15/10/2009

YVAN DELPORTE –Rédacteur en chef

YvanDelporteyvandelporte01pChristelle et Bertrand Pissavy-Yvernault
Editions Dupuis

Résumé (de l’éditeur) : La carrière d'Yvan Delporte est indissociable de la vie du Journal Spirou et des Éditions Dupuis. Engagé par Dupuis au sortir de la guerre comme retoucheur à la photogravure, il deviendra rédacteur-en-chef de Spirou en 1953 et fut remercié en 1968. Pendant toute cette période, il encouragea et conseilla Franquin, Peyo, Roba, Morris... Un esprit vif, malin, curieux, influencé par le jazz, les comics américains, il n'avait de cesse de pousser chacun de ces auteurs vers ce qu'ils pouvaient faire de mieux. Sous sa férule, Spirou connaîtra un "âge d'or", caractérisé par la fantaisie et le professionnalisme. Éclectique, c'est lui qui supervisa aux USA les adaptations des Schtroumpfs en dessin animé, anima le Trombone Illustré dans la cave de Spirou, Pendant ce Temps à Landerneau dans la cave de (A Suivre)... Un personnage multiple, qui influença de façon majeure la bande dessinée franco-belge, jusqu'à des auteurs plus récents tels que Trondheim ou Sfar.

Christelle et Bertrand Pissavy-Yvernault ont accompli en 4 ans un travail de fourmi, interviewant les plus grands noms de la bande dessinée afin de cerner au mieux le personnage. Au travers de Gotlib, Barbara, Zep, Trondheim, Rosy, et bien entendu Delporte lui-même, ils ont patiemment reconstitué le fil bouillonnant de sa carrière. Richement illustré, c'est un livre exhaustif, et qui rend hommage à un grand auteur de notre patrimoine.

 
Mon avis :
J’ai cassé  ma tirelire pour acheter ce somptueux album vendu 65 euros. Pourtant, j’ai hésité devant le prix mais il faut bien reconnaître que l’album en vaut la peine tant au niveau du contenu rédactionnel que de l’iconographie. C’est un vibrant hommage que les Editions Dupuis rendent à un personnage clé dans la vie de la BD et plus particulièrement l’école dite « de Marcinelle ». Hommage d’autant plus remarqué que les relations entre les éditions Dupuis et Yvan Delporte n’ont pas été un long fleuve tranquille. Dupuis a en effet viré Yvan Delporte en 1968 de la rédaction du journal de Spirou mais ce fut pour mieux réapparaître par la suite en tant que scénariste ou rédacteur en chef du mythique « Trombone illustré ». Il faut aussi souligner l’apport décisif pour cet ouvrage de Fréderic Jannin, le protégé de Delporte et Franquin, qui a pu faire profiter les auteurs d’une masse d’informations incroyables et a permis d’ouvrir de nombreuses portes y compris avoir l’accord d’Yvan Delporte lui-même pour la rédaction de ce livre monumental.
Il faut savoir que Delporte refusait le plus souvent de parler de lui. Le lecteur va donc découvrir une personnalité de premier plan mais peu connue du grand public. C’est également une mine de renseignements, d’anecdotes, de photos, de dessins inédits sur des grands dessinateurs que sont devenus Franquin, Jijé, Peyo, Roba,…336 pages denses et de pur bonheur pour un livre à couverture souple hors norme ( 340x243mm). Un livre de collection.
surprises.smileysmiley.com.8

Capitol.

yvandelporte_9

07/10/2009

Rainbow T1.

Rainbow1rainbowDessin : Masasumi Kakizaki - scénario : George Abe
Manga Seinen
Editions Kabuto


Résumé (de l’éditeur) : Japon, 1955. Dans un pays ruiné, encore sous le choc après la Seconde Guerre Mondiale, 6 adolescents sont envoyés dans une maison de correction pour jeunes. Ils devront partager leur cellule avec Anchan, un mystérieux personnage, et ces sept gamins devront supporter humiliations, brimades et souffrances pour se sortir de cet enfer...
 
Mon avis :
Encore un manga…Pas une nouveauté, un manga sorti en 2005 que vient de me prêter une âme bien intentionnée…Directement sur la couverture il est indiqué : « pour public averti ». Le décor est planté. L’histoire décrit le japon en 1955 alors que le pays se relève à peine de la débâcle de 1945. C’est la pauvreté, la faim. Tout manque…Nous sommes plongés avec six jeunes « au ventre vide et à l’esprit brisé » dans une maison de correction qui ressemble plus à une prison de basse fosse. Le dessin est noir à souhait, parfois complètement déstructuré mais en adéquation parfaite avec le sujet développé. Le scénario est bien ficelé et il faut s’accrocher par moment car c’est écrit avec les tripes, certaines scènes sont très crues…La vie carcérale y est bien décrite, où en plus du lieu, il y a l’enfer des autres, celle des codétenus, des gardiens qui ne sont pas non plus des enfants de cœur…Mais il reste un espoir…C’est la motivation qui fait avancer cette histoire et je suppose ses lecteurs…
En conclusion, un livre qui m’a plu mais quand à dire que je vais poursuivre et lire la suite, il y a une marge que je ne passerai pas. Actuellement, la série en est au tome 13 en français et au tome 20 en japonais. C’est tellement noir que je n’ai pas envie de tomber dans une dépression…L’univers carcéral et les feuilletons à la « prison break » ne m’ont jamais beaucoup enthousiasmé. Je le conseille aux amateurs du genre et aux non dépressifs.
surprises.smileysmiley.com.7

Capitol.

rainbow2

05/10/2009

LES GOUTTES DE DIEU– T9

88980_cDessin : Shu Okimoto - scénario : Tadashi Agi
Collection : Manga Seinen
Editions Glenat


Résumé (de l’éditeur) : Shizuku visite pour la première fois la fameuse cave de son père, et découvre les incroyables trésors qu’elle recèle. Cette découverte le motive encore plus à percer le secret du troisième apôtre et à battre Tomine. Mais ce dernier pourrait bien lui réserver une surprise de taille : en effet, dans le cadre de leur prochain duel, il choisit de s’entourer d’une jeune chinoise complètement novice qu’il présente comme son -assistante-.
Quel est donc le secret de cette jeune fille ?"
 
Mon avis :
Déjà le neuvième tome et pourtant l’intérêt de faibli pas ! L’histoire avance à son rythme lentement mais surement. Le scénario amène au fur et à mesure de l’avancée de l’histoire des nouveaux personnages, des nouvelles péripéties qui relancent à chaque fois l’histoire. C’est bien joué et c’est vital si on veut tenir sur la longueur.  En effet, à l’heure où j’écris ces mots, nous en sommes au troisième apôtre, le tome 10 de la version française est annoncé pour le 7 octobre 2009 alors qu’au Japon, c’est le tome 22 qui sort…Et toujours en fin de livre le b.a.-ba de l’œnologie en rapport avec l’histoire racontée dans le tome. Je vous renvoie à mes chroniques antérieures des Gouttes de Dieu, il n’y a rien à enlever…
7.5/10
Capitol.

02/10/2009

BOIS-MAURY– T14 : Vassya

boismaury1491520_plaDessin : Hermann - scénario : Yves H.
Collection : Vécu
Editions Glenat


Résumé (de l’éditeur) : La suite d’une grande série historique - à tous les sens du terme - pour une remarquable incursion en terres de Russie.
Aymar de Bois-Maury, spolié de ses terres, a poursuivi sa quête jusqu’au dramatique terme que l’on sait... Mais l’histoire d’une lignée se limite t’elle au seul destin d’un homme ? Non. Car les aventures des Bois-Maury avaient commencé avant celles d’Aymar. Et se termineront bien après ! Fort de ce postulat infiniment riche en possibilités, Hermann et son fils Yves H poursuivent avec fureur et talent une collection de « one-shoots » consacrés à l’une des plus célèbres familles du neuvième art. Toujours solidement campée sur l’imagination soignée d’Yves H et le dessin en couleurs directe légendaire d’Hermann, cette grande saga s’offre une incursion en Russie, à l’occasion d’une guerre fratricide entre détracteurs et partisans du Tsar. Un conflit où un certain Bois-Maury aura un rôle essentiel à jouer...
 
Mon avis :
La saga des Bois-Maury se poursuit après une attente de trois années. C’est que Hermann continue de dessiner à un rythme soutenu mais travaille à des projets différents chez des éditeurs différents. Son fils Yves H. est à nouveau son scénariste attitré. Je ne cache pas que c’est avec une certaine appréhension que j’ai ouvert ce livre. Le scénario du « Diable des sept mers » m’avait quelque peu déçu…Trop compliqué, alambiqué…Il fallait revenir vers plus de simplicité dans le récit. Je vous rassure tout de suite, l’histoire est bien charpentée et limpide. L’histoire en réalité se focalise sur l’histoire de Dounia, une jeune femme cosaque, déchirée entre les traditions ancestrales de son peuple et un amour impossible. La description est faite par petites touches avec un arrière plan historique rempli de fureur et de violence. C’est donc avec beaucoup de plaisir que j’ai lu cet ouvrage. Le dessin reste toujours du même tonneau : excellent. J’ai beaucoup apprécié également le traitement des couleurs avec des teintes douces et légères qui respecte les traits du dessin.
surprises.smileysmiley.com.8

Capitol.

maury