16/02/2009

LE JOURNAL DE SERGE CLERC

JournalClercSerge_CLERC_illDessin et. Scénario : Serge Clerc
Préface de Jean-Pierre Dionnet
Editeur : Denoël Graphic


Résumé :
Un soir glacial de 1974, derrière un pilier de Notre-Dame, la voix du Seigneur ordonne à Jean-Pierre d'écrire de grands romans chrétiens et à un certain François Mauriac de fonder le plus beau journal de bande dessinée de tous les temps. Pour le bonheur des générations futures, les deux hommes échangent leurs missions... Une plongée hallucinante dans le monde sans pitié de la grande presse.

Mon avis :
J’ai toujours aimé les dessinateurs qui se revendiquaient du courant de la ligne claire comme Chaland, Ted Benoit,Joost Swarte, Ever Meulen,…et Serge Clerc !Je suis tombé en arrêt sur ce livre dans ma librairie préférée. Je découvre à présent que ce livre est déjà sorti depuis plus d’un an ! Comment ai-je pu passer à côté d’un tel livre ? Car sa lecture a été pour moi jubilatoire… Serge Clair nous raconte en réalité ses débuts à l’âge de 17 ans à Paris, venu de sa campagne française, et son cheminement parallèlement  à celui du magazine « Métal Hurlant » de Jean-Pierre Dionnet et Philippe Manœuvre , des « Humanoïdes associés », la maison d’édition du magazine. Serge Clerc va être un pilier de Métal Hurlant ce qui lui permettra de raconter dans le détail la grande et la petite histoire du magazine. Dans sa préface, Jean-Pierre Dionnet explique que c’est bien un roman, un roman graphique mais un roman quand même aux inventions délirantes. Selon lui, il y a environ 27% de fiction (sic)…
C’est bien le mot : délirant ! Il s’agit d’une histoire rigoureusement vraie pour ses fondamentaux mais saupoudrée dans toutes les pages de détails débridés, décalés, faisant une place énorme à la mégalomanie des personnages principaux. Clerc appuie beaucoup sur le trait mais on sent bien qu’il y a derrière une vraie histoire, mais aussi un gros travail de répertoire et probablement beaucoup de notes accumulées par l’auteur au jour le jour sur des carnets ou des agendas…
Cela nous vaut un livre très amusant à lire, plein de références graphiques et musicales avec des pages de franche rigolade. Certains slogans m’ont bien fait rire comme page 51 : « En toute bonne foi, la polémique toujours tu pratiqueras » ou encore page 51, Phil Man déclare en constatant qu’il va arriver à la fin d’un concert dont il doit rendre compte dans Métal Hurlant. « Tant pis ! J’écrirai n’importe quoi ! C’est la presse ! » Et tout est du même tonneau…C’est également une très belle chronique de l’évolution du rock des années 70-80 avec beaucoup de références et du vécu.
Enfin, on ne présente plus le dessin caractéristique et très personnel de Serge Clerc…Un maître en la matière dont c’est le retour dans le monde de la bande dessinée après s’être plutôt consacré à l’illustration.
Je ne peux que vous conseiller chaudement ce livre…

8,5, /10
CAPITOL.

Loustal-Druillet-Serge-Cler

09/02/2009

RIC HOCHET –T75 : CODE POUR L’AU-DELA

richochet75richochet75_plaDessin : Tibet. Scénario : A.P. Duchateau
Editeur : Le Lombard


Résumé :
Ric Hochet a reçu un message de Madame Russo, une voyante réputée, qui dit : «  Dernière nouvelle de demain : le célèbre illusionniste Dihouny, fils spirituel du grand Houdini, meurt tragiquement à 15 heures au cours de son extraordinaire numéro « d’escapologie » au haut de l’Arc de Triomphe ! ».Dihouny demande à Ric Hochet de le protéger…

Mon avis :
Voilà un bon bout de temps que je n’avais plus lu une aventure de Ric Hochet…Que de souvenirs du temps où je dévorais ses aventures chaque semaine dans le journal « Tintin ».
Nous voilà revenus dans un environnement bien connu avec l’inspecteur Bourdon et son amie Nadine. Que de chemin parcouru aussi depuis lors, nous en sommes déjà au 75e épisode de la série, soit plus d’un épisode par année…Quand on accumule en plus la production de Tibet pour d’autres séries telles que Chick Bill ou « les peurs de rien », on se dit qu’il est un sacré bosseur !
Passons sur ces préliminaires et voyons l’album en lui-même. J’ai franchement bien aimé.
Le scénario reste inventif et plein de rebondissements. A. P. Duchateau  est et reste un incontournable du genre « policier ».Il mène son histoire et le lecteur de main de maître.
Tibet pour sa part reste toujours égal à lui-même, c'est-à-dire très bon dans la sobriété.
Le dessin est au service du scénario de façon efficace, sans fioriture.
J’ai redécouvert Ric Hochet et je m’en vais relire les nombreux tomes de la série que je n’ai pas encore lu…Il y a du boulot, c’est qu’ils travaillent ferme les bougres ! Pas de retraite pour les auteurs de talent !...


7,5, /10
CAPITOL.


RicHochet

18/01/2009

BORGIA –T3 : Les flammes du bûcher

borgiaBorgia_27112004Dessin : Manara. Scénario : Jodorowsky
Editeur : Glenat – Série Drugstore


Résumé :
1494. Le pape Alexandre VI Borgia règne sur Rome. Rome n’est plus une ville sainte, mais un chaos sans foi ni loi. La mafia Borgia, les premiers parrains de l’Histoire, en sont les maîtres…
Mon avis :

Un sticker rouge sur la couverture mentionne : « pour public averti ». Le décor est planté…
Il l’est encore plus quand on connaît l’Histoire et plus particulièrement celle des Borgia.
Sexe et violence sont au menu de cette histoire qui s’inspire de faits à la limite de l’histoire réelle et de la légende. Certes avec ce genre de sujet, il n’est pas toujours facile de faire le tri. Mais il est certain qu’avec des auteurs tels que Jodorowsky et Manara, cela ne pouvait donner qu’une série détonante et sulfureuse. Le récit est mené de main de maître par ces deux maîtres de la bande dessinée. Le scénario trace de façon directe et efficace la trame de l’histoire. Reste que Manara est toujours au sommet de son art quand il s’agit de dessiner des jolies filles et il s’en donne à cœur joie. Il connaît bien la manière d’accommoder « les morceaux ». Libertinages et partouzes, incestes, crimes crapuleux, sorcelleries, rançons,…Toute la panoplie y passe...Comme quoi il ne devait pas être facile de vivre à cette époque là à l’ombre de personnages tels que les Borgia.
Ce livre m’a bien plus mais encore une fois, ce n’est pas un livre à mettre dans toutes les mains…à mettre dans l’ « enfer » de votre bibliothèque.
surprises.smileysmiley.com.7

CAPITOL.

borgia

15/01/2009

Le VILLAGE – T1 : l’ingénieur

VillageLevillageDessin : Marchal. Scénario : Rodolphe
Editeur : Bamboo – Série Focus


Résumé :
1961.Gregor Polianov  fait partie d’un échange d’espions entre l’Est et l’Ouest. Il est transféré dans le Village, un endroit où les services secrets de l’Est  reconditionnent leurs espions. Personne ne sait où se trouve le Village. Mais il y a un problème…Polianov dit se nommer Olav Gustavson.  Gustavson va essayer de s’évader du village…

Mon avis :

Encore un livre qui a première vue ne m’a pas attiré directement sur l’étal de ma librairie préférée. Je l’ai acheté par hasard sur Ebay à un prix bradé…Et pourtant, j’ai été agréablement surpris par la qualité de l’ouvrage tant au niveau graphique que du scénario…
J’avais lu dans la bonne presse que ce livre rappelle furieusement le scénario de la série « le prisonnier » avec Patrick McGoohan. C’est exact. Cependant le scénario de Rodolphe (Le scénariste de la série « Kenya ») va mener le lecteur par le bout du nez pour arriver à un dénouement imprévu et c’est là que cela devient franchement intéressant… Le Village est présenté comme une histoire complète mais la couverture est affublée d’une mention « tome 1 ». L’histoire de ce « tome 1 » se suffit à elle-même mais franchement, il serait idiot de ne pas développer un tel sujet, surtout au vu du dénouement de ce 1er tome. Polianov/Gustavson pourrait bien devenir le héros d’une série de type « XIII ». Et là pourtant, je pèse mes mots… Qui est-il exactement ? Avons-nous tous les éléments de l’histoire? Cette série d’espionnage a tout pour plaire, reste à voir ce qu’en feront les auteurs et l’éditeur…Nous n’avons plus qu’à espérer que cette série n’en restera pas à un one shoot, que ce livre trouvera rapidement son public car cette série a un potentiel très important…
Je viens de terminer cet article lorsque j’apprends le décès de Patrick McGoohan, l’excellent acteur principal de l’extraordinaire série « Le  Prisonnier ».Comme quoi parfois, il y a des hasards qui font mal les choses…

7,5/10

On en parle sur le forum ICI.


CAPITOL.

le village