08/07/2017

Samurai T11 : le Sabre et le Lotus

51J9LomG+bL__SX357_BO1,204,203,200_.jpg01.jpgScénariste : Jean-François Di Giorgio

Dessinatrice : Christina Mormile

Éditeur : Soleil

48 pages - sabre et épée

Sortie : le 7 juin 2017

 

 

Avis de l'éditeur :

 

La vie de Takeo va être bouleversée. Il rencontre la belle Sekiyo, son amour de jeunesse. Mise en confiance par leur histoire commune, elle lui demande de l'aider à retrouver Kozaemon, son fiancé, disparu depuis peu. Takeo, en souvenir d'une romance passée, accepte et se lance à la recherche de l'être cher. Takeo ne réalise pas encore combien sa vie va bientôt être bouleversée...

Mon avis :

 3 lignées majeures de clans se déchirent le territoire : les Abe; les Haji et les Kusakabe.

Jiro Kusakabe, l'un des plus influents shogun du pays mariait son fils à la princesse Omi.

Les festivités allaient bon train, jusqu'à ce que des tueurs du clan Haji tentèrent d'assassiner la princesse. Fort heureusement, la fine lame de Takeo ne tremble pas face à l'adversité et réduit l'ennemi en bouillie.

Du coup, son excellence Jiro Kusakabe permet au samurai de travailler pour lui, en lui proposant le poste de maitre d'armes.

Cherchant à marier son fils quoi qu'il advienne, il informe Takeo d'un conclave des familles nobles, rien ne doit bouleverser l'équilibre des 3 familles.

Sa mission consiste à exterminer ces ninjas, déjà prêts à renouveller des offensives.

Travaillant en solitaire, il abandonnera temporairement sa bien-aimée, Sayuri. Cette dernière, méfiante qu'il s'agisse d'une autre femme le prend en filature jusqu'à ce que tous deux soient pris en tenaille par des ninjas...

La série Samurai s'impose comme une des meilleures séries du genre, du moins par des auteurs de chez nous.

Fidèle en tous points au style "sabre et épées", on retrouve les éléments qui contribuent à la réussite de cette saga :

Palanquins, geishas, duels sanguinaires, clans cherchant à gagner la moindre parcelle de territoire, saké, lotus, divinités bouddhiques...

Jean-François Di Giorgio relate une époque qui fascine notre mode de vide occidental. Proche du cinéma nippon, on ressent son influence tirée des maîtres du genre tels que Akira Kurosawa (Ran, les 7 samouraïs...); Takashi Miike ( Hara-Kiri...); ou encore proche d'un cinéma HK comme Tsui Hark, pour ne citer que lui.

Quant à Christina Mormile, on ne peut que longuement s’attarder sur ses dessins, tout simplement magistraux!

Quelle artiste de prestige! C'est bien simple, chacune de ses planches sont synonymes de pur chefs-d’œuvre!

Elle peint la misère et le crime avec une telle présence, donnant à ces situations délicates une âme à part. Une poésie extrême proche de la quintessence.

Et ses protagonistes rayonnent qu'ils soient du côté de la justice ou non. Petit clin d’œil pour ses geishas (qui d'après Takeo semblent être de bas étage mais qui donnent plus qu'envie...)

 

La saga Samurai est un Must dans son genre! A lire, à conseiller et à collectionner!

 

10.jpg

Scenario_R_sf_txt_65px.jpg

 

Dessin_R_sf_txt_65px.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

samurai,mormile,di giorgio,soleil,910,sabre et épée,062017

 

samurai,mormile,di giorgio,soleil,910,sabre et épée,062017

 

samurai,mormile,di giorgio,soleil,910,sabre et épée,062017

Coq de Combat

 

06/07/2017

Btooom T21

61ffgoMO0mL__SX359_BO1,204,203,200_.jpgPlancheA_305455.jpgAuteur : Junya Inoue

Éditeur : Glénat

Genre : Survival

194 pages

Sortie : le 7 juin 2017

 

 

Avis de l'éditeur :

Iida et Perrier mettent enfin en oeuvre leur plan d attaque. Pour neutraliser Tyrannos Japan, Iida trafique le serveur de l entreprise. Malheureusement, il tombe dans le piège posé par Tomiyo, la subordonnée de Schwaritz... Sur l île, Himiko et Sakamoto sont au bord du gouffre. Cependant, au moment où Ryota s apprête à accepter sa triste réalité, l inattendu se produit... De son côté, Kira est toujours à la recherche de Sakamoto. Il parvient lui aussi à la forteresse, où il sème le désordre. La question est : comment se fait-il qu il ait tant gagné en désir de vaincre et en puissance de frappe ?!

 

Mon avis :


Pris au piège par le duo Seishiro et kenya, Ryota & Himiko doivent se donner en spectacle devant ceux-ci. Prouvant que leur amour est plus fort que tout, ils démontrent leur foi et ne succombent pas à la peur de leurs tyrans.

Situation qui déplaît à Seishiro, celui qui tire les ficelles. Tout proche et déterminé d'en terminer avec Ryota, notre héros ne doit son salut que par l'intervention miraculeuse de Kosuke, armé jusqu'aux dents.

Un deal se met en place entre Ryota jouant le tout pour le tout, avec Seishiro dans l'espoir de contrecarrer les ardeurs du jeune mais coriace Kosuke.

Ce 21ème opus ne place pas idéalement Ryota sous son meilleur profil : tenu prisonnier, Himiko toujours aux mains de l'ennemi, et qui plus est un Kosuke plus déterminé que jamais semblent être autant d'éléments à jongler pour un mieux.

Le fil conducteur se veut crédible car la fatigue et la faim manquent cruellement, ce qui confirme l'handicap visible de Ryota. Les autres protagonistes tout aussi affamés marquent un grand coup grâce à leur quantité de munitions (en l’occurrence leurs BIM) et un second souffle qui émerge par saccades. Réaliste comme le serait un combat acharné entre deux boxeurs, l'un prenant l'ascendant sur l'autre puis vice versa.

 

En parallèle, nous suivons la rébellion de Monsieur Ida, qui aidé par une tierce personne, prend en otages les responsables de ce jeu de la mort. De grands pontes actionnaires et autres financiers sans scrupules qui s'en mettent plein les poches par le processus de Btooom.

Les scènes d'action, par contre deviennent rébarbatives. Ryota vs Kosuke apparait pour la énième fois, on espère vivement voir un macchabée pour de bon. Peut-être qu'à force de s'affronter, ils deviennent partenaires pour la suite des événement.

Nobutaka n'apparait pas la moindre seconde dans ce tome, espérons également qu'il fasse rapidement son grand retour!

 

btooom-5095-1.jpg

Album_R_sf_txt_65px.jpg

btooom,junya inoue,glénat,810,survival,062017

Coq de Combat

 

 

04/07/2017

La légende lama blanc T3 : le royaume sous la terre

sans-titre.png81vzcNkWBFL.jpgScénariste : Alejandro Jororowsky

Dessinateur : Georges Bess

Éditeur : Glénat

48 pages - mystique

Sortie : le 31 mai 2017

 

 

Avis de l'éditeur :

 

Dans son temple au sommet de l'Himalaya, l'esprit de Gabriel le lama blanc vient annoncer une grande nouvelle à ses fidèles : le tyran Chuan-Lao a été assassiné ! Pour autant, le cauchemar n'est pas fini... Car en secret, Hitler et son groupe de nazis cherchent à atteindre les profondeurs de la Terre où se niche une imposante et terrifiante armée, prête à se déverser sur le monde. Seul le Führer a le pouvoir de les réveiller. Le destin du Tibet est-il d'ores et déjà scellé ?

 

Mon avis :

 Des soldats chinois belliqueux exterminent sans pitié les moines issus du monastère sacré. A la recherche du Dalaï Lama, ils se montrent d'une extrême violence face à ceux qui suivent les pas sacrés du Saint homme.

Au même moment, à l'école anglaise de Lhassa, les comptes se règlent : la vieille Léna relate les raisons de son handicap comme quoi 40 soldats l'ont violées en lui laissant des marques à vie. ( avec en prime, une bouteille de whisky introduite complète dans le vagin...)

Alors que dans les montagnes d'Agharta, le roi Lemuriel, aidé des siens kidnappe Hitler ( et oui, le führer avant l'apocalypse), sachant que d'après les oracles, il serait le lien de passage vers un autre monde!

 On a droit ici a du Jodo comme on les aime : melting pot de religion, de mysticisme, de cruauté sanglante, de protagonistes fous,  d'incompréhension qui ne deviennent perceptibles que dans sons univers ainsi que d'un sens pointu d'humour noir!

Le führer, dans tous ses états, à l'aube de son éveil...sauf qu'ici, il ne doit son salut que par des êtres maléfiques qui lui donnent plein pouvoir afin de : non exterminer des juifs mais bel et bien l'humanité tout entière.... il ne fait plus dans la dentelle, il décide de vouloir saccager le monde entier et de s'élir Dieu en personne. Un monologue de légende est à noter : "la mort est mon chien!"

Bref, ceux qui ignorent la marche à suivre d'Alejandro Jodorowsky risquent de le prendre d'un drôle d’œil, ne sachant si ils ont affaire à un fou, un illuminé ou un visionnaire.(voire les trois simultanément)

Considéré comme l'un des auteurs les plus prolifiques, sa marque de fabrique reste perceptible à mille lieues!

On se régale par la splendeur de ses idées aussi raffinées qu'insolites.

Médium, cinéaste, avant-gardiste, le génie de quasi 90 ans continue à nous surprendre, et à nous titiller notre inconscient!

Le secret de ses œuvres proviennent d'une vie bien menée, au travers de nombreux projets, défis et voyages...sans parler de ses rencontres avec les shamans, les psychotropes hallucinogènes et les femmes car même si le sexe n'apparait pour ainsi dire pas dans ce titre, c'est une ode à de nombreuses de ses pépites littéraires et cinématographiques.

 

Merci l'Artiste avec un grand A! comme Astronomique!

7180sUuy1JL.jpg

Album_R_sf_txt_65px.jpg

btooom,junya inoue,glénat,810,survival,062017

Coq de Combat

 

22/06/2017

Peacemaker T17

610isZcUGmL__SX358_BO1,204,203,200_.jpgPlancheA_298434.jpgAuteur : Ryouji Minagawa

Éditeur : Glénat

210 pages

Sortie : le 15 février 2017

Genre : Western futuriste

 

Avis de l'éditeur :

 Pour la finale du Guns of Domination d'Emperor Garden, Hope va devoir affronter tout d'abord Nicola, qu'il considère comme sa propre chair, avant de se mesurer A Cole, son frère. Quelle sera la conclusion de ces duels extraordinaires ?

 

Mon avis :

 Le Gunsdomination avance bon train : Hyman affronte le Dieu du tir, parvenant à lui décocher une balle judicieusement bien placée. Insuffisant néanmoins, son adversaire ne resplendit plus de la même manière, la légende invincible prend un sacré coup dans les gencives.

 Vient ensuite le tour de Steve Bucket, ce mercenaire féroce, rapide et talentueux. Un duel sanguinolent s'ensuit, sous les acclamations d'une foule en délire.

Est-ce que le Dieu du tir parviendra à tenir la distance, jusqu'à épuiser et tuer tous ses adversaires avant d'affronter son réel ennemi : Hope, son frère de sang!

Voici la conclusion de PeaceMaker, la série western-apocalyptique dans laquelle les meilleurs tireurs d'élite s'affrontent. Mais PeaceMaker relate également une histoire familiale, des frères qui s'entre-déchirent, une quête de salut et forcément un combat final les opposant.

 Pour affronter un démon, il faut parfois en devenir un soi-même. C'est le triste parcours d'un frère qui tente de contrecarrer les plans diaboliques de son ennemi, frère de sang, qui plus est. Le désir de toute-puissance, le Graal d'être considéré comme le meilleur dans son domaine, voilà des arguments à maintes fois abordés dans des mangas.

 Graphiquement, les plans défilent comme des arrêts sur image, marque de fabrique des westerns traditionnels. Les visages sont moroses et crispés, notant la situation délicate du concept.

Les protagonistes jouent leur vie en permanence sans se soucier d'un quelconque futur, ce qui donne un aspect réaliste au scénario.

PeaceMaker n'est certes pas un chef-d’œuvre, mais mérite amplement que l'on s'y attarde. 17 tomes, pas un de plus pour un western bien plus crédible et concluant que Green Blood.

 

images1BTNM111.jpg

 

Album_R_sf_txt_65px.jpg

peacemaker,ryouji minagawa,glénat,710,western,022017

Coq de Combat