30/01/2015

LES CONTREES SAUVAGES - Tome 2.

Les contrées sauvages, Taniguchi, Sakka, 7/10, Grands espaces, nature, animaux, aventures, 01/2015Les contrées sauvages, Taniguchi, Sakka, 7/10, Grands espaces, nature, animaux, aventures, 01/2015Dessin  & scénario : Jirô Taniguchi

Sortie : 21/01/2015

Edition Sakka (Casterman) - Manga

264 pages – Broché

Grands espaces, nature, animaux, aventures.

 

 

 

Résumé (de l’éditeur) : Au milieu d’une nature aussi cruelle que ses paysages sont sublimes et les créatures qui la peuplent sont hostiles, l’homme est la proie de tout, et surtout de lui-même. Véritable périple à travers les grands espaces, des montagnes japonaises aux étendues de l’Ouest américain, cette anthologie n deux tomes donne à voir une facette encore méconnue en France de l’œuvre de Taniguchi : l’époque où, nourri de bande dessinée européenne, il s’essayait avec succès à la BD de genre en y insufflant ce qui est aujourd’hui encore sa marque de fabrique : un immense talent de raconteur d’histoires.

Les contrées sauvages, Taniguchi, Sakka, 7/10, Grands espaces, nature, animaux, aventures, 01/2015

 

«Jirô Taniguchi a fait la synthèse entre le manga et la bande dessinée européenne.»

 

Mon avis : Sakka, l’éditeur manga de Casterman, nous propose en ce mois de janvier 2015 le second tome de la série « Les contrées sauvages ». Ces deux albums compilent des histoires construites et dessinées par Jirô Taniguchi entre les années 1975 et 1986. On y retrouve déjà tous les basiques du talent de Taniguchi. Outre le dessin que l’on voit évoluer de façon positive au fil des ans, Taniguchi explore certains épisodes du passé, que ce soit au Japon ou ailleurs dans le monde. A chaque fois, on y retrouve la nature avec tout ce qu’elle a de sauvage mais aussi et surtout le rapport entre la faune et l’homme, la cohabitation qui n’est pas toujours pacifique, loin de là. En plus, l’homme n’en sort pas toujours gagnant. Cet album est divisé en deux parties. La première est intitulée : « Villages perdus ». Elle comprend quatre histoires différentes de lieus perdus dans une nature parfois hostile. La deuxième partie est intitulée « L’homme et l’animal ». Elle comporte trois histoires qui expliquent le rapport de force entre la nature et l’homme. Enfin, le tome se termine par une histoire courte dessinée en 2010 qui s’appelle « les innommables ». Le lecteur peut y mesurer les progrès graphiques entre son style de départ et le style actuel.

La sortie de cet album qui reprend des travaux plus anciens de Taniguchi correspond avec le Festival d’Angoulême. Casterman en profite d’ailleurs pour mettre en lumière l’artiste en sortant plusieurs autres albums du dessinateur japonais.

 

a07-3e78901.gifScénario 

 

a07-3e78901.gifDessin

 

a07-3e78901.gifMoyenne 

 

 

Lien vers la fiche technique de « Les contrées sauvages» sur le site de Sakka: ICI.

 

Capitol.

 

Les contrées sauvages, Taniguchi, Sakka, 7/10, Grands espaces, nature, animaux, aventures, 01/2015

 

23/01/2015

YALLAH BYE.

Yallah Bye, Park, Safieddine, Le Lombard, 7/10, Liban, documentaire, roman graphique, Historique, 01/2015Yallah Bye, Park, Safieddine, Le Lombard, 7/10, Liban, documentaire, roman graphique, Historique, 01/2015Dessin : Kyungeun Park - Scénario : Joseph Safieddine

Sortie : 16/01/2015

Edition Le Lombard

168 pages – cartonné

Roman graphique, Liban, documentaire, Histoire.

 

Résumé (de l’éditeur) : Comme tous les étés, Mustapha emmène sa famille dans son pays d'origine, le Liban. Retrouvailles amicales et soleil au programme. Mais nous sommes en 2006, à Tyr, dans le Sud du pays, et les bombes lâchées par Israël, au nom de la lutte contre le Hezbollah, ont tôt fait de transformer ces vacances en cauchemar... 24 ans plus tôt, dans une situation similaire, Mustapha s'était exilé en France. Que fera-t-il, cette fois-ci, entre impuissance et culpabilité... ?

Yallah Bye, Park, Safieddine, Le Lombard, 7/10, Liban, documentaire, roman graphique, Historique, 01/2015

 

«Ma famille est française et mérite la protection de son pays. La république ne peut abandonner des membres de sa communauté à l’arbitraire et à l’horreur de la guerre.»

 

Mon avis : Un bandeau rouge traverse le bas de la couverture : « Juillet 2006. Les bombes déchirent le Liban et soudent une famille. » L’album a deux sponsors additionnels à savoir Amnesty international et le Courrier international. Il a été sélectionné au festival international des scénaristes de Valence 2013 ! L’album est volumineux, l’impression est de qualité.

Kyungeun Park est coréen. Il a travaillé dans un studio de dessin animé en Corée avant de venir faire des études complémentaires en France à Lyon et Strasbourg. Il empoche le prix « Jeunes Talents » à Angoulême en 2007.Il publie « Le roi banal » en 2009 chez Casterman puis « Moi en mieux » en 2012.

Yallah Bye, Park, Safieddine, Le Lombard, 7/10, Liban, documentaire, roman graphique, Historique, 01/2015

 

Joseph Safieddine  est né en France d’une famille franco-libanaise et vit entre Beyrouth, Tyr et Paris. Yallah Bye est donc un peu (beaucoup) son histoire et celle de sa famille, même si l’histoire est romancée .Il est scénariste de BD depuis 2010 et a déjà quelques albums à son palmarès tels que « Les lumière et Tyr » et « Je n’ai jamais connu la guerre » sur le Liban. On retrouve aussi sur d’autres thèmes des albums tels que « Paco », « Le monstre », « L’homme sans rêve » et « Autres Gens ».

Yallah Bye, Park, Safieddine, Le Lombard, 7/10, Liban, documentaire, roman graphique, Historique, 01/2015

Le pitch ? Gabriel El Chatawi a 20 ans et est resté en France alors que son père Mustafa et tout le reste de sa famille sont partis au Liban pour les vacances, sur les terres de leurs origines. C’est justement le moment choisi par Israël pour entrer en guerre contre le Hezbollah. Au départ, Mustafa prend les événements comme mineurs. Cela va vite se tasser, comme toujours! Son épouse désire se replier directement sur Beyrouth pour être proche de la protection de l’ambassade de France. Mais la situation se dégrade, les routes sont coupées. Ils sont pris au piège et les esprits s’échauffent au fur et à mesure que les bombardements s’intensifient. C’est la guerre…

Yallah Bye, Park, Safieddine, Le Lombard, 7/10, Liban, documentaire, roman graphique, Historique, 01/2015

Joseph Safieddine nous décrit par le détail le cheminement mental des personnes en présence et plus on avance dans le récit, plus cela devient tendu. Certains craquent mais les gens restent solidaires au-delà des croyances, qu’ils soient chrétiens ou musulmans. Pendant ce temps, Gabriel est toujours en France et se fait du mauvais sang pour sa famille. Il suit les actualités à la télévision et ce n’est pas réjouissant…

Yallah Bye, Park, Safieddine, Le Lombard, 7/10, Liban, documentaire, roman graphique, Historique, 01/2015

Il s’agit d’une chronique d’une famille coincée au Liban pendant le conflit tiraillée entre ses racines libanaises et sa vie en France. C’est très bien raconté et cela donne une idée précise de la vie des civils impliqués malgré eux par les belligérants dans un conflit qui les dépasse un peu. C’est cette dimension humaine du conflit qui est très intéressante dans cette BD. L’album fait 168 pages. Donc, il demande un minimum d’implication à la lecture mais c’est bien développé avec des flashes-back sur la jeunesse de Mustafa, sur d’autres événements du même type qui l’on poussé à partir en France…

Le dessin de Park est à mi-chemin entre le dessin réaliste et le franco-belge classique. Ce type de dessin permet de garder une certaine distance avec la réalité des faits tragiques et de permettre une lecture facile et enlevée. Il peut ainsi se focaliser sur certains détails (faciès et attitudes de certains personnages, décors,…) plus fouillés.

Yallah Bye, Park, Safieddine, Le Lombard, 7/10, Liban, documentaire, roman graphique, Historique, 01/2015

A noter qu’en fin d’album, un petit cahier explique l’histoire et la situation actuelle du Liban. On y voit également des photos de famille du scénariste et les impressions du dessinateur lors de son voyage de repérage en vue de la réalisation de l’album. Le cahier se termine par une page écrite par Amnesty international qui explique son point de vue sur l’album et les événements du Liban.

Ce livre m’a touché par son aspect humain, par sa façon de raconter la vie des gens lors de la survenance d’un conflit armé avec ses incertitudes et ses craintes. Cet album a beaucoup de qualités et vaut la peine qu’on s’y attarde.

 

a07-3e78901.gifScénario

 

a07-3e78901.gifDessin 

 

a07-3e78901.gifMoyenne 

 

 

Lien vers la fiche technique de « Yallah Bye» sur le site du Lombard: ICI.

 

Capitol.

 

Yallah Bye, Park, Safieddine, Le Lombard, 7/10, Liban, documentaire, roman graphique, Historique, 01/2015

 

19/01/2015

IL ETAIT UNE FOIS FLUIDE GLACIAL.

 

Fluide Glacial, Il était une fois Fluide Glacial, Gotlib, 01/2015

 

Version album : 192 pages - Sortie : 21/01/2015

Version Hors-série presse : 100 pages-

en kiosque jusqu’au 20 mars 2015.

Humour.

 

«Fluide Glacial, le journal enfin inscrit au patrimoine mondial de l’humour!»

 

Communiqué de Fluide Glacial : Tout le monde a lu, lit ou lira Fluide Glacial. Depuis 1975, plus de 70 millions d’exemplaires du magazine créé par Gotlib ont fait le bonheur des français férus de gaudriole. En 192 pages (100 pages pour la version magazine), il était une fois Fluide Glacial retrace l’histoire du titre, des origines jusqu’à nos jours, avec des documents rares et inédits, une sélection de contributions les plus drôles : Pierre et le loup une Bd dessinée à 20 mains, roman photo d’anthologie, pépites oubliées (Will Eisner, Harvey Kurtzman), célèbres marges et rubriques cultes, dessins qui ont défrayés la chronique, anecdotes sur les mémorables fêtes de bouclage… Du pur concentré d’umour et bandessinées et une visite privée dans les coulisses d’un des plus grands journaux d’Humour !

Il était une fois Fluide Glacial rend un hommage solennel et national à tous les grognards de Gotlib qui se battent sans relâche contre la morosité. Parmi eux, il y a les fidèles de la première heure : le Maréchal Solé, les Généraux Binet, Goossens, Edika, Hugot, puis les Cadets  Lefred Thouron, Larcenet, Tronchet, Dupuis et Berberian, Blutch, et les jeunes recrues, Riad Sattouf, Guillaume Bouzard, Pixel Vengeur, Monsieur Le Chien, Terreur Graphique, sans compter ceux qui sont tombés au combat, Franquin, Lelong, Moerell, Igual, Dylan Pelot…

Chacun des 100 auteurs des plus emblématiques bénéficie pour l’occasion de la mobilisation de tous les rédacteurs de Fluide Glacial : Léandri , Frémion, Haudiquet, Fioretto, Casoar, Bernstein, Pelot, Lindingre, Gégé, et bien sûr Marcel Gotlib himself, qui vous livrent en exclusivité mondiale cette galerie de portraits à gros nez.

Fluide Glacial, Il était une fois Fluide Glacial, Gotlib, 01/2015

 

Mon avis : N’ayant pas reçu ni le hors-série, ni l’album, il m’est impossible de vous donner un avis objectif sur cette publication qui célèbre les 40 ans de Fluide Glacial. Ceci étant dit, quand on connait Marcel Gotlib et sa bande, cela ne doit pas être triste. Au moment où on parle beaucoup de Charlie Hebdo, Fluide Glacial représente aussi une autre facette de l’humour français, moins conflictuel et provoquant mais tout aussi poil à gratter.

 

A noter également que pour son 40e anniversaire, Fluide Glacial va rééditer, tout au long de l’année 2015, 12 albums majeurs de son catalogue dans une édition de luxe et limitée. Chaque album de 56 pages aura en bonus 8 pages d’interviews et de matériels inédits.

Voici le programme des parutions :

Fluide Glacial, Il était une fois Fluide Glacial, Gotlib, 01/2015

 

Capitol.

 

09/01/2015

LE VOYAGE IMPROBABLE - Première partie.

Le voyage improbable, Turf, Delcourt, 7/10,aventure, humour, science-fiction, 10/2014 Le voyage improbable, Turf, Delcourt, 7/10,aventure, humour, science-fiction, 10/2014 Dessin & scénario : Turf

Sortie : 01/10/2014

Edition Delcourt

48 pages – cartonné

Aventure, humour, science-fiction.

 

 

 

Résumé (de l’éditeur) : Alors que des fouilles paléontologiques sont entreprises au pied d'un phare, un gisement de gaz naturel explose suite au malencontreux allumage d'un cigare. L'édifice se trouve propulsé avec une partie de son socle rocheux vers l'espace infini. À son bord, deux scientifiques, un escroc, trois étudiantes et un gardien de phare, partis pour un voyage imprévu et mouvementé.

Le voyage improbable, Turf, Delcourt, 7/10,aventure, humour, science-fiction, 10/2014

 

«Ah ! Vous êtes encore un de ces sinistres gratte-papier qui pose ses vilaines fesses dans le triste bureau poussiéreux d’un muséum miteux et ne va jamais sur le terrain.»

 

Mon avis : L’éditeur annonce directement la donne en couverture avec la mention : « Par l’auteur de la nef des fous ». C’est en effet la référence de Turf ! Entretemps, il nous avait divertis avec une histoire en deux tomes appelée « la magasin sexuel ». L’idée de départ était très bonne mais au fil de l’histoire, j’avais trouvé le scénario un peu mièvre et peu novateur.

Le voyage improbable, Turf, Delcourt, 7/10,aventure, humour, science-fiction, 10/2014

Turf repart donc sur des nouvelles bases, dans une nouvelle histoire autour d’un phare envoyé tel une fusée dans l’espace. Les passagers involontaires de l’aventure sont le vieux gardien misanthrope, deux scientifiques, trois étudiantes et un pseudo professeur, plutôt escroc. Une poche de gaz explose et tout ce petit monde est envoyé vers la stratosphère…Ce phare est devenu une sorte de radeau de la méduse des temps modernes.

Le voyage improbable, Turf, Delcourt, 7/10,aventure, humour, science-fiction, 10/2014

La situation est cocasse. C’est une sorte de huis clos de l’espace qui se fait rencontrer des gens improbables, complètement à l’opposé les uns des autres, qui ne se seraient probablement pas rencontré en d’autres circonstances. D’où, l’importance du vivre ensemble, et cela ne semble pas gagné ! Turf nous dresse un vrai vaudeville avec des scènes diverses, souvent bien amenées comme celle de l’escalier, du perroquet qui crie sans arrêt : « bandes d’abrutis », de la capsule spatiale, et j’en passe…J’ai surtout apprécié certains dialogues qui sont très second degré et qui valent par moment leur pesant d’or.

Le voyage improbable, Turf, Delcourt, 7/10,aventure, humour, science-fiction, 10/2014

Au niveau du dessin, Turf est dans le style qu’on lui connaissait déjà dans le magasin sexuel. La construction des planches se fait en fonction du scénario et va de la construction classique à la planche déstructurée, en passant par la planche à une seule case. A noter que Turf s’occupe également des couleurs et s’en tire très bien.

Le voyage improbable, Turf, Delcourt, 7/10,aventure, humour, science-fiction, 10/2014

En conclusion, cela nous donne un album varié tant au niveau graphique que scénaristique. Même si le principe du voyage dans l’espace n’est pas des plus neufs, le traitement du sujet en lui-même est nettement plus innovant. Je me suis bien amusé à lire cet album même s’il n’y a rien de scientifique dans la démarche. Le thème est abordé par Turf avec humour et c’est cela le principal dans cette histoire, en attendant la suite.

  

a07-3e78901.gifScénario

 

a07-3e78901.gifDessin

 

a07-3e78901.gifMoyenne 

 

 

Lien vers la fiche technique de « Le voyage improbable » sur le site de Delcourt: ICI.

 

 

Capitol.

 

Le voyage improbable, Turf, Delcourt, 7/10,aventure, humour, science-fiction, 10/2014

 

Le voyage improbable, Turf, Delcourt, 7/10,aventure, humour, science-fiction, 10/2014