15/09/2016

Confessions d'un enragé

9782344010655-L.jpg1520-4.jpgAuteur : Nicolas Otero

Éditeur : Glénat Comics

128 pages

Sortie prévue le 31 août 2016

Genre : Roman graphique

 

 

Avis de l'éditeur :

Fin des années 1970. Dans les rues de Rabat au Maroc, Liam, un petit garçon, est attaqué par un chat errant. Transporté d’urgence à l’hôpital, le diagnostic est sans appel : il a attrapé la rage. Gravement contaminé mais soigné à temps, Liam a frôlé la mort, mais sa vie s’en retrouvera changée à jamais. Hanté par le fantôme de ce chat, le jeune garçon va développer des capacités hors-norme, et une sauvagerie quasi animale...

Mon avis :

J'ai froid, j'ai mal, j'ai les yeux qui brûlent par cette luminosité aveuglante... cela ne peut se terminer ainsi ! Propos de Liam, petit garçon, qui affronte l'existence et qui métaphorise comme un adulte... car pas plus haut que trois pommes, avec le mal qui le ronge pourtant déjà à la racine.

Pourtant, quelques temps plus tôt, c'est un gosse adorable qui adore l'existence. Liam Kaleb n'a que quatre ans, issu d'une famille aisée, avec un père bossant dans une banque, et une mère à l'usine. Deux salaires, deux garçons, car Liam a un frère, et même si il aime ses parents, il déteste son frère, depuis son plus jeune âge. Mais sa véritable douleur commença lorsqu'il se fit attaquer par un chat errant. Résultat : lèvre et joue recousues, du sang giclant à profusion. Car même si Liam est déjà un dur à cuire, et que les quelques cicatrices et douleurs endurées lui semblent bénignes, le sort en est pourtant jeté, lorsque médecins et spécialistes affirment sans hésitation que le petit aurait chopé la rage !

Le mal se porte et se transmet tel un virus, vagabondant dans ses chairs, s'agglutinant sur des émetteurs sensoriels du système nerveux, détruisant l'authenticité et créant la folie.

Commence pour Liam une longue thérapie, un traitement radical où chaque injection d'un produit dans ses veines le pousse un peu plus dans ses retranchements, le menant vers une frontière de plus en plus distante de la normalité.

Le garçon lumineux et éblouissant devient un être terrifié, malsain, moqueur, violent. Dans les limbes de son esprit torturé, le chat hanté le traque et lui propose un marché : 7 chances pour se racheter. Dans le cas contraire, son âme lui sera dérobée.

Nicolas Otero nous relate une œuvre atypique, surprenante et dérangeante. Utilisant un gamin et non un adulte comme protagoniste principal accentue l'intonation. Au fil des pages, on ressent de la compassion, du dégoût puis de la haine pour cet être... puis de la magie ! Et pourtant le doute demeure. Est-il pleinement conscient de ses actes ? Mérite-t-il notre compassion ou un intérêt quelconque?

Otero relate avec un trait à la fois agressif et tendre, qui pousse à la réflexion. Amerikkka, l'une des ses précédentes séries, troublait déjà le lecteur par ses arguments. Il revient en force et catapulte au visage des lecteurs un constat noirâtre, qui s'adoucit vers un final rayonnant : la différence, décrite ici, plonge le héros vers une spirale de souffrance et de questionnements, mais le prix en vaut la chandelle, car plus la souffrance endurée est vécue avec passion, plus le personnage progresse et se délivre de ses démons intérieurs.

Amitié, amour, liens de parentés, fusion corporelles, délivrance, autant d'éléments qui contribuent pour Liam à son ascension vers sa liberté.

Peint comme une biographie, sans en être une, Confessions d'un enragé téléporte notre inconscient vers les profondeurs abyssales. Un petit bijou dans son genre !

a08-3e78906.gif

Coq de Combat

confessions d'un enragé,nicolas otero,glénat,810,roman graphique,082016

 

05/09/2016

IRS T17 : Larry's Paradise

51nhuk+s9RL__SX370_BO1,204,203,200_.jpg1520-4.jpgScénariste   : Stephen Desberg

Dessinateur : Bernard Vrancken

Éditeur : Lombard 3ème Vague

56 pages

Sortie prévue le 2 septembre 2016

Genre : Domaine financier

 

Avis de l'éditeur :

Après avoir démissionné de l'IRS, Larry Max met ses talents au service d'une société privée d'investissement. Le meilleur agent du fisc américain a-t-il retourné sa veste ou s'agit-il d'une mission d'infiltration ? Quels que soient les plans de Larry, ils passent soudain au second plan après un appel téléphonique qui le bouleverse : « Allo, Larry ? Ici Gloria... » 

Mon avis :

Suite à sa démission de l'Internal Revenue Service (communément appelé IRS), Larry B Max propose désormais ses services aux clients fortunés, lui qui auparavant luttait désespérément contre ces mêmes individus, puisqu'il faisait partie du Fisc, œuvrant contre la fraude fiscale. Tout arrive suite à une offre plus qu'alléchante de Kyle Financial Partners, située en plein Wall Street, la Maison mère de la finance. Contre toute attente, un ennemi agissant dans l'ombre tente d'éradiquer les mentors de la fraude fiscale, ce qui met Larry Max de très mauvaise humeur, puisqu'il est en charge d'un de ses gros clients... sans parler du mystère rodant autour d'une femme se faisant passer pour Gloria, alors que cette dernière, l'authentique Gloria en personne, si proche de Larry, est décédée des mois plus tôt.

Avec ce Larry's paradise, on ressent un Larry Max en pleine forme, en pleine possession de ses facultés cognitives et physiques, mais dont le doute n'a d'égale que sa confiance abondante. Larry joue et évolue en territoire miné où chacune de ses décisions reste capitale.

 Vrancken reproduit son dessin déjà utilisé lors des 1ers tomes de sa série : il dessine à l'encre, avec légèreté et grâce. Comparable à Largo Winch, pour ses couleurs lumineuses et ses personnages qui ont du charisme, la série IRS a déjà dépassé ses 15 ans d'âge. Son point de référence consiste à toucher étroitement à l'actualité récente, à la crise financière, aux subprimes de 2007, ainsi qu'aux magnas de la finance corrompue, et à l’appât du gain immédiat, sans le moindre scrupule.

Larry B Max, ce héros aux commandes de la justice, pourvu d'un charisme certain, a toujours revendiqué ses couleurs pour la droiture et la bravoure. Alors, avec ce tome, où on le peint, trinquant avec l'ennemi, qu'en est-il de son sens de l'honneur? Sortant des sentiers battus par le fait de parrainer les riches, nous obtenons une vision neuve de ce protagoniste hors-pair... mais ne vous y fier pas, la manœuvre orchestrée des auteurs suscite un réel intérêt et le dénouement du récit contribue grandement aux nombreuses questions en attente.

Le duo Vrancken - Desberg connait son sujet, tout est forcement calculé de leurs parts, même si le concept de ce nouveau volet est à la fois audacieux et entreprenant.

Lutte contre les paradis fiscaux, l'implication des médias à soulever les foules vers une soif de liberté et de justice, l'influence des marchés, autant d'éléments qui contribue à relooker l’excellente série qu'est IRS.

Et côté graphique, malgré le travail acharné de Vrancken, travaillant sur une ligne claire fraiche jouant en profondeur, nous ne pouvons que regretter qu'un élément : Ses personnages secondaires manquent de finesse et d'étoffes. Son trait se concentre au maximum sur Larry Max, toujours élégant, minutieux dans sa justesse, mais qu'en est-il de ses femmes, qui manquent cruellement de féminité et de charme, on croirait presque observer des hermaphrodites anorexiques. Il n'en a pas toujours été ainsi, et c'est bien regrettable, car hormis ce "détail", qui n'en est point un, le rendement général de son travail est de haut calibre.

a07-3e78901.gif

 1520-3.jpg

Coq de Combat

 

30/08/2016

Wunderwaffen T9 : le visiteur du soir

sans-titre.pngPlancheA_283163.jpgScénariste : Richard D Nolane

Dessinateur : Maza

Éditeur : Paquet

48 pages

Sortie : le 22 juin 2016

Genre : Aviation

 

Avis de l'éditeur :

Aiguillonnés par Churchill et De Gaulle, les Américains prennent enfin conscience que ce qui se passe en Antarctique pourrait modifier le cours de la guerre. Un étrange jeu sinstalle entre le Visiteur naufragé des étoiles et Himmler. Leurs sorts semblent désormais liés, si larme alien Thor ne voyage pas dans le temps pour faire échec au débarquement de 1944 et changer lHistoire, le Visiteur restera prisonnier de la glace et ne sera jamais découvert par les nazis qui perdront la guerre. 

Mon avis :

Après l'échec surprise du débarquement allié, le 6 juin 1944, les armes volantes spéciales des nazis déciment les avions alliés. Le major Walter Murnau, homme d'honneur et talentueux pilote se retrouve décoré par Adolf Hitler, mutilé lors d'un attentat et qui lui inspire crainte et dégout.

Il est surnommé le pilote du diable. Les américains dévoilent dans le ciel du Reich qu'ils ont commencé à maitriser en secret, au cœur de la zone 51, la technologie des Wunderwaffen.

Les scènes de combat sont d'un réalisme impressionnant, et ce, malgré le manque de décors arrière-champ, plutôt vide. Les scènes de pénombre éclairées impressionnent, et la profondeur de champ est soigneusement calibrée. On retrouve un découpage classique mais efficace.

Les couleurs sont nettes, éclairées par de gracieux jets de lumières. Cet album plaira aux inconditionnels de la série et demeure un must pour le rayon aviation - militaire - historique, grâce entre autres au suspense haletant et aux différentes tactiques militaires. Un bon présage pour la suite de la série.

 
a06-3e788fc.gif

wunderwaffen,maza,nolane,paquet,062016,aviation,610

Coq de combat

 

24/08/2016

Aliénor T5:la légende noire

61YSPSSXnHL__SX357_BO1,204,203,200_.jpgPlancheA_282383.jpgScénaristes : Arnaud Delalande & Simona Mogavino

Dessinateur : Carols Gomez

Éditeur : Delcourt

Sortie : le 22 juin 2016

Genre : Historique

 

 

Avis de l'éditeur :

Désormais mariée à Henri Plantagenêt, Aliénor s'apprête à embarquer pour l'Angleterre. Mais les derniers mois ont été terribles. Geoffroy, le frère d'Henri, prépare dans l'ombre le soulèvement de l'Anjou. Or, ce dernier bénéficie d'un allié de taille : Louis VII, roi de France, plus que jamais résolu à se venger du remariage de son ex-épouse, alors même que la guerre de succession pour le trône d'Angleterre fait rage !

 

Mon avis :

Machinations, trahisons, exécutions, envie, jalousie, chacun y met du sien pour accéder au trône tellement envié par tous. Les coups bas pleuvent à volonté, qu'importe les crimes et les assassinats pour réaliser l'exploit tant convoité. Ce 5ème volume se concentre sur la trahison accentuée entre la Reine de France et celle d’Angleterre.

Notons qu'une pléiade de protagonistes secondaires apparaissent, certes nécessaire au fil conducteur mais cela demande grande concentration par moments.

Graphiquement, on retiendra et s'arrêtera longuement face à certaines planches de toute beauté. Quel travail d'arrache-pied, Carols Gomez y met tout son panache. Le must demeure les animaux, travaillés à l'excellence, qu'il s'agisse d'un hibou, d'une meute de chiens partant à la chasse, ou encore leurs proies, de petits renards tout penaud, on en redemande. Mais le talent de l'artiste ne s'arrête pas à ce stade. Doué pour accentué les reflets lumineux, comme si ses dessins possédaient l'option "arrêt sur image", de sorte que l'on puisse s'exalter face à ce brillant travail.

La fin du tome laisse entrevoir une suite des plus alléchantes. Cette série tient ses promesses.

 

 a08-3e78906.gif

 

COQ DE COMBAT.