09/05/2016

Btooom - Tome 17

Couv_277636.jpgPlancheA_150613.jpgAuteur : Junya Inoue

Éditeur : Glénat

194 pages

Sortie : le 6 avril 2016

Genre : Survival

 

 

Avis de l'éditeur :

La mort de Hikaru Soga a profondément choqué Ryota, qui voit toutes ses barrières morales sauter d'un seul coup. Adieu la gentillesse et bonjour la rationalité cruelle pour encore plus d'efficacité. S'ensuit un puissant combat contre Heitaro Togo et Kosuké Kira, ce dernier frôlant la mort sous les assauts de Ryota. Ailleurs sur l'île, la modification des règles sème le chaos et bouleverse l'organisation des différentes équipes. C'est alors qu'apparaît un nouveau personnage qui en sait beaucoup sur le passé de Nobutaka Oda ! 

 

Mon avis :

Ce 17ème tome perd autant en intensité qu'il nous laisse sur notre faim. De quoi mettre nos nerfs en standby, suite aux nombreux rebondissements incessants que l'on a pu suivre. On a droit à un Ryota plus agressif, plus déterminé, qui prend davantage son rôle au 1er degré. Fini les hésitations, les plans stratégiques interminables, il affine et affute ses capacités offensives et se dirige au plus simple.

Avec du recul, force est de constater que ce tome n'apporte que peu d’intérêt, on s'attendait à davantage de folie de la part de Ryota, la preview du tome précédent laissait pourtant présager du lourd, on est loin du compte du stade espéré. L'unique point déterminant de ce volume provient des origines de Nobutaka, et des circonstances de son kidnapping. On apprend de fait que le guerrier solitaire trouve sa force et sa détermination dans une discipline et une manière autodidacte de rassembler les informations.

Quant au nombre de participants, il demeure tel quel. Sachant qu'il ne leur reste qu'une journée pour réunir les puces afin de s'extraire de l'île, on se demande par quel stratagème l'auteur compte s'y prendre. A ce stade avancé de la série, il est impératif que Junya Inoue nous en mette plein les yeux. Affaire à suivre...

a06-3e788fc.gif

 Coq de Combat

PlancheA_239264.jpg

 

03/05/2016

Nains - Tome 3 - Aral du temple

5158FiePyfL__SX349_BO1,204,203,200_.jpg20160322104129_t3.jpgScénariste : Nicolas Jarry
Dessinateur : Paolo Deplano
Éditeur : Soleil
56 pages
Sortie : le 24 février 2016
Heroic Fantasy

 

 

Avis de l'éditeur :

Un cube en or recouvert d'écritures ésotériques a été exhumé des entrailles d'une forteresse-état du sud. L'artefact, datant d'une époque reculée et terrible, intéresse au plus haut point les maîtres de l'Ordre du Temple qui rassemblent aussitôt un groupe pour aller enquêter sur place. Bien malgré lui, Aral, un jeune ingénieur tout juste diplômé, fait partie de l'expédition. Arrivés sur place, le mal est déjà en train de s'éveiller, révélant la face la plus obscure du peuple nain. 

Mon avis :

Décidément, la série Nains continue à surprendre par son panache, sa dynamique et son trait parfaitement adapté avec sa trame. Lorsqu'on y réfléchit bien, cette série Nains, pourtant totalement indépendante du monde de Tolkien ou du seigneur des anneaux, permet à ces petits hommes de monter toujours de l'avant. Les décors somptueux dessinés par Paolo Deplano attisent le regard, la perspective des forteresses et autres monuments prennent une telle ampleur, que l'on reste ébahi par un tel travail. Guerriers dans l'âme, ces Nains ont la peau dure ; leur petite taille, considérée de prime abord comme un handicap, leur sert dans bien des cas. Rapides comme l'éclair, ils démontrent toute l'étendue de leur savoir sur les champs de bataille. Fins stratèges à l'esprit créatif, leur ingéniosité et leur style autodidacte font d'eux de fiers combattants. Les dialogues excellent également dans leur genre, tantôt sérieux, tantôt braillards.

Le duo Jarry - Deplano crée une ambiance survoltée où se mêlent combats sanglants et récit mystique. Un must du genre pour tout amateur d'heroic fantasy.

Notons également le carnet de croquis compris avec la 1ère édition. Chapeau aux auteurs de nous faire partager de tels moments d'intensité.

a07-3e78901.gif

Coq de Combat

PlancheA_272757.jpg

14/04/2016

Oracle - Tome 7

51ft1SulSbL__SX359_BO1,204,203,200_.jpgalbum-page-large-28895.jpgScénariste : Antoine Tracqui
Dessinateur : Emanuela Negrin & Lucio Leoni
Éditeur : Soleil
56 pages
Genre : Historique

 

 

 

Avis de l'éditeur :

Ils sont deux frères, nés dans un monde en ruines où même les Dieux semblent épuisés et près de s'éteindre. Deux frères que tout oppose : l'un sera fort et stupide et au final impuissant devant l'adversité ; l'autre, au contraire, ne rêve que de savoirs oubliés, de voyages et de reconquête. Pour le bien des Hommes, ce dernier ira jusqu'à renier un pacte ancien en défiant Zeus et son épouse, la puissante Héra.

 

Mon avis :

Protogonos et Deuteron, deux frères épargnés par les Dieux, nés dans la souffrance des cris stridents d'une mère hurlant à l'agonie. Deux frères que tout sépare, comme généralement, sauf que le plus chétif prendra l'ascendant sur l'autre. Le premier pense tout accomplir, mais il persiste à rester dans son village, l'autre comprend que pour grandir et devenir fort, il devra se façonner un caractère, et voguera par-delà les océans. Lorsque Deuteron revient sur ses terres d'antan, il comprend sa position de force, et dicte ses lois à quiconque veut l'entendre et le suivre.

 

Oracle fait partie de ces séries historiques du catalogue de chez Soleil, et parvient, par son ingéniosité, sa qualité scénaristique et son trait net, à se démarquer de tant d'autres. Le scénariste Antoine Tracqui utilise des proses, une poésie qui décrivent les champs de batailles avec raffinement et élégance. Notons qu'il est également l'auteur de deux thrillers historiques aux éditions Critic : Point Zéro et Mausolée. Le récit qu'il met en place parcourt l'Histoire, qu'il s'agisse d'une manière biblique ou mythologique. Il y fait référence à de nombreux Dieux de l'époque, ou encore des Nephilim, ces géants qui ont forniqué avec des femmes durant l’ancien testament. De précieuses informations qui plairont à tout adepte de ces périodes révolues, mais indispensables à notre monde contemporain.

Le duo Lucio Leoni & Emanuela Negrin parvient à donner une réelle dimension à cet album. Notamment par les effets incessants de clarté et de séquences nocturnes, ces jets de lumières clairs et sombres donnent une perspective réaliste. On pourrait reprocher le manque de finition des protagonistes, un peu faiblard, mais les scènes d'action et les couleurs éclatantes émergent avec succès.

 a07-3e78901.gif

 

oracleT7-1-730x1024.jpg

 Coq de Combat

 

 

04/04/2016

Sonar - One Shot

51o5xH6zLyL__SX341_BO1,204,203,200_.jpg81dSQOivAWL.jpgScénario : Sylvain Runberg
Dessin    : Chee Yang Ong
Éditeur : Glénat Comics
128 pages
Sortie : 8 mars 2016
Genre : Suspense

 

 

Avis de l'éditeur:

De nos jours, au large de la Sicile. Alice, plongeuse émérite, rejoint une équipe de chasseurs d'épaves pour explorer les fonds marins à la recherche du Sun Horse : un somptueux yacht de luxe des années 1960 renfermant une inestimable collection d'objets d'art. Mais la jeune femme, atteinte d'un mal étrange, va vite découvrir que, plus qu'une épave, le Sun Horse est devenu un repaire, un habitat, où vivent des créatures en embuscade. Des prédateurs qui font échos à d'anciennes légendes, partagées par les marins du monde entier, depuis des temps immémoriaux. Des êtres pourtant bien réels, qui vont semer la terreur et la mort pour protéger leur territoire...

Mon avis

Les éditions Glénat proposent une nouvelle gamme de lecture personnalisée. Intitulée Flesh & Bones, Glénat Comics s'approprie des thèmes porteurs, portés sur des récits à grand suspense.

Sonar conditionne le lecteur en apnée, difficile et astreignant pour toute personne sujet à la claustrophobie. Recherchant un trésor incommensurable, l'équipe de plongeurs se retrouvent à lutter pour leur vie. Affronter des créatures issues des profondeurs afin de récupérer une éventuelle richesse, c'est tout ce qu'on leur souhaite. Les monstres tentaculaires impressionnent de par leur taille et la richesse de leurs détails. La lecture est fluide, malgré le trop peu d'action.

Côté auteurs, on retrouve Sylvain Runberg, déjà connu et médiatisé entre autres pour Millénium de Stieg Larsson, Hammerfall ou encore Cases Blanches. Des titres porteurs, qui motivent différentes cultures et générations.L'artiste peut aisément agrémenter ses récits d'une touche personnelle, et entrainer lorsqu'il le conçoit, son auditoire vers les terreurs abyssales.

Chee Yang Ong n'en est pas non plus à son coup d'essai. Provenant de Malaisie, il a dessiné les comics Dawn of the Dead, Transformers et Gijoe. Sonar étant totalement en noir et blanc, si ce n'est la couverture, confirme que le bonhomme sait manier son pinceau. Trait réaliste et vivant, la manière dont il peint avec harmonie la faune et flore maritime est de toute beauté. Finalement, le manque de couleurs ne se fait pas ressentir. Certains personnages manquent un peu de panache dans leurs traits, certes, mais au final, il prend son temps pour honorer son travail avec délicatesse.

Nous noterons également, le choix pertinent des couvertures. Qu'il s'agisse de l'album Sonar, ou pour Bikini Atoll, la gamme de couleurs et la profondeur de champ visuel aguichent le lecteur. Sans oublier, l’autocollant stipulant : "Recommandé par Mad Movies", un label plus que fiable.

a07-3e78901.gif

 

71wxKhfY-OL.jpg

Coq de Combat