18/09/2017

Gantz : G T1

51EqeiRnoeL__SX350_BO1,204,203,200_.jpgPlancheS_57552.jpgScénario : Hiroya Oku

Dessinateur : Keita Iikuka

Éditeur : Delcourt / Tonkam

Genre : Science-Fiction

Sortie : le 16 août 2017

 

Avis de l'éditeur :

2005, une tragédie frappe une classe entière au cours d'une sortie scolaire à bord d'un bus. Après une chute d'un pont, les passagers se réveillent dans une école abandonnée et se retrouvent obligés de suivre les ordres d'une étrange sphère noire appelée "Gantz". Ils doivent alors éliminer des visiteurs venus d'un autre monde pour gagner de précieux points qui leur permettront de retrouver leur liberté...

 

Mon avis :

L'univers de Gantz affiche des chiffres explosifs : 21 millions d’exemplaires au Japon pour les 37 tomes de la série originale, des films, une série télé d'animation comprenant 24 épisodes, un jeu Playstation, 2 romans... de nombreux produits dérivés.

Alors que la série de base ressort à raison de deux tomes en un (volume double), l'auteur travaille également sur Last Hero Inuyashiki chez Ki-oon.

Gantz G reprend pour ainsi dire les mêmes ingrédients que pour son prédécesseur. Des jeunes étudiants confrontés à gagner un maximum de points pour ressusciter, ou ressusciter un proche. Le but étant emmagasiner 100 points.

Les premières impressions sont plutôt plaisantes. De suite, on se sent propulsé dans ce monde de science-fiction où se mêlent plusieurs facteurs : oublier instantanément sa vie antérieure (certains adolescents ne comprennent pas de suite le fonctionnement des règles et en pâtissent royalement les circonstances); être vif, et ne pas hésiter à tuer l'ennemi sans concessions, se lier d'amitié avec les éléments forts du groupe, sans toutefois se montrer trop généreux.

Graphiquement, la force majeure se note au niveau des protagonistes. Traits fins (parfois trop lisses), coupes de cheveux parfaites (et ce malgré les pirouettes à 360° de certains participants, monstres réalistes (ici des animaux hybrides issus de différentes dimensions).

La dynamique est constante mais les décors n'existent pour ainsi dire pas du tout. On aimerait davantage pouvoir prétendre à un effet de profondeur de champ...il n'en est rien. On doit se contenter des protagonistes.

Album_R_sf_txt_65px.jpg

gantz g,keita iizuka,hiroya oku,delcourt tonkam,710,082017

Coq de Combat

06/09/2017

Intégrale Caroline Baldwin T1 & T2

41tEku0WNNL__SX371_BO1,204,203,200_.jpgsans-titre.png71Mtavg6qkL.jpgAuteur : André Taymans

Éditeur : Paquet

Genre : Détective

160 pages / Tome

Sortie : 24 mai 2017 et 28 juin 2017

 

Avis de l'éditeur :

Caroline Baldwin est l'héroïne d'une série de bande dessinée belge créée par André Taymans en 1996. Elle a connu 16 albums, aujourd'hui regroupés dans une série de 4 Intégrales. Un album inédit verra le jour en octobre 2017.

 

Mon avis :

 Les éditions Paquet ont le plaisir de partager les aventures de Caroline Baldwin, cette policière à contre-courant de l’héroïne classique. Chaque reliure de 160 pages reprend quatre titres de cette série emblématique.

Intégrale 1 : Moon River - Contrat 48-A - Rouge Piscine - La dernière danse

Intégrale 2 : Absurdia - Angel Rock - Raison d’État - La Lagune

71GriPol0vL.jpg

Au milieu des années nonante, Taymans fait partie de la génération marquante des auteurs BD des éditions Casterman, essentiellement au répertoire jeunesse. Il crée Caroline Baldwin pour en constituer une héroïne de saga policière où prime la psychologie des protagonistes au-delà d'une intrigue policière pourtant déjà fortement ancrée. Cette femme apparaît d'entrée de jeu comme étant un peu perdue, dépressive, mélancolique, alcoolique...instable sur le plan amoureux. Et pour couronner le tout, elle ressort de ses enquêtes policières encore plus détruite, s'engouffrant vers l'aval.

Loin du cliché de la blonde américaine, refaite de partout, Taymans dévoile une héroïne comme il le conçoit. Une femme multiculturelle, indienne (de par ses voyages au Canada et autres tribus), aux cheveux courts, plutôt typée...ainsi que marquée de taches de rousseur, qui l'a démarquent nettement.

Prépublié dans "A Suivre", "Moon River" sera tiré à 7000 exemplaires dans la collection "Studio" chez Casterman. L"auteur se focalise sur des décors qui justifient amplement l'intérêt porté par cette nouvelle série. Par contre, Taymans ose ce que d'autres auteurs ne peuvent que fantasmer : il brise les normes! Accumulant les scènes osées et sexuelles, il restreint ainsi son public. Cherchant à bousculer le lecteur, il n'apprécie guère les happy ends!

"Contrat 48-A", le second opus remportera le prix du meilleur album de l'année à Seraing à la "bulle de cristal"...d'autres prix suivront.

Pour le 3ème album, les choses se corsent encore ; D'abord, intitulé Mort d'un nègre", ce titre devient par la suite "Rouge Piscine". Les représentants français refusent de proposer ce titre aux libraires d'où un titre alternatif, pour le moins étrange.

 Un des proches d'André Taymans, son grand-père Robert Beaujean, devient un élément prépondérant durant les aventures de Caroline Baldwin, et ce bien après son décès en 1996. Une figure emblématique pour André, qui s'inspire de lui et de ses nombreux acquis de par les différents métiers de son vivant ( agent d'assurance - publicitaire - vendeur en bureautique...)

Pour le final de l'album "Absurdia", André se remémore ses vols en hélicoptère au dessus de New York, où il tire des photos de Time Square. Et c'est un nouveau tournant, car quelle audace de sa part de créer le doute sur la possibilité que son héroïne ait contracté le virus du VIH... une tournure qui ne lui vaut pas que des amis, mais le début d'"Angel Rock "démarrant sur une citation de Malvaux, tirée de la voie royale, son livre de prédilection durant des années. montre une Introspection de Caroline et ses démons intérieurs, alcool et tendances compulsives...

Le paradoxe étant que plus Caroline touche le fond, plus son auteur jubile, un équilibre dans le déséquilibre parmi les vases communicants. Avec ce titre, Taymans atteint des sommités, peignant des récifs montagneux de toute beauté, et après seulement 15 pages de lecture, le lecteur abasourdit, se sent confronté avec une Caroline, qui a bel et bien contractée le sida. Non sans mal, Caroline décide d'affronter ce mal terrible avec le courage et la détermination d'aller de l'avant. Des pages entières sans scénario, nul besoin, d'ailleurs, tellement le niveau d'émotions est élevée. Le retour du public sera plutôt favorable, consterné par la tournure des événements improbables à leurs yeux.

Enfin, notons que pour le titre "Raison d'Etat", un agent des forces d'intervention Belge propose à Taymans, lors d'une séance de dédicace, de lui détailler le maniement des armes, afin que les aventures de Caroline deviennent nettement plus crédibles sur le plan des armes à feu.

Vous l'aurez compris, ces intégrales représentent une mine d'or pour les admirateurs de l'auteur.

Comme André le stipule fort bien :

"La véritable aventure, il veux la vivre, et de par ses nombreuses destinations, il permet de transmettre à ses lecteurs sa vision de la liberté et sa joie de vivre".

 

71XXE3CL0jL.jpg

Album_R_sf_txt_65px.jpg

caroline baldwin,andré taymans,paquet,810,détective,062017

Coq de Combat

17/08/2017

Nains T6 et T7

61JnvVUYZGL__SX362_BO1,204,203,200_.jpg51ylbUOr8bL__SX362_BO1,204,203,200_.jpgScénariste : Nicolas Jarry

Dessinateur : Stéphane Créty

Éditeur : Soleil

56 pages / Tome

Genre : Heroic Fantasy

Sortie : le 19 avril 2017

 

Avis de l'éditeur :

 

Quinze années se sont écoulées depuis l'incendie qui a ravagé Fort Druz. L'ordre du Talion n'a pas été détruit. Le pouvoir a seulement changé de mains, passant de celles des archivistes à celles des seigneurs de la banque de Pierre. Pourchassé par les maîtres assassins de la loge Noire, Ordo a renoncé à sa vengeance... Jusqu'au jour où la belle et mystérieuse Derdhr, l'un des plus puissant seigneurs de la banque de Pierre, vient le trouver pour lui proposer de terminer ce qu'il a commencé...

Mon avis :

Après le ravage de Fort Druz, nous avons droit ici à un récit davantage porté sur des conspirations, une corruption familiale que centré sur une essence fantasy, bien que conservant malgré tout une touche authentique de l'univers Celtic.

Derdhr, un des 7 seigneurs de la Banque de Pierre, deuxième fortune mondiale après Urus d'Ettorn, père d'Ordo, chez qui elle se rend et lui propose un marché.

D'une part, Derdh, la conspiratrice, aussi belle que douée en affaires commerciales veut étendre son pouvoir et pour ce faire utilise le fils pour faire tomber le père - Une alliance scellée dans le sang entre la Loge Noire et la Banque de sang. D'autre part, Ordo de Talion n'est pas née de la dernière pluie. Fin stratagème qui a fréquenté le gratin de haut rang, rois et généraux de tout standing, semble douter de l’honnêteté de son hôte.

Donc, une diablesse qui tente d'utiliser un fin stratège... cela semble astucieux de la part des auteurs.

Néanmoins, malgré une intrigue plutôt efficace, dés les premières pages, on comprend le verdict de ce récit. Nul besoin d'avoir la science infuse pour s'en rendre compte.

Scénario et dessins combinent. La lecture fluide permet de s'attarder longuement sur les détails, même si ce récit offre énormément de bulles de lectures par rapport aux tomes précédents.

La confrontation en paroles entre père et fils (Le Nain du Talion et son fils Ordo) valent le déplacement. Personne n'est blanc comme neige, qu'il s'agisse de la belle Derdhr, ou des autres protagonistes.

Fourberie et corruption sont les maîtres mots de l'histoire.

Certaines répliques telles que : "la gobe-foutre"; une suce-queutar qui se lubrifie le nénuphar au Saint Doux en comparaison avec une bavette, apportent leurs lots d'émotions.

Enfin, notons que la fin d'album est gratifié d'un glossaire avec ces mots, ce jargon , et sa traduction en français courant, afin d'éclairer nos lanternes.

 

PlancheA_301826.jpg

Album_R_sf_txt_65px.jpg

 nains,créty,jarry,soleil,710,fantasy,042017

Coq de Combat

 

 

Écrit par capitolbelgium dans Chroniques de Coq de combat. | Commentaires (0) | Tags : nains, créty, jarry, soleil, 710, fantasy, 042017 |  Facebook | |

10/08/2017

Gambling School T1 & T2

51oVkMHHQML__SX345_BO1,204,203,200_.jpg51NZLpsONbL__SX350_BO1,204,203,200_.jpgScénariste: Homura Kawamoto

Dessinateur : Toru Naomura

Éditeur : Soleil

Seinen

240 pages / Tome

Genre : Jeux / Domination

 

Avis de l'éditeur :

Dans cette école, ce ne sont ni les résultats scolaires ni les performances sportives qui comptent, mais les prouesses aux jeux de hasard. Des sommes parfois colossales peuvent être pariées. Les élèves les plus forts sont enviés, les plus faibles persécutés. Yumeko, une nouvelle élève, est immédiatement placée sur la liste des personnalités à surveiller. Étrangement, elle ne semble pas être là pour "gagner", mais par pur amour du jeu et de l'excitation...

Mon avis :

Les japonais ont décidément une obsession à ce qui touche au domaine de domination "Maîtres - Esclaves".

Gambling School en est la preuve unilatérale, poussant le vice dans ses retranchements.

Dans cette école, composée de la future élite du pays, ces jeunes pour la plupart issus de familles riches, s'adonnent aux jeux de hasard, sous toutes ses formes...si bien, que les moins fortunés terminent rapidement au bas de l'échelle, portant autour du cou, une pancarte de chien - chat, en fonction du sexe, totalement dévoués, esclaves à plein temps envers leurs "chefs".

Les terreurs de l'école tiennent les rênes du pouvoir jusqu'à l'arrivée d'une nouvelle, dont l'attitude décomplexée semble irriter l'assemblée.

Un excellent manga sur le rythme infernal des joueurs et leur attitude autodestructrice, les faisant grimper au paradis ou basculer en enfer.

Le véritable joueur se reconnaîtra dans cette lecture sombre, prenante et diabolique.

L'animé sous son nom officiel "Kakegurui" est vivement conseillé. La 1ère saison compte 12 épisodes.

Adrénaline et sensations fortes garanties pour tout amateur de jeux de hasard!

 

PlancheA_306465.jpg

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

gambling school,naomura,kawamoto,soleil,710,jeux,062017

 

gambling school,naomura,kawamoto,soleil,710,jeux,062017

 

gambling school,naomura,kawamoto,soleil,710,jeux,062017

 

Coq de Combat