19/08/2010

TOUT VANCE - tome 12: Ramiro (3e partie)

Couv_111506.jpgPlancheA_111506.jpgDessin et scénario : William Vance

Editions Dargaud

Sortie le  02/07/2010

Prix conseillé : 19 €

Genre : Historique

 

Résumé (de l’éditeur)  Scénarisée et illustrée par William Vance, cette captivante épopée médiévale fut pour lui l'occasion de magnifier le patrimoine de l'Espagne, devenue sa patrie d'adoption.
D'un graphisme de toute beauté, que rehaussent superbement les couleurs de Petra, cette fresque, prépubliée dans l'hebdomadaire belge Femmes d'Aujourd'hui de 1974 à 1983, a fait l'objet d'une série d'albums maintenant réédités en une passionnante intégrale.

 

 

Mon avis : Cela faisait un bon bout de temps que l’intégrale « Tout Vance » restait au point mort. Le tome 11 en effet est sorti en  septembre 2006. Depuis lors,près de quatre ans, le calme plat. Le relatif silence de William Vance a probablement relancé l’intégrale…

Dargaud nous offre donc le tome 12, un album de toute beauté, tant au niveau du papier  que des couleurs. Cela nous donne un très bel objet, très réussi. Le contenu en lui-même est exceptionnel. Ce sont des épisodes de Ramiro qui sont sortis à l’époque dans le magazine « Femmes d’aujourd’hui ». C’était la seule rubrique qui avait mon aval dans ce magazine féminin que lisait ma mère. D’ailleurs, je me suis toujours demandé ce que faisait William Vance là-bas. J’avais déjà l’impression à l’époque que Vance avait droit à une bien meilleure tribune mais c’est une autre histoire. Cet album vous permettra de redécouvrir des épisodes oubliés. En début d’album, il y a d’abord un rappel historique avec de nombreuses photos pour situer l’action et l’époque. Ensuite commencent les épisodes de Ramiro. Ce sont des vrais pépites, tant le dessin est sublime, les couleurs magnifiques. Les ambiances et l’action y sont rendues de façons très véridiques et intenses. On peut reprocher que la narration relève un peu du feuilleton. D’un épisode à un autre, il y a des reprises, des remises en situation du lecteur. Il faut se rappeler du rythme de parution de l’époque. C’est la parution hebdomadaire d’une ou deux planches seulement qui veut cela. De plus, un épisode, « les yeux de Guardiana »,  a été complètement redessiné et l’histoire quelque peu rectifiée. C’est très intéressant de voir les différences entre ces deux versions.

Cette intégrale nous livre un vrai travail d’archéologue de la BD. Les lecteurs découvriront une œuvre extraordinaire et trop peu connue par rapport à la série culte qu’est XIII. C’est parfois la rançon du succès d’une série, elle occulte d’autres travaux de très grandes qualités rejetées dans les oubliettes de la BD.A redécouvrir d’urgence.

 

 

8-17b1.gif

 

 

Capitol

 

On en parle sur le forum: ICI.

17/08/2010

BRUXELLES -Itinéraires

Couv_106121.jpgBRUXELLES - Itinéraires

Dessin: François Schuiten - Texte : Christine Coste

  

VENISE - Itinéraires avec Corto Maltese

Couv_106147.jpgDessin: Hugo Pratt - Texte : Guido Fuga et Lele Vianello

 

NEW YORK –Itinéraires

Dessin : Miles Hyman – Texte : Vincent Rea

9782203022843_cb.jpg 

Editions Casterman/Lonely planet

Collection : Univers d’auteur

Sortie le  03/03/2010

Prix conseillé : 15 €

Genre : Tourisme

 

  

Résumé (de l’éditeur) Un grand nom de la bande dessinée et un grand nom du livre de voyage unissent leur expérience éditoriale et le talent de leurs auteurs pour inventer, ensemble, une nouvelle génération de city guides. Idée force de cette nouvelle collection Lonely Planet / Casterman : conjuguer la force des textes et l’impact des images dessinées pour donner à voir et à découvrir autrement de grandes métropoles du monde, à travers des choix d’itinéraires délibérément subjectifs ou...

 

 

Mon avis : Casterman s’est associé à Lonely planet (qui  publie probablement les meilleurs guides de voyage), pour réaliser des ouvrages où se mêle voyages et bandes dessinées. Le résultat nous donne des livres qui sortent quelque peu des sentiers battus. Ils s’appellent « Itinéraires » car il s’agit en réalité de parcours emblématiques dans la ville visitée. Ces livres ont pour but de donner une image décalée et innovante, une « certaine vue » de la ville. Il ne s’agit pas de tout montrer. Les auteurs ont fait un choix subjectif mais surtout nous livrent leurs coups de cœur pour « leur ville », soit parce qu’ils y vivent, soit parce qu’ils s’y trouvent bien.

Dans « Bruxelles », François Schuiten nous parle de « sa » ville et nous la fait visiter. Il n’oublie pas aussi de nous parler de la « Maison Autrique » dont il s’est occupé lors de sa restauration avec son complice Benoît Peeters. Le livre est un ensemble de parcours à travers les communes de l’agglomération bruxelloise. Les illustrations de Schuiten sont décalées et nous livrent un Bruxelles des Cités Obscures, où se mêlent la réalité et le surréalisme, Bruxelles et Brüsel. Le livre démarre par le Palais de Justice, tout un symbole…De loin, l’album le plus novateur et le plus déconcertant des trois livres que j’ai lus.

Dans « Venise », deux collaborateurs vénitiens d’Hugo Pratt font un travail de mémoire en revisitant les endroits préférés du dessinateur vénitien décédé en 1995.Pour se faire, ils ont ressorti des aventures de Corto Maltese des dessins du marin qui déambule dans sa ville. Ils nous dévoilent une Venise cachée et mystérieuse…Il s’agit ici d’un magnifique travail de mémoire, une façon de faire vivre Venise et Hugo Pratt.

Dans « New York », Miles Hyman, un illustrateur américain vivant en France et qui travaille régulièrement pour des publications telles que « The New Yorker » ou « Le Monde », dessine surtout des gens dans la ville avec leurs différences multiples. Le livre se focalise surtout sur la découvertes de quartiers moins connus mais non moins passionnantes dans leurs diversités, loin des clichés de la grande ville anonyme. Cet album est peut-être le moins novateur des trois à la première approche mais le contenu n’en est pas moins intéressant.

Pour les amateurs de géographie et de voyages décalés…

A noter qu’il existe aussi un ouvrage sur « Rome » (avec Alix +Jacques Martin et Gilles Chaillet).

En octobre 2010, vont sortir deux autres tomes sur « Marrakech » avec Jacques Ferrandez et « Florence» avec Nicolas de Crecy

  

7-17b0.gif

 

Capitol

 

On en parle sur le forum: ICI.

15/08/2010

LE MYSTERE DE LA TRACTION 22

Couv_108595.jpgPlancheA_108595.jpgDessin: - Scénario : Olivier Marin et Emilio Van Der Zuiden

Editions Paquet

Collection Calandre

Sortie le  07/07/2009

Prix conseillé : 13 €

Genre : Aventure

 

Résumé (de l’éditeur) Paris, septembre 1959. Margot est journaliste stagiaire dans une revue automobile. Dans cet univers masculin, elle tente de se faire une place. Victime des railleries de ses collègues, elle hérite systématiquement des petites annonces. À l’occasion du 25e anniversaire de la Traction Citroën, elle décroche enfin sa première enquête et se voit confier le sujet sur la 22 CV. Très enthousiaste, Margot ignore que c’est un piège destiné à faire d'elle la risée de la rédaction… En effet, la 22 CV est une voiture fantôme dont on ignore tout ou presque!

 

Mon avis : Un petit retour en arrière pour la chronique d’un album sorti en juillet 2009 dans la collection « Calandre » de chez Paquet. Cette collection est centrée sur les voitures, tout ce qui roule sur le plancher des vaches. Je vous renvoie dans la même collection au « Gang des pinardiers » déjà chroniqué sur ce site.

Tout d’abord au niveau du graphisme, cet album attire directement l’œil…C’est de la ligne claire, rétro (année 50-60), avec une héroïne aguichante (Margot) et des voitures emblématiques…Les auteurs magnifient les beaux châssis et cela plait à beaucoup de monde. L’ouvrage a déjà été retiré plusieurs fois, mon exemplaire porte la mention : « 3e édition ».

C’est donc une réussite au niveau graphique. Pour le scénario, il s’agit d’une enquête journalistique qui emmène le lecteur sur la piste de la Traction Citroën 22 CV. J’ai lu cet album d’une traite sans me poser beaucoup de questions, c’est pour moi révélateur d’une certaine qualité du scénario. On n’atteint pas les sommets mais cela reste très plaisant à lire et je comprends tout à fait le succès remporté par cette série « Calandre ».

En conclusion, si vous ne l’avez pas lu lors de sa sortie l’année passée, c’est un excellent ouvrage pour meubler la session de rattrapage du mois d’Août !

 

 

7,5 /10

 

CAPITOL

 

On en parle sur le forum: ICI.

 

 

13/08/2010

BORO, REPORTER PHOTOGRAPHE - Tome 1: le temps des cerises

Couv_110519.jpgPlancheA_110519.jpgDessin: Marc Veber - Scénario : Franck et Vautrin

Editions Casterman

Collection Ligne Rouge

Sortie le  16/06/2010

Prix conseillé : 12,90 €

Genre : Polar

 

 

Résumé (de l’éditeur) Paris, 1936. Son inséparable Leica à la main, Boro est le témoin des heurts de plus en plus violents que provoquent les succès de la gauche française. Dans deux mois, elle gagnera les élections et Léon Blum prendra la tête du Front Populaire. Dans la clandestinité, un mouvement factieux, la Cagoule, s’apprête à basculer dans l’action armée. C’est dans ces circonstances troublées que le hasard place une très jeune femme issue du prolétariat minier du Nord, Liselotte, sur la route de Boro. Son père vient de mourir à la mine, elle est seule au monde. Le photographe va en faire sa protégée…

 

Mon avis : Attention, l’album est annoncé comme le tome1 alors qu’en réalité, il s’agit du tome 1 du deuxième cycle. Chaque cycle comportant 3 tomes, il s’agit en réalité du tome 4 des aventures de Boro, le reporter –photographe. Le premier cycle porte le titre « La dame de Berlin ».Il est étonnant que Casterman n’indique nulle par sur cette BD l’existence du premier cycle. En plus, sur le site internet de Casterman, le 4e tome est repris dans la collection Ligne Rouge alors que ce n’est pas indiqué sur la couverture comme à l’accoutumé. Enfin, le tome se termine abruptement sans référence à un prochain tome pour la suite de l’histoire…Etrange…

On aurait voulu nous faire croire qu’il s’agit d’une nouvelle série qu’on n’aurait pas fait autrement…

Ceci dit quand on voit qui est à la barre de cette série, il y a de quoi se pincer. Des scénaristes, stars de la littérature française, Franck et Vautrin. Une direction artistique d’Enki Bilal…

Reste la lecture de l’ouvrage. On peut commencer la lecture à partir de ce tome, indépendamment du premier cycle. C’est très classique, bien ficelé au niveau du graphisme mais aucune audace graphique. C’est bien dessiné mais cela reste très sage et pas franchement excitant. Le scénario est sur le même ton. C’est bien raconté, cela se lire sans problème mais pas de quoi sauter au plafond. Si vous aimez le polar et la période qui précède la deuxième guerre mondiale, vous allez apprécier. Une bonne petite série mais cela ronronne un peu trop pour moi, un ton en dessous d’ « il était une fois en France ».

 

 

7-17b0.gif

 

 

Capitol

 

On en parle sur le forum: ICI.