09/09/2014

SECRETS - Heureuse vie, heureux combats.

Secrets, Heureuse vie, heureux combats, Duvivier, Lapière, Dupuis, 08/2014Secrets, Heureuse vie, heureux combats, Duvivier, Lapière, Dupuis, 08/2014Collection « Secrets » dirigé par Frank Giroud

Dessin : Duvivier Marianne - Scénario : Lapière Denis

Editions Dupuis

Sortie 29/08/2014

112 pages –Cartonné- couleurs

Prix conseillé : 19,00 €

ISBN : 9782800161174

Alzheimer, Documentaire, Biographie.

 

Résumé (de l’éditeur) : Le père de Marianne Duvivier était au cœur des luttes des indépendances africaines. Engagé en particulier aux côtés de Patrice Lumumba au Congo, puis des syndicats algériens, c'est aussi un homme qui n'a pas su trouver sa place au sein de sa propre famille. Marianne, la cadette, est devenue le pilier, celle qui soigne les blessures de l'âme, avant de trouver sa liberté dans l'amour et la création. Le titre "Heureuse vie ! Heureux combats! " est extrait d'une dédicace, comme un ordre de vie du père à sa fille...

 

Secrets, Heureuse vie, heureux combats, Duvivier, Lapière, Dupuis, 08/2014

 

 

Mon avis : La collection « Secrets » s’achève. Comme dans toute bonne aventure, il y a une fin. Nous voilà rassasiés de secrets de famille à travers les différentes époques, différents pays, milieux sociaux,…Pour terminer sur une bonne note, il fallait terminer par un album hors du commun.

Il commence par une préface de Frank Giroud qui nous explique pourquoi son nom n’apparait pas au scénario alors qu’il les a tous scénarisés dans cette série (en entier ou en partie). Au départ, c’est une question de timing. Il avait un autre projet personnel qui ne pouvait attendre : faire un break d’un an sans écrire une seule ligne d’un scénario ! C’est justement à ce moment qu’arrive Marianne Duvivier, la dessinatrice par qui la collection a commencé (5 albums de la série portent le label « Duvivier-Giroud »).Elle vient avec un dernier projet pour la série : le secret de sa propre famille qu’elle veut adapter en bande dessinée ! Frank Giroud lui recommande Denis Lapière. Ils ont collaboré sur « Page noire ». Denis Lapière sera l’homme de la situation, très proche de l’univers de Frank Giroud qui privilégie le plan humain dans le récit. Il est discret, sait écouter et cultive la modestie. De plus, il ne connait pas la vie de Marianne Duvivier et avait ainsi plus de recul pour s’effacer devant elle tout en la guidant dans son travail pour un résultat très positif et concluant.

Secrets, Heureuse vie, heureux combats, Duvivier, Lapière, Dupuis, 08/2014

 

Le titre est radicalement positif alors que l’histoire, romancée mais basée sur la vraie vie de Marianne Duvivier et de sa famille, n’est pas des plus faciles, est un véritable chemin de croix. Le récit commence par la description de la rupture d’anévrisme dont va être victime la dessinatrice. Elle va s’en sortir de justesse. Puis, c’est un retour en arrière avec son père, conseiller au Congo de Patrice Lumumba. Un père étrangement absent. Ensuite, c’est le retour à Bruxelles suite aux événements du Congo et deux ans après, le départ pour Alger où son père est le conseiller juridique du principal syndicat ouvrier. Là, sa sœur Pascale tombe malade et devient épileptique. C’est l’enfer pendant ses crises. Sa sœur Michou ne va pas mieux. Elle glisse dans une apathie sans fin. Son père devient volage et alcoolique. Papa boit et Maman trinque…Pas facile de vivre dans un tel environnement et nous ne sommes qu’au début du drame. Une machine inexorable est en marche. Marianne Duvivier va trouver un début de rédemption dans le dessin et nous raconte ses débuts dans la bande dessinée.

Secrets, Heureuse vie, heureux combats, Duvivier, Lapière, Dupuis, 08/2014

 

Je vous laisse découvrir la fin. C’est noir, très noir mais en fin d’album, on a un sentiment de rédemption. Marianne Duvivier avait un poids énorme qu’elle traînait derrière elle: sa famille…Cet album est son histoire, celle de sa famille, mais c’est surtout pour elle une thérapie, une façon de mettre à mal cette chape de plomb, de se débarrasser de ses névroses, de pouvoir repartir dans la vie avec une nouvelle base, loin de ses démons, en paix avec son âme et ses proches.

Secrets, Heureuse vie, heureux combats, Duvivier, Lapière, Dupuis, 08/2014

 

Cet album est loin d’être une partie de plaisirs. Comment est-ce possible d’accumuler autant de « tuiles » sur une vie où rodent en permanence la maladie, la mort, les aléas néfastes de la vie ? J’ai eu en fin de lecture un sentiment de libération. Ce sentiment justifie à lui seul la lecture de cet ouvrage.

Secrets, Heureuse vie, heureux combats, Duvivier, Lapière, Dupuis, 08/2014

 

La série « Secrets » est globalement de très bonne qualité. Cet ultime album ne dépareille pas, c’est très fort. Il demande un peu d’investissement personnel au départ mais à l’arrivée apparait la lumière !

 

Dessin :             7,5/10

Scénario :          8,5/10

Moyenne :          8,0/10

 

Lien vers le site internet de l’éditeur : ICI.

 

Capitol

 

Secrets, Heureuse vie, heureux combats, Duvivier, Lapière, Dupuis, 08/2014

 

Secrets, Heureuse vie, heureux combats, Duvivier, Lapière, Dupuis, 08/2014

 

07/09/2014

AMPHORIA - Tome 2: Jérusalem.

Amphoria, Jérusalem, Bob et Bobette, Vandersteen, Cambré, Legendre, Paquet, 08/2014Amphoria, Jérusalem, Bob et Bobette, Vandersteen, Cambré, Legendre, Paquet, 08/2014Dessin : Charel Cambré - Scénario : Marc Legendre

D’après la série « Bob et Bobette » de Willy Vandersteen

Editions Paquet

Sortie 27/08/2014

56 pages –Cartonné- couleurs

Prix conseillé : 9,95 €

ISBN : 97822888906599

Aventure, Bob et Bobette.

 

Résumé (de l’éditeur) : Ile d’Amphoria, 2047. Avec l’aide de Jérusalem, Bob et Bobette ont fui le repaire de Krimson, leur éternel ennemi. Mais Bobette n’a pas survécu à la chute du camion dans un ravin. Bob est effondré. Arrivera-t-il à mettre de côté ses sentiments, sa tristesse, et continuer à avoir confiance en Jérusalem ? Elle est la cause du décès de Bobette ... Mais est aussi son seul espoir de peut-être échapper à Krimson. Dans notre présent, sur terre, Lambique et Jérôme, eux, ne savent pas quoi faire pour retrouver Bob et Bobette. Le laboratoire de Barabas est détruit. Sidonie, elle, se repose dans un hôpital psychiatrique. Barabas est contraint de rétablir la machine à remonter le temps. 

 

Amphoria, Jérusalem, Bob et Bobette, Vandersteen, Cambré, Legendre, Paquet, 08/2014

Mon avis : « C’est le moment d’un émouvant éloge funèbre…On pourrait dire que ceci marque la fin d’une époque mais ce serait faire trop d’honneur à cette engeance. ». C’est l’oraison funèbre prononcée par Krimson, l’ennemi de Bob et Bobette. Bobette est décédée, c’est un tsunami dans la bande dessinée belge!

Amphoria, Jérusalem, Bob et Bobette, Vandersteen, Cambré, Legendre, Paquet, 08/2014

La presse belge a été unanime pour saluer la sortie du tome 1 de cette série prévue en 6 tomes. Les héritiers de Willy Vandersteen ne pouvaient pas mieux faire pour marquer les esprits et célébrer le centenaire de sa naissance (né en 1913). Changement radical avec cette série « reloadée » de Bob et Bobette, tant au niveau de la psychologie des personnages, de leurs comportements, du traitement graphique, du découpage. Une mise en abîme et une remise en question complète qui a mis un pied dans la fourmilière, a donné un électrochoc à une série qui ronronnait un peu.

Pour l’analyse plus complète de ce changement de cap, je vous renvoie à ma chronique du premier tome sur Samba BD : ICI.

Amphoria, Jérusalem, Bob et Bobette, Vandersteen, Cambré, Legendre, Paquet, 08/2014

Pour parler de ce deuxième tome,  je vous confirme que la réalisation graphique de Charel Cambré est toujours d’excellente facture. Il faut bien dire qu’il est un des piliers du Studio Vandersteen. Bob et Bobette, il connait. Le changement de style est d’autant plus remarquable qu’il s’attaque à un monument qu’il a dû lui-même, des années durant, protéger et respecter! Le scénario de Marc Legendre est toujours aussi novateur même si, bien évidemment, il va nous sortir une bonne ficelle que tous les scénaristes ont dans leur manche pour sortir le lecteur de l’impasse dans laquelle il a été placé. Mon petit doigt me dit que rien n’est définitif dans ce bas monde et dans le monde de papier de Bob et Bobette.

Bref, cet exercice de style est une réussite et un agréable moment de lecture…

 

Dessin :             8,0/10

Scénario :          8,0/10

Moyenne :          8,0/10

 

Lien vers le site internet de l’éditeur : ICI.

 

Capitol.

 

Amphoria, Jérusalem, Bob et Bobette, Vandersteen, Cambré, Legendre, Paquet, 08/2014

 

06/09/2014

CEUX QUI ME RESTENT...

Ceux qui me restent..., Marie, Bonneau, Grand Angle, 08/2014Ceux qui me restent..., Marie, Bonneau, Grand Angle, 08/2014Dessin : Laurent Bonneau - Scénario : Damien Marie

Editions Grand angle

Sortie 27/08/2014

152 pages -Cartonné

Prix conseillé : 21,90 €

ISBN : 9782818931882

Alzheimer, maladie, société, famille.

 

Résumé (de l’éditeur) : Un voyage en Alzheimer. Florent a perdu sa femme beaucoup trop jeune. Il a tenté d’élever seul sa trop petite Lilie, maladroitement ou certainement pas assez. Et Florent et sa fille se sont perdus à leur tour. Elle l’a laissé encore plus seul pendant 20 ans. Aujourd’hui, à 70 ans, il n’a qu’un souhait, il veut la retrouver avant de mourir ; sa Lilie qui vient maintenant le voir presque tous les jours, mais qu’il ne reconnaît plus. La maladie lui vole la mémoire pour le laisser toujours plus seul. Alors il cherche sans relâche, en vrac, dans les bribes de trop vieux souvenirs…

 

Ceux qui me restent..., Marie, Bonneau, Grand Angle, 08/2014

 

 

Mon avis : Samba vient me rendre visite avec quelques albums sous le bras. « -Je t’amène tes lectures ! » Il me tend cet album de chez Grand Angle, un album imposant, à la couverture épaisse, de 152 pages. « -Cela parle de la maladie d’Alzheimer. Ce n’est pas joyeux-joyeux !» Merci pour l’info ! Je feuillette rapidement. Première réaction : « Pas grave, ce sera vite lu ! »

Des grandes cases, peu de dialogues ou alors relativement court. Un graphisme oscillant entre un dessin hyperréaliste et des esquisses parfois inachevées comme si on avait gommé une partie du dessin comme la maladie d’Alzheimer gomme les souvenirs…Cela ressemble par moment à un chantier mais dans le sens positif du terme. Il y a une logique dans le travail mais les auteurs ont laissé tomber par moment la finition. Ce chantier, c’est le cerveau de Florent qui a 70 ans et souffre de cette maladie qui progresse de jour en jour. Il a une fille, appelée Lilie, qu’il a perdue de vue. Il se remémore un incident qu’il a réellement vécu sur une malle qui relie la France à l’Angleterre alors que celle-ci n’avait que 5 ans. Il l’avait perdue de vue un court instant  avec toute l’angoisse qui l’a tenaillé, craignant le pire. Plus tard, Lilie, il ne la verra plus depuis qu’elle a 20 ans. C’est le clash, elle s’en va vivre avec son copain. Le père et sa fille ne se parleront plus.

Ceux qui me restent..., Marie, Bonneau, Grand Angle, 08/2014

 

Depuis que Florent est malade, Lilie s’occupe de son père, essaye de renouer les liens mais Florent est déjà gravement atteint par la maladie et ne la reconnait plus. Il essaye pourtant de remettre en place les bribes de ses souvenirs qui s’effacent un à un.

L’histoire est pathétique. Le nombre de gens touchés de loin ou de près par la maladie d’Alzheimer ne fait qu’augmenter. Les familles et les proches trinquent aussi. C’est l’histoire de cette lente déchéance de tous les jours qui est racontée…

Laurent Bonneau est au dessin (il a réalisé Métropolitan chez Dargaud). Certaines planches sont superbes, surtout celles qui décrivent cet étrange voyage maritime en pleine tempête. Le dessin et les couleurs ont été adaptés aux périodes du récit mais cela reste dans les teintes claires. C’est remarquable.

Ceux qui me restent..., Marie, Bonneau, Grand Angle, 08/2014

 

Le scénario de Damien Marie (Back to perdition, Parce que le paradis n’existe pas, etc…) n’est pas des plus joyeux et portant, en fin d’album, le lecteur va quand même trouver une petite lumière dans cette grisaille qui fait que l’histoire n’est pas uniquement tragique, noire. Cette petite touche qui donne une fin positive à un récit difficile mais combien poignant.

C’est le genre d’album que vous allez détester ou aimer. A vous de choisir… Moi, j’ai choisi. J’ai aimé cet album qui a le mérite de bien parler d’un sujet sensible.

 

Dessin :             8,0/10

Scénario :          9,0/10

Moyenne :          8,5/10

 

Lien vers le site internet de l’éditeur : ICI.

 

Capitol

 

Ceux qui me restent..., Marie, Bonneau, Grand Angle, 08/2014

 

04/09/2014

JEROME K. JEROME BLOCHE - Tome 24:L'ermite.

Jerôme K. Jérôme Bloche, L'ermite, Dodier, Dupuis, 08/2014Jerôme K. Jérôme Bloche, L'ermite, Dodier, Dupuis, 08/2014Dessin & scénario : Dodier

Editions Dupuis

Sortie 22/08/2014

56 pages -Cartonné

Prix conseillé : 12,00 €

ISBN : 9782800157580

Polar, Thriller, Drame.

 

Résumé (de l’éditeur) : Mandaté par un notaire pour remettre une lettre à un vieil homme domicilié dans un village officiellement disparu, du côté de Grenoble, Jérôme va devenir, sans le vouloir, le messager d'un drame intime et familial encore à vif. Ancien détenu, condamné pour un double meurtre, Antoine Oliveira vit en ermite dans les ruines d'un village rayé des cartes administratives trente ans auparavant, avec son chien comme seul compagnon. Dans cette fameuse lettre, écrite par un mourant, réside une vérité que le vieil homme devra affronter.

Jerôme K. Jérôme Bloche, L'ermite, Dodier, Dupuis, 08/2014

 

Mon avis : Je vais encore me répéter mais il y a des répétitions qui font un bien fou ! Le dernier Jérôme K Jérôme Bloche est épatant comme à l’accoutumé…

Heureusement,  Dodier a le chic pour se renouveler au niveau du scénario et pour varier les plaisirs. Cette fois-ci, notre personnage principal quitte son quartier et son petit bureau de détective pour se rendre dans le sud de la France et mener à bien une mission  qui s’avèrera délicate. Mais rien n’arrête Jérôme K Jérôme, même prendre l’avion, lui qui déteste cela…

Jerôme K. Jérôme Bloche, L'ermite, Dodier, Dupuis, 08/2014

 

Le voilà mêlé à une sombre histoire d’erreur judiciaire qui date des années ’60 et dont il sera sans le vouloir le messager, le détenteur de la vérité. Une histoire de famille, un secret bien gardé, qui a perduré pendant de trop longues années. Il s’agit ici d’une histoire digne des tragédies antiques mais traitée avec tact par l’auteur, tout en finesse.

Jerôme K. Jérôme Bloche, L'ermite, Dodier, Dupuis, 08/2014

 

L’histoire se déroule sur deux plans qui progressent de façon parallèle. Les années ’60 à l’origine du drame et dans des couleurs sombres d’une part, la période actuelle pendant l’enquête de Bloche avec des couleurs vives. Le lecteur peut ainsi s’y retrouver sans problème dans la progression de l’intrigue à travers ces deux époques. Dodier a donc résolu son espace « temps » par les couleurs. Le dessin est dans la tradition de ce que nous livre, album après album, Dodier : maîtrisé, dépouillé, précis. Bref, c’est du franco-belge dans toute sa splendeur avec toutes les informations délivrées au bon moment, dans un découpage bien pensé. Au final, un plaisir de lecture renouvelé. Dès que je suis entré dans l’histoire, c’est vraiment difficile de lâcher l’album avant la fin.

Jerôme K. Jérôme Bloche, L'ermite, Dodier, Dupuis, 08/2014

 

Il s’agit probablement d’une des séries les plus abouties du journal de Spirou, grand public, sans violence gratuite et dans un bon goût de bon aloi. Vous avez compris, j’ai bien aimé !

 

 

Dessin :             8,0/10

Scénario :          9,0/10

Moyenne :          8,5/10

 

Lien vers le site internet de l’éditeur : ICI.

 

Capitol

 

Jerôme K. Jérôme Bloche, L'ermite, Dodier, Dupuis, 08/2014