17/04/2009

Red Bridge, Mister Joe et Willoagby. T2

red bridgered bridget2Dessin : Gabriele Gamberini- Scénario : Maryse et Jean-François Charles
Editions Casterman

Résumé (de l’éditeur) : 1967. Elie Miller, représentant en parapluies, revient après 10 ans d’absence à Red Bridge, petite ville bien tranquille du Vermont, endeuillée par la disparition de trois de ses fils tombés au Vietnam et par une série de morts suspectes. Quand lors d’une fête au collège, le banquier James Willis est retrouvé égorgé dans les toilettes, plus aucun doute n’est permis. Il s’agit bien de l’œuvre d’un serial killer ne s’attaquant apparemment qu’aux anciens élèves de terminale littéraire 1957 dont fait partie Elie Miller. Doug Willis, inspecteur au F.B.I., et Aaron Willoagby, archiviste à la retraite flanqué de Mr. Joe, un chat au caractère épouvantable, mènent l’enquête… Malgré la menace mortelle qui pèse sur eux, les anciens de la promotion 1957 refusent de révéler l’inavouable secret qui les lie.

Mon avis :
Le tome 1 m’avait bien plus, surtout, au premier abord, le dessin et les couleurs. Le scénario m’avait également captivé…C’est, dans les grandes lignes, ce que j’avais retenu du premier épisode en ouvrant le tome 2…Je me suis bien vite rendu compte que je devais faire un rafraichissement de mes neurones pour me reconnecter à l’histoire. Ce que j’ai fait…J’ai donc relu dans la foulée les deux tomes et je vous conseille franchement de le faire car le scénario est complexe et chaque élément compte pour la compréhension finale…L’histoire tient ses promesses jusqu’au bout…Je ne vais rien vous dévoiler…Je vous laisse découvrir le dénouement et la morale de l’histoire…Le tome 2 est du même niveau que le tome 1, je vous rassure. Une excellente BD…Une de plus…

8/10
On en parle sur le forum ICI.

Capitol.



red bridge2

16/04/2009

LES GARDIENS DU SANG- T1 : Le crane de cagliostro

TriangleSecret_GardiensDuSanggardiens du sangDessin : Falque-Jusseaume- Couverture :Julliard – Scénario : Didier Convard
Editions Glenat –Collection : La loge Noire.
Résumé (de l’éditeur) : La troisième saison du Triangle secret. A la découverte sanglante des origines du bras armé du Vatican. Paris. De nos jours. Quelques années avant les événements que l’Histoire retiendra sous le nom de “Triangle secret”. Deux étudiants en théologie conversent passionnément dans les allées du séminaire de Saint Sulpice. Un journaliste vient en effet de révéler l’existence d’une milice secrète placée sous la houlette du Vatican : les Gardiens du sang. Particulièrement incriminé dans l’article, le Cardinal Motteli, consultant en Génétique auprès du Pape, et dont il se susurre qu’il occuperait une place de choix dans l’organisation... Si ce n’est que dorénavant Mottelli occupera une place de choix dans la mémoire de ses pairs. Alors que les étudiants passent devant son bureau, ils en voient sortir un jeune homme tâché de sang. Et le couteau encore rouge et frais du sang du Cardinal qu’il vient de tuer... Le jeune homme, Jean Nomane, s’enfuit prestement. On ne sait rien du fuyard. Juste qu’il avait disparu de la circulation ces trois dernières années. Sans doute parce qu’il avait beaucoup à se reprocher. A moins qu’il n’ait mis le doigt sur un terrible secret...

Mon avis :
Voilà une des séries les plus passionnantes de cette dernière décennie…Un Sticker rouge sur la couverture mentionne « 3e saison du Triangle Secret », cela me fait bien rire quand on sait que le premier tome est sorti en 2000…Ce nouveau cycle explique l’origine des Gardiens du Sang. L’action se passe avant le cycle du « Triangle Secret ». Toujours le même principe pour cette série…Un scénariste talentueux qui mène son histoire de maîtresse façon et quelques dessinateurs qui se partagent le travail en fonction des époques. Falque dessine l’époque contemporaine alors que pour Jusseaume c’est l’époque de Cagliostro. J’ai toujours été très réservé par rapport au graphisme de Falque et plus enthousiaste par rapport à celui de Jusseaume ou de Julliard qui s’occupe de la couverture. Mais  il faut bien reconnaître que le système à du bon car non seulement cela accélère le rythme de parution mais à la lecture, cela ne choque pas. C’est tout juste si le lecteur, captivé par l’histoire, se rend compte du changement de graphisme. C’est une série qui comporte beaucoup de texte mais comme pour les tomes précédents, on ne peut plus lâcher le livre avant d’être arrivé à la dernière page…C’est une série ésotérique qui continue à fasciner malgré la mode du « Da Vinci code » qui est passée entretemps. Mais le talent des auteurs n’a nullement besoin d’une mode passagère pour continuer à régaler ses fidèles lecteurs…Une des meilleures BDs de ce début d’année…

8/10

Capitol.


lesgardiens du temps

14/04/2009

LE GARDIEN DU FEU- T1 : GOULVEN

GardienDuFeuLe1_27022009_162821gardien du feuDessin : Sandro – Scénario : François Debois
Editions Soleil –Collection : Celtic.-

Résumé (de l’éditeur) : Cloîtré dans un phare au large de la Pointe du Raz, Goulven Dénès raconte …. Rien ne devait rapprocher ce sombre Léonard d’une belle et insouciante Trégorroise. Et pourtant Goulven se prend d’un amour fou et maladroit pour Adèle, qu’il adule sans être capable de la rendre heureuse... Une passion maladive exacerbée par le cadre étouffant d’un phare, au large d’un Cap Sizun hostile. Un siècle après sa première parution, Le Gardien du Feu reste puissant et d’une remarquable justesse psychologique.
Mon avis :
Une nouvelle série maritime, focalisée sur la vie d’un gardien de phare, rien de tel pour aiguiser ma curiosité. Il s’agit en réalité d’une adaptation du célèbre Roman d’Anatole Le Braz paru en 1900. Dès le départ, le lecteur est plongé dans une ambiance pesante et sent l’imminence d’un drame. Après cette mise en abime, nous avons une suite chronologique de flashbacks qui vont petit à petit expliquer l’origine du drame par petite touche et méthodiquement. A la fin de ce tome, chacun pense pouvoir deviner la suite de l’histoire et pourtant, nous n’avons pas encore en main toutes les cartes, il reste des zones d’ombre à découvrir. Nous voilà donc condamné à attendre la suite pour savoir si ce scénario est prévisible ou si un coup de théâtre va nous donner une sortie inattendue. Quoiqu’il en soit, le gardien du feu nous plonge dans le noir du noir et l’acteur principal est le phare lui-même.
Le dessin est à la hauteur de l’histoire. Les décors et surtout le phare sont somptueux. La vie en Bretagne à la fin du 19e siècle y est bien décrite. Juste peut-on relever ça et là dans certaines cases la rigidité de certains traits des visages, un manque d’expressivité. Les couleurs sont bien rendues avec sobriété mais toujours en restant dans la palette des sombres. Enfin, la mer est dessinée de façon sublime et dieu sait si ce n’est pas facile…
En conclusion, c’est un premier tome que j’ai lu avec grand intérêt mais j’attends le second tome pour me faire une idée définitive sur ce diptyque. C’est en tout cas dommage que l’éditeur dans son 4e de couverture lâche déjà une partie de l’intrigue alors que les auteurs ont tout fait pour garder le suspens à la fin du 1er tome…

 Ma cote : 7/10.

 Capitol.

AlbgardienDuFeuLe1_27022009_162821

07/04/2009

SCHTROUMPF LES BAINS – SCHTROUMPFS T27

schtroumpfs_bainDessin : Pascal Garray – Scénario : Alain Jost et Thierry Culliford- Peyo créations
Editions Le Lombard-

Résumé (de l’éditeur) :  Le Schtroumpf Bricoleur commence à en avoir plein le schtroumpf d’être le schtroumpf à tout faire du village ! Et le voilà qui part se reschtroumpfer quelques jours au bord du lac. Jamais inactif, il en profite pour se construire une petite maison. Mais, son idée fait des émules et, bien vite, le havre de paix devient un village de vacances très (et bien trop) à la mode ! L’explosion du tourisme de masse revue et schtroumpfée par les petits lutins de Peyo, avec humour et justesse, comme toujours !

Mon avis :
J’ai déjà parlé dans une de mes chroniques du renouvellement des scénarios de cette série mythique dessinée par Peyo et reprise de mains de maître par ses enfants. Le 27 eme épisode ne coupe pas à cette tendance déjà bien établie maintenant. Bien évidemment, il y a deux niveaux de lecture. Le premier, basique, ravira les enfants (les petits et les grands) qui comporte tous les ingrédients pour faire une belle histoire délassante et agréable à lire. Le second niveau de lecture est une critique acerbe de la société des vacances, du consumérisme touristique et de toutes les dérives qui s’en suivent. Les auteurs ont bien étudié le problème et le transposent avec bonheur dans l’univers des Schtroumpfs. J’ai dévoré ce livre comme on dévore une pâtisserie…avec délectation …Un de mes préférés dans la série au même niveau que  « le Schtroumpfissime » qui avait bercé mon enfance…C’est schtroumpfement bien !…


 Ma cote :surprises.smileysmiley.com.8



 Capitol.

schtroumpfs