22/11/2017

Les Enfants de l'Araignée

51W6tP9ExPL__SX354_BO1,204,203,200_.jpgenfants-araignee-3.jpgAuteur : Mario Tamura

Éditeur : Casterman

Genre : Avant-gardiste

408 pages - Cartonné

Sortie : le 11 octobre 2017

 

 

Avis de l'éditeur :

Dans un futur post-apocalyptique, l'humanité a trouvé refuge dans des villes administrées comme des prisons par une junte militaire. Les enfants de l'araignée rêve d'un avenir meilleur. Ils vont provoquer la rébellion qui fera apparaître au grand jour l'horreur innommable à laquelle ils sont tous promis.

Mon avis :

Lorsque les ados se réveillent au matin, ils entendent résonner une alarme - un compte à rebours leur montrant le temps restant avant de parvenir à l'école, un centre de redressement. Malheureusement pour Sorao et sa bande de potes, les arrivées tardives s'accumulent...ainsi que les sanctions. Placés sur liste noire, ils en sont à leur septième retard, du coup, jetés tels des criminels dans une prison de l'établissement. A la huitième fois, ce sera le trou, un endroit flippant et mystérieux. Découvrant une issue, ils parviennent au dehors de l'enceinte, et suivent la piste d'ombres de squelettes de poissons, se glissant au milieu d'une décharge de frigos usagés. L'un de ces frigos donne accès à un monde souterrain - véritable civilisation, qui vit en marge du monde supérieur.

 

Mario Tamura propose avec les Enfants de l'Araignée un titre poignant. Son scénario avant - gardiste affiche un portrait bien sombre du futur, où tout sans exception est contrôlé par le système supérieur. Tout se voit, tout se sait, tout se dit, l’information est diluée par ondes, même dans les recoins les plus retranchés. Les punitions sont immédiates et généralement pas équitables au mal commis. Les denrées naturelles sont rares, l'humain survit après ce qui semble avoir été plusieurs cataclysmes. Loin de la surconsommation, les gens ont peu mais sont lessivés de l'intérieur.

L'individu constamment oppressé se résout à son sort, sans particulièrement montré de la tristesse puisqu'il agit de manière mécanique, répondant par un instinct machinal. La jeunesse que l'on suit au travers de ses pages n'ont pour ainsi dire aucune attache puisqu'ils ont été déplacés de leur bidonville pour atterrir à Gothic Town. Placés contre leur gré au centre de redressement, leur souhait est de retourner vers le bidonville de Juna où ils proviennent.

L'auteur place ses protagonistes comme il le conçoit, sans prétendre à tout relativiser, ni à détailler son fil conducteur. Cela, sera le rôle du lecteur qui créera dans son imagination les cases du puzzle à compléter.

Quant au titre, évocateur et pertinent, il s'analyse par différentes structures. Les prostituées ont une position prédominante dans ce bouquin. Classes, sexy, elles ont du répondant et peuvent être associées à des araignées tissant leurs toiles pour appâter le client. Le premier plat de couverture montre d'ailleurs l'une d'elle reliée par des fils d'une toile. Les jeunes ados en quête de liberté (ne fût-ce qu'imaginaires) s'apparentent également aux araignées du système qui les place là exactement où il le souhaite et l'exige.

 

Enfin, tout ce qui touche à la partie graphique est plus complexe que l'on ne pourrait croire. De prime abord, le visuel tend vers un style rétro désorganisé. Mais en observant de plus près, le lecteur chevronné décèlera des variations impressionnantes du trait de Mario Tamura. Les angles de vue et le découpage se démarquent de bon nombre de mangas, trouvant ici une marque constructive.

Mario Tamura est peint comme un artiste de génie au japon. Ses œuvres publiées dans le "Manga Erotics F" se rapprochent de ceux de Taiyô Matsumoto (Sunny) et de Kiriko nananna (Blue).

En dépit de sa noirceur, voici un visage charmant, pour un manga qui secoue le lecteur, comme on aimerait en contempler plus souvent. Bien entendu, il convient d'avoir un certain regard et une grande patience en lisant ce récit complet, car les informations n’apparaissent que par bribes et certaines pas du tout, c'est à vous de vous mettre en situation et de travailler votre imagination.

 

enfants-araignee-4.jpg

Album_R_sf_txt_65px.jpg

les enfants de l'araignée,mario tamura,casterman,810,102017,avant-gardiste

Coq de Combat

 

 

16/11/2017

Alice on Border Road T1

alice-on-border-road-1-delcourt.jpgalice-on-border-road-tome-1-delcourt-tonkam-planche5.jpgScénario : Haro Asô

Dessin    : Takayoshi Kuroda

Éditeur   : Delcourt / Tonkam

Genre    : Survival

192 pages

Sortie : le 20 septembre 2017

 

Avis de l'éditeur :

 

Une lycéenne introvertie se retrouve, malgré elle, dans un Japon en ruine et post-apocalyptique. Accompagnée d'autres personnes qui sont dans la même situation, ils vont explorer ce monde et découvrir qu'ils sont coincés dans un jeu cruel. Contraints d'y participer pour rester en vie, ils vont vite en découvrir les règles. Les jeux proposés sont symbolisés par des cartes à jouer, et le chiffre sur la carte indique le niveau de difficulté du jeu, tandis que le couleur indique son type.

 

Mon avis :

Des individus issus de Tokyo se réveillent sans le moindre souvenir de ce qui s'est produit récemment dans leur existence. Ils émergent à Kyoto, chacun disposant d'une carte de jeu (Roi - Reine - Valet...)

Un cadre dans une société, un chauffeur poids lourds, un détective privé, des sœurs mystérieuses... ils sont 11, dont Alice, une jeune femme élancée et pleine d'assurance, qui néanmoins déteste la vie dictée par la société. Sa rencontre avec une autre jeune femme, Kina Sato, va les placer sur le centre de l’échiquier de ce jeu intriguant.

Alice on Border Road s'annonce comme étant un énième "survival post apocalyptique". Malheureusement, pour ce premier tome, on ne plane pas réellement, les protagonistes ne se démarquent pas et se prennent bien trop vite au jeu. Certes, ils n'ont aucun souvenir de leur passé immédiat, ont chacun une carte de jeu, mais se sentent conditionnés sans trop réfléchir. Chaque participant, hormis un seul, protège sa carte pensant que c'est le seul moyen de se sortir de leur condition.

 Étrange que le résumé de l'éditeur se porte sur une autre protagoniste qu'Alice car la jeune femme introvertie est Kina, tandis qu'Alice affiche une soif de vivre malgré les apparences, qui peuvent être trompeuses comme elle le relate.

Graphiquement, on se retrouve avec certaines planches de bonnes qualités, sans plus. Les décors arrières-champ manquent de détail, sauf quelques paysages de Kyoto qui valent le détour.

Vous l'aurez compris, ce manga n'est pas l'un des meilleurs de l'année; mais soyons correct, ceci est un tome 1, donc à voir pour les prochains.

 

PlancheA_311623.jpg

 

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

alice on border road,kuroda,asô,delcourt  tonkam,610,survival,092017

 

alice on border road,kuroda,asô,delcourt  tonkam,610,survival,092017

 

alice on border road,kuroda,asô,delcourt  tonkam,610,survival,092017

Coq de Combat

14/11/2017

Jour J : La Révolution Russe - Edition Spéciale

sans-titre.pngPlancheA_309664.jpgScénaristes : Fred Duval & Jean-Pierre Pécau

Dessinateur : Florent Calvez

Éditeur : Delcourt Série B

Genre : Historique

Sortie : le 13 septembre 2017

 

 

Avis de l'éditeur :

Le commissaire Blondin est chargé d’escorter Jules Bonnot, lanarchiste, pour assassiner le tsar Nicolas II. Lorsquils arrivent en Russie, Lénine rassemble ses troupes. Mais ils commencent à avoir des doutes : et si les Bolcheviks, une fois au pouvoir, remplaçaient un autocrate par un autre ? Les deux Français se lancent alors dans un pari fou dont le résultat ne sera pas celui attendu par Clemenceau

Mon avis :

Ce récit complet démarre de suite à grande enjambées, en 1917, avec le "Tsar Nicolas" qui négocie avec le "Kaiser". "Georges Clémanceau" panique car il entrevoit déjà les allemands qui pourront ainsi débarquer à Alger et Bône. Puisque les russes négocient, Clémanceau à Alger souhaite renverser le Tsar. Un homme est désigné par le "Tigre" pour cette mission d'envergure : "Blondin" (3 ans au combat + spécialiste de la Brigade du Tigre)

Mais le véritable bonhomme sélectionné par le "Tigre" pour cette aventure périlleuse est un dénommé "Jules Bonnot", un homme au passé nébuleux, laissé pour mort. Seul recours pour sauver la République. Cependant, ce dernier est prisonnier au Château d'If (précédemment à la Roquette où il fût incarcéré) Afin de délivrer ce type, Blondin est secondé par un slave spécialiste et manieur de couteaux, un certain "Josip Broz Tito".

Une fois délivré, notre homme en mission par le Tigre, assiste Blondin, en direction pour la Suisse où ils sont censés rejoindre la Confédération.

Outre le suspense omniprésent, on découvre tant d'éléments : géographiques, historiques ( à ne plus savoir qu'en faire, tellement l'amas d'informations percute à tout-va!) ainsi que sur des avions - voitures de l'époque ( à bord de l'aéroplane Lioré Olivier Leo H-13, puis au volant d'une Delaunay)

Une autre maîtrise de style repose sur les nombreux flashbacks : au tiers de l'album, Bonnot et Blondin se racontent un cours d'histoire :

- Septembre Rouge en 1914, dans la Marne : Tout démarre avec l'assassinat de l'archiduc François Ferdinant. Des alliances se créent ensuite et l'Allemagne lance le plan Schlieffen pour envahir France puis Russie. A la Marne, les français tentent de bloquer les forces allemandes. Au début de 1915, l'Armistice est signée. Et dans le Var, Clémenceau est patron d'une maison d'édition du journal et utilise son réseau de contacts. Du coup, le tigre est rejoint par une partie de la flotte française. La Résistance s'organise.

La seconde partie du récit se déroule à Petrograd en octobre 1917 avec les figures emblématiques Vladimir Ilitch Oubianov ("Lénine") Joseph Vissarionovitch ("Koba") Le Duo Blondin - Bonnot s’associe avec Koba grâce à l'argent dérobé. Trotski - Lénine et les français se retrouvent à coopérer contre les forces secrètes tsaristes. Les règlements de compte défilent, notamment au travers de successions de fusillades sur des places publiques, provoquant bien entendu des dommages collatéraux. 

Certaines répliques sont tout bonnement géniales :

- Bonnot : Ni Dieu, ni Maitre, ni Roi!

- Clémenceau : L'honneur, c'est comme la virginité, ça ne sert qu'une fois!

D'un point de vue graphique, Florent Calvez a un trait percutant! Spectaculaire dans le graphisme -  les vallées en Suisse au col de Forclaz sont magnifiques. Clin d’œil également page 46, où l'on retrouve parmi des personnages secondaires celui de "Tintin" ainsi que des grooms "Spirou".

Certainement l'un des titres de la série les plus concluant.  Une belle opportunité de le (re)lire, puisque étant une réédition des tomes 3 et 4 de la série, repris en un seul volume (avec notamment des bonus historiques)

jourJRevolutionRusse-EdSpe-2.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

jour j,calvez,duval,pécau,delcourt b,810,historique,092017,jour j,calvez,duval,pécau,delcourt b,810,historique,092017

 Coq de Combat

 

12/11/2017

Les chroniques courtes #148, Les Monstres attaquent 2/3, BTooom T22, Master & Slave T.1

Les Monstres attaquent 2/3

Couv_314203.jpgScénario : Cullen Bunn et autres
Dessin : Julián López et autres

Éditeur : Panini comics
152 pages
Date de sortie :  novembre 2017 (kiosque)
Genre : comics de super-héros

 

  

Mon avis:

Voici le deuxième opus de la série limitée Monsters Unleashed de Marvel. Les monstres continuent à pleuvoir sur la terre et les super-héros ont du mal à les contenir ! Spider-Man et le Doctor Strange ont bien du mal à éliminer une grosse bête furieuse, et les X-Men n'en mènent pas large. Mais des faits nouveaux arrivent: les vieux monstres terrestres (Fin Fang Foom et consors) s'unissent aux héros pour combattre les nouveaux arrivants, la chasseuse de monstres, Elsa Bloodstone à trouvé un gosse,Kei, qui a le pouvoir de faire apparaître les monstres qu'il dessine... Pourra-t'il les éliminer aussi ? Mais le vrai danger arrive du fin fond de l'espace...

Une belle mini-série qui me réconcilie un peu avec le nouveau monde Marvel. Des nouveaux dessinateurs et auteurs font ici leurs premiers pas mais la série principale est du prolifique Cullen Bunn qui nous montre encore ici son imagination débridée. Et puis quel plaisir de revoir les vieux monstres crées il y a des décennies au début de l'ère Marvel comme Googam, fils de Goom ou Xemnu.

 

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

 

 

______________________________________________________________________

BTOOOM Tome 22

Les chroniques courtes, #148, btooom, Junya Inoue, Glénat, SurvivalLes chroniques courtes, #148, btooom, Junya Inoue, Glénat, SurvivalAuteur : Junya Inoue
Editeur : Glénat
210 pages
Genre : Survival
Sortie : le 4 octobre 2017

 

 

 

Mon avis :

Sakamoto vs Kida, dernier round entre deux des protagonistes centraux de Btooom. Malgré l’intervention à distance d’Ida, qui a temporairement pris le contrôle des bureaux de la maison mère, et qui communique par émetteur à chaque joueur toujours vivant, comme quoi la partie est terminée…cela ne semble pas calmer les ardeurs des concurrents restants. Ils cherchent à s’entretuer quoi qu’il advienne.

 

Les explosions se comptent par dizaines, à se demander comment Sakomoto ne soit que très légèrement blessé à l’épaule. Il évite les propulsions comme si il évitait des balles de tennis.

Hormis cela, on savoure encore et toujours cette agréable série survival. La série terminée au Japon compte 26 tomes…encore 4 épisodes avant la conclusion finale. La suite est prévue en février 2018…Patience !

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

Les chroniques courtes, #148, btooom,

 

Les chroniques courtes, #148, btooom,

 

Les chroniques courtes, #148, btooom,

Coq de Combat

______________________________________________________________________

Master & Slave tome 1

les chroniques courtes,#148,les monstres attaquent,cullen bunn,julián lópez,panini comics,super-heros,btooom,junya inoue,glénat,survival, Master & Slave, manga, shojô, romance, jeunesse Auteur : Ai Hibiki
Editeur : Soleil
Genre : Shôjo, romance, jeunesse
Sortie : le 11 octobre 2017

 

 

 

 

Mon avis :

 

Que se passe-t-il quand une richissime jeune fille devient pauvre et que, en prime : celui qu'elle a toujours considéré comme son esclave devient multimilliardaire et la traite à son tour comme une esclave ? C'est la fil conducteur de cette version moderne et moins candide de « princesse Sarah » au Japon ! Kanna, notre héroïne, se retrouve donc à répondre aux moindres exigences de son ancien larbin, non sans mal, jusqu'à découvrir.... qu'elle l'a toujours aimé ! C'est donc un sérieux bon petit manga pleins de rebondissements, même si certains points sont cousus de fils blancs pour nous, ô lectrices aguerrie de shôjô bien arrangés par une des maîtresses du genre à l'heure actuelle : Ai Hibiki.

Que du bonheur pour nous... et de la pagaille pour notre duo de charmes et de choc !

Album_R_sf_txt_65px.jpg

Les chroniques courtes, #148, btooom,

Affaire à suivre,

ShayHlyn.