03/07/2014

XIII MYSTERY - Tome 7: Betty Barnowsky.

XIII mystery, Vallée, Callède, Van Hamme, Vance, Dargaud, 06/2014XIII mystery, Vallée, Callède, Van Hamme, Vance, Dargaud, 06/2014Dessin : Sylvain Vallée  - Scénario : Callède

D’après la série XIII de Jean Van Hamme et William Vance

Editions Dargaud

Sortie 13/06/2014

56 pages

Prix conseillé : 11,90 €

ISBN : 9782505061236

Aventure, polar, thriller

 

Résumé (de l’éditeur) : Obligée de retourner dans l'enfer de la jungle du San Miguel en compagnie de Carrington, Betty tombe aux mains de SPADS déserteurs, restés fidèles à Mac Call. Dans cette nouvelle épreuve, Betty retrouve ses réflexes de femme d'action, mais doit aussi faire face à un enjeu bien plus dramatique, car elle cache au fond d'elle un lourd secret qui la lie pour toujours à... XIII !

XIII mystery, Vallée, Callède, Van Hamme, Vance, Dargaud, 06/2014

 

Mon avis : Retour sur la série spin-off de XIII. Fort décriée par certains, encensée par d’autres, je suis plutôt d’avis de dire que la qualité est parfois inégale d’un tome à l’autre. Il faut bien dire que le concept de la série est de reprendre un personnage de la série principale (autre que XIII) et d’approfondir sa vie, son œuvre pour donner un autre éclairage au personnage et éventuellement à la série. Certains personnages sont anecdotiques dans la saga et n’amène rien ou pas grand-chose. D’autres, par contre, sont beaucoup plus intéressants et amènent un éclairage différent à l’intrigue, à la problématique de XIII. C’est ici que l’on peut mesurer le talent des auteurs qui se lancent dans ce défi car cela reste un défi de se frotter aux personnages de Jean Van Hamme et William Vance et d’amener quelque chose d’inédit, de nouveau.

XIII mystery, Vallée, Callède, Van Hamme, Vance, Dargaud, 06/2014

 

Callède au scénario et  Sylvain Vallée (Il était une fois en France) se sont lancé sur la piste de Betty Barnowsky, qui n’est pas un personnage anecdotique de la série. L’action se passe après le tome 5 de la série XIII, intitulé « Rouge total », dans le premier cycle de XIII.

XIII mystery, Vallée, Callède, Van Hamme, Vance, Dargaud, 06/2014

 

On retrouve dans le récit quelques  personnages principaux de la série. Certains sont en arrière fond et suivent à distance. D’autres sont impliqués directement dans l’action. Carrington réussit à faire reprendre du service à Barnowsky dans le but de liquider les SPADS déserteurs qui se sont réfugiés dans la jungle du San Miguel. Mais pas de chance, ils vont se faire piéger et tomber entre les mains des fourbes. Ils vont passer un très mauvais moment qui est raconté dans cette histoire. Le lecteur va découvrir en même temps un secret personnel que garde pour elle Betty Barnowsky…

XIII mystery, Vallée, Callède, Van Hamme, Vance, Dargaud, 06/2014

 

Cet album nous vaut un vrai récit d’action où l’enfer vert est très bien rendu. Avec des personnages bien typés, où les salauds sont de vrais salauds, les rebondissements sont légions, la mécanique est fine et bien huilée. Je dois dire que je me suis vraiment bien amusé à lire ce 7eme tome et que je le recommande à la lecture. En plus, les couleurs de Marie Marquebreucq (quel talent !) sont extraordinaires et rendent bien l’ambiance de la jungle et de l’action qui ne manque pas tout au long des planches de Vallée.

XIII mystery, Vallée, Callède, Van Hamme, Vance, Dargaud, 06/2014

 

Bref, le duo Vallée-Callède s’en sort avec les honneurs. Epatant !

 

Dessin :             8,5/10

Scénario :          8,5/10

Moyenne :          8,5/10

 

Capitol

 

XIII mystery, Vallée, Callède, Van Hamme, Vance, Dargaud, 06/2014

 

02/07/2014

CHOC - Première partie: Les fantômes de Knightgrave.

Choc, Maltaite, Colman, Will, Rosy, Dupuis, 04/2014.Choc, Maltaite, Colman, Will, Rosy, Dupuis, 04/2014.Dessin : Eric Maltaite - Scénario : Stéphan Colman

Couleurs : Lady C. et Eric Maltaite

Editions Dupuis

Sortie 25/04/2014

88 pages

Prix conseillé : 16,50 €

ISBN : 9782800157573

Aventure, polar, thriller, action.

 

Résumé (de l’éditeur) : Par une matinée glacée de février 1955, le manoir de Knightgrave devient la propriété du marquis Di Magglio, un mystérieux et richissime acquéreur que nul n'a jamais vu. Et pour cause : sous le patronyme du marquis Di Magglio se cache en réalité le non moins mystérieux M. Choc, empereur du crime, aussi redouté qu'insaisissable. À quel plan retors songe-t-il, en achetant cette propriété ? Quelle machination est-il en train de mettre en place ? À moins qu'il ne soit en train d'accomplir un vœu connu de lui seul - et dont nous allons découvrir, par un habile jeu de flash-back, les tenants et les aboutissants. Car c'est bien dans le passé de M. Choc que ce récit va nous plonger...

Choc, Maltaite, Colman, Will, Rosy, Dupuis, 04/2014.

 

Mon avis : Le personnage de Choc, le méchant dont les apparitions sont récurrentes dans le série « Tif et Tondu », a été créé par Rosy et Will en 1955. Mais que sait-on de Choc ? C’est ce que cette série ambitieuse veut nous faire découvrir via Stéphan Colman au scénario et Eric Maltaite (le fils de Will) au dessin. Le premier album est assez volumineux, 88 pages, ce n’est pas rien…

Choc, Maltaite, Colman, Will, Rosy, Dupuis, 04/2014.

 

Dès le départ du récit, le duo Colman-Maltaite plante le décor. C’est sombre, froid comme l’hiver, alors que Choc s’apprête à acheter la propriété de Knightgrave, sous la neige, propriété où il a passé une partie de son enfance. Son enfance a été difficile. Sa mère doit subvenir seule à son éducation et ce n’est pas facile. En plus, il va connaître l’injustice qui va le pousser à passer le pas vers la délinquance et à nourrir sa vengeance. De fil en aiguille, il va devenir ainsi le personnage que le lecteur connait via la série Tif et Tondu.Choc n’est pas seulement le personnage froid et implacable qui arrive toujours à ses fins. C’est aussi un être de chair et de sang, un écorché vif avec ses failles qui va se construire une personnalité autour d’un vécu au départ pas vraiment rose.

Choc, Maltaite, Colman, Will, Rosy, Dupuis, 04/2014.

 

Le dessin et les couleurs restent dans des teintes sombres et froides. Eric Maltaite reproduit bien le personnage et les décors. C’est voulu, comme un vieux film que l’on découvre dans une vieille salle de cinéma, un ciné-club de quartier. Mais surtout, on découvre une profondeur psychologique que l’on ne soupçonne pas dans la série Tif et Tondu. On est ici un peu dans l’action mais surtout dans l’introspectif, dans la psychologie du personnage qui lui donne un autre relief, un peu d’empathie, ce qui est impensable au départ pour un amateur de la série de Rosy et Will.

Choc, Maltaite, Colman, Will, Rosy, Dupuis, 04/2014.

 

A ce propos, Eric Maltaite nous a déclaré sur l’origine de ce projet : « J'ai trop vu mon père en avoir marre de Tif et Tondu sur la fin... ensuite, les personnages sont vraiment datés il aurait fallu les réinventer complètement, alors que Choc l'énigmatique, le super méchant s'imposait naturellement. Les personnages de vrai méchant sont rares, encore plus rares sont ceux qui sont au centre de l'histoire. Comme je possède les droits d'exploitation de CHOC, ne rien en faire aurait été ridicule. »

Choc, Maltaite, Colman, Will, Rosy, Dupuis, 04/2014.

 

Le résultat est très probant et la lecture a été faite d’une seule traite. Ce qui est quand même un indice que le scénario est bien construit et que le dessin est à la hauteur du projet. C’est du très beau travail… Il reste maintenant à attendre la suite. Ce premier tome a jeté la base de la série, une base bien solide avec déjà des pistes de réflexion.

Choc, Maltaite, Colman, Will, Rosy, Dupuis, 04/2014.

 

Certains sont circonspects vis-à-vis de série dites « Spin-off », dérivée d’une série à succès, mais qui n’amène rien de plus à cette série d’origine. Ici, il s’agit de beaucoup plus. Il s’agit d’une série qui se veut même plus ambitieuse que la série mère et qui veut prendre son autonomie tout en restant respectueuse de ses origines. Will et Rosy peuvent être fiers de leurs successeurs !

 

Dessin :            8,0/10

Scénario :         8,0/10

Moyenne :         8,0/10

 

Lien vers la page Facebook de Choc : ICI.

 

Capitol

 

Choc, Maltaite, Colman, Will, Rosy, Dupuis, 04/2014.

 

01/07/2014

LA BANQUE -Première génération-Tome 1: 1815-1848.

La banque, Boisserie, Guillaume, Maffre, Dargaud, 04/2014.La banque, Boisserie, Guillaume, Maffre, Dargaud, 04/2014.Dessin : Julien Maffre  - Scénario : Pierre Boisserie & Philippe Guillaume

Editions Dargaud

Sortie 25/04/2014

56 pages

Prix conseillé : 13,99 €

ISBN : 9782205070286

Aventure, Histoire,  Finances, Banque.

 

Résumé (de l’éditeur) : Londres, 1815. Charlotte et Christian de Saint-Hubert, enfants d'aristocrates français ayant fui la Révolution, survivent dans la capitale. Alors que Charlotte joue les courtisanes, Christian travaille pour les Rothschild. Lorsqu'ils découvrent que le banquier reçoit des informations sur la bataille de Waterloo dont il va se servir pour faire un coup de Bourse, ils tuent un riche client de Charlotte et investissent son argent. Mais cela tourne mal : Christian est arrêté et Charlotte doit fuir...

La banque, Boisserie, Guillaume, Maffre, Dargaud, 04/2014.

 

Mon avis : Un autocollant de couleur trône sur la couverture : « La grande saga financière- préface Jean Dufaux ». Ah oui ! S’il y a une préface de Jean Dufaux, ce que le Maître a bien voulu se pencher sur le berceau de cette nouvelle saga prometteuse. C’est que cet album doit avoir un minimum de qualités graphiques et scénaristiques, me suis-je dit…Et pourtant, j’ai hésité avant d’acheter le livre chez mon libraire. Encore une saga, encore de la finance, le dessin est bien mais les couleurs un peu pâlottes. Je laisse ou je prends ? J’en avais eu des échos favorables…Allons-y !

La banque, Boisserie, Guillaume, Maffre, Dargaud, 04/2014.

 

Dès que la lecture débute, je me rends compte que le scénario n’est pas vraiment focalisé sur la technique financière pure mais plutôt sur l’envers du décor, sur le côté « anecdote » de l’histoire qui en fait, dans la réalité, est loin d’être le cas. C’est sur ce genre d’anecdote que se fondent des grandes richesses colossales. C’est en réalité une partie de l’histoire de la famille de Rothschild dont il est question dans ce livre. Les scénaristes (Boisserie et Guillaume qui ont écrit la série « Dantès »)  nous font découvrir une famille de nobles désargentés par la « Révolution Française » qui vont avoir vent de l’histoire et qui vont essayer d’en profiter, de se mettre dans le sillage, pour se refaire une santé financière. Mais tout n’est pas très beau et rose dans la finance.

La banque, Boisserie, Guillaume, Maffre, Dargaud, 04/2014.

 

Les Rothschild ont compris l’importance et le prix de la bonne information de première main. Le dénouement de la bataille de Waterloo, ils vont être les premiers à en être informés grâce à un service de pigeons voyageurs qu’ils vont mettre en place entre la Belgique et l’Angleterre. Ils vont être avertis les premiers de la défaite de Napoléon. Profitant déjà de leur renommée sur la place de Londres, ils vont faire mine d’être au courant d’une victoire de Napoléon, vont vendre les premiers leurs actions en Bourse de Londres à bon prix. La Bourse s’effondre car les autres investisseurs suivent et vendent également mais à bas prix pour ne pas tout perdre. C’est à ce moment que Rothschild rachète les actions à vil prix. La victoire des anglais est ensuite annoncée et les cours remontent en flèche. En une journée, Rothschild a multiplié par 20 ses capitaux de départ… Un coup de maître ! Cette histoire est connue par tous les gens qui s’intéressent à l’histoire de la finance et de l’Angleterre. Les scénaristes la romancent en y intégrant leur personnages et leur famille qu’ils vont suivre tout au long de la saga.

La banque, Boisserie, Guillaume, Maffre, Dargaud, 04/2014.

 

Le scénario est habile et se base sur des faits réels autour duquel ils vont broder une histoire faite sur mesure, cousue main. Du beau travail…Le dessin de Maffre est bien maitrisé et est le juste complément du scénario, la pièce maîtresse de l’album. J’ai moins bien aimé la colorisation mais cela relève plutôt du détail.

La banque, Boisserie, Guillaume, Maffre, Dargaud, 04/2014.

 

Cette nouvelle série cartonne déjà dans les librairies et c’est mérité car le récit est bien monté et très intéressant. Il s’agit d’une très bonne mise en route. Reste à voir ce que cela donnera sur la durée. Wait and see…

 

Dessin :             7,5/10

Scénario :          8,5/10

Moyenne :          8,0/10

 

Capitol

 

La banque, Boisserie, Guillaume, Maffre, Dargaud, 04/2014.

 

30/06/2014

INTERVIEW DE LUC CROMHEECKE.

Luc Cromheecke, L'île carrément perdue, Tom Carbone, Plunk, Kramiek, Humour, 06/2014Avec la sortie de « l’île carrément perdue », J’ai voulu mieux vous faire connaître le dessinateur belge, flamand et anversois, Luc Cromheecke, un dessinateur plein d’humour, et à l’univers tout à fait à part, hors des sentiers battus.  Son personnage le plus connu, Tom Carbone, est devenu « culte » depuis que Lewis Trondheim, lui-même, a déclaré être complètement tombé sous le charme…En route pour la Flandre et sa bande dessinée qui risque à nouveau de faire parler d’elle…

 

Samba BD : Vous avez un parcours un peu chahuté, atypique. Vous travaillez pour le journal de Spirou, vous êtes publié parfois chez Dupuis, parfois chez Glénat, maintenant chez Kramiek. Pouvez-vous nous décrire dans le détail votre parcours professionnel ? La bande dessinée est-elle votre seul métier ?

Luc Cromheecke : J’ai débuté auprès de l’hebdomadaire Spirou/Robbedoes (Spirou en néerlandais) à l’âge de 23 ans, alors que j’étais encore à l’école de dessin. Je dessine donc depuis 30 ans pour l’hebdomadaire Spirou/Robbedoes. Houlà !, je suis donc si vieux!

La suite logique était des albums chez Dupuis. Mais parfois ce n’est pas possible ou d’autres opportunités se présentent et c’est donc un autre éditeur.

L’intégrale de Tom Carbone a été publié l’année dernière chez Glénat simplement parce que Franck Marguin, éditeur de Collection 1000 feuilles, est un immense fan de Tom Carbone.

Il était demandeur et pas Dupuis. L’intégral de Tom Carbone est plus une édition culte qu’une chose commerciale. La préface écrite par Lewis Trondheim était une complète surprise.

Nous avons proposé ‘ l’Ile carrément perdue ‘ chez Dupuis, mais apparemment ils avaient assez de bandes dessinées de pirates sous contrat. Néanmoins notre bande dessinée a une bonne vente auprès de la clientèle Spirou. Je crois que Dupuis regrette son refus.

En dehors du dessin de bandes dessinées, je suis occupé depuis environs 5 ans à faire de la peinture de paysages. J’ai ma propre galerie dans le village, elle est ouverte tous les samedis après-midi.

http://cromheeckeunplugged.blogspot.be/

 

Luc Cromheecke, L'île carrément perdue, Tom Carbone, Plunk, Kramiek, Humour, 06/2014

L'univers de Luc Cromheecke en bande dessinée...

 

Samba BD : En France actuellement, il y a une grosse polémique sur la rémunération et la taxation des auteurs de bande dessinée. Viens se greffer le problème de la surproduction (5000 titres parus en 2013).Vous, en tant qu’auteur belge et flamand, comment abordez-vous le problème ? La situation est-elle la même en Belgique ? Quelles sont les perspectives que vous voyez dans votre métier et votre propre travail ?

Luc Cromheecke : Je ne connais pas la situation exacte mais il est également difficile de gagner sa vie grâce à la bande dessinée en Belgique. Il y a une surproduction. Mais le vrai problème en tant que dessinateur indépendant est le placement. En Flandre il n’y a qu’environ 6 séries de bandes dessinées dans les librairies. Des bandes dessinées comme la mienne doivent s’adresser aux magasins spécialisés.

1406230917230001.JPGSamba BD : Pouvez-vous me parler de la maison d’édition Kramiek ? Etes-vous partie prenante dans le projet ? Comment s’est fait la collaboration avec Paquet ? Quel est le rôle exact de Paquet dans la structure ?

Luc Cromheecke : Notre album est le premier album sous le label Kramiek.

Kramiek est le nouveau label ‘ humour ‘ des Editions Paquet. Il y a une collaboration avec mon éditeur néerlandais ( Strip 2000 ) ce qui a pour conséquence que bientôt beaucoup de titres néerlandais seront publiés en français et vice-versa.

 

Samba BD : Tom Carbone et Plunk sont-ils définitivement rangés dans la boite à archives ? Que devient votre comparse Laurent Letzer ? Le scénariste de Tom Carbone ?

Luc Cromheecke : Laurent habite à Bruxelles et écrit pour moi de temps en temps.Une version néerlandaise de Plunk, l’intégrale ‘ Superplunk ‘ est parue en septembre chez mon éditeur néerlandais Strip2000. Les Editions Paquet sont intéressés par cet album.

Samba BD : Comment avez-vous fait la connaissance de Sti ? Comment s’est mise en place votre collaboration avec lui pour cette nouvelle série « L’Ile Carrément Perdue » ? 

Luc Cromheecke : J’ai rencontré Sti à Angoulême. Il était déguisé en lapin, publicité pour son album ‘ Tony Rabbit ‘. J’étais déguisé en Plunk géant (gonflable 2.5 m de haut). J’ai appris plus tard que ce n’était pas Sti lui-même dans le costume. En tout cas j’en étais fan. Lorsque j’ai appris qu’il était également fan de mon travail, je lui ai demandé de m’écrire une petite histoire.

 

Luc Cromheecke, L'île carrément perdue, Tom Carbone, Plunk, Kramiek, Humour, 06/2014

Sti, le scénariste (à gauche) et Luc Cromheecke, le dessinateur (à droite).

 

Samba BD : Le tome 2 de votre nouvelle série est déjà paru en néerlandais sous le titre « De Godvrrgeten Eiland ». Comment peut-on traduire le titre en français ? C’est plus 1er degré que  « l’Ile Carrément Perdue », non ?

Luc Cromheecke : Le titre «  l’ile carrément perdue ‘ existait en premier. « Het godvrrgeten eiland » est presque’ une traduction littérale. Le double rr est une ajoute « pirate » et fait référence à ‘ godverdoeme ‘, un juron classique (« nom de dieu »  en flamand).

Samba BD : Est-ce facile pour vous d’adapter un scénario du français vers le néerlandais, d’autant plus que vous êtes en avance dans la version néerlandaise par rapport à la version française ? Comment procédez-vous ?

Luc Cromheecke : La traduction néerlandaise est faite par un hollandais, Ger Apeldoorn, il a beaucoup d’expérience au niveau traduction. Parfois il me téléphone pour discuter de passages spécifiques. Les jeux de mots sont parfois difficiles à traduire.

Samba BD : Quand paraîtra le tome 2, combien de tomes sont prévus au départ ?

Luc Cromheecke : Le second album est prévu pour Angoulême 2015. Normalement nous devrions faire 3 albums.

Luc Cromheecke, L'île carrément perdue, Tom Carbone, Plunk, Kramiek, Humour, 06/2014

Spirou vu par Luc Cromheecke!

 

Samba BD : Avez-vous beaucoup travaillé votre style graphique ? Est-ce que cela coule de source, est-ce que c’est facile de dessiner pour vous, de mettre votre dessin sur le papier ?

Luc Cromheecke : Je crois que je dessine facilement. Je fais beaucoup de croquis. Apporte beaucoup d’attention au lay-out et la composition. Je crois que je suis légèrement un maniaque du contrôle. A la vitesse maximum, je fais 2 pages par semaine (coloriage inclus).

 

Luc Cromheecke, L'île carrément perdue, Tom Carbone, Plunk, Kramiek, Humour, 06/2014

Un album consacré aux travaux de Luc Cromheecke vient de paraître en néerlandais chez Strip2000.

 

Samba BD : Dans votre imaginaire graphique, on rencontre souvent un ours, des pingouins, des animaux improbables (phacochère, chauffe-souris, ..), des extra-terrestres, des lutins, des

Cannibales,…dans des situations décalées. Comment fonctionne votre humour ? Qu’est-ce qui vous fait rire ? Comment faites-vous pour décider : « ça, je garde, ça, je jette ! » ?

Luc Cromheecke : J’ai une préférence pour les histoires absurdes. J’essaie toujours de pousser mes scénaristes à faire quelque chose de fou. J’aime dessiner des actions.

Samba BD : Quels sont vos futurs projets ?

Luc Cromheecke : J’ai beaucoup de projets. A côté de l’Ile, je fais une nouvelle graphique sur le peintre français Daubigny avec un subside du Gouvernement Flamand. Je suis aussi occupé par une histoire d’horreur,  un livre pour enfants et 2 projets ultra secrets.

Samba BD : Quels sont vos maîtres, vos figures d’inspiration dans la bande dessinée, la littérature, la musique, les films,… ? Quels sont vos derniers « coups de cœur » ?

Luc Cromheecke : J’aime tous les dessinateurs classiques : Franquin, Hergé, Sempé, etc. Les classiques américains et cartoonistes. J’ai aussi un faible pour les dessinateurs « Pulp » comme Ibanez. Je trouve Paling en Co ( Mortadello et Philemon ) génial. Je voudrais développer quelque chose de similaire. D’autres médias peuvent aussi m’inspirer. Mais j’aime surtout dessiner et peindre.

Voici un lien internet qui s’y rapporte: http://www.pinterest.com/luc_cromheecke/

Samba BD : Le Centre de la Bande dessinée à Bruxelles vous consacre une exposition en présentant les planches originales de cet album (du 17 juin au 31/08/2014). Qu’est-ce que cela représente pour vous ? Pourquoi faut-il absolument voir cette exposition ?

C’est un honneur de faire une expo au Musée de la Bande Dessinée à Bruxelles. Le Musée est magnifique. Le bâtiment en lui-même (Art nouveau, architecte Horta) vaut le déplacement.

 

lcb.jpg

 

Interview réalisée par Capitol pour Samba BD.

Remerciements à Luc Cromheecke pour sa disponibilité et sa gentillesse.

Traduction du néerlandais réalisée par Anne-Marie.

 

1535620_10203103530697927_617791818_n.jpg

Détail de la couverture du tome 2 paru en nééerlandais et à paraître en français en janvier 2015 pour Angoulème.

Écrit par capitolbelgium dans Du haut du CAPITOL. | Commentaires (0) |  Facebook | |