06/04/2009

LES GOUTTES DE DIEU - T1 & 2

GouttesDeDieuLesGouttesDeDieuLes2Dessin : Tadashi Agi – Scénario : Shu Okimoto
Editions Glénat- Collection Manga Seinen

Résumé (de l’éditeur) :  Lorsque le prestigieux œnologue Yutaka Kanzaki décède, son testament est clair : son extraordinaire cave reviendra à celui de ses deux fils qui résoudra 12 énigmes concernant 12 vins. Il découvrira alors un 13e et mystérieux vin, inconnu de tous, surnommé « Les Gouttes de Dieu ». Une chasse au trésor sous forme d’enquête policière va confronter les deux frères aux caractères et parcours opposés…
Mystères et investigations se succèdent autour des crus les plus prestigieux, pour les deux frères ennemis qui se livrent à une véritable course-poursuite. A travers cet affrontement, le scénario conduit le lecteur dans l’univers du vin, son langage, ses particularités, ses traditions.

Mon avis :
J’avais déjà entendu parler de cette série consacrée à l’œnologie, la « science des vins ». Elle en est déjà au Tome 7 et le tome 8 parait le mois prochain alors qu’au Japon la série est déjà au tome 14 et a fait l’objet d’une adaptation télévisuelle. C’est un achat sur internet du tome 1 et 2 (parut en Français en 2005) qui m’a enfin permis de me faire une idée de cette série phénomène.Elle a relancé la vente des produits vinicoles français au Japon et en Corée du Sud. C’est dire si cette série est bien un phénomène, surtout en Asie.
Je suis pas un habitué des mangas et une fois de plus j’ai du me faire à la lecture particulière à l’envers…Mis à part cette « méthodologie », l’histoire est bien charpentée et se veut didactique pour tout un chacun qui n’y connaît pas grand-chose en ce qui concerne le vin…
C’est donc assez facile de rentrer dans l’histoire et je dois bien avouer que je m’y suisvite passionné. Bien évidemment, il y a les poncifs du manga…Il s’agit en réalité de feuilletons qui sont réunis en livre et donc, ça et là, en début de chapitre, nous avons des reprise de cases de l’épisode précédent. Autre détail qui peut aussi à la longue énerver, ce sont les cases où l’on voit les figures des personnages principaux se décomposer pour rendre la colère, la tristesse, la gène, …Dans une série qui se veut quelque part proche de la réalité, cela détonne mais cela fait partie du genre…Il faut aussi avoir une bonne dose de poésie car on a bien affaire à un imaginaire spécifique développé par les auteurs. Mais cela reste rudement bien fait. Je précise également que ce manga est en noir et blanc…Pour terminer, en fin de livre, le lecteur dispose d’une petite encyclopédie qui reprend un lexique des termes spécifiques employés, un peu de géographie, une explication des différents vins et pleins d’autres  informations encore. Si vous voulez lire une série manga intelligente et que le sujet de l’œnologie ne vous décourage pas trop, cette série est faite pour vous. Quand on pense que les japonais ont décidés de nous apprendre à aimer et apprécier le vin, c’est vraiment le monde à l’envers…La bande dessinée européenne n’a pas encore beaucoup exploré le sujet. Comme quoi, la Bande dessinée a encore beaucoup de contrées et de sujets à découvrir…A déguster sans modération. 

Ma cote 7,5/10 .

Capitol
.

les_gouttes_de_dieu_1

26/03/2009

LES FEMMES EN BLANCS- T31 : RENTABILITE MAXIMUM

FemmesEnBlancLes31_23012009_151946AlbfemmesEnBlancLes31_23012009_151946Dessin : Bercovici – Scénario : Cauvin

Résumé (de l’éditeur) : Vu la charge de travail qui leur incombe, les Femmes en blanc ne peuvent plus accueillir dans leur hôpital les patients qui souffrent d’une jambe cassée, d’un foie dilaté, ou encore d’une commotion cérébrale.
S’il vous arrivait de mourir dans leurs locaux, cela les ennuierait assez, car elles manquent cruellement de place et puis, visite du ministre oblige, il est hors de question de voir du sang ! Il faut que tout soit propre ! Nos infirmières n’ont pas arrêté de nettoyer, de récurer, de lessiver afin de rendre l’endroit des plus agréables, alors vous pensez bien qu’elles sont dans l’impossibilité d’accueillir des grands blessés. L'hôpital n'est pas une auberge de jeunesse après tout !
De plus, les médecins sont surchargés, et les urgences, débordées, si bien que les docteurs sont obligés de feindre l’attentat à la bombe pour pouvoir rentrer chez eux !
Dans de telles conditions, elles ne peuvent que vous conseiller d’éviter, tant que faire se peut, d’être blessé, accidenté, ou même mourant...
Elles vous en remercient, et restent à votre service ! 
 
Mon avis :
Il m’arrive de temps en temps de me replonger dans des séries que je n’ai pas suivies régulièrement, juste pour voir comment elles évoluent…La série des « femmes en blancs » en fait partie. Elle est un des grands best-sellers de chez Dupuis, menée de main de maître par Raoul Cauvin, un des scénaristes belges les plus prolifiques. On se demande même comment il fait pour se renouveler et pour mener de nombreuses séries de front…A près de 70 ans, Cauvin est sans conteste un fameux bosseur (même s’il dit écrire ses scénarios couché sur son divan) et un poids lourd dans la BD belgo-belge. Bercovici au dessin a toujours son style inimitable et reste très efficace dans la narration.
Qu’en est-il alors de ce 31eme épisode de cette saga hospitalière ? Sans avoir ri aux éclats, ce livre m’a fait sourire plus d’une fois. Certes le trait est parfois un peu gros mais souvent cela fait référence à du vécu, à un background qui s’inspire sans nul doute de la vie courante d’un hôpital. C’est certain qu’un tel établissement est en réalité une grande ville à lui tout seul et que les sujets y sont multiples. De plus, tôt ou tard, chacun d’entre nous a ou sera confronté à la réalité du terrain…C’est là que le rire ou le sourire peut rapidement devenir jaune…Chacun peut se sentir concerné…La série aborde parfois sous le signe de la dérision des sujets beaucoup plus graves…Les auteurs en sont au tome 31, c’est que les lecteurs apprécient…J’ai bien aimé cette lecture mais je ne suis pas monté au plafond pour autant…La série cependant n’a pas besoin d’un bon remontant, elle se porte bien toute seule…

surprises.smileysmiley.com.6

femmesEnBlancLes31

18/03/2009

DURANGO T15 – EL COBRA

Durango15durango15_Dessin : Thierry Girod – Scénario : Yves Swolfs

Résumé (de l’éditeur) : Lawrence Minning Compagny, Leadville. Le nom et l’adresse vague du commanditaire au nom duquel des hommes étaient venus réduire en cendre l’espoir d’une nouvelle existence .Mais à Leadville, Lawrence demeure introuvable et  Durango se trouve face à un autre tueur venu de Californie et qui traque la même proie que lui mais pour des raisons très différentes très différente qui amèneront très rapidement les deux virtuoses de la gâchette à la confrontation.

 
Mon avis :
La série Durango a été reprise par l’éditeur Soleil. La série a été confiée à Thierry Girod pour le dessin alors qu’Yves Swolfs, l’ancien dessinateur-scénariste, se contente uniquement d’assurer le scénario.
Si vous ne connaissez pas Durango ou si vous n’avez pas suivi tous les épisodes, il est préférable de lire dans la foulée le tome 14 et le tome 15. Le tome 14 intitulé « un pas vers l’enfer » est le premier opus du tandem après le changement d’éditeur et le début d’un nouveau cycle. Il ne vous sera donc pas trop difficile de rentrer dans la série sans devoir lire les 13 premiers tomes…
En ce qui concerne le dessin, Girod a repris avec talent le travail initial de Swolfs. C’est du très beau travail. La continuité avec le reste de la série se fait sans problème. Girod excelle pour rendre la teinte western du récit. On pense immanquablement à Blueberry en BD ou à Morricone et Clint Eastwood pour le cinéma…Ce qui nous donne des planches superbes !
De plus en plus Swolfs se spécialise dans le scénario et lève un peu le pied sur les dessins.
L’histoire est bien construite, charpentée. Le lecteur n’a aucun problème pour suivre le cheminement de l’auteur et être embarqué dans cette histoire qui tient bien la route. La preuve : une excellente lecture et l’envie de connaître la suite dans le tome 16…
Si vous aimez le western, cette série est pour vous ! A déguster sans modération…

surprises.smileysmiley.com.8
CAPITOL.
On en parle sur le forum ICI.


durangoT15

12/03/2009

LES AVENTURES DE LUCKY LUKE T3 : L’HOMME DE WASHINGTON

luckylukelesaventures03_81235luckyluke3_plaDessin : Achdé – Scénario : Gerra – d’après Morris.

Résumé (de l’éditeur) :
Bien que la guerre de sécession soit finie depuis des années, la situation est tendue aux États-Unis. Les élections présidentielles vont avoir bientôt lieu et verront comme à l'habitude le candidat démocrate affronter celui républicain. Rien de bien extraordinaire. Mais voila, deux hommes se présentent pour le parti républicain. Il y a Rutheford Hayes, le candidat officiel, et Camby un candidat auto-proclamé. Le second voulant à tout prix faire disparaître le premier, le parlement charge Lucky Luke d'assurer la protection du candidat Hayes durant son voyage dans l'ouest où celui-ci veut faire connaître son programme. De nombreux accidents ont lieu durant ce voyage, et assez vite notre héros comprend qu'il y a un traitre parmi l'équipe.
 
Mon avis :
C’est le troisième album de la paire Achdé et Gerra. Les avis sont fort divergents à propos du tandem. Si Achdé fait l’unanimité au niveau du dessin, c’est loin d’être le cas pour Laurent Gerra, le génial imitateur, au scénario. Achdé a un graphisme fort proche de celui de Morris, il n’y a vraiment rien à redire à ce sujet. Pour le scénario, Gerra doit supporter la comparaison avec Goscinny et ce n’est pas gagné... Les scénarios de l’après-Goscinny n’avaient pas été bien extraordinaires. Ils étaient forts inégaux entre le moyen et le pitoyable pour certains. Mais, ce n’était pas une tâche insurmontable…En réalité, je pense que Gerra ne s’en tire pas trop mal. Il y a beaucoup de bonnes idées, peut-être trop… C’est une bonne idée au départ de faire référence à la vraie histoire de Ruthie Hayes qui a fait rentrer le téléphone et bannir l’alcool à la maison blanche …Sa femme était surnommée « Lemonade Lucy ». D’où une série de « running gags » tournant autour de l’alcool. Le scénario s’en enrichit et donne une coloration véridique à l’histoire. Par contre, Gerra devrait épurer son scénario plutôt que de le surcharger de bons mots, de clins d’œil à toutes les cases. A force de vouloir trop en mettre, beaucoup tombent à plat ou perdent de leur saveur. Malgré ce bémol, cela donne malgré tout un bon album. Lucky Luke revient en forme et est sur la bonne voie…Bonne nouvelle !
surprises.smileysmiley.com.7
CAPITOL.
On en parle sur le forum ICI.


AVENTURES DE LUCKY LUKE (LES)