14/09/2015

Freak Island T1

freak-island-011.jpgtumblr_n9erlhfeY91r4xqamo1_500.jpgAuteur  : Masaya Hokazano

Éditeur : Delcourt

Sortie le 19 août 2015

160 pages

Genre : Epouvante

 

 

Avis de l'éditeur :

Les six membres d'un club de fouilles s'approchent de l’île déserte de Kikuike pour visiter ses ruines. Alerté par ce qui lui semble être un naufragé, Higashiyama rejoint le rivage et se retrouve face à un homme à tête de cochon ! Tandis que ce dernier lui explose littéralement la cervelle à coups de marteau, le bateau des étudiants fait naufrage. Ils n'ont pas d'autre choix que de se réfugier sur l’île.

 

Mon avis :

Les scénarios avec comme fil conducteur le genre "survival" ne manquent pas. Il suffit de citer Battle Royale; Btooom; ou encore les différents tomes King's Game pour se faire un aperçu du contenu de ses séries macabres. Et pourtant, la palme semble revenir à ce nouveau titre, dont le 1er plat affiche une tête de porc, remarquablement bien structurée. 

 

En y réfléchissant bien, Freak Island (l'île des monstres) s'apparente de près à la saga d'Higanjima, l'île des vampires (série d'une trentaine de tomes aux éditions Soleil). Un endroit perdu à des lieus de toute civilisation, une tribu sectaire et des meurtres vide tripes, dont le but est d'accentuer au maximum l'effet hémoglobine. Mêmes ingrédients utilisé pour Freak Island : sang et cruauté. Malgré son contexte violent, l'auteur ne pousse pas le bouchon dans le politiquement incorrect, ne fournissant pas de gros plans de séquestration ou de tortures interminables, comme le feraient certains auteurs publiés au lézard noir. On reste donc, dans un seinen pour lecteur avertis, sans toutefois basculer vers une violence gratuite et démesurée. Le suspense est crescendo, les protagonistes se distinguent clairement les uns des autres et les moments de panique et de désespoir sont nettement visibles des différents acteurs. Quant au bad guy, cet énergumène à la tête de porc, son but s'oriente uniquement à découper, et trucider un maximum de victimes.( il s'adonne clairement à sa passion)

L'auteur, à la fois scénariste et dessinateur, n'est certes pas un débutant dans l'âme. Il est à l'origine d'Inugami, le réveil du dieu chien, une série atypique d'une quinzaine de tomes, datant du début des années 2000. Une trame narrant le récit d'un chien, au potentiel quasi illimité, plus efficace qu'un groupe de savants, et plus destructeur que des ogives nucléaires. Une série, qui malheureusement, n'a pas été rééditée et difficile à compléter.

 

Freak Island se caractérise par son originalité et sa tension palpable. Il ne manque, hélas, que ce côté sans complexe, comme le ferait Ladyboy Vs Yakuzas(dans lequel chaque page s'apparente à un chef d’œuvre) Un premier tome sympathique qui allie humour noir et "slasheur" moderne, vu et revisité par de nombreux réalisateurs. Attendons la suite, pour se faire un réel avis plus en profondeur.

 

 
a07-3e78901.gif

Coq de Combat

 

tumblr_n9erlhfeY91r4xqamo3_500.jpg

07/09/2015

La tour fantôme T6

9782344005408-G.jpg9782344005408_pg.jpgAuteur : Taro Nogizaka

Éditeur : Glénat

192 pages

Sortie le 18 mars 2015

Genre : Détective

 

 

 Avis de l'éditeur :

Taïchi et Tetsuo se retrouvent à la merci de Dokuro Marube, qui les force à travailler dans son manoir. Face aux humiliations que lui inflige le maître des lieux, Tetsuo n a pour seul réconfort que la présence de son ami. Mais ce dernier possède également un secret inavouable qui risque de mettre leur amitié à rude épreuve lorsque Tetsuo l apprendra...

 

Mon avis :

Avec ce sixième tome, on sent l'intensité monter à vive allure, d'autant que l'on se rapproche du dénouement à grandes enjambées. L'étau se referme, les différents protagonistes affichent leur véritable identité au grand jour, les complots ainsi que les les liens s’avèrent être plus fragiles que jamais. Monsieur Marube, incarnant le vilain du récit, ce procureur sans état d'âme savoure déjà sa victoire, même si tout laisse désormais à supposer qu'il ne s'agit pas de l'horloge de la mort. On reste encore en totale expectative à ce stade. Ce dernier décide de libérer de nombreux criminels en attente de jugement dans un but précis : les utiliser comme cobayes afin de déceler les différents mécanismes que renferme la tour fantôme. Cet endroit qui correspond à la source de toute l'énigme comporte de nombreux pièges mortels. Et cette même tour détient un trésor inimaginable que Marube compte bien s’approprier. Il propose dés lors, de former des équipes de deux et affirme que les premiers arrivés seront les bénéficiaires du trésor... même si le rusé et l'opportuniste qu'il est compte bien devancer tout le monde.

Taro Nogizaka assure une fois encore le spectacle en démontrant les rouages que dissimule cette sacrée tour fantôme. Le découpage est spectaculaire, l'intrigue est comparable à une énigme d'un Sherlock Holmes doublé d'un jeu de massacre à la Dario Argento. Et les liens pourtant si forts jusque là entre Taichi et Tetsuo s'effritent même si on se doute que la manche n'est pas encore terminée.

 a08-3e78906.gif

Coq de Combat

 

maxresdefault.jpg

 

 

27/08/2015

Love in the hell T1

9782344003510-G.jpg20150803104607_t1.jpgAuteur : Reiji Suzumaru

Éditeur : Glénat

160 pages

Sortie le 16 juillet 2015

Genre : humour érotique

 

 

Avis de l'éditeur :

 

Rintaro est un jeune homme tout ce qu’il y a de plus crétin, qui après une soirée de beuverie banale, trouve une mort stupide. Mais, si sa vie fut peu reluisante, sa mort en revanche ne va pas manquer de piquant. Le voici littéralement aux Enfers, et sous l’autorité d’une jeune et sexy démone nommée Koyori. Que vient-il faire ici ? Eh bien expier ses péchés et se repentir de sa vie dissolue passée. Une gageure pour le garçon, qui va donner lieu à des situations burlesques et improbables. Rintaro sauvera-t-il son âme ? Rien n’est moins sûr !
Love in the Hell nous évoquera immédiatement une version moderne et plus adulte de Lamu/Urusei Yatsura tant le duo formé par Rintaro et Koyori est similaire dans son fonctionnement : un garçon crétin, concupiscent, voire un brin pervers, une démone sexy en diable et censée faire évoluer l’idiot de service. Ce cocktail puissamment humoristique fonctionne à merveille et on s’amuse tout autant des tenues sexy de l’une que de la profonde bêtise de l’autre. Le titre, complet en 3 volumes, inscrit un nouveau développement dans la collection érotique, cette fois axé sur l’humour.

 

Mon avis :

N'étant pas à son coup d'essai, le label humour érotique revient en force avec cette nouvelle série prometteuse: love in the hell. Entre autres, citons la série minimum teintée d'un design époustouflant ainsi que Nude, retraçant la biographie d'une artiste Top Model, sombrant dans le porno underground. Ce coup-ci, l'éditeur favorise l'humour à la décadence, insérant des protagonistes aguicheurs, perdus en enfer, ne sachant même pas pourquoi ils y atterrissent, mais devant bien sagement se plier aux règles du milieu.

Tout démarre, ou plutôt tout se termine pour Rintaro, jeune gars dont on ne connait quasi rien, qui fixe sa propre carcasse de chair, devenant une âme, confiant d'accéder au paradis. Le rêve étant de courte durée car il se réveille entouré de reliefs sombres et craquelés, nu, face à un contexte hostile. Une jeune démone inexpérimentée s'adresse à lui, et lui servira de guide pour parcourir ces versants horrifiques. Koyori, la démone jeune et sexy, acquiert son 1er client en enfer et comble de l'ironie, autant Rintaro que Koyori semblent s'apprécier au premier regard et pourtant vous êtes bien enfer pour un bon bout de temps... alors pourquoi ne pas en profiter?

 

Entre Rintaro et Koyori, la glace est vite brisée: elle lui fait dont d'un iphone, servant de cache-sexe, le bougre n'a que cela pour se vêtir, quant à lui, pour se venger, il palpe les cornes du visage de la demoiselle, qui semblent être extensibles et humides, rendant celle-ci hors d'elle. Bref, la sono est donnée et va bon train. Amateurs de burlesques, d'humour calibré à double connotation, soyez servis et rassasiés, le voyage sera long. L'enfer présenté par Reiji Suzumaru est plaisant et serait presque une future destination de voyage. La communauté présentée affiche un portrait comparable à notre existence de mortels : une hiérarchie bien prononcée, de l'emploi qui rapporte de l'oseille, car notons, que les démons et démones travaillent, et ne flânent guère, récoltent leur dû en fin de mois pour se payer à manger et se vêtir. Un clin d’œil sympathique montrant un contexte comique très loin de la barbarie unilatérale.

Bien qu'il nécessite d'expier ses crimes, il est possible néanmoins d'accentuer encore davantage ses anciens vices de son vivant. L'exemple frappant montre Rintaro, toujours puceau à 27 ans, travaillant son potentiel avec d'anciennes terriennes pécheresses, portées sur la chose. La jalousie présente est affichée comme au quotidien sauf qu'ici une démone peut aussi ressentir des émotions et se mettre au garde à vous de manière explosive.

 

Finalement, ce 1er tome n'affiche que peu de sexe, son schéma affriolant guette au tournant mais se consacre essentiellement à guider nos sens et surtout nos joies de nous faire sombrer dans un humour quasi omniprésent. Reiji Suzumaru met lentement mais sûrement ses différents acteurs sur son terrain de jeu. Il brise les idées préconçues sur cet endroit soit-disant horrifique. Rintaro, loin de ressentir du plaisir au travers de la souffrance note toutefois qu'un autre pêcheur vivant ici bas, tel un prince, car tout est monnayable et il vaut mieux avoir les poches pleines pour satisfaire ses désirs. Or, pour accéder à ce train de vie, il faut s'engraisser financièrement et pour ce faire, il faut souffrir, énormément souffrir : être découper, tronçonner, démembrer,piétiner....

 

Un excellent 1er opus qui démarre à cent à l'heure. Un dessin plaisant qui s'accorde au fil conducteur, des échanges humains - démons désopilants, un brin de frénésie et d'appétit sensoriel et sexuel.

 

 a08-3e78906.gif

Coq de Combat

 

love-in-hell-head-knocked-off.jpg

 

 

 

21/08/2015

Jaco the galactic patrolman

9782344006603-G.jpgPlancheA_250918.jpgAuteur : Akira Toriyama

Éditeur : Glénat

256 pages

Sortie le 15 juillet 2015

Genre : action - fantastique, humour

 

 

Avis de l'éditeur :

Alors qu'Akira Toriyama avait disparu des radars pendant une grosse décennie, le maître surprend ses lecteurs en 2013 en sortant de ses crayons cette nouvelle aventure complète qu'il publie dans le Shônen Jump de Shueisha.Et le public se ravit de retrouver les caractéristiques initiales du talent de Toriyama. On revient ainsi aux origines du mythe, dans le sillage de Dragon Ball bien entendu (le récit se déroule 10 ans avant le début de Dragon Ball), mais aussi de Nekomajin ou de Sandland. Jaco est ainsi placé dans The World, le monde fictif recréé par l'auteur, avec l'aventure placée au cœur du récit par le truchement de personnages croquignolets, le tout enrobé d'un humour potache et libératoire. Point besoin ici de placer du guerrier surpuissant au charisme étalonné sur le tour de biceps, on revient dans le burlesque rigolard d'antan, et cela fait du bien, tant ce style est aujourd'hui rare dans les mangas. Le dessin du maître ne souffre comme d'habitude aucun commentaire. Précis, exact et efficace, il fait mouche à tous les coups. Un plaisir retrouvé !Jaco est un Galactic Patrolman, un officier de police galactique, qui revient sur Terre pour la protéger d'une invasion d'aliens. Mais son vaisseau s'écrase sur l'île d'Omori, un vieux scientifique travaillant sur le déplacement temporel. Les deux étranges compères vont s'aider mutuellement afin de contrer un destin a priori funeste, mais dont on connaît l'issue, sujet donc de Dragon Ball.Suivant ainsi cette idée d'explorer les origines de Dragon Ball, le manga présente également une histoire courte focalisée sur la planète Vegeta et l'envoi du bébé Son Goku vers la Terre.

 

Mon avis :

Jaco le patrouilleur de l'espace heurte la lune et atterrit par le plus grand des hasards sur une île minuscule où Omori, un vieux scientifique séjourne. Sa mission consiste à repousser un envahisseur, malintentionné. Se liant rapidement d'amitié avec Omori, les deux vont former une paire des plus intrépides.

 

Quel bonheur de pouvoir tenir entre nos mains une nouvelle pépite du maitre du manga. Le sublissime Akira Toriyama revient après une période où il se montrait discret. Avouons tout de même que Monsieur Toriyama pouvait s'octroyer de prendre le large après sa saga de Dragon Ball et compagnie. L'univers qu'il a créé, véritable référence interplanétaire se savoure encore aujourd’hui comme si ses œuvres venaient de paraitre.

Pour les nombreux fans, ceux et celles, désireux de connaitre davantage Dragon Ball et Dragon Z, veuillez lire, l'une de mes précédentes chroniques, "Battle of the Gods". Revenons, désormais sur ce one shot "Jaco the galactic patrolman" et son contenu. Deux éléments sont à souligner : Bien que chronologiquement se déroulant avant l'ère de Songoku, l'auteur s'est penché sur son concept en 2013, et d'après ses dires, serait peut-être son dernier manga (maintenant avec Toriyama tout est possible...) Toriyama crée une histoire parmi un schéma déjà existant : il réutilise les mêmes ingrédients du début de la saga de Dragon Ball : d'ailleurs, on note de nombreuses références frappantes, que tout amateur de Toriyama observe d'entrée de jeu : Omori, le scientifique vivant sur une île, à l'écart de la société rappelle forcément Tortue géniale, Jaco, le patrouilleur galactique possède un don pour le combat tout comme Songoku; il affirme à plusieurs reprises désirer détruire la terre...synonyme des guerriers de l'espace en quête de destruction totale. Il s'avère être très puissant, orgueilleux dans l'âme, directement issu de l'univers de DBZ. (Freezer, Vegeta..) L'humour décalé est transmis de manière sinéquanone, en corrélation directe avec Docteur Slump ou Dragon Ball. Bref, les fans du maitre se retrouveront allègrement surpris, bénéficiant de la même configuration, alliant à la fois scènes burlesques et action dynamitée.

 

Mais au fil de cette lecture, nous découvrons qu'il n'existe pas uniquement des points communs entre Jaco et Dragon Ball, mais également des points divergents. Par exemple, la monnaie utilisée dans Dragon Ball, est le zeni, ici passe au yen, et autre point marquant, l'auteur brosse un portrait de l'extra-terrestre peu conventionnel. De suite, il est repéré, considéré comme n'ayant pas sa place parmi les autres, tandis que dans Dragon Ball, hormis Satan,Cell et Boo, les autres créatures passent incognito. Le dessin, quant à lui comporte peu d'éléments arrière-champ, sinon, on reconnait le trait de Toriyama à cent lieues.

 

Composé de 11 chapitres, ce récit propose une lecture emballante, créant par moments un suspense travaillé sur mesure. Toriyma s'est fait plaisir et il nous fait plaisir.

 

jaco1.jpg

a08-3e78906.gif 


 Coq de Combat