05/10/2010

CORPS DE PIERRE

110389_c.jpg110389_pla.jpgDessin: Charlie Adlard - Scénario : Joe Casey

Editions Delcourt

Collection Contrebande

Sortie le  23/06/2010

Prix conseillé : 12,83 €

Genre : Drame

 

  

Résumé (de l’éditeur) : Tom Dare vient tout juste de divorcer et, malgré le soutien de Fred Sanford, son avocat et ami, il accuse le coup. Quelques jours plus tard, Tom se réveille avec un doigt engourdi. La semaine suivante, la paralysie s'étend aux mains, puis aux bras. Ses membres sont comme pétrifiés. L'avis des médecins est sans appel : le corps de Tom se transforme irrémédiablement en pierre.

 

Mon avis : Par le dessinateur de « Walking dead ». Voilà l’accroche mise en couverture qui va en attirer plus d’un. Et pourtant, ce « one-shot » n’a pas besoin de cette publicité pour exister par lui-même. Je dirai même plus, il s’agit d’une réelle surprise et un véritable coup de cœur. Je dois cependant avouer qu’en ouvrant cet album broché de 106 pages, j’ai eu des doutes. Le graphisme ne m’a pas particulièrement séduit. Pas ou peu d’aplats ou d’ombres dans le dessin. Un dessin avec peu de relief, un peu de type « dessin de plan », fait avec une règle, une latte avec des courbes pré dessinées comme en emploient parfois les architectes. Vous voyez le topo ? Les textes sont écrits en petits caractères...Pas bien non plus cela…Autant d’handicaps pour commencer la lecture d’une BD, fusse-t-elle une BD américaine…Après une quinzaine de planches, je suis rentré petit à petit dans l’histoire et c’est la révélation ! Une bonne idée de départ, un scénario atypique, innovant et décoiffant comme on n’en rencontre pas beaucoup sur une année de sortie BDs. Un cheminement balisé par l’avancée de la maladie avec tout le barnum qui peut suivre dans une société américaine dirigée par le fric. On vit les états d’âme du personnage principal, Tom Dare, qui sent venir l’inéluctable. C’est décapant et c’est aussi un pied de nez et un hymne à la VIE.

Je vous conseille chaudement cet album. N’hésitez pas à le commander à votre libraire car ce n’est pas une BD que vous allez trouver facilement. Pour ma part, je l’ai trouvé perdu dans le fond d’un rayon et il n’y avait qu’un seul exemplaire. Mais ce petit effort de recherche vous vaudra un très bon moment de lecture.

 

8,5 /10

 

Capitol.

 

On en parle sur le forum : ICI.

30/09/2010

BLACKSAD - Tome 4: L'Enfer, le silence.

113281_c.jpgPlancheA_113281.jpgDessin: Juanjo Guarnido - Scénario : Juan Diaz Canales

Editions Dargaud

Sortie le  17/09/2010

Prix conseillé : 13,50 €

Genre : Polar animalier

 

 

Résumé (de l’éditeur: Années 1950, La Nouvelle-Orléans, où la fête de Mardi gras bat son plein. Grâce à Weekly, un producteur de jazz dénommé Faust fait la connaissance de Blacksad. Faust demande à ce dernier de s'occuper d'une affaire : un de ses musiciens, le pianiste Sebastian, a disparu. Il n'a pas donné signe de vie depuis des mois, mettant en péril le label musical privé d'une star. Faust craint que Sebastian ait, une fois de trop, sombré dans la drogue. Sa requête est d'autant plus pressante que Faust se sait atteint d'un cancer. Blacksad accepte la mission et découvre peu à peu que Faust ne lui a pas tout dit. Il s'aperçoit qu'il est lui-même manipulé, mais décide tout de même de retrouver Sebastian pour comprendre les raisons de sa disparition. Il ne sait pas encore qu'il va connaître son enquête la plus éprouvante, à plus d'un égard.

 

Mon avis : La sortie d’un nouveau Blacksad est toujours un événement, d’autant plus que l’attente a été longue, très longue. Il a fallu attendre près de cinq ans depuis la sortie du dernier tome en novembre 2005.En effet, dans l’intervalle, les auteurs se sont consacrés à d’autres projets.

Autant le dire de suite, cet album répond à l’attente. L’histoire, l’enquête, est bien ficelée et se déroule dans le milieu du jazz à la Nouvelle Orléans. Cette ville du sud des Etats-Unis est en réalité le personnage central de l’album puisque la totalité du récit se passe dans cette ville. A noter qu’une des scènes principales du livre se déroule pendant son carnaval et nous vaut à l’occasion quelques belles planches très colorées de Guarnido. Le dessin est toujours du même niveau, excellent. Les couleurs, tantôt très présentes et vives, tantôt plus sombres (c’est un polar !) ont une place très importante dans la narration et le rythme qui lui est imprimé.

Les personnages, des animaux, sont bien caricaturés et collent bien aux caractères des personnalités en scène. C’est un vrai plaisir que de lire cette BD, la magie continue…

 

8 /10

 

Capitol.

 

On en parle sur le forum : ICI.

27/09/2010

L'AFFAIRE DOMINICI

Couv_114772.jpgimages1.jpgDessin: René Follet- Scénario : Pascal Bresson

Editions Glenat

Sortie le  08/09/2010

Prix conseillé : 14,50 €

Genre : Thriller policier

 

Résumé (de l’éditeur) : L’été 1952, sur la commune de Lurs en Provence et à proximité de la ferme de la famille Dominici, eut lieu le triple meurtre de la famille Drummond. Une enquête des plus confuses mena à la condamnation à mort du patriarche de la famille, Gaston Dominici. L’affaire passionne et intrigue : les journalistes et le public la suivirent assidûment.

 

Mon avis : Qui ne connaît pas l’affaire Dominici ? Une affaire judiciaire qui a défrayé la chronique dans les années 50 et a été portée à l’écran plusieurs fois. On se souviendra de l’interprétation extraordinaire de Jean Gabin dans le rôle du patriarche Gaston Dominici. C’est à cette affaire, toujours controversée de nos jours, que s’attaque René Follet et Pascal Besson. On ne présente plus René Follet. C’est un des dessinateurs les plus sous-estimés de la bande dessinée. Son trait est exceptionnel et il excelle, avec sa technique du lavis, pour nous décrire l’histoire. Ce livre est sans couleur, en noir et blanc, tout en ombres et lumières. Cela donne une force supplémentaire au récit. Le lecteur peut ainsi voir par le détail le graphisme de ce maître de la BD. Un cahier de 8 pages d’illustration clôture l’ouvrage et donne un large aperçu du travail de René Follet. On peut juste lui reprocher son académisme mais franchement que c’est beau. Follet qui est avant tout un illustrateur nous fait penser à des journaux comme « Détective » ou aux dessinateurs de Cours d’Assise qui excellent lors de ces procès. Les expressions des personnages sont très bien rendues. Pascal Bresson, dessinateur également, se charge du scénario. Il a bien fallu prendre des options et résumer une affaire fort complexe. Je pense cependant que l’auteur s’est voulu objectif et honnête, qu’il laisse au lecteur la liberté de se faire sa propre opinion. Il réussit la gageure de résumer cette affaire en un seul volume. C’est donc touffu, il faut suivre et ne pas être trop dérangé dans la lecture. C’est le seul bémol que j’ai trouvé à cet ouvrage. Ce livre va probablement relancer la polémique entre les « pro » et les « anti » Dominici. Il suffit de se promener sur certains sites qui s’intéressent à l’affaire pour voir fleurir des avis très tranchés sur cet album. Pour ma part, j’ai bien aimé.

 

 

7,5 /10

 

Capitol.

 

On en parle sur le forum : ICI.

24/09/2010

L'ETE 63 - Tome 1.

Ete6301_84457.jpg84457_pla.jpgDessin :Voro- Scénario :Marc Bourgne

Edition Vents d’Ouest

Collection Terre d’origine - Les volcans d’Auvergne

Sortie le : 09/06/2009

Prix : 13,50 EUR

Roman graphique

 

Résumé (de éditeur) : Parti d'un Viêt-Nam en proie à la violence, le récit entamé dans L'été 63nous emmène dans le Paris des “yéyés” avant d'aboutir à Saint-Roch, un village au coeur de l'Auvergne. C'est là que Linh, jeune Eurasienne déracinée, découvre les membres de sa famille française, avec qui elle va devoir apprendre à vivre : son père Paul, un médecin militaire incapable d'exprimer ses sentiments, sa grand-mère Louise, fermière auvergnate solide et douce, et son demi frère, qui accepte difficilement l'irruption dans sa vie d'une soeur dont il ignorait jusqu'alors l'existence. L'histoire touchante d'un fils qui découvre la vérité sur le passé de son père…

 

Mon avis : Petit retour en arrière pour un album sorti en mai 2009 avec un scénariste déjà connu, Marc Bourgne, et un dessinateur québécois, Voro. C’est la première fois que j’ai l’occasion de découvrir ce dessinateur et je dois dire qu’il s’agit d’une découverte. Le trait est bien assuré, le graphisme est pleinement abouti. La colorisation est du même niveau. Cela nous donne un résultat de très bonne facture qui me fait penser à Gibrat ou encore à Loisel et Tripp du magasin général.. C’est très plaisant à lire. Au niveau du scénario, Bourgne s’inspire de l’actualité de l’été 63 pour nous concocter une histoire de famille avec des personnages complexes mais attachants. Une excellente entrée en matière d’un nouveau duo, en attendant la suite de cette histoire en deux tomes. Sans atteindre les sommets, cela reste très agréable à lire Laissez-vous séduire…

 

7/10

 

Capitol.

  

On en parle sur le forum : ICI.