30/10/2009

L'ORDRE DE CICERON - T3: Le survivant

ciceron3couv_915119782723458573_1Dessin : Gillon

 

Scénario : Malka

Collection : Caractère

Editions Glenat

 

Résumé (de l'éditeur) :  Troisième plaidoirie d'une incroyable fresque judiciaire !

RAPHAËL STEINER rend visite à BENJAMIN DE VEYRAC, toujours détenu dans l'attente de son procès, afin de lui raconter son extraordinaire histoire. Déporté par les nazis suite à la dénonciation de son grand-oncle NICOLAS DE VEYRAC, RAPHAËL s'est retrouvé au camp de Buchenwald. Considéré comme opposant politique, il y était employé au bureau du travail, échappant aux traitements réservés aux juifs. Libéré le 11 février 1945, il a décidé de disparaître, croyant sa femme ÉMILIE et l'enfant qu'elle portait morts. ANISSA demande la libération de BENJAMIN tout en faisant enlever MARTIN RICHEMONT par d'anciens "clients". Au même moment, aux États-Unis, NATHAN STEINER reçoit la visite d'agents du FBI chargés de vérifier sa comptabilité...

 

Mon avis : Voici enfin le troisième tome de cette série qui met aux prises deux dynasties d'avocats. Après plus de trois ans depuis la sortie du tome 2, et des problèmes de santé de Paul Gillon (plus de 80 ans et un des grands dessinateurs de notre époque, trop peu reconnu), je vais enfin pouvoir connaître la suite. J'ai d'abord relu les deux premiers tomes pour me remettre à niveau. C'est vital si le lecteur veut tout comprendre de A jusqu'à Z après une si longue période d'attente. Mais ce rafraichissement a été agréable et j'ai passé hier une très bonne soirée en lisant les trois tomes dans la foulée. Le dessin de Paul Gillon est toujours aussi extraordinaire, surtout au niveau des personnages, des attitudes. Le seul bémol, ce sont les voitures qui sont bien trop carrées. Elles ressemblent à des boites sur roues... Ce n'est pas le fort de Gillon mais personne n'est parfait. On ne lui en voudra pas et l'histoire n'est souffre pas, loin de là...Le scénario de Malka, un avocat de profession et qui plaide actuellement dans l'affaire Clearstream, est bien monté, bien documenté sur les pratiques d'un bureau d'avocat, sur les procédures. Il lie le monde de la justice, les péripéties de la seconde guerre mondiale et les affaires financières de la fin du XXe siècle. J'ai trouvé cette BD passionnante et j'attends le quatrième et dernier tome avec impatience. J'espère ne plus devoir attendre autant de temps entre deux tomes et que la santé de Paul Gillon lui permettra de terminer rapidement cette très bonne série.

 

7,5/10

 

Capitol.

On en parle sur votre blog: http://samba.xooit.be/t956-L-ordre-de-Ciceron.htm#p30928... 

Écrit par capitolbelgium dans Du haut du CAPITOL. | Commentaires (4) | Tags : capitol, glenat, malka, gillon, ordre de ciceron |  Facebook | |

29/10/2009

LE GOUT DU CHLORE

GoutDuChlore_74650piscineplDessin et scénario : Bastien Vivès

Collection KSTR

Editions Casterman

 

Résumé (de l'éditeur) : C'est une histoire toute simple, d'une rare sobriété. Parce qu'il souffre du dos, un très jeune homme, dont au final on ne saura pratiquement rien de plus, se met à fréquenter une piscine sur les recommandations insistantes de son kinésithérapeute. Là, dans le bassin à la fois anonyme et rassurant où les individus ne sont plus que des corps qui nagent, au rythme monotone des longueurs ajoutées les unes aux autres, il fait la connaissance d'une jeune fille au corps et au sourire séduisants.

Mon avis : Comment raconter une histoire en 135 planches qui se passe presqu'exclusivement dans une piscine ? Casterman et Bastien Vivès vont relever le défi dans le cadre de la collection KSTR. En avant pour une nouvelle expérience BD...Cette BD est déjà sortie il y a un an. Je l'ai acheté sur Ebay pour quelques euros, nettement moins cher que les 16 EUR du prix officiel, ce qui est plutôt cher pour une BD. Ce livre a été encensé par une certaine presse spécialisée et Bastien Vivès est considéré comme un des nouveaux espoirs de la BD française. En commençant la lecture de ce livre, j'ai fait directement un rapprochement avec les films de Jacques Tati. Ce livre, c'est des dialogues rares et  parcimonieux, le plus souvent réduits à leur plus simple expression. C'est surtout des longs plans séquences de piscine sans dialogue et sans autre commentaire. L'auteur nous dévoile une multitude de petits détails, de petits faits anodins qui se passent dans une piscine. Et puis, c'est aussi des paquets de longueurs nagés surtout sur le dos (excellent pour la lutte contre la scoliose), des nageurs le long du bord de la piscine qui regardent passer leurs congénères. On a même le temps de contempler pendant une longueur le plafond et le carrelage de la piscine...

Vient enfin se greffer une relation platonique entre le personnage principale et une jolie nageuse, ex-championne régionale de natation...C'est elle qui sauve le scénario de la noyade.

On ne peut pas nier qu'il s'agit d'un bel ouvrage sur le point de vue graphique, hors du commun. La colorisation dans la game des bleus et assez froide y est aussi pour quelque chose. Il s'en dégage un certain esthétisme. Vivès nous raconte une histoire simple mais qui peut rapidement devenir répétitive au fil des longueurs de bassin que nage le personnage principal. Fallait-il pour autant y consacrer 135 planches ? Malgré ce chiffre impressionnant, le livre est vite lu, trop vite. Au prix de vente officiel en librairie, cela fait cher la longueur de bassin...Un livre qui m'a laissé un goût de trop peu en bouche faute d'avoir le goût du chlore...Ce n'est pas un livre pour les phobiques de l'eau mais si vous désirez y plonger, n'oubliez pas  de prendre votre bonnet, vos lunettes et votre pince-nez...

6,0/10

 

Capitol.

On en parle sur votre blog: http://samba.xooit.be/t954-LE-GOUT-DU-CHLORE.htm#p30869

27/10/2009

JHEN -T11:La Sérénissime

jhen_11_93596Planche_bd_12622F1_JHENDessin : Jean Pleyers 

Scénario : H.Payen

Série créée et dirigée par Jacques Martin

Editions Casterman

 

Résumé (de l'éditeur) :   Milan, 1436. Fin de la saison froide. Arrivés de France, des voyageurs sont reçus en audience par le maître des lieux, le duc Visconti. Jhen Roque et le jeune abbé Francesco Prelati sont en mission confidentielle pour le compte de Gilles de Rais. Leur tâche : rejoindre la ville de Venise, pour y retrouver un manuscrit de Roger Bacon qui n'a pas de prix. Le célèbre philosophe anglais a en effet consigné dans ce codex inestimable la somme de ses connaissances astrologiques, cabalistiques, botaniques et surtout alchimiques... Bien que le duché de Milan soit officiellement en guerre contre la république de Venise et son alliée florentine, le principal chef de guerre du duc, l'ambitieux et inquiétant condottiere Francesco Sforza, fournit à Jhen et Prelati un sauf-conduit pour cheminer jusqu'à Venise. Il a en effet pour ami personnel le propre fils du Doge de Venise, Jacopo Foscari. C'est ainsi que les Français, après des jours de voyage, rallient enfin la célèbre cité, si puissante que le monde entier ne la désigne plus que par son surnom: la Sérénissime.

 

Mon avis : Un nouvel album de Jhen vient de sortir en librairie. C'est le deuxième tome depuis la reprise de la série, cette fois-ci avec le duo Pleyers - Payen, sur un synopsis de Jacques Martin. J'avais bien aimé le tome précédent (les sorcières - voir la chronique sur ce même blog) mais j'avais trouvé que le thème n'avait pas été assez exploité...Dans ce onzième tome, Jhen part pour Venise, la sérénissime, qui est « la » grande puissance commerciale de l'époque. Jhen doit y trouver un codex attribué à Roger Bacon. Ce livre traite d'alchimie. Va suivre une aventure palpitante à Venise où règne des intrigues et des complots sur fond de carnaval, de masques et de déguisements...

Je dois dire que l'histoire est très bien construite, passionnante. En plus, c'est magnifiquement documenté et le thème est ici très bien exploité. Pour moi, Jhen est la série la plus crédible actuellement de Jacques Martin. Pleyers est au dessin, c'est un retour aux origines de la série après une longue interruption. Les couleurs sont très belles (faites par Corinne Pleyers) et les décors sont à la hauteur du sujet, c'est-à-dire précis et détaillés. Venise y est très bien dessinée. Le scénario a eu l'intelligence à nouveau de s'inspirer fortement de la réalité de l'époque. Le fameux codex que recherche Jhen existe bien de nos jours sous le nom de codex de Voynich du nom du marchand qui en a fait l'acquisition en 1912.Ce livre se trouve actuellement à la bibliothèque de Yale. La trame de l'histoire a pour arrière fond les us et coutumes politiques et sociales de la « Sérénissime » où le secret et les intrigues se mêlent à la problématique du Carnaval avec ses masques, ses déguisements, ses pratiques ancestrales,.... C'est habilement amené, le résultat est un très bon scénario !

J'ai lu cet album d'une traite, la lecture a été agréable. Encore un livre digne d'intérêt. Ce mois d'octobre nous vaut de bonnes surprises, le dernier Jhen en est une. Faites tombez les masques et plongez-vous dans la Venise du 15e siècle...

7,5/10

 

Capitol.

On en parle sur votre blog : http://samba.xooit.be/t952-Jhen.htm#p30757

Écrit par capitolbelgium dans Du haut du CAPITOL. | Commentaires (0) | Tags : capitol, casterman, payen, jacques martin, jhen, pleyers |  Facebook | |

JEROME K. JEROME BLOCHE - T21 : Déni de fuite.

jeromekjeromebloche21_95248BLOCHE-21-F-01Dessin et  scénario : Dodier

Collection Repérages

Editions Dupuis

 

Résumé (de l'éditeur) :   C'est la nuit. Caroline, 3 ans, se réveille. Comme d'habitude, lorsqu'elle a des cauchemars, elle appelle son papa. Il ne répond pas. La chambre, le salon, la cuisine, Caroline et son doudou parcourent ensemble tout l'appartement. Pas de papa. Pourtant, la télé est allumée. Heureusement, Caroline et son doudou habitent dans l'immeuble qui abrite le bureau de Jérôme K. Jérôme Bloche. Jérôme qui, ce matin justement, s'est réveillé à l'aube...
À l'instar de Maigret, Hercule Poirot, Joseph Rouletabille, Philip Marlowe, Nestor Burma ou Harry Dickson, Jérôme K. Jérôme Bloche est un héros du roman policier classique.

 

Mon avis : Déjà 21e tome des aventures de Jérôme K. Jérôme Bloche ! Sans l'air d'y toucher, Dodier trace sa route avec son détective privé atypique qui se déplace sur un solex...Les enquêtes se rattachent souvent à l'existence du quartier (dans le 18e arrondissement de Paris) où habite notre héros. On y rencontre Madame Zelda, la voisine du dessus et voyante, Madame Rose, la concierge, Burhan , le tenancier de l'épicerie arabe du coin, Babette sa copine,...L'auteur nous raconte de façon simple une enquête qui se déroule dans un environnement familier avec des gens en général sympathiques. Bien évidemment, Bloche résout l'énigme avant la fin du livre ! Le tour de force est dans la narration. L'auteur nous raconte par le détail la psychologie des gens, des tranches de vie, le cheminement de chacun qui amène tôt ou à mettre en lumière la solution au problème posé à notre cher détective privé...Les dialogues ne sont là que parce qu'ils sont indispensables. Le livre est parsemé de planches sans commentaires, sans dialogue. L'image par moment suffit seule à la compréhension. Ce dépouillement de certaines séquences est la marque de fabrique de Rodier. Son graphisme abouti sert cette simplicité graphique mais efficace.

La BD se laisse lire facilement. C'est sans grande prétention et pourtant le résultat au final est très bon, drôlement bien fichu...Le lecteur sent cette proximité avec les personnages Pas étonnant que la série continue son petit bonhomme de chemin avec un bonheur à chaque fois renouvelé...

7,5/10

 

Capitol.

On en parle sur ton blog:http://samba.xooit.be/t918-Jerome-K-Bloche.htm#p30712