29/11/2010

NICO - Tome 2: Opération Caraïbes.

Couv_114863.jpgPlancheA_114863.jpgDessin : Philippe Berthet- Scénario : Fred Duval

Editions Dargaud

Sortie le  22/10/2010

Prix conseillé : 13,50 €

Genre : Aventures

 

Résumé (de l’éditeur) : Depuis la découverte de deux soucoupes volantes sur les territoires russes et américains, la lutte pour la suprématie technologique entre les superpuissances s'intensifie. L'agent de la C. I. A. Nico et l'espion russe Fidel Castro s'allient pour empêcher Ike Eisenhower de lancer un missile sur le centre de recherche de Guantanamo qu'inaugure le président Kennedy. De son côté, l'agent Moog, père adoptif de Nico, cherche des preuves pour innocenter sa fille, accusée du meurtre du milliardaire Max Wonder, l'inventeur du disque laser. Pendant ce temps, la police est-allemande retrouve la mère de Nico.

 

Mon avis : Voici le tome 2 des aventures de Nico, la dernière série en date de Berthet et Duval. Rappelons qu’il s’agit d’une uchronie qui se déroule dans les années ’60.Que ce serait-il passé si la technologie des soucoupes volantes de Roswell avait été récupérée par les grandes puissances ? Voilà le point de départ du récit. Je dois bien avouer que j’ai des difficultés à rentrer dans la narration. C’est de la science fiction à rebours. Etrange…Beaucoup de clins d’œil à l’Histoire avec un grand H. Cela nous donne au final une espèce d’aventure à la sauce d’un James Bond féminin. Berthet excelle toujours pour dessiner de jolies héroïnes (ici Nico) dans des décors typés année ’60. Esthétisme pas mort…Son dessin épuré et sa fluidité dans la composition des cases et des planches restent ses atouts n°1 dans cet album. Je reste malgré tout sur ma réserve au niveau du scénario et je confirme mon impression du premier tome. Bonne BD mais pas exceptionnelle. A noter que Dargaud s’est donné de la peine pour sortir un bel album, je veux dire par là un bel objet, avec du papier épais et qui a de la classe.En plus un tirage plus limité est également sorti avec un cahier graphique du meilleur effet en fin d’album.

 

7/10

 

Capitol.

 

On en parle sur le Forum : ICI.

Nico2-couv_115924.jpg

LARGO WINCH -Tome 17:Mer noire.

Couv_117360.jpgPlancheA_117360.jpgDessin : Philippe Francq- Scénario : Jean Van Hamme

Editions Dupuis

Sortie le  12/11/2010

Prix conseillé : 11,50 €

Genre : Aventures

 

Résumé (de l’éditeur) : Largo Winch est impliqué malgré lui dans une affaire de trafic d'armes et de terrorisme international. Cible d'adversaires très organisés, Largo se retrouve avec le FBI aux trousses. Pour comprendre ce qui se passe, il n'a pas le choix : direction les ports de la mer noire, où les eaux sont manifestement des plus troubles...

 

Mon avis : Largo winch fête ses 20 ans avec ce tome 17 qui sera en réalité un diptyque !

L’album commence par une note de service envoyée à tous les collaborateurs du Groupe Winch signée par Largo et qui fait le topo de situation économique actuelle. Une bonne mise en bouche. Les planches 5,6 et 7 sont un pastiche d’une interview de Largo parue dans Newsweek.com. Il y explique les mesures prises pour passer sans trop de casse la crise et sortir son groupe du marasme conjoncturel. Van Hamme remet ainsi l’album dans le contexte du moment et fait passer via son héros sa philosophie de la gestion de la crise, du personnel et des salaires avec des mesures comme celle de raboter de 50% les salaires des Top managers du Groupe W. Certains zapperont ces pages mais elles donnent malgré tout un éclairage particulier sur la psychologie des personnages principaux du groupe W. Page 15 un des Top manager parle à un de ses collègues et dit : « Ma femme râle à mort depuis que j’ai accepté de réduire mes appointements de moitié »…Par petites touches, ça et là, Jean Van Hamme vise juste. Mis à part, c’est deux intermèdes en début d’album, c’est du Largo Winch « pur jus » avec des coups tordus, de l’action, des jolies filles, de l’humour…A la planche n°9, Largo est à une réception de mariage et on y voit l’avocat de Largo qui a les traits de Jean Van Hamme déclarer sous forme de clin d’oeil : « (je suis) Son avocat. Il m’arrive de temps à autre de devoir le tirer d’un mauvais pas ».Autre exemple : planche 28. Largo se retrouve au lit avec son « ex » qui lui dit : « Mmh…Tu as fait des progrès depuis le jour où je t’ai dépucelé ».

Au niveau du scénario, c’est donc très bien parti d’autant plus que l’intrigue se déroule dans le cadre de la marine commerciale, qui est un monde tout à fait à part et qui laisse de grosses perspectives au niveau du récit. Je me réjouis de voir ce que va nous concocter Maître Van Hamme. Une grosse attente donc pour cette suite qui s’appellera : « colère rouge ».

Reste l’aspect graphique. Encore une fois, en ouvrant l’album, c’est les couleurs qui sautent aux yeux.Ca en jette un maximum et je m’extasie toujours des couleurs de Fred Besson et Philippe Francq. Pas franchement naturelles car saturées un maximum mais que c’est beau…

Le dessin de Philippe Francq est toujours aussi exceptionnel : les attitudes, les expressions, les jolies filles, des décors somptueux, un sens du cadrage, c’est du cinémascope sur papier…

Faut pas être grand connaisseur pour s’en rendre compte…

Pour terminer cette chronique, je dirai que c’est du tout bon Largo Winch et cela confirme la tendance existante depuis quatre à cinq volumes. J’ai dévoré d’une traite et il ne fallait pas me déranger à ce moment là… La série Largo Winch se vend bien (pas bien pour les ronchons !) mais c’est aussi vachement bien foutu comme série…

 

8,5 /10

 

Capitol.

 

On en parle sur le Forum : ICI.

26/11/2010

NATACHA - tome 21: le regard du passé

Couv_117606.jpgPlancheA_117606.jpgDessin : François Walthéry- Scénario : Mythic et Thierri Martens

Editions Marsu productions

Sortie le  29/10/2010

Prix conseillé : 9,95 €

Genre : Aventures

 

Résumé (de l’éditeur) : Bloquée au Caire, à la suite d’un concours de circonstances, Natacha décide de mettre à profit ce contretemps pour visiter les prestigieux sites de Louxor et de Karnak. Mais son intérêt pour les splendeurs de l’Égypte antique n’est pas seulement archéologique…La belle compte bien en profiter pour résoudre le mystère de la disparition momentanée de sa grand-mère. Quelques dizaines d’années auparavant, en effet, alors qu’elle était membre d’une mission archéologique, elle a été retrouvée errant dans le désert, dépourvue du moindre souvenir de ce qui lui était arrivé. Bien décidée à résoudre cette énigme, Natacha, flanquée d’un Walter bougon et assommé de chaleur, s’enfonce dans la fournaise de l’été égyptien, guidée par un mystérieux vieillard sur qui elle semble exercer une étrange fascination…

 

Mon avis : Natacha fête ses 40 ans et François Walthéry nous sort pour l’occasion son vingt et unième tome et quel tome !… Le maître de Cheratte Hauteur, entre Visé et Liège, est un auteur phare de la bande dessinée. Il a connu les plus grands, travaillé avec des pionniers de la BD dont le plus important fut Peyo. Il est un personnage de légende, connu comme Barrabas, étant de toutes les fêtes et réjouissances de la région de la Basse Meuse, de Liège et environs, ne rechignant jamais à participer à une séance de dédicace. En résumé, c’est « le » dessinateur liégeois incontournable et d’une modestie extraordinaire malgré son parcours professionnel exceptionnel. Alors ce tome ? Excellent ! Le scénario est de Mythic et Thierri Martens, un ancien redac’chef de Spirou. C’est une aventure qui se déroule en Egypte, une sorte d’histoire à l’Indiana Jones avec des rebondissements, beaucoup d’humour, des personnages bien typés (l’entrepreneur de travaux publics bruxellois vaut son pesant d’or…) et j’en passe. Sans se prendre la tête, c’est vraiment un bel ouvrage que nous livrent les scénaristes. Reste le dessin. Un François Walthéry en grande forme, un dessin bien documenté, dynamique…Que demander de plus ? Last but not least, la colorisation est très réussie.

Pour conclure, probablement un des meilleurs Natacha de la série. J’ai dévoré cette BD d’une traite et je suis moi-même étonné de la qualité de cet opus. François Walthery se bonifie encore. A découvrir ou à redécouvrir…

 

8,0 /10

 

Capitol.

 

On en parle sur le Forum : ICI.

25/11/2010

RIC HOCHET: Tome 78: A la poursuite du Griffon d'or

116228_c.jpgDessin : Tibet- Scénario : André Paul Duchâteau

Editions Le Lombard

Sortie le  29/10/2010

Prix conseillé : 9,95 €

Genre : Polar

 

Résumé (de l’éditeur) : Les balades en forêt ne sont plus ce qu elles étaient ! Cette fois, Ric et Nadine y ont trouvé un homme ligoté et ceinturé d'explosifs qu une balle, signée Monsieur
Bombe, a déclenchés sous leurs yeux. Mais qui pouvait donc en vouloir à ce point à Calewski, célèbre chasseur de trésors engagé dans le « jeu du griffon d'or », consistant à retrouver la précieuse statuette cachée par le Baron Barney ? Le gouvernement chinois, légitime propriétaire de l artefact ? Un concurrent jaloux ? Pour le savoir, Ric n a d autre choix que de s essayer à son tour à l'énigme du Baron...

 

Mon avis : Décédé le 3 janvier 2010, Tibet était entrain de réaliser ce tome 78 intitulé « A la poursuite du griffon d’or ». Il s’agit donc d’un album inachevé. Ce n’est pas un remake de « Tintin et l’Alpha –Art » qui était vraiment un début d’ébauche, à la limite de l’arnaque éditoriale…Rien de tout cela ici puisque Tibet était arrivé à la planche 28 (sur 44).Ce qui est passionnant dans cet album, c’est qu’on peut décortiquer par étapes les différentes phases de la confection graphique des planches. Après une introduction d’André Paul Duchâteau, son ami scénariste depuis près de 55 ans, un bail…, le lecteur découvre sur la page de gauche, une première ébauche rapide de la planche. En face, sur la page de droite, se trouve la planche définitive correspondante. Les planches sont en noir et blanc, pas de couleurs dans cet album. Les planches 1 à 12 sont complètement terminées. Les planches 13 à 17 sont également achevées, sauf que les décors de Frank Brichau n’ont pu être ni contrôlés, ni retouchés par Tibet. Les planches 18 à 27 comportent les personnages encrés par Tibet alors que les décors sont seulement esquissés par l’auteur au crayon. La planche 28, uniquement au crayon, ne comporte que le pré découpage et le texte des bulles. En fin d’album, un résumé du scénario permet au lecteur de se faire une idée de la fin de l’histoire. Quelques photos montrent la table de travail de Tibet, telle qu’il l’avait laissée au moment de son décès.

Cet album permet de voir comment travaillait Tibet. Entre l’ébauche et la copie terminée, on peut déjà voir des changements sensibles au niveau des traits des personnages, des attitudes,…C’est passionnant de comparer les deux versions.

A noter que l’histoire en elle-même ne manquait pas d’allant et Duchateau avait trouvé un bon sujet d’enquête, inspiré par la réalité, la recherche d’un trésor caché dans le cadre d’un concours organisé.

Un album hommage émouvant que j’ai bien aimé. Mais c’est plutôt un album didactique plutôt qu’une vraie BD. Certaines personnes qui ne sont pas au courant et qui n’auront pas pris le temps de feuilleter l’album chez leur libraire seront probablement surpris en l’ouvrant pour le lire…

 

 

7,0 /10

 

 

Capitol.

 

 

On en parle sur le Forum : ICI.