03/06/2016

Elfes T13 : le guerrier mort

5150Jdt+PvL__SX354_BO1,204,203,200_.jpgelfesT13-2.jpgScénariste : Olivier Peru

Dessinateur : Stéphanie Bileau

Éditeur : Soleil

48 pages - cartonné

Sortie : le 27 avril 2016

Genre : Heroic - Fantasy

 

Avis de l'éditeur :

Lha’saa et ses légions de morts sèment la désolation et le chaos partout où elles passent. Aucun seigneur, aucune armée, aucun mur ne semblent pouvoir arrêter la nécromancienne elfe noire... jusqu’à ce que Fall et son dragon

 se dressent sur sa route. Il est temps pour les plus anciennes et puissantes créatures du monde de s’affronter. Le champ de bataille les attend, qui de l’elfe blanc ou de l’elfe noire y mourra ?

 

 

 

 

 

 

Mon avis :

Ce 13ème tome d'Elfes, se concentre sur le duel entre la nécromancienne Lha'saa et Fall, l'elfe blanc. Capable de s'accaparer le corps qu'elle souhaite, la magicienne parvient à accumuler une dose d'énergie la désignant comme favorite. Le scénario repose sur des bases solides, et le final verse vers un concept dramatique et héroïque, ce qui permet d'espérer une suite tout aussi alléchante.

Magie, Monstres et Guerriers légendaires... un melting pot qui ravira les adeptes du genre.

 

Le crayonné de Stéphane Bileau ne cesse de s'améliorer, il présente un trait travaillé au millimètre. Il suffit de contempler le 1er plat de couverture pour comprendre l'étendue de son talent. Qu'il s'agisse des héros, des monstres particulièrement originaux, ou encore des arrières- plans soignés, la minutie semble être l'une des préoccupations majeures du dessinateur. Lorsqu'on lit un album d'Elfes, le visuel est de mise et de rigueur. Un enchainement de couleurs diamétralement opposées qui alternent en fonction des lieux et du choix délicat des auteurs. Tout est travaillé pour activer nos sens dans les moindres recoins : la froideur accompagne un vent glacial sur les pages, tandis que la violence des combats augmente l'adrénaline dans nos veines. Le lecteur sera subjugué d'être entrainé en pareilles situations, surtout que les terres où évoluent les personnages sont toutes aussi fascinantes.

Une dynamique survoltée, un effet éclairé et visuel comparable au style cinématographique, créent une magie qui contribuera à satisfaire les plus difficiles admirateurs d'Heroic-Fantasy. Notons également, l’apparition du nain Redwin, protagoniste qui évolue indépendamment dans sa série annexe.

 a07-3e78901.gif

Coq de Combat

elfesT13-3.jpg

01/06/2016

Hinomaru Sumo - Tome 1

51TWOQEADHL__SX319_BO1,204,203,200_.jpgj013.jpgAuteur : Kawada

Éditeur : Glénat

Collection Shônen

192 pages

Sortie : le 6 avril 2016

Genre : arts martiaux

 

Avis de l'éditeur :

Le club de sumo du lycée Ôdachi a beau être l'un des plus faibles de la ville, le jeune Hinomaru décide quand même de le rejoindre. Il faut dire que ni sa taille ni son gabarit ne font de lui un futur sumo… Pourtant, ce nouveau venu pourrait bien se révéler beaucoup plus fort que prévu… Réussira-t-il à atteindre le grade suprême de yokozuna ?! Découvrez le parcours de ce lycéen hors norme dans le monde enflammé du sumo !

 

Mon avis :

Contrairement aux autres sports de combats, le sumo ne présente aucune différence de catégorie de poids. Les plus lourds seront donc privilégiés par leurs tailles et leur kilos. Vu le gabarit médiocre du jeune Hinomaru, ses condisciples se fendent la poire lorsqu'il souhaite relever le niveau face aux meilleurs athlètes. Mais sa rapidité et sa ténacité prouvent à autrui qu'il gravit largement les échelons de l'ascension de manière épatante. Son but étant de devenir yokozuna, l'élite des sumos formés selon une discipline rigide.

Sans réelle surprise, cet album n'offre guère d'intérêt. Le trait de Kawada se défend certes, mais n'apporte rien de neuf ni de créatif. Le découpage est constitué de petites cases homogènes ou pleine planche, ce qui parvient à donner l'impression de dimension et de profondeur de champ. Tout est presque téléphoné et conditionne le lecteur à la surface. Malgré l'implication de l'auteur à vouloir donner du sens à son ouvrage, on piétine des sentiers vus et revus. Le héros à la carapace inébranlable se voit projeter à affronter des adversaires cent fois meilleurs que lui mais parvient sans trop de difficultés, à marquer son territoire...

 

En matière d'arts martiaux, on a connu nettement meilleur profil.

 a05-3e788c9.gif

Coq de Combat

hinomaru sumo,kawada,glénat,510,042016,arts martiaux

09/05/2016

Frankenstein Underground

51ba3a+BLGL__SX325_BO1,204,203,200_.jpgfrankensteinUnderground-4.jpgScénario : Mike Mignola
Dessinateur : Ben Stenbeck
Éditeur : Delcourt Comics
144 pages
Sortie : le 13 avril 2016
Genre : fantastique

 

 

Avis de l'éditeur :

Après avoir affronté Hellboy en combat singulier, le monstre de Frankenstein s'échappe d'un horrible laboratoire mexicain où il était retenu prisonnier, et rencontre des créatures étranges dans le désert où il découvrira certains des plus grands secrets du monde mystérieux de l’univers de Hellboy ! Mike Mignola commence à apporter des réponses pour son grand final.

Mon avis :

S'attaquer à une pointure mythique telle que Frankenstein n'est point une mince affaire. Nombreux sont les cinéastes, les romanciers et les divers auteurs qui ont tenté de marquer de leur empreinte cette icône créée par l'Anglaise Mary Shelley vers 1818. Certains y sont parvenus, d'autres sont tombés dans l'anonymat. Frankenstein Underground, dirigé par les idées brillantes de Mike Mignola, permet au lecteur de pénétrer une autre dimension de la créature légendaire.

Comme pour la majorité des œuvres de Mignola, l'une de ses marques de fabrique consiste à mettre au premier rang des héros torturés. Craints, haïs, rejetés, ces êtres plus proches de la créature que de l'humain, trouvent généralement un second souffle vers une quête personnelle. Pour ce qui est de cet album, on a droit à un travail soigné autant scénaristiquement que graphiquement. Un style qui plait aux lecteurs non conventionnels, à la recherche de sensations neuves et déstabilisantes. Car l'auteur mélange une poésie satirique au grotesque ridicule. Presque inclassable de par sa créativité à contre-courant, Mignola emprunte des sentiers à la croisée des mondes. Accompagné par Ben Stenbeck au dessin, le duo s'acharne autant sur le supplicié Frankenstein, qu'à nous torturer les yeux et les méninges par ce script rocambolesque, au trait déchiré et esthétiquement envoutant.

Il s'agit d'un one shot, et c'est amplement suffisant. On se délecte de ces 144 pages qui se savourent à parts entières. L'album est agrémenté en fin de récit d'un carnet de croquis ainsi que des commentaires des auteurs.

Notamment connu pour son œuvre atypique HellBoy, Mike Mignola s'est vu décerner une dizaine d'Eisner Awards, créant un réel univers qu'il s'agisse du monde de la BD, du cinéma ou encore concernant les jeux en 3D.

a07-3e78901.gif

 

Coq de Combat

frankensteinUnderground-3.jpg

 

 

Btooom - Tome 17

Couv_277636.jpgPlancheA_150613.jpgAuteur : Junya Inoue

Éditeur : Glénat

194 pages

Sortie : le 6 avril 2016

Genre : Survival

 

 

Avis de l'éditeur :

La mort de Hikaru Soga a profondément choqué Ryota, qui voit toutes ses barrières morales sauter d'un seul coup. Adieu la gentillesse et bonjour la rationalité cruelle pour encore plus d'efficacité. S'ensuit un puissant combat contre Heitaro Togo et Kosuké Kira, ce dernier frôlant la mort sous les assauts de Ryota. Ailleurs sur l'île, la modification des règles sème le chaos et bouleverse l'organisation des différentes équipes. C'est alors qu'apparaît un nouveau personnage qui en sait beaucoup sur le passé de Nobutaka Oda ! 

 

Mon avis :

Ce 17ème tome perd autant en intensité qu'il nous laisse sur notre faim. De quoi mettre nos nerfs en standby, suite aux nombreux rebondissements incessants que l'on a pu suivre. On a droit à un Ryota plus agressif, plus déterminé, qui prend davantage son rôle au 1er degré. Fini les hésitations, les plans stratégiques interminables, il affine et affute ses capacités offensives et se dirige au plus simple.

Avec du recul, force est de constater que ce tome n'apporte que peu d’intérêt, on s'attendait à davantage de folie de la part de Ryota, la preview du tome précédent laissait pourtant présager du lourd, on est loin du compte du stade espéré. L'unique point déterminant de ce volume provient des origines de Nobutaka, et des circonstances de son kidnapping. On apprend de fait que le guerrier solitaire trouve sa force et sa détermination dans une discipline et une manière autodidacte de rassembler les informations.

Quant au nombre de participants, il demeure tel quel. Sachant qu'il ne leur reste qu'une journée pour réunir les puces afin de s'extraire de l'île, on se demande par quel stratagème l'auteur compte s'y prendre. A ce stade avancé de la série, il est impératif que Junya Inoue nous en mette plein les yeux. Affaire à suivre...

a06-3e788fc.gif

 Coq de Combat

PlancheA_239264.jpg