26/06/2009

DJINN – T9 : Le Roi Gorille

Djinn9_30042009_083931Albdjinn9_30042009_083931Dessin : Miralles - Scénario : Dufaux
Editions Dargaud


Résumé (de l’éditeur) : Pour la première fois depuis le début de la série, les deux djinns sont réunies dans un même album. Kim Nelson retrouve la perle de la déesse Anaktu et Jade accomplit son destin en s’unissant au roi Gorille, devenant pour toujours la reine de l’Afrique.
Mon avis  de Capitol.: Les derniers tomes de la série Djinn m’avait semblé chercher un second souffle. A leur lecture, je me demandais franchement où voulait en arriver le scénario…Ce tome 9, le dernier du cycle africain, donne toutes les réponses aux errements des personnages…Il s’agit en effet d’un couronnement pour ce second cycle. L’histoire progresse de façon directe, et va à l’essentiel. Du coup, tout devient beaucoup plus clair, plus limpide, plus compréhensible. Du beau travail du scénariste Jean Dufaux (qui signe également une préface qui vaut le détour…), mais aussi et surtout un travail encore une fois remarquable d’Ana Miralles. Tout en sensualité, elle dessine avec talent ses héroïnes et surtout rend bien l’ambiance africaine, celle des marchés bigarrés, des villages de brousse. Le traitement de la couleur est la pièce maîtresse de cet album. Il suffit de contempler certainement planches pour voir éclater les couleurs sur certaines alors que d’autres ont des tonalités plus rouges ou grises et noires…Les trois couvertures des albums en sont d’ailleurs également l’illustration. Un bel ouvrage qui se lit très facilement avec plaisir…
surprises.smileysmiley.com.8


Capitol.


L’avis de Samba.
Nous voilà donc à la croisée des chemins avec ce tome 9 qui clôt le cycle africain. Un album où l’on retrouve une Jade plus Djinn que déesse, elle se revêtit aussi ce qui la rend d’autant plus sensuelle. Mais son destin reste néanmoins bien mystérieux, j’ai du mal à croire que les légendes tombent dans l’oubli avec une figure aussi charismatique.  Bon, il faillait bien mettre les points finaux et Jean Dufaux les met avec élégance. Sinon, je ne suis pas mécontent de quitter ce continent .J’y ai lu trop de souffrance, trop de blessures, trop de sang. Vive l’univers plus feutré et suave des Indes.
Mais cette série, c’est aussi et surtout le dessin envoutant d’Ana Miralles. C’est vraiment un plaisir quasi charnel d’ouvrir un «djinn ».La chaleur des couleurs vous enveloppe l’iris, les décors vous font voyager comme si vous y étiez, on pénètre dans les yeux des protagonistes pour y lire leur ambition, on leur emboite le pas  vers leur quête …. Bref le trait d’Ana nous ensorcelle. Il est très difficile de s’en dégager d’ailleurs .Normal pour une djinn espagnole me direz vous.
Cette série rencontre un très beau succès, comme quoi il n’est pas toujours obligatoire de faire des séries formatées pour rencontrer le public. Une évidence  saute aux yeux en admirant les 3 pochettes disponibles pour ce tome 9, Ana et Jean étaient faits pour collaborer ensemble.
Allez en route pour le Kimasutra. Enfin pas tout de suite, d’abords un HS pour la fin de l’année.
surprises.smileysmiley.com.8
SAMBA
On en parle souvent sur le forum.

MIRALLES-918

23/06/2009

SEULS – T4 : Les Cairns rouges

seuls04_88292seuls04p_88292Dessin : Gazzotti - Scénario : Vehlmann
Editions Dupuis


Résumé (de l’éditeur) : De retour en ville, Dodji, Leïla, Camille, Yvan et Terry ont décidé d'enquêter sur ce qui était arrivé aux parents d'Yvan. Mais la carcasse de la voiture familiale n'offre que peu d'indices. Retranchés dans un camp improvisé, les enfants renforcés par un certain nombre de membres du "Clan du Requin" accueillent un vieil ennemi : le maître des couteaux. Celui-ci, blessé, leur demande d'aller chercher Lucie, un bébé dont il avait la charge et qui a été kidnappé par des chimpanzés au comportement plutôt bizarre : ceux-ci passent leur temps à empiler des objets pour construire d'immenses cairns qu'ils inondent de peinture rouge !Face à des ennemis aussi redoutables qu'imprévisibles, les enfants vont devoir faire preuve d'énormément d'imagination et d'audace pour récupérer le bébé...

Mon avis :
Voilà de la bonne bande dessinée comme je les aime ! Pour tous publics, cette série est accessible et un pur bonheur. Pas besoin de se mettre sur son trente et un et de faire un brainstorming de 3 jours avant d’ouvrir cet ouvrage…L’histoire, d’essence fantastique, continue son petit bout de chemin sans rien dévoiler du final et reste captivante. Le mystère s’épaissit et c’est bien ainsi. Le dessin reste égal à lui-même, c'est-à-dire très efficace et très agréable à lire dans la meilleure veine de l’école belge de Marcinelle…Cela n’a rien de ringard, c’est bien ficelé et bien foutu. Gazzotti et Vehlmann n’auront pas le Nobel, ni le Grand Prix d’Angoulème pour cette série mais le résultat donne une série qui reste très attractive. Vaut le détour…
surprises.smileysmiley.com.8

On en parle sur le forum.
Capitol.

seuls04

12/06/2009

BLANCHE – T1 :L’ile de solitude

blancheblanche 1Dessin et scénario : Thierry Chavant
Editions Delcourt


Résumé (de l’éditeur) : À peine sortie du couvent, Blanche se plie à un mariage forcé. Les mauvaises langues disent que c'est une chance que la jeune fille ait trouvée un mari malgré son handicap... Blanche ne voit pas les couleurs. Pourtant le miracle du mariage ne lui rend point les couleurs de la vie. Sitôt mariée, elle est conduite sur une terre isolée où seul Toumaï, un esclave, semble comprendre son désarroi.

Mon avis :
Dans le cadre de mes lectures plus « risquées », voici un ouvrage recommandé par ma libraire…Je dois bien avouer que la première impression qui m’est venue en feuilletant rapidement le livre, c’est le dessin très épuré, dépouillé, les traits très fins  et un certain classicisme (classieux ?) de la construction graphique. Ce n’est pas commun…Le scénario démarre sur une description de la haute société du XVIII e siècle et se focalise sur la vie de Blanche, pucelle juste sortie de son couvent pour épouser un mari beaucoup plus âgé qu’elle et perpétuellement absent. La dame s’ennuie et va naître un amour impossible avec un bel esclave noir…Le sujet, sans être extrêmement novateur, n’en est pas moins bien exploité et laisse prévoir bien des développements dans les deux futurs tomes à venir. Les personnages sont bien campés, le fil de l’histoire est limpide et le lecteur suit l’histoire sans problème. Je dois dire que la lecture a été agréable et je me suis laissé emporter par le récit. Ce livre a été lu d’une seule traite, c’est un indice... Sans être un chef d’œuvre, ce livre a d’indéniables qualités graphiques et narratives. A découvrir.
surprises.smileysmiley.com.7


Capitol.

blanche 11

08/06/2009

ON THE ROAD

OnTheRoad_onTheRoad_2Dessin : Paul Drouin - Scénario : Guillaume Clavery
Editions Casterman – Label KSTR

Résumé (de l’éditeur) : Difficile de faire plus catastrophique que ces deux-là : Jack et George, deux zozos lâchés sur les routes de l’Ouest, un peu voleurs, un peu vagabonds, sans autres repères que leurs impulsions du moment, avec pour seul projet de retrouver Louise, une séduisante Française dont Jack jure être tombé amoureux. Évidemment, ça ne sera pas exactement une promenade de santé. D’abord parce que la belle ignore tout de Jack – c’est gênant. Et ensuite parce qu’il y a sur le chemin des deux compères (en fait ils sont trois, après avoir recueilli Bruno, un grand Noir sympathique quoiqu’un peu simplet) un chasseur de primes hystérique, Bloody Willy, et rien moins que Lili, l’ex-femme de Jack… Délirant, grinçant et toujours drôle, une sorte de road-movie échevelé et moqueur qui ferait constamment le grand écart entre le polar, le western et les Looney Tunes. C’est tout dire.
Mon avis.
 « KSTR est un label de Bandes Dessinées d'un nouveau genre.  Auteurs, dessinateurs, scénaristes,... venez proposer vos projets», c’est ce qu’annoncent les éditions Casterman. On parle maintenant de Label, plus de collection… (C’est comme pour la musique qui se casse la gueule sur le net).  Une visite rapide sur le site internet www.kstrbd.com  montre un site bien foutu graphiquement et un appel à projets. « Vous êtes en ligne directe avec l’éditeur ! » On peut y voir des previews mais pas beaucoup d’interactivité avec les lecteurs. Ils peuvent s’inscrire au club, ce que j’ai fait. Mais après avoir rempli les champs (nom, prénom, adresse,…), un avis annonce que le club n’est pas encore effectif mais qu’on me préviendra…Bref…
Reste la BD en elle-même…C’est à la librairie que cette BD m’a été chaudement conseillée. « C’est chouette, c’est marrant, c’est vraiment bien… ». Autant vous le dire de suite, j’ai quand même dû me faire violence par moment pour le finir…J’ai du perdre la dernière once de mon âme d’enfant. Au niveau graphique, c’est un Ovni…C’est vrai que le dessin est déjanté, pas du tout académique, mais c’est certain qu’il a un style particulier, reconnaissable entre tous et c’est déjà la marque d’un grand talent. Par contre, en ce qui concerne le scénario, c’est la déception. Rien de bien extraordinaire ou plutôt une histoire ordinaire qui ne casse rien…J’attendais d’être surpris, d’avoir une histoire à la hauteur du défi graphique…Hélas, je n’ai pas accroché et j’ai mis deux jours à la finir cette Bd…Un peu d’ennui, pas de surprise…Où est la franche rigolade ? Juste quelques sourires çà et là…et encore…Grosse déception à ce niveau…
Casterman a déjà eu de très bonnes idées éditoriales dans le passé (comme le magazine A suivre par exemple …). Je suppose que la maison d’édition veut refaire un coup via le net en espérant dénicher  de nouveaux talents, des gens inconnus débarqués de nulle part avec des projets fabuleux. J’aurai bien vu également la construction d’un projet avec l’avis des internautes en cours de projet, une sorte de coaching via le net… (Une idée à développer, Samba!). Mais d’après ce que j’ai vu sur le site KSTR, il n’y a pas ou peu d’échanges sur les travaux en cours…
En conclusion, ce concept et cet album me semblent peu aboutis mais méritent en tout cas un approfondissement. C’est plutôt un chantier qu’autre chose et une petite déception au final. Cela ne vaut pas les 16 euros, le prix du livre. Un bel objet, je n’en disconviens pas, avec une rubrique « Fan Art » en fin d’album…Mais par les temps qui courent, cela fait cher pour une nouvelle expérience branchée…
surprises.smileysmiley.com.5


Capitol.

OnTheRoad b