04/10/2014

GERARD DEPARDIEU. Un biopic en BD.

Gérard Depardieu, Salma, Bamboo, 09/2014.Gérard Depardieu, Salma, Bamboo, 09/2014.Dessin & scénario : Sergio Salma

Editions Bamboo

Sortie : 24/09/2014

224 pages –broché

Prix conseillé : 16,90 €

ISBN : 9782818930892

Biographie, Gerard Depardieu.

 

Résumé (de l’éditeur) : Gérard Depardieu est LA révélation du cinéma des années 70, mais c’est la décennie suivante qui le consacre acteur incontournable. Star mondiale dans les années 90, il commence à déborder du cadre. Ogre, riche et fou, il passe régulièrement de la rubrique cinéma à la rubrique people. Il est multiple : comédien, vigneron, restaurateur, il bouffe littéralement la vie. Des coups du sort aux pelles en scooter, Gégé survit à tout et s’exile en Russie sous les quolibets, mais reste pourtant l’un des meilleurs produits d’exportation français.

Gérard Depardieu, Salma, Bamboo, 09/2014.

 

« Drames ou comédies, il a tout joué. Roi du box-office, géant du cinéma, monstre ogre…Les superlatifs n’ont pas manqué..»

 

Gérard Depardieu, Salma, Bamboo, 09/2014.Mon avis : On en parle depuis quelques jours dans les médias. L’album est sorti le 24 septembre 2014 en librairie. Scénarisé et dessiné par Sergio Salma (dont on se souviendra de l’excellent album « Marcinelle 1956 » paru chez Casterman), cet album est un « biopic » en bande dessinée. Cet ouvrage de 224 pages raconte la vie de Gerard Depardieu par le biais de gags, planches, notes biographiques et courts récits. Sergio Salma est un admirateur de l’acteur. « Gégé » est un phénomène, pétri de démesure, de générosité. Issu d’un milieu défavorisé, il va pourtant s’engager dans une carrière d’acteur alors qu’il n’a aucune culture générale et littéraire .Il va cependant s’accrocher, lire, se cultiver, progresser pour devenir la star mondiale que l’on connait aujourd’hui. On la compare à un ogre, un peu fou. Il réussit dans tout ce qu’il touche : comédien, vigneron, restaurateur, investisseur,…Il défraie la chronique ces derniers temps avec son déménagement en Belgique pour raison fiscale, son amitié avec Fidel Castro ou poutine, son passeport russe,…Bref, il ne laisse pas indifférent. C’est un « bon client » pour l’auteur.

Au niveau du dessin, Sergio Salma fait partie de l’école de Marcinelle, du journal de Spirou, même si il a aussi travaillé pour Casterman. Le dessin est à mi-chemin entre » les personnages à gros nez » (Depardieu a un énorme appendice nasal) et un dessin à connotation  plus réaliste. Gerard Depardieu est bien croqué, bien caricaturé,  et reflète bien l’image qu’il a auprès du public. Au niveau du dessin, le dessinateur assure très bien le travail.

Gérard Depardieu, Salma, Bamboo, 09/2014.

Le concept et le scénario ne sont pas conventionnels. Salma a divisé l’album en différentes périodes de sa vie comme autant d’étapes, de balises vers sa situation actuelle. On y apprend beaucoup d’informations qui permettent de mieux comprendre le personnage, sa trajectoire. Le traitement est cependant parcellaire, avec des répétitions, des redondances, qui donnent parfois l’impression d’être plutôt un joyeux fourre-tout qu’un livre bien agencé, bien construit. Ce manque de clarté, de simplification m’a un peu désorienté dans ma lecture et plusieurs fois, j’ai perdu le fil de la lecture. Je pense qu’il aurait plutôt fallu un peu élaguer le scénario. A vouloir trop en dire, l’information passe mal. Le lecteur se perd dans ce qui ressemble à un dédale…

Cet album intéressera les amateurs de cinéma et les fans de Gérard Depardieu. Il y en a beaucoup…

 

Dessin :              7,0/10

Scénario :           6,0/10

Moyenne :           6,5/10

 

Lien vers le site internet de Bamboo : ICI.

 

Capitol

Gérard Depardieu, Salma, Bamboo, 09/2014.

 

Écrit par capitolbelgium dans Du haut du CAPITOL. | Commentaires (0) | Tags : gérard depardieu, salma, bamboo, 6, 510, biographie, 092014. |  Facebook | |

02/10/2014

LES DRUIDES: Tome 8: Les secrets d'Orient.

Les Druides, Lamontagne, Istin, Soleil, Celtic, 09/2014Les Druides, Lamontagne, Istin, Soleil, Celtic, 09/2014Dessin : Lamontagne - Scénario : Istin

Editions Soleil

Collection Soleil celtic

Sortie : 10/09/2014

56 pages –cartonné - couleurs

Prix conseillé : 14,50 €

ISBN : 9782302042292

Aventure, Celtes.

Résumé (de l’éditeur) : Les druides Gwenc’hlan et Taran enquêtent sur la disparition de la famille de Ronan le forgeron retrouvé éventré chez lui. Leonin le Tiern pensait que c’était là le forfait de quelques Saxons. Une hypothèse très vite écartée lorsqu’ils firent la découverte des cadavres d’un clan de Saxon. Liel, la jeune femme qui devait épouser l’aîné des enfants de Ronan, pense que les coupables sont quelques démons. Taran avoue avoir été enclin à le croire, lui aussi, car il ressent comme une présence dans la forêt. Une forêt qui n’est pas sans effrayer son maître. Il y a aussi cet homme retrouvé enterré jusqu’au cou dans la terre du village de Kerméné. Un homme en vie mais paralysé par une drogue. Mais l’homme a soudainement disparu durant la nuit, et Gwenc’hlan également… Taran est seul, la forêt abrite un sombre mystère, des galeries souterraines, des sanctuaires anciens et le seigneur du château d’Orient quant à lui, cache un lourd secret...

 

Les Druides, Lamontagne, Istin, Soleil, Celtic, 09/2014

 

« -Je ne pense pas être plus intéressé par la vérité que par l’idée de justice.»

 

Mon avis : C’est le tome 8 de la série « Les druides » sorti dans la collection « Soleil Celtic ». Outre l’attrait pour la culture celtique, j’ai toujours été intéressé par cette série de qualité tant au niveau du dessin que du scénario.

Les Druides, Lamontagne, Istin, Soleil, Celtic, 09/2014

Les pérégrinations des druides Gwenc’hlan et Taran, dans une période propice à la montée de la chrétienté et au déclin des anciens rites druidiques, nous valent de vraies enquêtes que l’on pourrait assimiler à un polar de l’époque à la sauce celtique. Ce tome 8 est pour moi un album de transition dans la quête des deux hommes. Mais il permet à nouveau de mettre en scène une histoire avec de l’action mais aussi dans des décors dignes de l’imaginaire et des légendes celtiques.

Les Druides, Lamontagne, Istin, Soleil, Celtic, 09/2014

Le dessin de Lamontagne m’a encore étonné. D’abord, la qualité des décors. Le dessinateur ne lésine pas sur les détails et se permet parfois de prendre toute une planche pour donner toute la mesure de son talent. C’est grandiloquent. Les personnages et les expressions sont bien rendus. Les ambiances également. Cela part des brumes en passant par les forêts obscures et les souterrains lugubres. La plus grande partie du récit se déroule dans un château devenu la proie des flammes. Lamontagne en profite pour nous montrer son talent de coloriste. Il donne encore une fois la large étendue de son talent.

Les Druides, Lamontagne, Istin, Soleil, Celtic, 09/2014

Le scénario d’Istin mêle à nouveau la réflexion et l’action. Tous les codes de ce genre de littérature sont réunis dans cet album, même si je n’ai pas eu l’impression d’avancer grandement dans la recherche de la vérité, la résolution de l’énigme des disparitions. Istin propose plutôt des options et épaissi encore plus le mystère. C’est habile car en fin de lecture, j’ai éprouvé une petite frustration de me dire que l’album est déjà fini et qu’il va falloir attendre la suite avec patience…La psychologie des personnages en présence, diamétralement opposés, est décrite de façon subtile et nuancée. Le lecteur ne peut qu’être séduit par la déduction et la personnalité apaisante du druide Gwenc’hlan.

Les Druides, Lamontagne, Istin, Soleil, Celtic, 09/2014

Notons enfin que la première édition de l’album comprend en fin d’album d’une galerie de dessins inédits et exclusifs (c’est l’éditeur qui le dit) ! Différents personnages sont revisités par leurs auteurs et des collègues dessinateurs.

Dans son style bien  particulier, cet album  et la série dont il fait partie,  sont toujours de très bonne facture. Les amateurs de culture et d’aventure celtique apprécieront certainement.

 

Dessin :              8,5/10

Scénario :           7,5/10

Moyenne :           8,0/10

 

Capitol

 

Les Druides, Lamontagne, Istin, Soleil, Celtic, 09/2014

 

Écrit par capitolbelgium dans Du haut du CAPITOL. | Commentaires (2) | Tags : les druides, lamontagne, istin, soleil, celtic, 810, aventure, 092014 |  Facebook | |

23/09/2014

LA MONDAINE -Tome 2/2.

La Mondaine, Lafebre, Zidrou, Dargaud, 08/2014 La Mondaine, Lafebre, Zidrou, Dargaud, 08/2014 Dessin : Jordi Lafebre- Scénario : Zidrou

Editions Dargaud

Sortie 29/08/2014

64 pages –cartonné - couleurs

Prix conseillé : 14,99 €

ISBN : 9782505019916

Histoire, 2e guerre mondiale, Policier, Mœurs.

 

Résumé (de l’éditeur) : L'histoire se passe en 1937, mais commence en 1944 à Paris, bombardée par la RFA, dans un abri où se sont réfugiés quelques personnages dont Aimé Louzeau, inspecteur à la Mondaine. Il s'agit d'un long flash-back avec un retour, à la fin de l'album, dans l'abri. Hiver 1937. Aimé Louzeau vit seul avec sa mère et la servante. Il se rend au quai des Orfèvres, à la brigade des mœurs autrement dit "La Mondaine". Travaillant à la Criminelle, Aimé a demandé sa mutation (les crimes passionnels et les coups de couteau dans les impasses, ce n'est décidément pas son truc) et rencontre l'inspecteur principal Séverin. On est tout de suite plongé dans l'ambiance avec l'interrogatoire de Guapito le maquereau et celui d'une prostituée. On va suivre Aimé dans ses enquêtes aux mœurs, dans sa vie de famille un peu particulière (son père est un prêtre défroqué enfermé comme les aliénés) à l'époque précédant la seconde Guerre mondiale. 

La Mondaine, Lafebre, Zidrou, Dargaud, 08/2014

« -Monsieur le Directeur, il sont plus de 12.000 là-dedans ! –C’est loin des 15.000 Juifs prévus, l’objectif que nous nous étions fixé, je le sais, Séverin.»

 

Mon avis : La sortie du tome 1/2 a été saluée par une majorité de la presse spécialisée comme une réussite incontestable en janvier 2014. C’est donc à la rentrée de septembre que sort ce deuxième et dernier tome pour boucler l’histoire dans un laps de temps réduit, pour ne pas faire trop lanterner les lecteurs avides de connaître la suite de l’histoire.

La Mondaine, Lafebre, Zidrou, Dargaud, 08/2014

Zidrou nous avait concocté un univers et des personnages particuliers dans une période particulière à savoir la fin des années ’30 et la 2eme guerre mondiale. On retrouve donc tout ce beau monde dans un abri sous les bombes alliées alors que la fin de  l’occupation allemande se précise. C’est la désillusion qui prime, une fin de régime, un changement de cap avec de l’espoir mais parfois aussi des remords par rapport à certains faits ou une certaine apathie. Il est en effet question de la collaboration avec l’occupant ou l’immobilisme vis-à-vis de la barbarie. La rafle du Vel d’Hiv par la police française, aux ordres des Allemands, n’est pas un des fleurons de l’Histoire de France. L’enfermement de plus de 12.000 Juifs puis leur déportation vers les camps de concentration en Allemagne est évoquée dans cet album. Aimé Louzeau, inspecteur de la mondaine, a été le témoin de cette opération et n’a pas voulu prendre le risque de sauver quelqu’un qui lui demandait pourtant  de l’aide…

La Mondaine, Lafebre, Zidrou, Dargaud, 08/2014

Bref, il n’a pas vraiment le moral. Ce n’est plus les années d’insouciance d’avant la guerre. L’ambiance est plombée. D’autant plus, qu’il doit s’occuper de ses parents qui ne sont pas dans un état de santé resplendissant. Se retrouvant bien vite seul, il veut se marier mais, même à ce moment, rien n’est simple, tout est compliqué. Zidrou nous étale les sentiments de ses personnages. Que c’est compliqué la vie…C’est une étude sociologique et psychologique magnifiquement mis en page par Jordi Lafebre qui fait très bien passer les sentiments des personnages par un dessin expressif tant au niveau des visages que des postures.

La Mondaine, Lafebre, Zidrou, Dargaud, 08/2014

Un diptyque très réussi même si la fin de l’album m’a un peu laissé sur ma faim. J’ai trouvé que la conclusion du récit est un peu abrupt, un peu court. Les auteurs laissent partir les personnages, les laissent vivre leur vie, leur destin en quelques pages, sans beaucoup d’explications. Un goût de trop peu.

 

Dessin :              8,0/10

Scénario :           7,0/10

Moyenne :           7,5/10

 

 

Capitol

 

La Mondaine, Lafebre, Zidrou, Dargaud, 08/2014

 

22/09/2014

LE LINGE SALE

Le linge sale, Rabate, Gnaedig, Vents d'Ouest, 09/2014Le linge sale, Rabate, Gnaedig, Vents d'Ouest, 09/2014Dessin : Sébastien Gnaedig- Scénario : Pascal Rabaté

Editions Vents d’Ouest

Sortie 03/09/2014

128 pages –Broché - Bichromie

Prix conseillé : 19,50 €

ISBN : 9782749307664

Roman graphique, Société, Thriller.

 

Résumé (de l’éditeur) : Dans la campagne angevine, près de Cholet, Pierre Martino découvre qu’il est cocu. Armé d’un fusil, il se rend au motel où sa femme et son amant ont l’habitude de se retrouver, bien décidé à les répudier sauvagement. Mais, dans sa précipitation, il se trompe de chambre et tue le mauvais couple ! Après vingt années passées derrière les barreaux, Martino a purgé sa peine mais il a toujours la rage au ventre. Il a eu le temps de la ruminer, sa vengeance... Son ex-femme, aujourd’hui remariée avec son amant, vit dans sa famille, les Verron, des marginaux, dans une espèce de décharge à la sortie du village. Des parasites notoires, voleurs de poules et habitués aux petites combines. Martino pourrait la laisser à cette vie misérable mais ce serait trop charitable. Lucette et son mari doivent payer. Et toute leur famille doit y passer…

 

« Ca a entendu 20 ans, ça se mange sans faim, et froid…Et tout le monde va trinquer.»

 

Mon avis : Pascal Rabaté, c’est surtout pour moi « Ibicus », une très belle adaptation en bande dessinée d’une œuvre de Tolstoï. C’est aussi un album intitulé « Crève-saucisse » paru chez Futuropolis dont il était également le scénariste. Le dessin était réalisé par Simon Hureau. J’avais beaucoup aimé ce récit d’un boucher, amateur de bande dessinée, cocufié par sa femme. C’était l’histoire de sa vengeance inspirée d’un classique de la bande dessinée.

Le linge sale, Rabate, Gnaedig, Vents d'Ouest, 09/2014

Le rapprochement avec « Linge sale » est évident. A croire que Pascal Rabaté a de solides comptes à régler avec ce genre de faits divers…Il nous raconte l’histoire d’un autre cocu, Pierre Martino, qui a voulu se venger en voulant abattre dans un motel sa femme et son amant. Mais, il se trompe de chambre et abat un autre couple. 20 ans après, il sort de prison. Il a décidé de faire payer son ex-femme. Il a eu le temps de ruminer sa vengeance et la veut complète et méthodique. Elle est remariée avec son amant et vit avec sa famille, les Verron, des moins que rien, la lie de la société, des gens pas très fréquentables. C’est le règne de la débrouille, d’expédients, vols, rapines.

Le linge sale, Rabate, Gnaedig, Vents d'Ouest, 09/2014

Mais la force de Rabaté se trouve dans le traitement du sujet. C’est raconté avec un humour bien noir, sous la forme d’une comédie sociale, vue par le petit bout de la lorgnette, cynique, avec les détails qui tuent…Même si le sujet n’est pas au départ des plus réjouissants, c’est très drôle car traité de façon complètement décalée. Tous les personnages sont passés au scanner, chaque défaut est mis en exergue. La satire sociale est décrite à la grosse sulfateuse, criante de vérité. Il faut appuyer là où il faut.

Le linge sale, Rabate, Gnaedig, Vents d'Ouest, 09/2014

Le dessin de Gnaedig est dans un style de dessin proche de la bande dessinée dite de délassement. Pas un dessin très élaboré, un peu figé par moment, mais un dessin efficace, qui me fait penser un certain dessin indépendant américain, à des albums comme « l’Arabe du futur » de Riad Sattouf. Assez rond que pour faire passer l’horreur en une partie de plaisir, de tir aux pipes sur la foire locale. Sébastien Gnaedig  a travaillé chez des éditeurs comme directeur de collection et a fait paraître quelques albums chez des petits éditeurs principalement. J’ai apprécié son travail sur cet album où il se met vraiment au service du scénario de façon efficace.

Le linge sale, Rabate, Gnaedig, Vents d'Ouest, 09/2014

Encore un album bien torché et que j’ai vraiment bien aimé. J’aime beaucoup l’humour noir que dégage cet album. La fin de l’histoire se termine de façon un peu inattendue. Comme quoi, le crime ne paie pas toujours, du moins le résultat n’est pas toujours celui qui est attendu…Jouissif…  

 

Dessin :              7,0/10

Scénario :           9,0/10

Moyenne :           8,0/10

 

Capitol

Le linge sale, Rabate, Gnaedig, Vents d'Ouest, 09/2014