23/02/2016

Jour J - Tome 23 - La République des esclaves

51hiHir3y2L__SX371_BO1,204,203,200_.jpgPlancheA_270716.jpgScénaristes : Fred Duval & Jean-Pierre Pécau
Dessinateur : Fafner
Éditeur : Delcourt
56 pages
Sortie : 10 février 2016
Genre : Péplum

 

 

Avis de l'éditeur :

58 avant Jésus-Christ. La République des affranchis, fondée par Spartacus en Sicile, défie l'armée romaine et fait trembler Rome depuis treize ans. Mais la crainte dune nouvelle guerre contre Carthage redonne à la Sicile un statut de terre stratégique. Jules César est donc chargé, plutôt que d'aller en Gaule, de conduire les légions qui attaqueront Spartacus et les siens. 

 

Mon avis :

La série Jour J s'attaque cette fois à un grand versant historique, à savoir le personnage fascinant de Spartacus. Vouloir vivre et mourir en homme libre, telle était sa devise, et celle de milliers d'esclaves qui l'ont suivi dans son périple. Le récit dès son ouverture montre un Spartacus déjà fier conquérant, à ses côtés son fidèle ami Crexus (clin d’œil au passage pour tous les fans de la passionnante série télévisée comprenant 39 épisodes de Steven S. DeKnight) et son campement à Bruttium en Italie. Aidés par les Ciliciens, ils parviennent sans peine à s'introduire en Sicile, et s'emparent des lieux. Dés lors, la Sicile devient la République des Affranchis, et reste prospère durant 13 longues années, avant une bataille décisive.

Au scénario, le duo Duval - Pécau parvient à distiller un récit particulièrement alléchant. De suite, on se retrouve en plein action, les différents protagonistes (César- Crassus - Spartacus...) misent leur va-tout, et les différentes stratégies prennent une sacrée envergure dont l'unique but consiste à désabuser l'ennemi. Le sage Spartacus souhaite la paix pour lui et son peuple, et n'envisage nullement de pourchasser les Romains, si de leurs côtés, ils restent courtois. Mais bien entendu, les résolutions ne s'accomplissent pas à l'amiable, et de nombreuses têtes tombent...

 

Côté dessin, Fafner taille des vues panoramiques assez efficaces. Les images bougent comme un bon film péplum et captivent l’œil, et ce malgré un manque de précision de ses protagonistes. Certaines femmes ressemblent à des déterrées, le personnage de Crassus aurait pu interpréter Dracula, et que dire de la première apparition de César, robotisée tout autant que Servilla, grimaçant telle une sorcière. Hormis ces incohérences, voulues ou non, la touche graphique et les couleurs de Fafner parviennent à créer un effet désirable, mais il manque malheureusement ce petit plus qui placerait l'album deux crans au dessus.

 a07-3e78901.gif

Coq de Combat

 

jour j,fafner,duval,pécau,delcourt,710,péplum,022016

17/02/2016

Sherlock Holmes Society - Tome 4

51Zd+QJX9ZL__SX359_BO1,204,203,200_.jpg9782302049147-24331-big-sherlock-holmes-society-tome-4-contamination.jpgScénariste : Sylvain Cordurié
Dessinateur : Ronan Toulhoat
Éditeur : Soleil
52 pages
Sortie : le 27 janvier 2016
Genre : Détective

 

Avis de l'éditeur :

À force de persévérance, Sherlock Holmes a contraint le Concile, le groupe de fanatiques religieux ayant causé la perte de Keelodge, à se révéler. Il sait maintenant quel dessein ils poursuivent, mais cette découverte lui a coûté cher. Isolé et affaibli, il est livré à la férocité des créatures qui ont envahi Londres. Si son destin comme celui de la ville semblent scellés, il reste encore un espoir d'empêcher la victoire des ennemis de l'Angleterre. Un espoir que le détective ne peut toutefois incarner à lui seul.

 

Mon avis :

Ce 4ème tome clôture de manière brillante cette saga, sans temps morts. Ce n'est point donné à tout le monde de pouvoir mener à bien une aventure du célébrissime Sherlock Holmes, et pourtant Sylvain Cordurié a réussi à bercer le lecteur vers l’Angleterre victorienne avec brio. Londres est en alerte, la population a été évacuée dans le désordre, et la peur guette à chaque coin de rue, mais cela importe peu pour les nantis, qui tentent de sauver les ministres de la couronne. Seul un homme peut contrecarrer l'épidémie, il s'agit d'Eward Hyde du centre médical de recherches, qui a élaboré un remède contre le poison qui ravage la ville.

 

La profondeur de champ permet de savourer à pleine dents les duels acharnés entre forces de l'ordre et créatures maléfiques. On suit le parcours prolifique de Sherlock Holmes, personnage charismatique et énigmatique, au travers d'une introspection approfondie. Sylvain Cordurié recourt à de nombreux monologues pour son protagoniste, il se questionne et tente d'élucider chaque mystère à part entière. Une véritable chasse à l'homme se déroule entre Holmes et ses poursuivants sanguinaires. Il ne doit son salut qu'à l'intervention providentielle d'une milice bien armée.

La palette de couleurs offre un panel sombre virant vers un coloré bleuâtre foncé, tandis que le trait atypique de Ronan Toulhoat s'acclimate avec cette atmosphère pesante que connaît la population londonienne tout le long du récit.

 

Sherlock Holmes Society a du répondant et se savoure allègrement.

 a07-3e78901.gif

Coq de Combat

9782302049147_p_4.jpg

 

15/02/2016

Silas Corey - Tome 4 - Le Testament Zarkoff 2/2

51JcIF7ZYJL__SX370_BO1,204,203,200_.jpg71uFQylRKXL.jpgScénariste : Fabien Nury
Dessinateur : Pierre Alary
Éditeur : Glénat
Sortie : 13 janvier 2016
64 pages
Genre : Historique / Polar

 

 

Avis de l'éditeur :

Infiltré en Bavière, Silas Corey n'a pas pu mettre la main sur l'héritier de la mère Zarkoff. Il a néanmoins retrouvé sa femme, Nina Zichler. Il a surtout découvert le triste état dans lequel se trouve cette Allemagne sortant de la guerre... En faillite, le pays traverse une crise profonde. La colère gronde parmi le peuple et un mouvement, foncièrement antibolchévique et antisémite, commence à prendre de l'ampleur. S'inspirant des exploits mythologiques du dieu Wotan, il milite pour la restauration de la grandeur de l'Allemagne. Et celui qui est à sa tête pourrait bien être le même qui cherche à s'emparer de l'empire Zarkoff... S'il veut empêcher ça, Silas doit à tout prix protéger Nina, pourchassée et menacée de mort. Mais derrière eux, l'Histoire est déjà en marche... et elle n'est pas belle à voir.
Pour conclure ce deuxième diptyque plus sombre de Silas Corey, Fabien Nury et Pierre Alary nous plongent dans une Allemagne en crise où, alors que la Première Guerre mondiale vient de s'achever, les prémices du nazisme font leur apparition... La tournure des événements aura-t-elle raison du flegme légendaire de notre cher détective ? 

 

Mon avis :

Le récit se déroule en novembre 1918, juste après la 1ère guerre mondiale, où nous suivons le parcours de Sillas Corey et de Nina Zichler. Afin de sauver leur peau, ils sont amenés à assassiner plusieurs agents de l'ordre et se retrouvent à galoper dans les ruelles de Munich. Au même moment, une démonstration de propagande réunit un culte sectaire anti bolchévique.

Fabien Nury distille une Allemagne sous le choc d'après guerre, et le désarroi et la peur s'affichent sur chaque visage.

Pierre Alary soigne son trait de prime abord rudimentaire, mais qui s'acclimate en corrélation avec la trame. Les couleurs donnent également du tonus aux images, parcourant un éventail de teintes sombres.

 

a07-3e78901.gif
 

Coq de Combat

71pJmf1GgIL.jpg

Écrit par capitolbelgium dans Chroniques de Coq de combat. | Commentaires (2) | Tags : silas corey, alary, nury, glénat, 710, polar, 012016 |  Facebook | |

08/02/2016

Coq de Combat - Tome 33

coq-de-combat,-tome-33-712917.jpgAuteur   Akio Tanaka
Éditeur : Delcourt seinen
Sortie : le 6 janvier 2016
192 pages
Genre : Arts Martiaux - vie sociale

 

 

Avis de l'éditeur :

Le jeune frère du clan des égouts se jette sur Ryô avec une force prodigieuse ! La tension grimpe petit à petit et personne ne viendra gêner leur combat organisé au milieu de ruines ! Voilà Ryô entrainé de force dans une bataille contre un adversaire dont la puissance ne semble connaître aucune limite... Quelle sera l'issue de ce terrible combat ?!

 

Mon avis :

Arrêt sur image... le temps s'arrête de tourner... Pourquoi diable Ryô tergiverse-t-il autant avec ces deux adversaires du clan des égouts ?! Lui, qui pourtant a atteint l'apogée de son niveau, affûté de corps et d'esprit.

 

002_11_17_2011_04_43_46.jpg

Loin de ses précédents combats, le clan des égouts ne s'associe à rien en particulier. De par le passé, Ryô a affronté des lutteurs parmi toutes les disciples, le Banryu-Kaï étant le Graal suprême. Lui même s'est battu pour le Banryu-Kaï lors d'un tournoi d'équipes. Et pourtant, ces deux cinglés du clan des égouts ne s'apparentent à aucun art spécifique, ni n'en adoptent aucun. Des deux frères, Ryo n'affronte que le plus jeune, de prime abord stupide, au potentiel physique surdéveloppé. Il encaisse des coups qui paralyseraient le commun des mortels. Tel un animal, l'individu se relève, nargue, et tente de conditionner Ryô. De son côté, le coq de combat tente de diminuer la distance les séparant, déjà par la taille gigantesque de son ennemi, qui plus est armé d'un sabre extrêmement long. Le combat fait rage, les rivaux scrutent l'opportunité, ce moment de faille qui permettra de vaincre sans équivoque.

L'aire de combat cette fois remplacée par un complexe en ruines, permet de changer la donne. Plus de ring, aucun arbitre, aucun spectateur (si ce n'est le second frère qui encourage son cadet) ; un climat qui favorise logiquement le coq de combat, lui, diamétralement opposé à tout conformisme. La rue, une cage d'escalier, un living, ou la noirceur de la nuit, Ryô est plutôt friand de n’adhérer à aucune règle. Et pourtant, cette fois, il a beau amocher de coups de genoux et de coudes bien placés la nuque ou les côtes de son ennemi, le duel perdure.

imagesED1BD6IC.jpg

 

Au Japon, la série terminée depuis de longs mois a soulevé de nombreuses critiques, fusant dans tous les sens. Le parricide qui s'est retrouvé en maison de correction a lutté pour sa vie, jour après jour. Dehors dans les rues, il a opéré des œuvres malfaisantes pour des gangs. Et puis Ryô s'est construit seul, façonnant son âme par des arts martiaux extrêmes. Il a affronté devant des millions de spectateurs le champion du monde des poids lourds, Sugawara en personne, le poids plume face au géant ! Il a marqué de sa griffe personnelle l'anti-héros absolu.

 

Tel un fauve, il a survécu dans la jungle. Mais tout récit doit s'affranchir d'une fin honorable. Je vous donne rendez-vous au mois de mai, pour la sortie du 34ème et dernier tome, qui clôturera cette saga impitoyable.

 

Shamo.jpg

 

 

 05-3e731b2.gif

Coq de Combat