03/12/2015

Minimum T6

9782344009437-G.jpgMinimum-T_IV-2.jpgAuteur : Maya Miyazaki

Éditeur : Glénat

194 pages

Sortie le 18 novembre 2015

Genre : Collection Erotic

 

Avis de l'éditeur :

Tiraillé entre Haru et Maaya, Ito ne sait plus où donner de la tête. Malheureusement, un paparazzi dérobe des clichés compromettants et révèle au grand jour la liaison entre notre héros et la célèbre idole ! La situation se complique encore lorsque d’étranges “moisissures”, provoquant de terribles brûlures, apparaissent à différents endroits de la ville… ainsi que sur toute la planète ! Le monde deviendrait-il fou ?

 Mon avis :

Les avis sont plutôt partagés concernant l'évolution de la série Minimum. Depuis deux tomes, la trame s'oriente principalement vers le rayon de la SF, les personnages centraux deviennent robotisés et n'émettent que peu d'émotions. Ceci dit, selon l'angle de vue, et le regard que l'on porte aux protagonistes, la vision peut être tout autre : Haru déverse des torrents de larmes telle une humaine, rigole ou sombre vers des accès de colère. Certains lecteurs pourront rétorquer qu' Haru correspond à un virus, transmis d'une plate-forme informatique, dont le but étant de nuire à l'humanité, et que tout virus qu'elle est, envisage de corrompre et de tromper les humains. Quoi qu'il en soit, pour ma part, je persévère à croire en cette magnifique série, déjà par son contenu au design à couper le souffle et à la parfaite maitrise de Maya Miyazki : élégance et raffinement des héroïnes, et des mecs pour les filles, soyons courtois, découpage adéquat avec ni trop peu, ni trop de bulles de lecture, décors urbains particulièrement réalistes, ambiance au suspens progressif, dynamique des protagonistes... ainsi que par des couvertures racoleuses, qui incitent à dévorer leurs contenus, certes mais ô combien efficaces.

Par contre, le délai de parution entre deux tomes devient excessif, il est clair et fort probable que Maya Miyazaki, perfectionniste dans l'âme,  nécessite de temps pour créer et réaliser ses projets, mais la patience du public risque aussi de se faire ressentir.

Pour les puristes, les précédentes œuvres de l'auteure, pourvus d'une grande créativité, à découvrir sont : "Kanjyuku clinic" et Blush-DC, reconnaissable pour leur style atypique.

 a08-3e78906.gif

Coq de Combat

ErPD62UfM_VVpuEtZ-OoDWcq2Qk.jpg

27/11/2015

Love in the hell T3

9782344003534-G.jpg20151121140313_t3.jpgAuteur : Reiji Suzumaru

Éditeur : Glénat

160 pages

Sortie : le 18 novembre 2015

Prix  : 6,90 euros.

Genre : Erotic soft

Avis de l'éditeur :

Rintaro Senkawa, damné égocentrique condamné à expier ses péchés dans la souffrance s’il veut quitter l’enfer un jour, sera confronté dans ce volume à la plus terrible épreuve de toutes : son propre passé. Parviendra-t-il enfin à faire face à ses fautes et à accéder à la rédemption ?

 

Mon avis :

3ème et dernier tome qui clôture cette agréable série qu'est Love in the hell. Au travers de cette lecture, vous verrez si oui ou non Rintaro parvient à libérer son âme de cet enfer dans lequel il fût plongé malgré lui... et à quel prix. Car finalement, ce petit monde rempli de diablesses coquines et de démons attachants, libère sur bien des points de nombreux visiteurs, qui n'ont pu se permettre autant de récréation durant leur vivant.

Soyons honnêtes, ce 3ème opus n'atteint pas le degré d'intensité des précédents volumes. La 1ère partie du récit n'apporte guère de nouveauté, et l'humour pourtant orienté au centième degré est loin d'être désopilant. Fort heureusement, la seconde partie du scénario redore légèrement le niveau, grâce à de nouveaux protagonistes ou d'anciens perdus en cours de route. Mais là encore, quelle déception de ne pas gratifier davantage ces personnages. Cette impression que l'auteur voulait trancher net, ou qu'il ait reçu des instructions de clôturer ce scénario. Car, avec un, voir deux tomes supplémentaires, on aurait pu voir venir, découvrir plus en profondeur l'étendue de ce royaume des enfers.

Sa relation avec la démone de son cœur Koyori prend évidemment une tournure radicale, loin de s'apparenter à un contexte érotique, on bascule presque vers une romance classique.

Rintaro en bout de course découvrira la raison de sa venue en enfer, et comment il peut racheter sa mauvaise action. Le final quoi que bien ficelé est légèrement téléphoné, pour ceux et celles avec un minimum de clairvoyance.


a06-3e788fc.gif

Coq de Combat

24-e1416490802469.jpg

25/11/2015

Diamond is unbreakable T3

61kFW44fq1L__SX327_BO1,204,203,200_.jpgdiamond_1-3.jpgAuteur : Hirohiko Araki

Éditeur : Delcourt - collection shônen

224 pages

Sortie : le 21 octobre 2015

Genre : arts martiaux

 

Avis de l'éditeur :

Koichi a finalement survécu en développant son stand. Alors qu' il se rend à l’école en vélo, il percute un sac laissé à l’abandon dans lequel il trouve un chaton ! Sans raison, Koichi se sent étrangement dévasté. Soudain, il découvre qu'un cadenas sorti de nulle part s’est greffé sur son cœur ! Le voici victime du stand « Lock », qui tire sa puissance de la culpabilité ! 

Mon avis :

Doit-on encore présenter l'univers controversé de Jojo's bizarre adventure? En tout évidence, oui! Car, de nombreux adeptes suivent de près l'évolution de cette série qui se classe parmi les plus longues de tous les temps au Japon. Longue en durée et sur le nombre de tomes parus! Kochikame tient actuellement la palme, comprenant 191 tomes, suivi par le tueur à gage Golgo 13 avec ses 173 tomes, Cooking Pa de Ueyama - 128 tomes, vient ensuite le seinen Minami  no tejou comprenant 127 tomes et enfin, le sujet de notre chronique Jojo bizarre adventure 111 tomes, et dont l'étendue de la trame évolue à ce jour en 8 arcs bien distincts. Chacune de ces séries citées sont toujours en cours de parution au Japon.

Au pays du soleil levant, on ne fait pas les choses à moitié, les séries qui fonctionnent ont droit à une avalanche de tomes, en voulez-vous, en voilà! Véritable industrie dans la matière, la série Jojo a vu le jour le 2 mars 1986 dans l'hebdomadaire Weekly Shônen Jump et propose une multitude de produits dérivés à couper le souffle : jeux vidéos - figurines d'une grande rareté - trading cards - affiches à tirage limités, sans oublier les différents animés, reprenant entre autres, la saga Stardust Crusaders avec son héros emblématique Jotaro. Chaque arc affiche un protagoniste central, évoluant à une période historique bien spécifique, autour de la lignée des Joestar, une famille issue de l’Angleterre victorienne. Chaque nouvel héros dispose de techniques et de pouvoirs surnaturels de plus en plus puissants.

Durant ces 111 tomes et presque 30 ans de parution, le style graphique d'Hirohiko Araki a évolué en fonction de la dramaturge et des différentes époques. Fin et précis, son trait peut fort bien subitement devenir plus agressif, à l'encrage plus épais, mettant en évidence un jeu d'ombre et de lumière. Ses protagonistes fougueux et charismatiques se démarquent à part entière : Polnareff, Kakyôin, Dio, Koichi... tous possèdent des Stands à partir de la 3ème série, qui représentent le psyché de chaque combattant. Ils peuvent ainsi contrôler de par leur Stand, un être vivant ou inanimé, un mur, une voiture, voir même un élément de la nature; Cela semble quasi sans limite. Provenant de la force vitale et spirituelle, les Stands sont de plus en plus puissants au fur et à mesure des adversaires des Joestar. A la différence, des séries comme DBZ ou Saint Seiya, dont les combats s'éternisent, la marque de fabrique des duels dans Jojo se déroulent généralement de manière plus expéditive, mais dés qu'un ennemi est vaincu, un autre apparait presque instantanément.

 

 Voici les 8 arcs que comprend actuellement la série Jojo:

- Série 1 : Phantom Blood (5tomes)

- Série 2 : Battle Tendency (7tomes)

- Série 3 : Stardust Crusaders (16tomes)

-Série 4 : Diamond Unbreakable (18tomes)

- Série 5 : Golden Wing (17tomes)

- Série 6 : Stone Ocean (14tomes)

- Série 7 : Steel Ball Run (24tomes)

- Série 8 : Jojolion (8 tomes en cours au Japon)

 Cette 4ème série qu'est Diamond is unbreakable a été initialement publiée en 1992. Son personnage central Koichi affronte pour ce 3ème tome un certain Tamami, dont le Stand révèle le remord à ces victimes. Dans la tradition des albums Jojo, il harmonise de l'humour décalé ainsi que des affrontements entre guerriers, détenteurs de Stands. Un agréable moment de lecture.

Les générations Joestar semblent prouver qu'elles ont encore à ce stade, pourtant avancé de la série, encore plus d'un tour de génie à démontrer.

 

a08-3e78906.gif

 Coq de Combat

diamond is unbreakable,hirohiko araki,delcourt,102012,810,arts martiaux araki

23/11/2015

Kriss de Valnor T6 : L'île des enfants perdus

kriss-valnor-tome-6-l-ile-enfants-perdus.jpgkriss-ile-village-1024x453.jpgScénaristes  : Mathieu Mariolle et Xavier Dorison

Dessinateur : Roman Surzhenko

56 pages

                                      Sortie : le 13 novembre 2015

                                      Genre : Aventure

 

Avis de l'éditeur :

Naufragée, Kriss a été recueillie et soignée par Osian l'herboriste et Erwin, son apprentie.
À son réveil, elle ne souhaite qu'une chose, repartir vers son royaume et retrouver sa couronne. Mais Kriss et ses nouveaux compagnons, pourchassés par des soldats de Magnus, sont forcés de s'aventurer dans les eaux troubles et agitées du lac-océan.
La violence des flots les fait s'échouer non loin d'une île habitée par de curieux enfants, aussi doux qu'inquiétants... 

Mon avis :

Le personnage de Kriss de Valnor incarne sans aucun doute, l'une des caricatures les plus abouties et emblématiques du monde de Thorgal. Résultat des courses, depuis quelques temps, elle dispose de sa série à part entière. Femme au caractère bien trempé, guerrière farouche, tantôt ennemie jurée de Thorgal, puis soudainement sa meilleure alliée, elle bluffe le plus ingénu des joueurs. Sensuelle et vicieuse, elle se fond dans la masse, comparable au plus agile des caméléons. Dictée par son instinct, insatiable sous tous rapports, elle tente de dominer son prochain sous son joug. La vue du sang l'excite, lui rappelle sa nature première, et son orgueil implacable lui fait gravir étapes après étapes, même si parfois, elle chute de plus belle.

Ce 6ème tome comprend finalement moins d'action tonitruante que son prédécesseur, et permet aux protagonistes comme aux lecteurs de reprendre leur souffle. La lecture est fluide, l'atmosphère est prenante et le récit se cadre essentiellement sur notre héroïne, vagabondant entre deux eaux, plus surprenante que jamais. Face à ses démons intérieurs, Kriss de Valnor, affronte sa mort intérieur, afin de se relever une de fois de plus, et d'atteindre de nouveaux desseins.

 Au niveau des scénaristes, on retrouve Xavier Dorison qui s'est fait connaitre pour sa série à succès "le 3ème testament". Continuant sur sa lancée, il entame Sanctuaire, dont la trame évolue à bord d'un sous-marin, claustrophobie et tension palpable garanties. Il devient l'un des scénaristes les plus prisés du public grâce à West et le succulent John Long Silver. Son style s'apparente aux séries contemporaines américaines truffées de situations rocambolesques. Mathieu Mariolle, passionné depuis son plus jeune âge par le 9ème art, s'inspire de grands auteurs tels que Luc Brunschwig et Jean-David Morvan. On reteindra entre autres sa trilogie De sang froid aux commandes avec Kyko Duarte.

Roman Surzhenko démontre l'étendue de son talent, l'univers du monde de Thorgal lui semble fait sur mesure. Né en Russie, il s'illustre chez Advance-Press, un label moscovite, ainsi que pour différents dessins animés avant d'être repéré par les Humanoïdes Associés.Il enchaîne par la suite les Carnets secrets du Vatican, mais ce n'est qu'en 2011, qu'il intègre l'éditeur du Lombard, avec Louve avec la participation de Yann. Il respecte le style d'origine de Grzegorz Rosinski, tout en ponctuant sa touche personnelle. Il soigne son trait dans les moindres détails, il suffit de constater les récifs montagneux qu'il dessine, chaque parcelle de son œuvre vaut le détour. Le découpage qu'il propose se veut rempli de créativité : il alterne entre petites cases rapprochées et longs rectangles qui accentuent la profondeur de champ.

Les couleurs vives de Matteo Vattani jonglent avec réalisme et donnent une structure efficace.

a08-3e78906.gif

 Coq de Combat

extrait-kriss-1024x491.jpg