20/01/2011

SPIROU DREAM TEAM - Tome 1: Marcinelle blues

Couv_121191.jpgPlancheA_121191.jpgDessin : Simon Léturgie - Scénario : Yann

Editions Dupuis

Sortie le  14/01/2011

Prix conseillé : 10.45 €

Genre : Humour

 

Résumé (de l’éditeur: Dans la riante bourgade de Marcinelle, tout le monde connaît le building de Darpuis-LongKanard, le plus grand éditeur de bande dessinée. Son arme : un hebdomadaire de choc, suivi par des générations de fans, élevé dès le tendre âge aux mamelles de la BD franco-belge. Son chevalier : le rédacteur en chef entre les mains desquelles a été déposée la légende. Son infanterie : la Dreamteam, dont le devoir passe avant tout (ou presque). C'est ce quotidien grandiose quoique semé d'embûches que nous raconte Yann. Et toute ressemblance avec ses personnes existantes ou ayant existé est évidemment plus que désirée.

 

Mon avis : Voilà un album qui détone dans le paysage de la BD ! Tout d’abord, c’est la couverture qui attire l’œil : une couverture imitation cuir avec des lettres dorées. L’éditeur a voulu faire « chic ». Maintenant ouvrons l’album. Les pages de gardes décrivent « Marcinelle Wonderland », Les dédicaces sont du même acabit : « A nos actionnaires bien-aimés », « A tous les copains qui, un jour, se sont fait jeter de chez Dupuis »…C’est iconoclaste, c’est une description à peine voilée de l’univers impitoyable de la bande dessinée. Ma première réflexion est de me dire qu’il sont gonflés de faire paraître cet album, où du moins qu’il ont une solide dose d’humour…A moins qu’il s’agisse d’une erreur éditoriale…Cela flingue à tout va et les auteurs décrivent au-delà de la farce les vrais problèmes rencontrés par les auteurs et tous les intervenants de cette industrie bien franco-belge. Les personnages sont tous des animaux qui se comportent comme des humains. Le rédacteur en chef s’appelle Nifle comme l’actuel rédacteur en chef du journal Spirou. Il est un paon qui aime bien parader et qui a plein d’idées…Alain de Kuyssche, l’ancien rédacteur en chef, est un cochon qui vit à l’hospice « Le Wallon joyeux » et est en pleine régression infantile…Les dessinateurs virés de chez Spirou vivent sous le pont de Marcinelle et attendent des temps meilleurs. Les actionnaires sont en bure et capuchon (comme dans « Tintin et les cigares du Pharaon ») et disposent d’un parachute doré pour sauter du haut de l’immeuble de la maison d’édition. Sur le toit de cet immeuble est installée l’enseigne de « Tintin et Milou » que l’on peut voir à Bruxelles sur le toit des éditions du Lombard, mais dans la BD, c’est Tintin qui a l’os en bouche et non Milou…Le neveu d’un actionnaire s’appelle Michel-Edouard (Leclerc).A Angoulème, on peut voir des éditeurs avec des noms tels que « Les Hémorroïdes Dissociés » ou « Flatulence d’Ouest ». Vous rencontrerez encore au fil des petites histoires « Canaruto », un manga qui va sauver la BD dont l’humour belge bien gras bon enfants ne fait plus rire les jeunes lecteurs, Wargo Lynch ou Ducky Duck. Vous y verrez aussi Boule et Bill qui fêtent leurs 50 ans. Boulle est devenu obèse alors que Bill aurait le diabète et la prostate. On fait croire qu’il est absent alors qu’il y a bien longtemps qu’il est mort de vieillesse…Tout est du même niveau…Cela flingue de toute part.

Alors qu’en penser ? Je dois bien avouer qu’il y a de très bons passages. Mais, c’est comme lorsque vous mangez un magnifique gâteau au chocolat et à la crème fraîche. C’est tellement riche qu’on finit par en avoir un « haut le cœur ». C’est ce que j’ai ressenti en lisant cet album. Je conseille de le déguster par petites doses homéopathiques pour éviter rapidement l’overdose.

En conclusion, il faut saluer les éditions Dupuis qui ont osé sortir une critique acerbe de leurs propres pratiques…C’est gonflé…J’espère que cela n’est pas uniquement du cynisme et que les auteurs n’auront pas trop à se plaindre de leur maison d’édition…À découvrir.

 

7,5/10

 

Capitol.

 

On en parle sur le Forum : ICI.

18/01/2011

JUGE BAO - Tome 1: Juge Bao & le phoenix de jade

Couv_104092.jpgjugebaop_104092.jpgDessin : Chongrui Nie - Scénario : Patrick Marty

Editions Fei

Sortie le  22/01/2010

Prix conseillé : 7,50 €

Genre : Historique/Polar/Chine

 

Résumé (de l’éditeur: Le juge Bao et sa troupe arrivent dans une préfecture du Nord-Est de l’Empire. Ils y découvrent une population sous le joug d’un groupe de notables corrompus, menés par un jeune homme à l’ambition dévorante. Ayant su s’attirer les bonnes grâces d’un préfet aveuglé par son rêve de construire une cité nouvelle, ce dernier est prêt à tout pour s’enrichir et accéder aux plus hautes sphères du pouvoir.

Mon avis : Les chinois débarquent !...Voici le premier polar médiéval chinois en BD et en langue française. Une éditrice chinoise originaire de Manchourie, installée à Paris, amoureuse de la culture française, s’est donnée pour but de fonder une maison d’édition et de faire connaître la bande dessinée chinoise à l’Europe. Cela nous donne un petit album à l’italienne (il parait qu’il s’agit d’un format typiquement chinois), un livre qu’on peut glisser sans problème dans une poche. Au dessin, un chinois de 67 ans, Chongrui Nie, et un scénariste français, féru de culture chinoise, Patrick Marty. Les deux auteurs ne parlent pas la même langue mais l’osmose fonctionne sous la houlette de l’éditrice XU Ge Fei. L’histoire en elle-même devrait se subdiviser en 9 tomes. Deux tomes sont sortis en 2010 et le tome 3 est attendu pour ce mois de janvier 2011.Ce livre a déjà suscité beaucoup de commentaires sur les forums et voici maintenant que j’ai enfin la possibilité de lire cet ouvrage qui sort du maelström des sorties BDs en 2010.La série raconte l’histoire du juge Bao, une sorte de super juge incorruptible, reconnu pour la justesse de ses décisions. C’est un juge qui traque la corruption endémique à cette époque en Chine dans les années 960-1126, sous la dynastie des Song du Nord. C’est inspiré d’un personnage réel, historique et quasi mythique pour les chinois.

Dès l’ouverture de l’album, ce qui frappe, c’est le graphisme très abouti. L’album est uniquement en noir et blanc, pas de couleur. Le graphisme est tantôt dépouillé mais précis, tantôt très détaillé, formé d’une multitude de petits traits à l’image d’une gravure. C’est surtout les visages qui sont traités de la sorte. Le résultat est exceptionnel. Les postures et les expressions des personnages sont très théâtrales. Le scénario est plus classique dans son traitement. L’album est subdivisé en chapitres comme le sont les feuilletons d’autan. Il s’agit d’une enquête policière plongée dans le grand bain de la société chinoise de l’époque avec ses codes et ses « us et coutumes ». Patrick Marty y réalise un formidable travail de vulgarisation. Globalement, j’aurai un seul bémol qui a un peu gâché ma lecture. J’ai du faire de nombreux retour en arrière pour être sûr d’avoir bien compris toutes les péripéties de l’histoire car j’ai eu un réel problème pour reconnaître les différents personnages de l’histoire. Je trouve qu’ils se ressemblent bien trop, leurs caractères anatomiques ne sont pas assez marqués par le dessinateur. On en arrive presque à faire la différence uniquement sur base de leur couvre-chef…C’est dommage et c’est le seul reproche que je ferai à cet album. Espérons que cela s’améliore au fil des prochains albums…

En conclusion, une bonne surprise graphique qui va me pousser à aller voir plus loin en lisant les tomes suivants…Les éditions Fei n’ont déjà plus besoin de publicité mais voilà une excellente initiative éditoriale qu’il faut saluer…

 

8/10

 

Capitol.

 

On en parle sur le Forum : ICI.

equipe-bao-300x147.jpg

17/01/2011

SECRETS - L'Angélus - Tome 1/2

107862_c.jpg107862_pla.jpgDessin et couleurs: Homs - Scénario : Frank Giroud

Editions Dupuis

Sortie le  28/05/2010

Prix conseillé : 13,95 €

Genre : Roman / Histoire de l’Art

 

 

Résumé (de l’éditeur: Alors que rien ne semblait devoir tirer Clovis de la torpeur un peu triste de son quotidien, entre un travail sans relief, une vie de famille sans joie et une vie sociale à peu près inexistante, la découverte de "L'Angélus", de Millet, à Orsay, le bouleverse. Les émotions inconnues que suscite cette oeuvre le poussent à découvrir ce qui se cache derrière l'image. Troublé par les versions qu'en a faits Dali, il se convainc que là réside la clé du mystère. Parallèlement, il explore les souvenirs personnels que cette toile a fait resurgir inopinément...

Mon avis : La série « Secrets », scénarisée par Frank Giroud, est en général assimilée à au mot « qualité ». Cet opus confirme mon impression sur cette série .Ici, l’auteur s’attaque à l’énigme de l’Angélus de Millet qui a été recopié, revisité près de douze fois par Salvador Dali. Le personnage principal, Clovis, tombe pétrifié devant la toile et devient obnubilé par cette toile. De fil en aiguille, il enquête et découvre beaucoup de « non dit » tant au niveau de l’œuvre de Millet que de sa vie personnelle. Le scénario est bien construit et laisse le lecteur dans l’attente de la suite à la fin de ce premier volume. Le lecteur entrevoit des développements mais lesquels ? C’est ce que ce deuxième tome devrait nous révéler…

Au dessin, les éditions Dupuis ont recruté Homs, un jeune dessinateur espagnol talentueux qui ne manque pas de style, un style un peu rond au niveau des traits des visages. Le seul reproche que je ferai, c’est le ton des couleurs employés pour cet ouvrage, des teintes ternes poussant vers le jaune, le brun, le gris, le sépia…Pas franchement convaincu sur ce plan là.

En conclusion, un récit bien mené par un scénariste chevronné avec un dessinateur à découvrir. Un livre facile a lire, un bon moment de lecture. J’attends cependant la suite pour avoir un avis définitif…

 

7,5/10

 

Capitol.

 

On en parle sur le Forum : ICI.

dyn005_original_579_480_pjpeg_2631813_2e1786fe1708681ec513cfabe1bd73fd.jpg

14/01/2011

LONE WOLF & CUB - Volume 1: En attendant la pluie

lonewolfandcub01_19092003.jpgDessin : Goseki Kojima - Scénario : Kazuo Koike

Editions Panini

Sortie le  01/09/2003

Prix conseillé : 11,95 €

Genre : manga historique

lonewolf016bd-f2aa4.jpg

Résumé (de l’éditeur: Un assassin Shogun renégat voyage à travers le sombre Japon moyenâgeux accompagné de son jeune fils. Un manga-fiction qui n'en reflète pas moins avec beaucoup de justesse la brutalité des luttes politiques de l'époque. Un récit épique et palpitant de plus de 8000 pages raconté par Kazuo Koike et magistralement illustré par Goseki Kojima. L'un des mangas les plus célèbres de tous les temps ! 

 

Mon avis : Attention, c’est du lourd ! Je vais vous parler d’une série manga qui a influencé profondément les mangaka japonais (dessinateurs de mangas) et également des dessinateurs occidentaux tel que Frank Miller par son ambiance et son découpage. Cette série a inspiré 6 films, 4 pièces de théâtre et une série TV, pas moins ! L’action se déroule au XVIIe siècle au Japon pendant la période d’Edo (actuelle ville de Tokyo).Le personnage principal est Ogami Itto. Il est un Samouraï chargé par le Shogun d’exécuter les seigneurs (vassaux) contestataires. Sa famille va être décimée et il ne lui reste que son jeune fils, Ogami Daigoro. Il décide de devenir hors la loi pour venger l’honneur des siens. Il emmène avec lui son jeune fils (dans une poussette !) qui sera le témoin des innombrables massacres qui jalonneront la longue vengeance. Je n’ai lu que le volume 1 mais il renferme à lui tout seul toute la genèse de l’œuvre. Une œuvre forte qui nous dévoile la société de l’époque, violente et sans pitié, où règne un code de l’honneur bien spécifique à la société japonaise de l’époque. Le duo du père et du fils, qui semblent bien paisibles au départ, détonne par rapport à l’action. Mais quand le tueur de père se met en route, les trépassés se comptent à la pelle. C’est sanglant…C’est le moins que l’on puisse dire…

Le dessin de Goseki Kojima, décédé en 2000, est une référence du genre. Même si parfois le dessin peut paraître un peu inégal, il possède en lui une force incroyable. Le sommet, ce sont les descriptions des combats mais je pense que je n’ai pas tout compris ! Le dessinateur suggère plus qu’il ne décrit réellement. Le scénario, tout en restant dans une certaine tradition du récit historique japonais, se démarque par les personnages et les situations atypiques…

La série comporte 28 volumes. La sortie de la série en langue française vient de s’achever en septembre 2010 mais vous devriez pouvoir encore trouver cette série chez votre libraire ou en seconde main. Cette série manga vaut vraiment la peine de s’y intéresser…C’est une série phare à découvrir…

 

8/10

 

Capitol.

 

On en parle sur le Forum : ICI.

lonewolf_01-b055e.jpg