03/12/2009

BLAST T1: Grasse carcasse

Couv_97655PlancheS_21937Dessin  et  scénario: Manu Larcenet

Editions Dargaud

Résumé (de l'éditeur) : Un homme seul, obèse et sale, est amené au commissariat. Ce qu'il a fait, pourquoi il est là, nous n'en savons encore rien. Au cours de l'interrogatoire, confession impudique, il va livrer sa vie et expliquer comment il a un jour lâché prise et est parti sur les routes à la recherche du Blast, cet instant magique où tout s'illumine et sa vie devient parfaite.

Mon avis : Devant une avalanche de louanges presqu'unanimes de la plupart des critiques BD de la place parlant de « chef d'œuvre absolu » de Manu Larcenet, je me suis laissé convaincre de faire l'achat de ce tome 1 de Blast, une brique de près de 200 pages avec une couverture en carton épais...Bel objet au demeurant...Je me suis délesté d'une vingtaine d'euros et je suis rentré tout content chez moi...J'allais lire l'album de l'année!...Je sais que je vais me faire descendre en flammes par les révérends de Larcenet, mais je dois dire que pour moi c'est une grosse déception...Je m'explique...Le dessin est exclusivement en noir et blanc sauf lorsque le personnage principal à un Blast...on y découvre à ce moment des coloriages et des dessins d'enfants. Tout un symbole...D'ailleurs, Larcenet en use et abuse des symboles tout au long de son livre...Le dessin tout en ombres et larges aplats noirs est globalement une réussite. Cela nous vaut quelques planches superbes comme celle qui représentent les statues de l'Ile de Pâques...Encore le symbolisme...Larcenet prend son temps en tout cas pour divaguer, disserter en dessins. Cela nous donne un résultat très contrasté car l'album recèle également quelques planches pas indispensables qui représentent pour moi plus du remplissage plutôt qu'une progression réfléchie. Bien évidemment, quand on a 200 planches à livrer, on peut se permettre des digressions...Le côté graphique est donc plutôt bien. Ceci dit, pour parler d'un détail, je me demande pourquoi le père du personnage principal est affublé d'un énorme bec d'oiseau...Cela doit être encore lié à du symbolisme...Le scénario par contre, ce n'est pas ce que Larcenet à fait de mieux. J'ai beaucoup apprécié des séries telles que « le retour à la terre » ou « le combat ordinaire » pour ne citer que ceux là. Mais là, C'est lent, ça n'avance pas. L'auteur nous montre un personnage principal qui est un beau parleur certes, c'est bien écrit, bien présenté, mais qui nous mène en bateau pendant 200 pages pour en arriver à quoi ? Rien ou pas grand chose...L'histoire a à peine avancé...et il y a encore 4 tomes de 200 pages à se taper à ce rythme là ? J'ai franchement l'impression que Larcenet ne sait pas encore où il va, comment et par où il y va...Ce scénario est hermétique et se cherche. Ce scénario me semble mièvre et pas passionnant pour un sous... Franchement je n'adhère pas à l'histoire, je me suis emmerdé grave pendant 200 pages pour un trip pas abouti, pour lecteur dépressif et masochiste. Dargaud a bien vendu son produit et en a fait un évènement l'air de rien mais je  pense que je ne continuerai pas cette aventure éditoriale avec eux en achetant les prochains tomes de la série...Une dernière note pour signaler que le livre  est imprimé sur du papier issu de forêts gérées durablement...On va pouvoir continuer à gaspiller le papier...C'est une bonne nouvelle dans le contexte de la surproduction éditoriale actuelle.

 

6/10

Capitol.

On en parle sur votre forum: ICI

Écrit par capitolbelgium dans Du haut du CAPITOL. | Commentaires (1) | Tags : dargaud, capitol, manu larcenet, blast |  Facebook | |

01/12/2009

MAGASIN GENERAL - T5: Montréal

Couv_97432planchemagasin général51Dessin  et  scénario:

 Régis Loisel & Jean-Louis Tripp

Editions Casterman

 

Résumé (de l'éditeur)   Marie et le jeune Marceau, dans un bref moment d'attirance mutuelle, se sont abandonnés l'un à l'autre. Un épisode charnel qui, hélas pour eux, n'a pas tardé à se savoir. La promise de Marceau, Clara, a débarqué publiquement au magasin général en furie, accusant Marie de lui avoir volé son fiancé. Cris, larmes. Le curé s'en mêle, on jase à qui mieux mieux dans les familles, et bientôt c'est tout le village qui entre en ébullition ! Conséquence directe : le magasin général est en partie déserté et c'est tout Notre Dame des Lacs, ou presque, qui s'applique à éviter Marie comme une pestiférée. Lorsque sa meilleure amie Adèle rejoint elle aussi la réprobation générale, c'en est trop pour la jeune veuve : elle décide de partir ! De quitter la petite communauté, au moins pour un moment. Sur les conseils de Serge, accompagnée de Jacinthe qui vient de perdre sa grand-mère, Marie prend la route de Montréal...

 

Mon avis : On ne s'en lasse pas ! Cinquième tome du Magasin général et toujours le même plaisir de lecture. On pourrait pourtant s'attendre à ce qu'au 5e tome l'histoire commence à tourner en rond, à ce qu'il y ait des « redites », des baisses de régime,...Et bien non, pas du tout ! La fraicheur reste de mise, de nouvelles péripéties relancent l'histoire et font découvrir à chaque tome une nouvelle facette d'un ou des personnages. Le village vit sa vie avec toutes ses joies, ses peines, ses scandales, ses cancans, ses intrigues,...C'est la vie d'un village qui se déroule devant nos yeux avec des évènements anecdotiques ou importants mais qui chamboulent la vie d'une petite communauté. Mais à aucun moment, le lecteur n'a envie de lâcher le livre car cela reste passionnant malgré un tempo qui peut sembler à première vue lent. Et pourtant, il se passe toujours quelque chose dans ce petit village du fin fond du Québec...Le scénario est un petit chef d'œuvre permanent, les dialogues sont ciselés et savoureux. Les scénaristes nous font découvrir des sentiments contrastés et l'impact du « qu'en dira-t-on ? » sur les comportements de chacun, avec ses conséquences inattendues...  Enfin le dessin, une marque de fabrique, est toujours aussi étonnant. La colorisation vient parachever le tout...A lire de toute urgence, tabernacle !

 

8/10

Capitol.

On en parle sur le forum: ICI

29/11/2009

ORVAL - Première partie

Couv_98981orvalp_Dessin et  scénario: Servais

Editions Dupuis

Résumé (de l'éditeur) :   Grandeur et décadence de l'Abbaye d'Orval (en Belgique) Le Val d'Or, c'est ce lieu merveilleux de beauté et de richesses naturelles que des moines bénédictins découvrent en l'an 1070, au cours de leur périple à la recherche de l'endroit idéal pour édifier leur abbaye.
Observants de la règle de Saint-Benoît, ils vivent dans la simplicité et le silence, loin de la cupidité et de la violence du monde. Celles-ci franchiront pourtant le clos de l'abbaye, apportant avec elles leur lot de souffrance et de désolation...

 

Mon avis : C'est le retour de Servais, le chantre de la Gaume. Il s'intéresse ici à l'Abbaye d'Orval, une halte touristique bien connue des Belges où il est de bon ton de déguster une bière trappiste. Pour votre édification personnelle, il faut savoir que l'Orval, bière brassée à l'Abbaye d'Orval, dans la province de Luxembourg, a une teneur d'alcool de 6,2 %.Les secrets de fabrication sont gardés mais résultent d'une double fermentation et d'une levure spécialement préparée par les moines. Il existe une version plus légère appelée « Orval vert ».

Ceci étant dit, Servais s'est laissé convaincre de raconter l'histoire de l'Abbaye à travers les temps.Bien évidemment, il a pris l'option de romancer son histoire en se focalisant sur la période troublée de la révolution française. Mais cela ne l'empêche pas de faire des digressions sur la vie de Saint Benoit, sur la fondation de l'Abbaye, sur la légende de l'anneau d'or...C'est habillement raconté, Servais sait y faire en matière de scénario. Le dessin est toujours aussi somptueux. Bien évidemment, Servais en profite pour revisiter à nouveau ses thèmes favoris : la nature, les animaux, les gens, l'amour, la trahison, la société et ses castes sociales,...Cela nous vaut un excellent album avec de très belles planches, très colorées,...J'ai aimé ce livre tant au niveau graphique que de l'histoire. Mais j'ai surtout appris beaucoup sur Orval qui valait bien que Servais s'y penche un peu...Un livre à lire bien au calme, confortablement assis dans son fauteuil, avec une bière d'Orval et des petits fromages...Un plaisir de lecture à consommer sans modération...

 7,5/10

Capitol.

On en parle sur votre forum: ICI

Écrit par capitolbelgium dans Du haut du CAPITOL. | Commentaires (9) | Tags : orval, capitol, dupuis, servais |  Facebook | |

28/11/2009

SEPT CAVALIERS -T1 & T2

90652_c90655_c90655_plaT1 : Le Margrave héréditaire

T2 : Le prix du sang    

Dessin et  scénario: Jacques Terpant

D'après le roman de Jean Raspail

Collection : Hors collection - Editions Delcourt

Résumé (de l'éditeur) : Prospère et lumineuse autrefois, la Ville est presque abandonnée... Sans raison, une folie étrangère s'empare de tous les enfants, comme possédés par la rage... Ils désertent la contrée qui dès lors tombe en déliquescence. Pour rompre ce mortel ensorcellement, pour savoir où est passée la vie, sept cavaliers quittent la Ville sur l'ordre du Margrave... Commence alors le plus étrange des voyages.

Mon avis : Encore une série parue à l'origine chez Robert Laffont et qui a été reprise par Delcourt ! Samba avait chroniqué le premier tome et n'avait franchement pas aimé. Le tome 1 ressort donc chez Delcourt sous une autre couverture et avec un cahier graphique supplémentaire de huit pages en même temps que le tome 2 de la série. Voilà le décor planté...J'ai donc lu d'une seule traite ces deux volumes et franchement, j'ai apprécié l'adaptation de l'univers de Jean Raspail. J'ai trouvé l'avis de Samba fort tranché et un peu injuste par rapport au travail fourni. J'ai accroché directement à l'histoire même si des zones d'ombres restent en suspens. Mais n'est-ce pas le propre d'un scénario de ne pas tout raconter d'emblée? Autant le dire directement, à la fin du tome 2, l'aventure est loin d'être terminée et Dieu sait ce qu'elle nous réserve...Je n'ai pas été dérangé par les dialogues. Le dessin lui m'a vraiment séduit et je l'ai trouvé très précis, au contraire de ce qu'écrivait Samba. Les attitudes et mimiques des personnages ne m'ont pas choqué, ennuyé. J'ai même trouvé le dessin de très grande classe et la colorisation excellente. J'ai apprécié la lecture de ces deux volumes que j'ai lus d'une traite. J'attends la suite avec impatience. Je sais bien que tous les goûts sont dans la nature mais je ne sais pas quelle mouche a piqué Samba ce jour là ! Il ne devait pas être en grande forme ou alors ce n'est pas du tout son genre de lecture...Pour ma part, cette BD m'a donné envie de découvrir un peu plus l'œuvre de Jean Raspail... 

7,5/10

Capitol.

On en parle sur votre forum: ICI

Le blog de Jacques Terpant: ICI