10/03/2012

LES DERNIERS JOURS DE STEFAN ZWEIG

 

 

Capitol, Les derniers jours de Stefan Zweig, Guillaume Sorel, Laurent Seksik, Casterman, Biographie, Histoire, Drame Capitol, Les derniers jours de Stefan Zweig, Guillaume Sorel, Laurent Seksik, Casterman, Biographie, Histoire, Drame Dessin: Guillaume Sorel - Scénario : Laurent Seksik

Editions Casterman

Sortie : 22/02/2012

88 pages

Prix conseillé : 16 €

ISBN : 2203041765

Biographie, Histoire, Roman graphique, Drame

 

Résumé (de l’éditeur: Conjuguant réel et fiction, cette Bd revisite les six derniers mois de la vie du couple Zweig, entre nostalgie des fastes de Vienne et appel des ténèbres. Passés successivement par l’Angleterre et les États-Unis après avoir fui l’Autriche, Stefan et Lotte avaient cru fouler au Brésil une terre porteuse d’avenir. Mais c’était sans compter avec l’épouvante de la guerre. 

 

Capitol, Les derniers jours de Stefan Zweig, Guillaume Sorel, Laurent Seksik, Casterman, Biographie, Histoire, Drame

 

Mon avis : J’attendais avec impatience cette bande dessinée basée sur le roman de Laurent Seksik qui porte le même titre et paru en 2010. Il s’agit donc d’expliquer la fin de la vie d’un des plus grands écrivains du 20e siècle. Le problème de cet album, c’est qu’il faut le remettre dans le contexte. Il faut connaître un peu quelle fut la vie de Stefan Zweig pour comprendre ses états d’âme, son cheminement et pourquoi sa vie s’est terminée par ce drame.

Capitol, Les derniers jours de Stefan Zweig, Guillaume Sorel, Laurent Seksik, Casterman, Biographie, Histoire, Drame Capitol, Les derniers jours de Stefan Zweig, Guillaume Sorel, Laurent Seksik, Casterman, Biographie, Histoire, Drame

 

Né à Vienne en 1881, il est un écrivain, dramaturge, journaliste et biographe autrichien. On connaît de lui de nombreux romans à succès dont « Amok » paru en 1922 qui sera un best-seller mondial ou « le joueur d’échecs » publié à la fin de sa vie. Il fut l’ami de Verlaine, Emile Verhaeren ou Romain Rolland. C’est un juif non pratiquant mais qui va bien vite prendre conscience de son statut dans la société. Dès la guerre de 1914-1918, il va être mis dans un service de propagande. Il va aussi connaître la réalité de la guerre sur le front de Pologne où il va découvrir les juifs confinés dans des ghettos insalubres et désespérants. Après la guerre, dans les années 20, il va devenir le grand écrivain que l’on connaît. Il va traduire Charles Baudelaire, Arthur Rimbaud et Paul Verlaine. Mais la peste brune arrive. Il a pris conscience du problème « juif » et du danger du pouvoir Nazi. En 1933, un autodafé de ses œuvres a lieu à Berlin. Ses œuvres sont brûlées en place publique. Il décide alors de partir en exil à Londres, New York puis au Brésil. Il se sent persécuté, dans une insécurité constante. De plus, il n’est pas facile d’être un autrichien, même si on est opposant au régime…Il se suicidera au Véronal (barbiturique) avec son épouse en 1942 au Brésil alors qu’il a appris la défaite des anglais à Singapour...

 

Capitol, Les derniers jours de Stefan Zweig, Guillaume Sorel, Laurent Seksik, Casterman, Biographie, Histoire, Drame

 

Pour en revenir à l’album en lui-même, le dessin de Guillaume Sorel est de type classique, sobre mais efficace dans le plus pur style du dessin réaliste. Ce qui attire l’œil, c’est la colorisation directe mais qui reste dans des tons proches du sépia, pas de couleurs éclatantes, mais aussi une large place au blanc. Un dessin et des couleurs tout en retenue…

Capitol, Les derniers jours de Stefan Zweig, Guillaume Sorel, Laurent Seksik, Casterman, Biographie, Histoire, Drame

Le scénario de Laurent Seksik mêle l’histoire vraie et l’histoire romancée. Comme je le dis plus haut, il part  de connaissances pré requises. Je pense qu’il aurait été préférable de commencer l’album par une note biographique sur Stefan Zweig. Beaucoup ne le connaissent pas, même si ces dernières années il a été un peu remis au goût du jour et c’est totalement mérité. Ceci étant dit, j’ai beaucoup aimé la façon délicate d’aborder ce sujet qui reste un drame humain mais aussi la conclusion d’un parcours de vie extraordinaire tant dans le sublime que dans le désespoir. Alors à partir de là, reste à voir si votre sensibilité accroche ou n’accroche pas à ce type d’histoire. C’est une histoire focalisée sur un drame et ce n’est pas toujours évident de rentrer dedans. Pour ma part, j’ai trouvé la narration littéraire et graphique bouleversante. Cet album possède une certaine poésie mais est également très dur. Les sentiments divers et contraires se mélangent et j’estime que je ne suis pas sorti indemne de ce magnifique album. Un coup de cœur !

 

Graphisme :   8,0/10

Scénario :     9,0/10

Moyenne :     9,0/10

 

Capitol.

Capitol, Les derniers jours de Stefan Zweig, Guillaume Sorel, Laurent Seksik, Casterman, Biographie, Histoire, Drame

05/03/2012

PORTUGAL

Capitol,Portugal, Pedrosa, Dupuis, Air libre,Biographie, société,AngoulèmeCapitol,Portugal, Pedrosa, Dupuis, Air libre,Biographie, société,AngoulèmeDessin et scénario : Pedrosa

Editions Dupuis

Collection Air Libre

Sortie : 16/09/2011

264 pages

Prix conseillé : 35 €

ISBN : 9782800148137

Biographie, société, Portugal

 

Résumé (de l’éditeur: Plus vraiment d'inspiration, plus d'envies et pas de projets, l'auteur de BD Simon Muchat végète doucement dans son boulot d'animateur scolaire, et exaspère Claire, sa compagne, qui le voudrait plus investi.
Invité à passer quelques jours au Portugal, dont sa famille est originaire et où il n'était plus allé depuis l'enfance, il va y découvrir une autre façon d'exister et d'être - et peut-être le début d'une nouvelle inspiration ?

 

Capitol,Portugal, Pedrosa, Dupuis, Air libre,Biographie, société,Angoulème

 

Mon avis : Enfin ! Voilà que je viens de lire cette « brique» de 264 pages… J’avais franchement hésité à l’acheter dans un premier temps. Bigre, 35€, c’est un prix ! C’est sûr que si l’on regarde le rapport nombre de pages – prix d’achat, ce n’est pas un prix prohibitif mais il faut quand même les sortir. De plus, ce livre sera-t-il à la hauteur de l’investissement ? Dans un premier temps, je l’ai laissé là, malgré déjà certaines critiques dithyrambiques… Ensuite, Angoulème est passé par là…Premier prix de la BD Fnac 2012.Les tirages se sont déjà envolés et c’est un franc succès en librairie. On parle d’un tirage de 60.000 exemplaires à ce jour…Me voilà donc de retour chez mon libraire pour le commander car le stock est épuisé… « Vous allez quand même le lire ? », ricane t-il gentiment…Et oui, on ne se refait pas…Voyons enfin ce que vaut ce fameux album…

 

Capitol,Portugal, Pedrosa, Dupuis, Air libre,Biographie, société,Angoulème

Extérieurement, il s’agit d’un bel album, volumineux et cartonné qui pèse lourd. Je l’ouvre…De suite, ce qui saute aux yeux, c’est le graphisme. Pas franchement abouti mais on sent une « patte ». Pour certaines planches, on a l’impression que le dessin est enfantin alors que pour d’autres, il est  beaucoup plus mature. Des planches sont bien finies alors que d’autres ressemblent plus à des brouillons, des croquis jetés négligemment mais sublimés par la mise en couleur. En parlant de couleurs, celles-ci sont déconcertantes. Beaucoup de teintes dans les ocres,  les jaunes mais aussi des tons plus en rapport avec l’histoire, le moment de la journée, la qualité ou l’intensité de la lumière, que veulent faire passer l’auteur et sa coloriste (Pedrosa et Ruby). Cela ressemble plus par moment à un laboratoire qu’à quelque chose de totalement maîtrisé…Je dois bien dire que par moment j’ai été un peu déstabilisé et je n’ai pas toujours adhéré…

Reste le scénario…Un dessinateur de bandes dessinées est en mal d’inspiration et sa vie de famille s’en ressent. Sa compagne en a marre et le quitte. Invité au Portugal pour un festival de BD, il va reprendre contact avec des gens de sa famille, puisqu’il est français d’origine portugaise. De fil en aiguille, il va s’intéresser à l’histoire de sa famille et retrouver l’envie de la raconter, de travailler, de créer à nouveau. Pedrosa s’inspire ainsi de son expérience personnelle pour nourrir cet imposant album…C’est bien raconté mais par moment, je dois bien avouer que j’ai un peu décroché. Des dialogues en portugais, des dialogues en caractères de « fourmi » (vraiment petit à lire, faut-il les zapper car sans grande importance ?), et puis des petites longueurs sur 264 pages…A force de décrire des petites scènes de la vie quotidienne, cela devient parfois ennuyant…Bâillements…

Capitol,Portugal, Pedrosa, Dupuis, Air libre,Biographie, société,Angoulème

En conclusion, je pense qu’il fallait vraiment croire dans le projet pour oser sortir un tel livre. Bravo à Dupuis et à l’auteur qui a dû probablement beaucoup s’investir pour publier une somme de travail pareille. J’ai même lu quelque part que Pedrosa a baissé ses droits d’auteur pour y arriver…mais cela n’a pas été confirmé.

C’est comme je l’ai dit plus haut, il s’agit d’une aventure graphique hors norme, une BD éprouvette qui sort d’un laboratoire artistique. C’est parfois brut, sans concession, mais cela ne manque pas de classe et de qualité. Quand à dire qu’il s’agit de la BD de l’année 2011, je resterai sur ma réserve. J’ai bien aimé mais j’ai trouvé l’album un peu long. C’est le revers de la médaille. J’ai eu l’impression de lire un album fleuve, vrai et sincère, écrit avec ses tripes et son cœur. Mais je pense qu’on aurait pu un peu élaguer ça et là pour éclaircir le récit, le rendre un peu plus concis et sans les temps morts inévitables sur 264 pages. L’histoire en aurait pris encore plus de force…A vous, maintenant, de vous faire votre propre avis…

 

 

Graphisme :   7,5/10

Scénario :     7,5/10

Moyenne :     7,5/10

 

Capitol.

 


Capitol,Portugal, Pedrosa, Dupuis, Air libre,Biographie, société,Angoulème

03/03/2012

LE PAUVRE TYPE

Capitol, Joe Matt, Delcourt, Outsider, Le pauvre type, Humour, biographie, société, comicsCapitol, Joe Matt, Delcourt, Outsider, Le pauvre type, Humour, biographie, société, comicsDessin et scénario : Joe Matt 

Editions Delcourt

Collection outsider

Sortie : 24/09/2008

168 pages

Prix conseillé : 16,50 €

ISBN : 978-2-7560-1447-0

Humour, biographie, société

 

Résumé (de l’éditeur: Obsédé sexuel, dur au mal, âpre au gain, pingre et jaloux... voici Joe Matt ! Dans Le Pauvre Type, Joe a une copine, Trish, mais il fantasme sur une copine à elle et poursuit sans vergogne ses pratiques masturbatoires. Comme d'habitude, Joe fait part à ses amis Seth et Chester Brown de ses délires égocentriques lors de longues discussions au café, devenues l'une de ses marques de fabrique.

 

Capitol, Joe Matt, Delcourt, Outsider, Le pauvre type, Humour, biographie, société, comics

Mon avis : Je vous ai déjà parlé de Joe Matt lors d’une chronique de l’album « épuisé ». J’avais trouvé cet album « gonflé » mais un peu inégal. Je continue dans la découverte de cet auteur américain qu’on peut classer dans la catégorie « auteur de comics indépendant ». Ce n’est donc pas un auteur d’écuries de type « Marvel » avec des histoires de « super héros ». Non, rien de cela…

Capitol, Joe Matt, Delcourt, Outsider, Le pauvre type, Humour, biographie, société, comics

Joe Matt met en scène sa propre vie et quelle vie ! Sans grande retenue, il nous décrit ses penchants, ses travers, pas toujours sublimes, loin de là…C’est là que je dis qu’il est gonflé car après il faut assumer…Sa vie sentimentale est mise en vitrine avec ses manies, ses blocages psychologiques, ses préjugés…Bref, Joe Matt est « un cas » et c’est très drôle à lire. Ce «pauvre type » est nettement supérieur à « épuisé » car plus direct, plus varié. L’auteur ne tourne pas en rond comme j’en ai eu l’impression dans son autre ouvrage « épuisé ». Le scénario est donc bien bâti et c’est la force de ce livre. L’humour y est présent et décapant. Le graphisme est d’une qualité moyenne mais constante.

Capitol, Joe Matt, Delcourt, Outsider, Le pauvre type, Humour, biographie, société, comics

Ce livre est sorti en 2008 chez Delcourt et je pense que vous aurez peut-être des difficultés de le trouver en librairie. Vous devrez probablement un peu chercher ou le commander. J’ai noté en intro le numéro d’ISBN pour une recherche plus facile.

Capitol, Joe Matt, Delcourt, Outsider, Le pauvre type, Humour, biographie, société, comics

Bref, cet album en vaut la peine. Rires assurés…

 

Capitol, Joe Matt, Delcourt, Outsider, Le pauvre type, Humour, biographie, société, comics

 

Graphisme :   6,5/10

Scénario :     8,5/10

Moyenne :     7,5/10

 

Capitol.

 


Capitol, Joe Matt, Delcourt, Outsider, Le pauvre type, Humour, biographie, société, comics

01/03/2012

L'ARMURE DU JAKOLASS - Valérian vu par Manu Larcenet

Couv_138245.jpgPlancheA_138245.jpgDessin : Manu Larcenet - scénario : Manu Larcenet, Christin et Mézières

D’après Christin et Mézières

Editions Dargaud

Sortie : 28/10/2011

48 pages - Prix conseillé : 11,99 €

Anticipation, Science fiction, Humour

 

Résumé (de l’éditeur: Avec L'OuvreTemps, nous avions quitté Valerian redevenu enfant dans les rues de Paris. On le retrouve accoudé au comptoir, la clope au bec, dégarni, hirsute et bedonnant. Entre les deux, un cataclysme, un accident majeur dans le continuum espace temps.

 

 

Capitol, Valérian, l'armure du Jakolass, Manu Larcenet, Christin, Mézières, Dargaud, Anticipation, Science fiction, Humour

 

Mon avis : Valérian n’est pas mort, d’autres auteurs se chargeront de le ressusciter ou de le laisser sous assistance respiratoire ! Manu Larcenet ( Blast, le combat ordinaire,…) se lance dans l’aventure avec la bénédiction des créateurs de la série, Christin et Mézières. Il faut cependant que le récipiendaire s’engage à revisiter la série d’une façon originale et décapante ! Tout un programme. Ah, la belle affaire !... Voyons si Larcenet a bien tenu le pari.

Le dessin, ce n’est pas une imitation de la série ordinaire… Loin de là ! C’est du Larcenet pur jus, un dessin pas très élaboré mais qui tient la route. Ce n’est pas spécialement dans le dessin qu’il faut s’attendre à être surpris par Larcenet, si ce n’est que Larcenet fait du Larcenet. C’est plutôt dans la narration que dans le graphisme que doit se trouver le décapant, cette substance qui va nous faire craquer, nous faire rire, nous esbaudir.

Capitol, Valérian, l'armure du Jakolass, Manu Larcenet, Christin, Mézières, Dargaud, Anticipation, Science fiction, Humour

Voilà donc qu’on retrouve Valérian dans un bistrot à Paris où il n’est plus que l’ombre de lui-même. Avachi, vieilli, on est loin du compte par rapport au Valérian de la série à succès… Mais, c’est plutôt son esprit qui est là dans le corps d’un malheureux terrien qu’il va falloir ramener dans l’espace avec pour mission de réhabiliter l’intégrité physique et mentale de Valérian. En effet, l’enveloppe physique de Valérian se trouve dans une sorte de formol et son esprit a été transplanté bien loin de là, dans le corps de ce terrien qui ne paie pas de mine et qui n’a pas l’air trop futé. C’est un peu iconoclaste comme vue, comme début, mais Larcenet s’y connaît pour laisser vagabonder son imagination… Je vous passe toutes les péripéties.

 

Capitol, Valérian, l'armure du Jakolass, Manu Larcenet, Christin, Mézières, Dargaud, Anticipation, Science fiction, Humour

Je dois bien avouer que j’ai eu du mal à me mettre en route avec cet album. D’abord, au niveau pratique et facilité de lecture, les caractères dans les phylactères sont petits, parfois très petits. Bientôt, Dargaud devra fournir une loupe… Cela m’a franchement géné. Je me suis dit aussi plus d’une fois : « Qu’est ce que Valérian vient faire dans ce foutoir avec Larcenet ? ». D’autant plus que nous n’avons plus le graphisme élégant de Mézières pour nous divertir, nous pousser à aller voir plus loin… Je me suis dit plus d’une fois : « cela ne casse pas la baraque. Comment se fait-il que ce livre a eu tant de bonnes critiques ? ». Et puis petit à petit, la sauce prend. L’histoire se met en place, les calembours, les références et surtout une fin d’histoire inattendue et déconcertante. Je ne m’attendais pas du tout à cette fin d’album. Je dirais même plus, la fin de l’album, nettement supérieure, sauve l’histoire qui a eu du mal à se mettre en place, à prendre sa vitesse de croisière.

Capitol, Valérian, l'armure du Jakolass, Manu Larcenet, Christin, Mézières, Dargaud, Anticipation, Science fiction, Humour

En conclusion, c’est un bon album divertissant mais pas le chef d’œuvre ultime décrit par certains critiques… C’est avant tout un exercice de style pas trop mal réussi mais cela reste un album en marche de la série, tout comme Mystery XIII est en marche de la série XIII.

Ceux qui ont porté aux nues « blast » vont en faire de même avec cet album. On ne se refait pas… Pour ma part, je me permettrai de ne pas crier au génie où alors c’est un « génie sans bouillir »… Gardons les superlatifs pour d’autres albums bien plus novateurs et plus emballants…

Capitol, Valérian, l'armure du Jakolass, Manu Larcenet, Christin, Mézières, Dargaud, Anticipation, Science fiction, Humour

 

Graphisme :   6,5/10

Scénario :     8,5/10

Moyenne :     7,5/10

 

 

Capitol.

 

 

On en parle sur le Forum : ICI.

Capitol, Valérian, l'armure du Jakolass, Manu Larcenet, Christin, Mézières, Dargaud, Anticipation, Science fiction, Humour