03/03/2015

LA GRANDE EPOPEE DE PICSOU - Intégrale DON ROSA

CCF25022015_00000.jpgLa grande épopée de PICSOU - TOME V

Le trésor de Crésus et autres histoires

GLENAT - 14 janvier 2015 - 29,50 €

Collection intégrale - 304 pages

Auteur : DON ROSA

 

Voici donc le cinquième volume de l'intégrale des aventures de l'oncle Picsou dessinées par DON ROSA.
Don_Rosa_im_Auto.gifDon Rosa est, après CARL BARKS, le plus grand auteur d'histoires sur les canards de Disney! Il a crée la série sur "la jeunesse de Picsou" (tomes 1 et 2 de cette intégrale) qui est devenue culte chez les passionnés du vieil avare. Rosa a commencé sa carrière dans les années 70 puis a postulé pour travailler pour GLADSTONE, petit éditeur qui avait été autorisé par Disney a reprendre la publication des comics de la firme, arrêtés depuis les années 70.

Don Rosa a superbement repris les personnages rendus célèbres par Carl Barks (son idole) allant jusqu'à améliorer leur histoire, donner des suites aux aventures du Maître, s'intéressant tout particulièrement au personnage d'oncle PICSOU qu'il affectionne!

 

CCF27022015_00010.jpg

Ici l'éditeur poursuit la publication chronologique des histoires de Don Rosa. Chaque histoire est accompagnée de remarques et explications de l'auteur qui apportent un plus à la lecture. On regrette cependant que les pages montrant les premières versions des histoires n'aient pas été traduites!!
On peut s'amuser également à rechercher les signatures cachées par l'auteur dans les dessins; Rosa a l'habitude de signer certaines pages du mot D.U.C.K (canard) en hommage à Carl Barks - D.U.C.K étant les initiales de "dedicated to unca carl from Keno" (dédié à l'oncle Carl par Keno - Keno étant le deuxième prénom de Rosa)

CCF25022015_00011.jpgCertaines histoires sont mémorables telles "le trésor de Crésus" dans laquelle Picsou, aidé par son employé modèle Donald ( payé 30 cts de l'heure ) et les neveux Riri, Fifi et Loulou, rois de la débrouille grâce au manuel des Castors Juniors, se lance dans la reconstruction du temple d'Artémis dans les colonnes duquel crésus aurait gravé les indications menant à son trésor! Ou encore "le Dissoutou", liquide inventé par Géo Trouvetou qui, comme son nom l'indique, dissout tout sauf..... les diamants. Picsou veut s'en servir pour augmenter sa fortune mais, renversé par mégarde sur le sol, le liquide dissout tout jusqu'au noyau terrestre menaçant l'explosion de la planète et le vieil avare, Donald et ses neveux devront descendre vers le centre de la terre pour arrêter le liquide infernal. Plusieurs autres histoires sont basées sur la recherche d'un trésor perdu par nos héros; Don Rosa, féru d'histoire et de cinéma, se sert beaucoup de ses lectures pour créer des scénarios à couper le souffle. 

Une autre histoire mémorable: "un problème de taille"! Rosa se sert d'un appareil issu d'une vieille histoire de Barks, "le soustracteur d'atomes", engin qui projette un rayon réduissant la taille des personnes et objets se trouvant dans le rayon projeté. Et qu'arrive t-il à Picsou et Donald à cause d'une maladresse de ce dernier? ils rétrécissent  dans le coffre de Picsou parmi les pièces et les billets entassés........ une merveille d'humour.( hommage au classique film "l'homme qui rétrécit" )

Mais ma préférée reste "un problème sans gravité" dans laquelle Miss Tick, voulant comme toujours s'emparer du sou fétiche de Picsou, jette un sort à ce dernier et à Donald qui se retrouvent à marcher sur les murs ayant perdu leur centre de gravité! les deux canards traversent ainsi la ville, courant sur les murs à la poursuite de la voleuse. J'en ris encore! 

CCF28022015_00000.jpgUn superbe album à lire par tous, grands et petits.    

Ma note:

DESSIN :      

 

SCENARIO : 

 

 JR

 

Hicksville

hicksville,horrocks,casterman,bande dessinées,comics,biographie,810,02-2015hicksville,horrocks,casterman,bande dessinées,comics,biographie,810,02-2015Scénario et dessin : Dylan Horrocks

Éditeur : Casterman

262 pages

date de sortie : janvier 2015

genre : biographie

 

 

 

 

"La BD te brisera le cœur" - Jack Kirby

 

Hicksville, c'est le nom d'une petite ville imaginaire dans le nord de la Nouvelle Zélande. Ce petit patelin perdu au milieu de nulle part a une particularité bien étrange : c'est la capitale improbable et quasiment secrète de la bande dessinée mondiale. Chaque habitant est passionné et spécialiste de BD en tout genre. Librairies et bibliothèques regorgent de trésors et raretés à faire tomber par terre n'importe quel collectionneur.

Le journaliste américain Léonard Batts a pour projet d'écrire une biographie de la nouvelle star internationale du comics, Dick Burger, natif de Hicksville. Batts réussit tant bien que mal à débarquer dans le village Néo-Zélandais pour réaliser son reportage, mais dès qu'il évoque le nom de Dick Burger, les mines se renfrognent et les portes se ferment.

Il semble qu'un lourd secret se cache dans le passé de la star....

 

"Encore plus que l'argent, un artiste aime qu'on l'aime" - Joe Simon

 

 

hicksville,horrocks,casterman,bande dessinées,comics,biographie,810,02-2015

 

 

Les éditions Casterman ont eu l'excellente idée d'éditer cette nouvelle version de cet album hors du commun sorti aux États-Unis en 1998 et publié en France en 2001 par L'Association. Si le contenu ne change pas radicalement de la version de 2001, l'auteur nous gratifie d'une nouvelle introduction dessinée dans la quelle il nous fait part de la tentation qu'il a eu de tout redessiner pour cette nouvelle édition. Il n'aura finalement refait que la couverture, ce qui est bien suffisant.

Plus qu'un hommage au métier et aux auteurs de BD, Hicksville est une véritable déclaration d'amour à la bande dessinée. Dylan Horrocks est un auteur Néo-Zélandais né en 1966, qui révèle dans cet ouvrage son amour pour la BD, passion qu'il tient de son père qui possédait plusieurs albums de Tintin en français, et qui entre autres adorait autant les Peanuts de Schulz que Captain Marvel.

 

hicksville,horrocks,casterman,bande dessinées,comics,biographie,810,02-2015

 

Tout en menant une enquête journalistique, il met en scène tout l'univers de la BD, de l'auteur au lecteur, en passant par les critiques, éditeurs, collectionneurs, libraires et  passionnés en tout genres.

Dans une magnifique mise en abyme, Dylan Horrocks parsème les 260 pages de son récit de vrais faux comics, de vraies références (Kirby, Eisner, Stan Lee, Jacobs, Aragonès, Mc Cay, Hergé …) et d'ambiances teintées aussi bien de mystère que de légèreté et de profondeur. Car Hicksville n'est pas qu'une ode à la BD. L'auteur en révèle aussi les coulisses et expose ses interrogations sur la création artistique, le business, la reconnaissance, la gloire, et sur les relations ambivalentes entre l'art et l'argent ….

 

hicksville,horrocks,casterman,bande dessinées,comics,biographie,810,02-2015

 

La narration à plusieurs étages où le vrai et le faux s'imbriquent et se superposent est un peu déroutante au début. Mais le style est finalement vite adopté et l'on se laisse assez facilement prendre au piège de l'intrigue qui se met lentement en place. Malgré l'univers improbable du village entièrement voué à la BD, tous les personnages sont crédibles et réalistes. On sent d'ailleurs bien l'investissement total et sans limites de l'auteur dans son récit ou certaines scènes relèvent certainement de l'autobiographie.

 

Hicksville est un album qui de prime abord peut faire peur par sa densité et son dessin noir et blanc maladroit aux airs un peu simplistes. Les plus courageux qui dépasseront cette appréhension découvrirons un album magistral dans lequel toute la richesse et la puissance créatrice de la BD y sont révélées.

En tout cas, pour tous les amoureux du 9ème art adeptes ou pas de comics, ce voyage initiatique à Hicksville me paraît indispensable.

 

a08-3e78906.gif

 

 

Loubrun

 

hicksville,horrocks,casterman,bande dessinées,comics,biographie,810,02-2015

 

16/02/2015

The Walking dead tome 22 - Une autre vie

walking dead T22.jpgwalking dead T22 planche.jpgScénario : Robert Kirkman

Dessin : Charlie Adlard ; Stefano Gaudiano

Éditeur : Delcourt

date de sortie : janvier 2015

 

 

 


Depuis que ce monde a été précipité dans l’apocalypse zombie, l’ancien policier Rick Grimes n’a eu de cesse de protéger et conduire une communauté qui, après avoir triomphé non sans lourdes pertes de l’exercice quotidien consistant désormais à survivre jusqu’au lendemain, s’est organisée pour tenter de préserver un semblant d’existence normale, s’alliant au passage à d’autres communautés dotées des mêmes aspirations.

Confrontés à la faction menée par le terrifiant et despotique Negan, Rick et les siens ont fini par gagner.

La guerre est terminée.

Le temps de rebâtir est venu…

 

Ainsi peut commencer Une autre vie.

Après La Guerre Totale, et de guerre lasse au bout d’un certain nombre de tomes qui finissaient par errer tels des zombies sans but, on pouvait se demander si Kirkman saurait encore nous surprendre.

Et voici qu’il nous propose une nouvelle saison, un nouveau cycle, nous épargnant la narration de deux ou trois ans de mise en pratique du Manuel Survivaliste Post Apocalyptique par les héros, afin de nous en faire découvrir un résultat possible, plutôt encourageant, presque rassurant.

Rick, en patriarche apaisé, dirige son fief médiéval dont  des chevaliers en armure du XXIème siècle sécurisent les abords en conduisant habilement les hordes de zombies comme du bétail au son de la corne. Sauvegarde de l’eau potable, agriculture, élevage, éoliennes, moulin, forge… de belles avancées ont été faites.

Dame Maggie regarde grandir en sécurité son petit Glenn, et, alliée du Sieur Rick d’Alexandria,  règne sur la Confrérie de la Colline.

On a de nouveau du temps pour développer plus finement les liens sociaux, les relations père-fils (Carl, adolescent, veut entrer en apprentissage à la forge, à la Colline, et Rick a du mal à le laisser partir, à admettre qu’il a grandi…), ou même goûter la beauté d’un coucher de soleil…

Bref, les personnages ont pris quelques rides ou quelques boutons d’acné, les caractères se sont forgés et ont mûri, une civilisation s’est réorganisée, et ce bond en avant apporte beaucoup d’oxygène au récit…

N’allez pas croire que tout soit rose pour autant. Un nouveau groupe de rescapés introduit à Alexandria arrive d’ailleurs avec ses doutes : n’est-ce pas trop beau pour être vrai ? N’a-t-on pas tué un des leurs, fût-ce accidentel, avant de les amener ici ?

Quant à Negan, potentiellement plus dangereux à lui seul que tous les zombies réunis,  s’il a momentanément été mis hors d’état de nuire, il est bien vivant et attend son heure, trop sagement assis dans sa prison. On frémit en songeant que sa présence constitue une lourde et insidieuse menace…

Et dehors, ça rôde toujours… Et ça ne râle pas seulement, on a même entendu  certains morts murmurer…

Pour notre plus grand plaisir la bouffée d’oxygène est donc viciée de relents inquiétants, et, à nouveau, on attend avec impatience le prochain épisode !

 

a08-3e78906.gif

 

 

 Virgule

 

13/02/2015

Frankenstein - Le Monstre est vivant - Tome 01

Frankenstein,Le Monstre est vivant,Soleil,IDW,Berni Wrightson,Steve Niles,Mary Shelley,JaxomScénario : Steve Niles
Dessin : Berni Wrightson
Dépot légal : 11/2014
Editeur : Soleil Productions
ISBN : 978-2-302-02760-2
Planches : 72

 

 

Après la réédition en 2010 du roman originel illustré par Berni Wrightson, Soleil nous gratifie ici d’un bel album (31cm x 20,5cm) qui reprends les trois premiers comics parus chez IDW depuis 2012.

Frankenstein,Le Monstre est vivant,Soleil,IDW,Berni Wrightson,Steve Niles,Mary Shelley,Jaxom"Frankenstein Alive, Alive!" en V.O. est une libre adaptation du roman de Mary Shelley avec Steve Niles au scénario et Berni Wrightson aux dessins.

La créature ne pouvant mourir et le docteur Frankenstein étant tenu pour mort, les pérégrinations de notre héros sans âme l’amène à tout faire pour tenter de trouver le repos éternel. (Tombe de glace en plein arctique ou bien prison de lave sur le flan d’un volcan.)  

Frankenstein,Le Monstre est vivant,Soleil,IDW,Berni Wrightson,Steve Niles,Mary Shelley,JaxomIl trouvera finalement refuge chez le Dr Simon Ingles, médecin et érudit il collectionne et étudie les arcanes de l’ésotérisme.

Bien sûr il se révèlera que le Dr Ingles est plus le pendant moderne de Victor Frankenstein qu’un véritable bienfaiteur pour la créature.

Cette suite imaginaire plutôt qu’adaptation est le fruit du travail de Steve Niles auteur reconnu dans le monde des comics à tendance horrifique et compagnon de route de Berni Wrightson depuis quelques temps maintenant.

Berni Wrightson nous livre ici des personnages expressifs, des doubles pages splendides et des détails toujours soignés même sur les arrières plans. Il est pourtant (pour moi) moins performant qu’à une certaine époque (Creepy).

 

frankenstein,le monstre est vivant,soleil,idw,berni wrightson,steve niles,mary shelley,jaxom

 

Soleil nous a zappé l’interview des auteurs dans les bonus. Soit. On se contentera des couvs et d’un zoom sur les dessins de Berni Wrightson.

Une suite, oui mais pas pour tout de suite. (La faute à la VO en retard pour le coup).

Note Globale : 08/10.

JaXoM