30/06/2014

L'ILE CARREMENT PERDUE - tome 1

L'île carrément perdue, Cromheecke, Sti, Kramiek, 06/2014L'île carrément perdue, Cromheecke, Sti, Kramiek, 06/2014Dessin : Luc Cromheecke - Scénario : Sti

Editions Kramiek (distribution Paquet)

Sortie 18/06/2014

48 pages

Prix conseillé : 10,50 €

ISBN : 97828893300010

Humour, Histoires courtes.

 

Résumé (de l’éditeur) : Faites donc escale sur l’Ile Carrément Perdue ! De l’Aventure avec un grand A vous y attend ! Des pirates sanguinaires, des indigènes sanguinaires aussi, mais qui essaient de se civiliser, des pingouins qui parlent, des phacochères au QI surnaturel, des visiteurs du futur, des animaux à longue queue jaune à pois noirs ! Vous frissonnerez pour notre naufragé et son acolyte le capitaine Mac Intosh, mais vous rirez surtout à leur dépens.

 

L'île carrément perdue, Cromheecke, Sti, Kramiek, 06/2014

 

 

Mon avis : Luc Cromheecke, le dessinateur déjanté de Tom Carbone et de Plunk, s’associe au scénariste Sti (Ze jacky touch,…) pour nous faire découvrir une nouvelle série du même tonneau que Tom Carbone. Je ne dirai pas qu’en apprenant la nouvelle je me suis suspendu au  lustre du salon mais ma joie était très grande car j’adore Luc Cromheecke et son univers improbable. Il a remplacé au scénario son comparse Laurent Letzer par Sti mais l’ambiance générale et l’esprit sont restés les mêmes.

 

L'île carrément perdue, Cromheecke, Sti, Kramiek, 06/2014

 

 

Le parcours éditorial de Luc Cromheecke n’est pas banal. Il collabore régulièrement avec le journal de Spirou où il joue le rabatteur pour trouver de nouveaux abonnés en illustrant le bon de commande par des gags très drôles. Il illustre aussi par des histoires courtes le journal de Marcinelle. Tom Carbone est sorti chez Dupuis mais la maison d’édition a arrêté les frais après 4 tomes. Déception chez les afficionados… Heureusement, Glénat sort l’intégrale et par la même le tome 5 qui n’était sorti qu’en néerlandais…Plunk a suivi son parcours également. Maintenant, est mis sur les fonts baptismaux la maison d’édition Kramiek (Le kramiek ou cramique en français, c’est une spécialité belge, un petit pain brioché aux raisins secs). Spécialisée dans la bande dessinée humoristique, elle est une filiale de l’éditeur Paquet qui s’occupe de sa promotion. Cet album en est le premier album en français, alors que le tome 2 de la série vient de sortir en néerlandais sous le titre de « De Godvrrgeten eiland » qu’on pourrait traduire littéralement par : « Cette nom de Dieu ile perdue ».

 

L'île carrément perdue, Cromheecke, Sti, Kramiek, 06/2014

 

 

Ce recueil est constitué d’histoires courtes mais qui se tiennent, qui ont une certaine logique, de 2 à 6 pages, qui ont été publiées dans le journal Spirou depuis mars 2011.On y retrouve un univers déjanté proche de celui de Tom Carbone. Certains ont fait référence aux « Monty Python », un certain humour décalé, un humour que je qualifierai aussi de flamand, avec de la gouaille, teinté d’un peu de poésie. C’est une sorte de Tijl Uilenspeigel (appelé aussi Till l’espiègle, figure de la résistance flamande à l’occupant espagnol au XVIe siècle) à l’envers. Car ici, ce n’est pas le héros qui fait de l’humour aux dépens des autres mais c’est lui qui subit les turpitudes des autres habitants de l’ile, alors que celle-ci est censée être déserte. Vous l’aurez compris, il faut prendre le concept de l’ile perdue et déserte complètement à l’envers et c’est de là que découle le côté humoristique de l’histoire. On y rencontre une foule de gens et d’animaux aussi éclectiques qu’originaux qui ne font rien comme les autres. Cela nous vaut des scènes très drôles et « carrément » à l’Ouest ! Le dessin de Cromheecke est très expressif. On est dans le comique débridé qui va droit au but. Tous les publics se retrouvent dans ce dessin facile et agréable.

 

L'île carrément perdue, Cromheecke, Sti, Kramiek, 06/2014

 

 

On en est même à se demander comment Sti a pu s’intégrer dans cet univers particulier de Cromheecke. Sti, scénariste Français du Nord de la France, a beau habiter à deux minutes de la frontière belge, j’en reste pantois. Cela a dû demander une complicité, un apprivoisement de tous les instants. D’autant plus, que Cromheecke sort d’abord ses livres en néerlandais et que Sti ne parle pas la langue néerlandaise ou flamande. Il y a donc à faire en plus un travail d’adaptation au niveau de la langue de Vondel.

 

L'île carrément perdue, Cromheecke, Sti, Kramiek, 06/2014

 

 

Au final, cela nous donne un excellent album d’humour comme je les aime et que je vous recommande pour passer du bon temps chez vous ou à la plage…On pourrait même s’inspirer à l’envers de la chanson « Jamais content » d’Alain Souchon : « J'y ai carrément mis le feu : bien fait pour eux ! »…  « Carrément débile, j’trouve pas mon style… »

Oui, C’est carrément bien et parfaitement dans le style de Cromheecke et Sti.  Bravo ! J’en redemande…

 

 Dessin :            8,0/10

Scénario :          8,0/10

Moyenne :          8,0/10

 

Lien vers la page Facebook de Luc Cromheecke : ICI.

 

Capitol

 

L'île carrément perdue, Cromheecke, Sti, Kramiek, 06/2014

 

18/06/2014

LE SPIROU DE SCHWARTZ & YANN - La femme léopard (Tome 7).

Dessin : Olivier Schwartz - Scénario : YannPlancheA_214958.jpgDessin : Olivier Schwartz - Scénario : Yann

Editions Dupuis

Sortie 02/05/2014

64 pages

Prix conseillé : 14,50 €

ISBN : 9782800157429

Aventure, Spirou, Humour, Bruxelles.

 

Résumé (de l’éditeur) : Bruxelles, 1946. Une implacable canicule s'abat sur la capitale belge, encore très marquée par la Seconde Guerre mondiale. Sur les toits, une femme-léopard fuit, poursuivie par deux robots inquiétants au look de pygmées géants, et trouve refuge au Moustic Hôtel, dans la chambre mansardée du colonel Van Praag, un vieux colon irascible. Découverte par ce dernier, la sculpturale jeune femme est blessée à l'épaule par le vieillard à la gâchette sensible. C'est à ce moment qu'intervient Spirou.

Spirou, La femme léopard, Schwartz, Yann, Dupuis, 05/2014

 

Mon avis : Les éditions Dupuis ont eu une excellente idée qui remonte maintenant à plusieurs années. Cette  idée géniale était de laisser des grands noms de la BD faire « leur » Spirou  personnel. Un fantastique hommage à ce héros de la BD et une autre façon de lui donner vie.

C’est le 7e tome de la série concept qui nous a déjà valu quelques belles surprises comme le Spirou d’Emile Bravo ou le « Groom vert-de-gris » de Schwartz et Yann. Ce dernier album était tellement réussi que Dupuis a décidé de refaire appel à ce duo d’auteurs qui ont bien compris l’univers de Spirou, cette  « touche »  belge et bruxelloise, cet humour particulier qu’on retrouve aussi dans « Le jeune Albert » d’Yves Chaland. Cerise sur le gâteau, il y aura une suite intitulée : « Le maître des hosties noires ». Tout un programme !

Spirou, La femme léopard, Schwartz, Yann, Dupuis, 05/2014

Autant le dire tout de suite, j’ai à nouveau apprécié le travail de Schwartz et Yann. C’est de la haute voltige cet album. On sent une complicité incroyable entre les auteurs, Ils s’amusent, cela transparait dans l’album. Le modeste  lecteur que je suis, s’est délecté de cet album!

Ce n’est pas de l’hagiographie mais le résultat d’un travail d’artisans, intelligent, bien mis en place. Une petite musique qu’on apprécie, qui reste dans votre tête, même après la lecture, une fine mécanique qui démarre au quart de tour. Il suffit d’ouvrir l’album et de lire la première planche pour se plonger dans l’univers déjanté du Spirou de ce duo magique.

Spirou, La femme léopard, Schwartz, Yann, Dupuis, 05/2014

 

Le dessin est fantastique, expressif et me rappelle d’une certaine façon son illustre dessinateur qui est Franquin. Ce n’est pas du Franquin mais l’idée et la philosophie est fort proche. J’adore ces grandes cases pleines de petits détails savoureux, humoristiques, des clins d’œil à la publicité de la fin des années ’40. Le Bruxelles de l’après-guerre est superbement rendu. On y retrouve à la fois les difficultés du moment mais aussi une certaine joie de vivre qui se communique au lecteur. Le graphisme est dans la continuité du « Groom Vert-de-gris » et nous raconte en réalité la suite après la fin de la guerre.

Spirou, La femme léopard, Schwartz, Yann, Dupuis, 05/2014

Le scénario est la pierre angulaire du récit. Tous les ingrédients d’un bon album d’aventure et d’humour, l’ADN de Spirou, sont réunis. Des personnages truculents, un Spirou alcoolique au début du récit (certains crieront à la trahison !), une histoire qui mêle Bruxelles, Paris, le Congo belge, teintée de belgicisme, d’expressions bruxelloises savoureuses, plein de références…Il faut relire l’album et bien regarder toutes les cases pour voir tous les détails « qui tuent ». Bref, Yann nous fait découvrir à nouveau son amour pour la Belgique, lui, le français, le breton, né à Marseille, et qui s’est installé à Bruxelles. Il est tombé amoureux du plat pays et le lui rend bien…Yann est devenu un phare, une référence au niveau du scénario.

Spirou, La femme léopard, Schwartz, Yann, Dupuis, 05/2014

La bande dessinée a besoin de gens comme lui pour sortir de son marasme ambiant, de son « coup de mou », de son spleen, dû à un système qui commence à montrer son essoufflement, ses limites. J’espère que ce n’est que passager. J’ai lu certaines critiques moins enthousiastes que la mienne sur cet album. Mais sachez que personne ne fait l’unanimité. Si cet album ne marche pas, je n’y comprends rien à la BD et il est venu pour moi le temps de déposer ma plume… La bande dessinée franco-belge a besoin d’albums aussi rafraichissants que celui-ci pour se relancer. Moins produire, plus fignoler, donner la parole à de vrais talents, des gens qui se sont construits au fil des ans, des bosseurs, des gens qui ont le nez pour comprendre ce que le lecteur attend, au-delà des courants  purement marketing et du fast-food éditorial. Et les éditeurs ne devrait pas s’offusquer d’entendre parfois la déception des lecteurs devant une production pas toujours au top. La critique permet aussi d’avancer et de se remettre en question. C’est une chance, pas une fatalité ou un coup de poignard dans le dos. Les éditeurs devraient aussi parfois écouter le retour sur leur production, faire leur autocritique et revoir leurs plans de travail. Ce n’est pas évident d’être auteur, éditeur ou libraire de nos jours, dans un monde qui va de plus en plus vite, dont les fondements changent de façon radicales. Et la bande dessinée n’est pas une île déserte, la seule touchée par le phénomène de changement. C’est loin d’être le cas! Mais ce changement peut être une opportunité, à condition de bien réfléchir à l’avenir, de déterminer ses points forts et sa stratégie, à se réinventer via de nouveaux codes. C’est ma petite digression du jour sur le marché de la BD.

Spirou, La femme léopard, Schwartz, Yann, Dupuis, 05/2014

 

Vous l’aurez compris. Ce Spirou, j’adore! Je vous convie à découvrir cet album de toute urgence. Des albums comme celui-là, on en veut souvent mais ce n’est pas toujours gagné d’avance… Un nouveau coup de cœur !

 

 Dessin :            9,0/10

Scénario :          9,0/10

Moyenne :          9,0/10

 

Le site internet de Dupuis : ICI.

 

Capitol

 

Spirou, La femme léopard, Schwartz, Yann, Dupuis, 05/2014

 

14/06/2014

NOUS, ANASTASIA R. - Tome 3/3: Sverdlov.

Nous anastasia R., Grand angle, Berr, Ordas, Cothias, 05/2014Dessin : Nathalie Berr - Scénario : Patrice Ordas & Patrick Cothias

Editions Grand angle

Sortie 28/05/2014

48 pages

Prix conseillé : 13,90 €

ISBN : 9782818931110

Histoire, Russie, Romanov, roman historique.

 

Résumé (de l’éditeur) : Au cours de la nuit du 16 au 17 juillet 1918, la famille impériale de Russie et le Tsar Nicolas II sont massacrés au sous-sol de la villa Ipatiev. Depuis, une rumeur court : la grande duchesse Anastasia aurait survécu grâce à Félix Volodine un russe blanc infiltré dans les gardes de la Villa. Après bien des péripéties, Félix et Anastasia arriveront en France. Auparavant, Félix aura dû lancer la sinistre police politique bolchevique sur la piste d’une usurpatrice, Anna Anderson. Mais l’âge avançant, la furieuse envie de revenir sur les lieux du massacre devient nécessité. Anastasia et celui qui est devenu son mari, Félix, reviennent à Iekaterinebourg ce jour de 1997 où un certain Boris Eltsine commande la destruction de la villa Ipatiev...

Nous anastasia R., Grand angle, Berr, Ordas, Cothias, 05/2014

 

Mon avis : Attention, Ceci est une chronique de Capitol… Tout le monde aux abris, mettez les casques…

Mais, non ! Capitol est aussi capable de faire de belles et bonnes chroniques…La preuve par cette série « Nous, Anastasia R. » que j’ai toujours soutenue. Je vous conseille, si vous ne suivez pas cette série historique, de relire mes chroniques des tomes 1 et 2. Je vous renvoie vers les liens :

 http://www.sambabd.be/archive/2012/05/13/nous-anastasia-r-tome-1-3-villa-ipatiev.html#comments

http://www.sambabd.be/archive/2013/07/13/nous-anastasia-r-tome-2-3-les-cendres-de-koptiaki-7869038.html#comments

Nous anastasia R., Grand angle, Berr, Ordas, Cothias, 05/2014

 

Il s’agit ici d’une digression sur l’histoire et le mystère que représente Anastasia Romanov qui aurait échappé au massacre par les Soviets de la famille du Tsar Nicolas II. Est-elle encore vivante ? Ou, est-ce un sosie qui se fait passer pour elle ? Les scénaristes explorent une piste et montent leur scénario sur cette option. C’est bien documenté, bien traité, pertinent et pose des questions sur des faits historiques et des zones de mystère qui le resteront peut-être encore longtemps, même si l’ADN fait parler de plus en plus les cadavres, même de longues années plus tard.

Nous anastasia R., Grand angle, Berr, Ordas, Cothias, 05/2014

 

Le dessin de Nathalie Berr est toujours aussi excellent. J’ai même l’impression qu’il s’améliore de tome en tome. Le dessin est de qualité constante et je n’ai vraiment pas eu l’impression d’un travail inégal. C’est un bon point pour cette série.

Bref, C’est une série historique qui m’a plu. Y aura-t-il un deuxième cycle ? Quels seront les options prises si c’est le cas? L’avenir nous le dira. Je pense que ces trois tomes vous donneront une certaine vision de ce mystère de l’Histoire qui passionne beaucoup de monde et qui a fait couler beaucoup d’encre…Elle se suffit à elle-même.

 

 Dessin :            8,0/10

Scénario :          8,0/10

Moyenne :          8,0/10

 

Le site internet de Grand Angle: ICI.

 

Capitol

 

Nous anastasia R., Grand angle, Berr, Ordas, Cothias, 05/2014

 

13/06/2014

HELL SCHOOL - Tome 3: Insoumis.

Hell school, Ers, Dugomier, Césano, Le Lombard, 06/2014.Hell school, Ers, Dugomier, Césano, Le Lombard, 06/2014Dessin : Ers  - Scénario : Dugomier – Couleurs : Césano.

Editions Le Lombard

Sortie 13/06/2014

48 pages

Prix conseillé : 10,60 €

ISBN : 9782803633920

Thriller, polar.

Hell school, Ers, Dugomier, Césano, Le Lombard, 8/10, Thriller, polar, 06/2014Hell school, Ers, Dugomier, Césano, Le Lombard, 8/10, Thriller, polar, 06/2014Hell school, Ers, Dugomier, Césano, Le Lombard, 8/10, Thriller, polar, 06/2014

 

 

 

 

 

 

 

Résumé (de l’éditeur) : Située sur une petite île française, l'école de l'excellence est un établissement ultra-privé extrêmement rétrograde, dont les résultats ne sont plus à démontrer – le cauchemar de tout adolescent normalement constitué. Ainsi, le simple refus de Bastien, Hina et Boris de participer au bizutage suffira à les mettre au ban de toute vie sociale... ce qui leur laissera tout le temps d'enquêter sur les bizarreries de cette « École-Prison », comme les mystérieuses disparitions survenues dans l'école au cours des dernières années...

Hell school, Ers, Dugomier, Césano, Le Lombard, 06/2014

 

Mon avis : Le troisième et dernier ( ?) tome de la série « Hell School » du duo Ers-Dugomier (Les démons d’Alexia) sort en librairie ce 13 juin 2014. Il s’agit d’un album dense et concentré qui donne toute les clés de ce triptyque et les pistes de réflexion sur les thèmes développés fort habillement par les auteurs.

Hell school, Ers, Dugomier, Césano, Le Lombard, 06/2014

 

Au dessin, Ers continue à distiller un trait rond et fin à contre-courant de la noirceur du récit. C’est sa force de faire passer des thèmes difficiles sans vraiment plomber l‘ambiance. Le résultat est que l’album reste agréable à lire et pour tous les publics, malgré les thèmes noirs et difficile à traiter. Dugomier assure également au niveau du scénario et nous livre une série divertissante et intelligente, la quadrature du cercle pour certains scénaristes, ce qui ne lui pose pas vraiment de problème. Je pense que ce troisième tome aurait pu être traité non pas en un tome mais en deux tomes car le scénario est très dense et il faut suivre…Certains aspects auraient pu être encore plus développés mais je suppose que les auteurs avaient pour mission de leur éditeur de terminer la série en trois tomes. Les couleurs sont réalisées de très belle façon par la coloriste Angélique Césano.

Hell school, Ers, Dugomier, Césano, Le Lombard, 06/2014

 

Cet album traite de différents thèmes porteurs tels que l’école et l’éducation, la justice et la vérité, la résistance contre un ordre établi à la dérive, la construction identitaire et les effets de groupe. La thématique est très large et laisse encore des pistes de développement. Le résultat est cette série qui sort de l’ordinaire et détonne dans la production actuelle qui est souvent aseptisée et relève plutôt du marketing que la volonté de faire une série intelligente, construite et intéressante pour les lecteurs.

Hell school, Ers, Dugomier, Césano, Le Lombard, 06/2014

 

Pour ma part, j’ai à nouveau bien aimé cette série d’Ers et Dugomier. La fin de l’histoire laisse la possibilité d’une suite, je vous laisse la découvrir… Reste maintenant à attendre ce que sera la suite de la collaboration entre les deux auteurs.

 

Dessin :            8,0/10

Scénario :          8,0/10

Moyenne :          8,0/10

 

Le site internet du lombard: ICI.

 

Capitol

Hell school, Ers, Dugomier, Césano, Le Lombard, 06/2014