqué que le trait de Max c’est nettement amélioré dans le tome 2. Belle évolution.

Voilà, si les histoires de succombes ou des copains au grand guignol sont votre tasse de thé, vous succomberez au charme de Dies Irae.

surprises.smileysmiley.com.6

 

Pour le lien sur la pochette, un interview de Roger Seiter (scénariste aussi de l’excellent HMS)

Pour le lien vidéo, une tempête, un fou et de la chance ?

 

2203392029_1g