22/09/2010

SEPT CAVALIERS - Tome 3: Le pont de sépharée

113585_c.jpgCavaliers3-planc_113585.jpgDessin et scénario :Jacques Terpant – D’après l’œuvre de Jean Raspail

Edition Delcourt

Sortie le : 1/09/2010

Prix : 13,95 EUR

Aventure fantastique.

 

Résumé (de l’éditeur) : Après avoir traversé montagnes et contrées, les cavaliers s'étonnent de la destruction du Royaume après 250 ans de paix. Le colonel-major Silve de Pikkendorff et ses hommes poursuivent coûte que coûte la route en vue d'arriver jusqu'au pont de Sépharée et de rester fidèles aux dernières paroles du Margrave : "Ce n'est pas une fuite, c'est une grande expédition comme au temps des grandes découvertes."

 

 

Mon avis : Troisième et dernier tome de cette histoire adaptée d’un roman de Jean Raspail.

En réalité, les Sept Cavaliers vont être qualifiés de premier cycle car Jacques Terpant va se lancer dans l’adaptation d’un autre roman de Jean Raspail dont le titre est « Royaume de Borée » qui sera considéré comme un deuxième cycle de la saga Pikkendorff. Je dois bien avouer que je suis content d’apprendre cette nouvelle car j’ai découvert l’œuvre originale de Jean Raspail grâce à cette BD. Jacques Terpant a réussi l’adaptation à la bande dessinée, un travail de scénariste pas toujours facile. Lire un roman et l’adapter dans un autre format n’est pas toujours garant du succès. Le dessin est excellent. Les visages, les chevaux, les paysages…autant de tableaux qu’on voit vivre. Ils sont saisissants de réalisme. Seul bémol, c’est la colorisation qui par moment pourrait être un peu plus légère et plus respectueuse des traits magnifiques du dessinateur. C’est l’éternel débat, déjà beaucoup relevé lors de mes chroniques. Mais cela reste un vrai plaisir des yeux de lire une Bd de Terpant. Reste l’histoire de Jean Raspail. Je ne vais pas dévoiler la chute qui tombe dans les cinq dernières planches. C’est décoiffant, inattendu, demande un peu de réflexion ; cela donne le champ à plusieurs interprétations et ne plaira pas nécessairement aux esprits cartésiens…Pour ma part, j’ai adoré cette façon de terminer cette histoire et en même temps de se donner la possibilité de relancer l’histoire. Jean Raspail est bien un de nos grands auteurs contemporains.

Je pense qu’avec ce genre de scénario, soit cela passe, et pour ma part j’en redemande, soit cela casse…Je pense que les avis sur cette série seront très divergents , partagés…L’avantage, c’est que cela donnera lieu à débat et c’est déjà une victoire pour les auteurs. Cette série de grande qualité est vraiment par ma part une découverte et cela confirme mon avis lors de la chronique des deux premiers tomes.

 

 

8/10

 

Capitol.

 

On en parle sur le forum : ICI.

21/09/2010

QUELQUES PAS VERS LA LUMIERE - Tome 3: Les voyageurs de l'autre monde.

Couv_114228.jpgPlancheA_114228.jpgDessin et scénario :Bruno Marchand

Edition Quadrants

Collection Astrolabe

Sortie le : 25/08/2010

Prix : 14,30 EUR

 

Résumé (de l’éditeur) : Tous les cinq ans et sept mois, la vie de Marianne Bell est secouée par un événement inattendu et parfois même, dramatique. Une très troublante récurrence…Pour autant, Marianne a décidé d’entreprendre le voyage qui ferait la lumière sur un passé familial douloureux, grâce à l’aide de Peter Banning. C’est donc au beau milieu du continent Indien que la jeune femme voit les heures la rapprocher de la date fatidique. Elle a déjà vécu tant d’espoirs et tant de déconvenues ! Que peut lui réserver cette nouvelle prolongation de leur séjour vers le Nepal, cette fois ? L’échéance est toute proche, à peine quelques jours…

 

 

Mon avis : Troisième tome de ce triptyque très attendu en ce début de mois de septembre. J’avais déjà donné mon avis sur le tome 2 et je ne peux que confirmer la première impression. Cette série nous fait voyager au Népal, en inde, à New york. Autant d’occasion pour l’auteur de nous faire découvrir par l’image les paysages, l’architecture, les gens des pays visités. Et tout cela servi par un dessin ligne claire. C’est extraordinaire de voir la multitude de détails que recèle le dessin tout en restant dans une ligne épurée…presque la quadrature du cercle (de chez Quadrants…). Le scénario est bien charpenté et a le bon goût de nous dévoiler les derniers détails de cette histoire dans la dernière planche. L’auteur fait appel à des éléments relevant de la psychologie et de la parapsychologie dans la recherche par l’héroïne de son passé familial. J’ai eu un peu de mal pour reprendre le fil de l’histoire en début d’album mais très vite, je suis rentré à nouveau dans le rythme de l’aventure. Je reprocherai juste parfois les dialogues un peu ampoulés et très bavard à la «Blake et Mortimer ».A ce sujet, le dialogue entre deux personnages principaux des pages 34-35-36 aurait peut-être pu être traité de façon moins indigeste. Je sais bien qu’on est dans une phase capitale de l’histoire et que cela implique un certain développement mais c’est à mon avis le seul petit point faible dans la narration d’une magnifique histoire et d’une excellente série. Je ne peux que vous conseiller de vous procurer les trois tomes de cette série et de les lire dans la continuité. Mais je suis prêt à parier que, pour l’année prochaine en fin d’année, sortira l’intégrale de cette série. Mais je ne pense pas qu’il soit raisonnable d’attendre si longtemps pour découvrir cette belle série. 

 

8/10

 

Capitol.

 

On en parle sur le forum : ICI.

10/09/2010

LES AVENTURES DE SPIROU ET FANTASIO - Tome 51: Alerte aux Zorkons

Couv_110903.jpgPlancheA_114380.jpgDessin: Yoann - Scénario : Fabien Vehlmann

Editions Dupuis

Sortie le  03/09/2010

Prix conseillé : 9,95 €

Genre : aventure humoristique

 

 

Résumé (de l’éditeur) : Le célèbre savant Pacôme de Champignac coule des jours paisibles dans son château. Alors qu'il vaque à ses occupations expérimentales, notre ami mycologue reçoit la visite intrigante d'un Zorglub plus altier que jamais... Mais que penser du comportement du Comte qui confond son plus fameux rival avec un vulgaire plombier ? Zorglub aurait-il minutieusement prévu tout ce qui est en train d'arriver ?
Quelques jours plus tard, de retour d'un festival de bande dessinée, Spirou et Fantasio savourent l'idée de partir pour des vacances bien méritées. Spip s'imagine déjà face à un délicieux lait de noisette bio. Un coup de fil angoissant du Comte leur fait rebrousser chemin, direction : Champignac-en-Cambrousse.

 

Mon avis : L’événement de la rentrée chez Dupuis est l’arrivée d’un nouveau duo d’auteurs avec pour mission de relancer la série « Spirou ».

Ce n’est pas la première fois que cette série est reprise avec beaucoup d’attente mais toujours en arrière fond la référence ultime qu’est André Franquin. Yoann et Vehlmann ont déjà réalisé un one-shot (les géants pétrifiés en 2006). Dupuis ne part donc pas totalement dans l’inconnu. Ils n’ont pas caché qu’ils se sont inspirés du Spirou de leur glorieux prédécesseur mais aussi à ses travaux annexes tels que « les idées noires ». Ils ont relu entièrement les 50 tomes précédents de la série…Dupuis a de grandes ambitions pour son nouveau tandem et a voulu marquer le coup avec une promotion à faire pâlir d’envie beaucoup de concurrents. Une communication bien orchestrée avec l’envoi d’un « tirage avancé », une plaquette brochée de 56 pages et imprimée à 1600 exemplaires, envoyée aux libraires et aux journalistes. Elle fait découvrir étape par étape, du scénario aux pages couleurs finies, avec toutes les étapes intermédiaires (découpage, crayonnés, planches encrées,…). Un outil exceptionnel, un collector, mais pas encore l’album fini à 100% et mis à la vente. Le site « Sambabugatti » a été approché par l’agence de communication web de Dupuis et nous avons pu disposer de cet album broché. Un grand merci à Dupuis pour cette marque de reconnaissance mais, foi de Capitol, je ne pouvais décemment pas donner un avis complet et autorisé sans avoir l’album entièrement terminé. Je me suis donc rendu chez mon libraire pour acheter ce fameux tome 51 (Oui, je l’ai acheté…). J’ai relu la totalité de la BD et je peux enfin vous faire connaître mon avis. Je m’étonne cependant que de nombreux journalistes ont écrit des articles en long et en large sur base uniquement de la plaquette…Elle donne un aperçu mais pas une vue globale. Un peu court pour faire un bon papier mais enfin passons…

J’ai bien aimé le dessin de Yoann, respectueux de l’œuvre. Il rend très bien le mouvement des personnages et les expressions du visage. Le découpage et la composition des cases sont très bien réalisés tout en restant très classique. Je reproche juste par moment l’emploi trop systématique d’ombre dans les visages des personnages…C’est un détail…Le scénario de Vehlmann est très imaginatif, surtout dans la première moitié de l’album. Cela nous vaut des scènes d’anthologie (la baudruche Spirou, les cyclistes). J’ai bien aimé également les réparties de Spip, l’écureuil, qui a une place importante dans le scénario. Vehlmann a repris des éléments marquants d’autres albums pour nous concocter une histoire qui tient bien la route même si j’avais espéré un dénouement plus innovant et moins attendu. Mais le lecteur sent bien qu’il ne s’agit en réalité qu’une mise en bouche, une prise en main. J’espère que le tome suivant sera encore plus novateur puisque Zorglub va nous emmener sur la lune. Oui, il y a encore de grandes ambitions pour Spirou chez Dupuis. C’est une très bonne nouvelle. Cet album est loin d’être une déception même si je pense que le meilleur reste à venir. C’est un album tout public et bien ficelé.

 

 

7,5 /10

 

Capitol.

 

On en parle sur le forum : ICI.

01/09/2010

OMNI-VISIBILIS

Couv_114081.jpgOmni-visibilisv2_114081.jpgDessin: Matthieu Bonhomme - Scénario : Lewis Trondheim

Editions Dupuis

Collection Dupuis Auteurs

Sortie le  27/08/2010

Prix conseillé : 19,00 €

Genre : comédie burlesque

 

 

Résumé (de l’éditeur) : Hervé, célibataire, la trentaine maniaque, mène la vie un peu mesquine mais sans histoires d'un employé de bureau lambda. Un matin, il se rend compte que son voisin entend ce qu'il pense, puis un quidam dans le bus, puis sa mère, à des kilomètres de là... Hervé est devenu une sorte d'open source à sens unique, un télépathe inversé dans lequel six milliards d'êtres humains lisent à livre ouvert... Le cauchemar peut commencer.

 

Mon avis : Dupuis innove au niveau de la présentation de ses livres. L’éditeur nous propose un album de 100 pages cartonnés, de plus petit format (18x25 cm), avec à la barre deux grands noms de la BD contemporaine à savoir Lewis Trondheim au scénario et Mathieu Bonhomme au dessin. Dupuis suit ainsi un courant déjà bien établi chez d’autres éditeurs qui nous  proposent des « one shots » que l’on veut un peu plus ambitieux sur le plan éditorial au niveau des auteurs, de la pagination, de la découverte de nouveaux auteurs ou de nouvelles expériences de lecture. C’est à ce que je sache nouveau chez Dupuis qui nous avait habitué à plus de classicisme. Matthieu Bonhomme, on le connaît pour des séries telles que « Le Marquis d’Anaon », « Esteban » ou « Messire Guillaume ». Lewis Trondheim, on ne le présente plus. Par contre, il nous avait quelque peu déçu avec le Spirou « Panique en Atlantique ». On s’attendait à beaucoup mieux pour un auteur de son talent. A la lecture de cet « Omni-visibilis », on peut dire que Trodheim et Bonhomme  ont transformé l’essai et haut la main ! Cet album sera probablement une des très bonnes surprises de la rentrée de septembre.

Au départ d’une idée originale, les auteurs nous racontent les pérégrinations d’un héros dépassé par les évènements. Cela nous vaut des situations et dialogues qui nous valent quelques éclats de rire. C’est bien observé, c’est bien vu, quelques fois irrévérencieux et subversif. Par la bande, c’est aussi une critique appuyée de notre société de l’information et des réseaux. La colorisation est en bichromie noir et bleu (dans un ton pâle). Cette histoire et le traitement des auteurs tant au niveau du scénario et du graphique m’ont fait pensé à une série américaine de comics. Le seul reproche que je ferais à Dupuis, c’est d’avoir mis une couverture cartonnée et un prix de vente à 19 euros. Cela reste cher même s’il y a 100 pages…Ceci étant dit, l’histoire se termine par un pied de nez que je vous laisse découvrir… « Omni-visibilis » peut s’arrêter à cet ouvrage mais les auteurs peuvent aussi bien faire une suite. Le site internet de Dupuis indique d’ailleurs : « Omni-visibilis n°1 ». Wait and see donc. En attendant, découvrez ce petit bijou que, pour ma part, j’ai bien aimé.

 

 

 

8 /10

 

Capitol.

 

On en parle sur le forum : ICI.