21/04/2014

LES AVENTURES DE JACQUES GIPAR - Tome 5: Trafic sur la grande bleue.

Jacques Gipar, Trafic sur la grande bleue, Delvaux, Dubois, Paquet, Calandre, 04/2013Jacques Gipar, Trafic sur la grande bleue, Delvaux, Dubois, Paquet, Calandre, 04/2013Dessin : Jean-Luc Delvaux - Scénario : Thierry Dubois

Editions Paquet

Collection : Calandre

Sortie : 23/04/2014

48 pages

Prix conseillé : 13,50 €

ISBN : 9782888906216

Aventure, polar, automobile.

 

Résumé (de l’éditeur) : 1952. Un cargo faisant du cabotage en Méditerranée, quitte le port de Tanger avec une cargaison de cigarette. En pleine mer, il est abordé par des pirates et dérouté...
1954. Jacques Gipar et Petit Breton se rendent à Marseille pour enquêter sur les récents meurtres qui secouent le milieu local. En chemin, ce sont de drôles d’auto-stoppeurs qui vont s’inviter dans leur voiture et nos héros vont se retrouver en pleine guerre des blondes ! Sous le ciel de la Côte d’Azur, il n’y a pas que le soleil qui chauffe les esprits.

 

Jacques Gipar, Trafic sur la grande bleue, Delvaux, Dubois, Paquet, Calandre, 04/2013

 


Mon avis : C’est le retour de Jacques Gipar ! Nouveauté : une histoire en deux tomes ! C’est un indice que la série a trouvé ses amateurs et qu’elle prend de l’ampleur. Je ne vous cache pas que j’ai été un fan de la première heure de cette série qui lie l’automobile au polar. L’interview que j’ai faite de Jean-Luc Delvaux en marc 2013 sur Samba BD (lien ICI !) nous donnait déjà la problématique de cette histoire en deux tomes.

Jacques Gipar, Trafic sur la grande bleue, Delvaux, Dubois, Paquet, Calandre, 04/2013

J’ai donc reçu de chez Paquet en avant-première ce fameux album (intitulé « Trafic sur la grande bleue). Bien calé dans mon fauteuil, j’ai attaqué la lecture de l’album. Immersion complète, pas de téléphone, personne pour me déranger…

Jacques Gipar, Trafic sur la grande bleue, Delvaux, Dubois, Paquet, Calandre, 04/2013

Jean-Luc Delvaux assure au dessin comme à son habitude. C’est une bande dessinée des plus classiques, tant dans le découpage que le dessin, dans le plus pur style année ’50. On pense directement à Tillieux et Gil Jourdan. Les personnages restent simples, pas de fioriture mais les proportions et les attitudes sont bien respectées. Par contre, quand on arrive dans la « bagnole », le dessin éclate et se fait virtuose. Le scénario en plus s’y prête de façon extraordinaire. Les poursuites, dépassements limites, et les coups fourrés en voiture se multiplient. Là, c’est vraiment « le » truc à Jean-Luc Delvaux et c’est très agréable à regarder, à lire. Vous découvrirez aussi au fil des cases des clins d’œil, je vous laisse chercher…

Jacques Gipar, Trafic sur la grande bleue, Delvaux, Dubois, Paquet, Calandre, 04/2013

Le scénario de Thierry Dubois, c’est de la fine mécanique. Le polar, il connaît. La géographie des lieux où il se fait dérouler l’action aussi (l’album Nationale 7, c’est lui !). Il s’est inspiré d’un fait réel pour en faire la base de son récit. C’est classique mais bien mené et il y a ce brin d’humour de bon aloi. Il sait ne pas en dire de trop pour garder l’énigme entière, pour garder le suspens jusqu’au bout. Je ne vous cache pas qu’à la fin de ce tome, je sais que Jacques Gipar s’est mis dans un guêpier. Mais, je suis incapable de vous dire quelle sera la fin de l’histoire. Jean-Luc Delvaux m’avait dit que le but était malgré tout de faire des albums indépendants l’un de l’autre. Je confirme que le premier tome se laisse lire avec facilité mais les auteurs nous laissent au milieu du gué avec une grosse envie de connaître la suite. Le tome 5 et le tome 6 ne pourront donc pas se passer l’un de l’autre. Le tome 6 relancera donc à n’en pas douter la vente du tome 5 et de toute la série. Bien vu Monsieur Paquet qui se permet à notre époque de lancer des séries alors que d’autres préfèrent frileusement de sortir des intégrales de vieilles séries bien endormies…

Jacques Gipar, Trafic sur la grande bleue, Delvaux, Dubois, Paquet, Calandre, 04/2013

Le tome 6 (intitulé : Station au clair de lune) est prévu pour janvier 2015. Jean-Luc Delvaux n’a donc pas le droit de « trainasser » sur sa planche à dessin. Les vacances d’été cette année seront courtes. Allons, courage Jean-Luc. Au turbin !

Jacques Gipar, Trafic sur la grande bleue, Delvaux, Dubois, Paquet, Calandre, 04/2013

A noter également qu’une édition limitée à 999 exemplaires avec des planches en noir et blanc et des crayonnés est sortie en même temps que ce tome 5 de très bonne qualité. Reste à voir si Jacques Gipar va encore agrandir son lectorat. Je n’en doute pas…

 

Dessin :             8,0/10

Scénario :           8,0/10

Moyenne :           8,0/10

 

Liens vers le site de l’éditeur Paquet : ICI.

Liens vers l’interview de Jean-Luc Delvaux (mars 2013) : ICI.

Liens vers le site de Jean-Luc Delvaux : ICI.

 

Capitol

 

Jacques Gipar, Trafic sur la grande bleue, Delvaux, Dubois, Paquet, Calandre, 04/2013

 

14/04/2014

RIDER ON THE STORM - Tome 2: Londres.

  

Rider on the storm, Londres, Deville, Géro, Paquet, 03/2014Rider on the storm, Londres, Deville, Géro, Paquet, 03/2014Dessin : Baudouin Deville - Scénario : Géro

Editions Paquet

Collection Carenage

Sortie : 26/03/2014

48 pages

Prix conseillé : 13,50 €

ISBN : 9782888906230

Motocyclisme, polar, aventure, Londres, Bruxelles.

 

Rider on the storm, Deville, Géro, Londres, Paquet, 03/2014

 

Résumé (de l’éditeur) : Juin 1975, Gaspard sort du coma. Sa chute en pleine course provoquée par le tireur embusqué a bien failli lui coûter la vie. Mais le carénage a dévié la balle… Gaspard le sait désormais, sa famille est au coeur d’une conspiration à laquelle il se doit de mettre un terme. Raccrochant temporairement son cuir, il décide de se rendre à Londres pour tenter d’élucider le mystère du passé de ses parents. Mais alors qu’il fait une découverte surprenante, c’est un complot bien plus important qui se prépare à Bruxelles…

Rider on the storm, Londres, Deville, Géro, Paquet, 03/2014


Mon avis : Le tome 2 de « Rider on the storm » est en librairie. Le tome 1 a été très bien accueilli par la critique et les lecteurs et est un succès. Le tome 2 est donc très attendu et je n’ai pas été déçu à sa lecture…

Rider on the storm, Londres, Deville, Géro, Paquet, 03/2014

Il faut d’abord rappeler que cet album fait partie de la collection carénage de chez Paquet. Cette collection a pour sujet principal la moto. Mais, comme souvent chez cet éditeur, ce n’est qu’une porte d’entrée vers d’autres sujets. Ici, on parle moto mais le lecteur qui ne s’intéresse pas au sujet peut cependant apprécier l’album car il s’agit d’un polar vraiment bien ficelé par le scénariste Géro et Baudouin Deville (En réalité, Deville père et fils…). En plus, l’actualité s’invite dans le scénario via l’affaire Cornélius Gurlitt, et le vol de tableaux par les nazis pendant la seconde guerre mondiale (on parle ici de l’Art dégénéré). Un autre élément m’a charmé dans cet album, c’est le parlé bruxellois de Jo, le préparateur de moto. Les auteurs ont eu l’intelligence de traduire en bon français ces expressions savoureuses. Ils ont repris cette excellente idée du premier tome. Les lecteurs en ont redemandé, les voilà servis !

 

Rider on the storm, Londres, Deville, Géro, Paquet, 03/2014

 

 

 

Au niveau graphique, j’ai vraiment bien aimé cette ligne claire agréable avec un soin particulier pour ce qui touche la moto mais aussi les villes visitées par les personnages de ce récit à savoir Londres et Bruxelles. J’ai apprécié également que Baudouin Deville a introduit dans l’histoire des personnages connus et d’autres moins connus. Pour cette deuxième catégorie, ce sont des « private jokes » que seuls quelques connaisseurs peuvent comprendre. Par exemple, page 26, Nicolas Anspach, éditeur de collection belge chez Paquet, a droit à sa caricature et devient un juge anglais affublé d’une perruque de circonstance. J’ai eu l’occasion de rencontrer Nicolas plusieurs fois, cela m’a amusé car je le connais mais le grand public ne le connaît pas nécessairement et va passer à côté comme je suis passé probablement à côté d’autres choses car n’étant pas « initié » .Vous pourrez donc regarder les détails dans les cases, les personnages et retrouver des éléments, des têtes connues comme Benoit Poelvoorde en curé déjanté, Rosy de Palma en concierge espagnole, la reine Fabiola de Belgique et bien d’autres…

Rider on the storm, Londres, Deville, Géro, Paquet, 03/2014

La musique reste en fond avec des références aux Rolling Stones et au festival de musique de Knebworth que Jo qualifie de « concerts pour gamines » avec à l’affiche Pink Floyd, Steve Miller Band ou Captain Beeefheart,…Beaucoup d’humour, des clins d’œil en plus d’une enquête criminelle bien menée.

Rider on the storm, Londres, Deville, Géro, Paquet, 03/2014

A noter également que la première planche résume le tome 1 de la série, c’est toujours bien pour se remettre dans l’histoire et la dernière planche qui est la planche technique du livre, pour les amateurs de belles motos mythiques (on y parle dans le tome 2 de la Kawasaki 900 Z1 A).

Rider on the storm, Londres, Deville, Géro, Paquet, 03/2014

Pour clôturer cette chronique, on peut considérer que le tome 2 répond complètement aux attentes. Il est enlevé, bien construit au niveau de l’intrigue, plein d’humour. La lecture de week-end qui m’a donné beaucoup de plaisir…

 

Dessin :             8,0/10

Scénario :           9,0/10

Moyenne :           8,5/10

 

N’oubliez pas nos liens pour en savoir plus : 

Chronique du tome 1 sur Samba BD (du 27/11/2012) : ICI.

L’interview de Baudouin Deville à Samba BD (du 27/11/2012) : ICI.

Liens vers le site de l’éditeur Paquet : ICI.

Liens vers la collection Carénage : ICI.

 

Capitol

Rider on the storm, Deville, Géro, Londres, Paquet, 03/2014

07/04/2014

ANIMAL KINGDOM - Tome 1.

Animal Kingdom, Ki-oon, Raiku, manga, jeunesse, 01/2014.Animal Kingdom, Ki-oon, Raiku, manga, jeunesse, 01/2014.Dessin & scénario : Makoto Raiku

Editions Ki-oon

Manga jeunesse

Sortie : 23/01/2014

192 pages

Prix conseillé : 6,60 €

ISBN : 9782355926181

Jeunesse, animaux, jungle.

 

Résumé (de l’éditeur) : Dans le monde d’Animal Kingdom, les animaux les plus puissants imposent leur loi aux plus faibles. Raton laveur de son état, Monoko découvre un jour un bébé humain abandonné dans un panier qui dérive le long de la rivière. Elle décide de l’adopter et de l’élever comme elle peut, malgré les dangers permanents qui règnent dans la jungle.
Si le petit d’homme n’a pas de griffes ou de crocs pour se protéger des autres prédateurs, il possède en revanche un don bien plus précieux : celui de comprendre et de parler le langage de tous les animaux ! Notre héros va alors tenter l’impossible : dépasser les haines ancestrales et unir tous les habitants de la forêt !

 

Animal Kingdom, Ki-oon, Raiku, manga, jeunesse, 01/2014.



Mon avis : « Après Tarzan et Mowgli, découvre le nouveau roi de la jungle ! » Voilà le slogan de Ki-oon pour sa nouvelle série dédié aux enfants. Gros moyens, gros tapage, probablement un (très) gros tirage à un prix démocratique. 6,60€ l’album, c’est pas cher. La série est prévue en 14 volumes (série terminée au Japon). La série a reçu le prix du meilleur manga jeunesse Kodansha 2013 (Kodansha est la plus grosse compagnie éditrice de Manga au Japon). L’éditeur parle d’une série qui a les qualités de cœur d’un futur classique, rien de moins !

 

 

Animal Kingdom, Ki-oon, Raiku, manga, jeunesse, 01/2014.J’ai récupéré auprès d’une connaissance, spécialisée "Manga", le tome 1 et le dossier de presse. Comme vous connaissez mon ouverture et que je ne recule devant rien, même pas devant la lecture d’un manga « kids », je me suis plongé dans le monde idyllique d’ "Animal Kingdom ". Le dessin est dans le plus pur style manga jeunesse. Le dessin, et surtout les animaux, sont bien maîtrisés même si on n’arrive pas à la perfection technique de certaines séries . On reste dans les poncifs d’un peu de castagne entre animaux, des onomatopées japonaises à longueur de case, pas de grands décors à dessiner…On est bien dans un vrai manga au niveau graphique. Sur certaines planches, il ne faut pas être trop regardant sur les détails. On fait ici dans le concret et dans l’efficace. Pas de fioriture.

Au niveau du scénario, c’est franchement bien pensé pour le public « jeunes », pour les petites filles et les petits garçons au cœur de guimauve. Cela va pleurer dans les chaumières mais à la fin, tout s’arrangera. Le début de l’histoire donne le ton. Un petit enfant est abandonné par ses parents et est retrouvé par des ratons laveurs qui lui sauvent la vie et décident de l’élever malgré les dangers que cela représente. Nombreux sont les prédateurs qui rodent…C’est plein de bons sentiments et à la fin tout finira bien, j’en prends les paris.

Animal Kingdom, Ki-oon, Raiku, manga, jeunesse, 01/2014.

Cette série est réalisée par Makoto Raiku, né en 1974 et qui fait du manga depuis l’âge de 17 ans. Son œuvre « Zachtbell ! » a été primée plusieurs fois, adapté en dessin animé et publié partout dans le monde. On n’a donc pas affaire à un débutant.

Cela se lit sans problème mais je dois avouer que ce n’est pas ma tasse de thé et c’est bien normal. Je pense cependant que pour le public cible des enfants, cela risque de cartonner. C’est bien pensé, bien exécuté. Le marketing est intelligent. Les parents de nos chères petites têtes blondes devraient s’y intéresser…Le site « Manga-news.com », spécialisé "manga", parle pour cette série de la première claque de l’année 2014 avec une note de 17/20. Rien que cela. C’est beau l’optimisme!

 

Animal Kingdom, Ki-oon, Raiku, manga, jeunesse, 01/2014.

 

CONCOURS : Vous pouvez gagner le tome 1 de « Animal kingdom » ainsi que le dossier de presse qui s’y rapporte (un collector !) en « likant » et en mettant un commentaire sur cette même chronique (du style : « je participe »). Le concours est ouvert jusqu’au 21 avril 2014 inclus. Tirage au sort par une main innocente dans les jours qui suivent. Concours valable pour la France, la Belgique, la Suisse, le Luxembourg, le Canada, plus les pays d’Europe.

 

Dessin :              7,0/10

Scénario :          7,0/10

Moyenne :          7,0/10

 

Capitol

 

Animal Kingdom, Ki-oon, Raiku, manga, jeunesse, 01/2014.

 

06/04/2014

TEAM RAFALE N°7 - Affrontement final.

Team Rafale, affrontement final, Lourenço, Zumbiehl, Zephir BD, 03/2014Team Rafale, affrontement final, Lourenço, Zumbiehl, Zephir BD, 03/2014Dessin : Michel Lourenço  - Scénario : Frédéric Zumbiehl

Couleurs : Sylvaine Scomazzon

D’après les personnages créés graphiquement par Eric Loutte

Editions Zephir BD

Sortie : 13/03/2014

46 pages couleurs

Prix conseillé : 14,00 €

ISBN : 9782361181413

Aviation, aventure.

 

Résumé (de l’éditeur) : L’enquête pour retrouver les drones Black Shark, entraine nos héros en Irlande, où les activistes d’Anarchy, aidés par des membres de l’IRA, leur tendent un piège mortel. Pendant ce temps, les dirigeants du G8, tous rapatriés sur la base aérienne écossaise de Leuchars, se préparent à rentrer chez eux sans même attendre la fin de l’enquête.
Mais c’est une très mauvaise idée, car Klaus Unger et son équipe, retranchés dans leur plate-forme pétrolière perdue en mer du Nord, piratent un câble sous-marin et préparent la dernière partie de leur plan en vue de l’affrontement final…

 

Team Rafale, affrontement final, Lourenço, Zumbiehl, Zephir BD, 03/2014

 

Mon avis : Zephir BD est un éditeur spécialisé dans les séries d’aviation et « Team Rafale » est une de ses séries les plus connues du catalogue. Nous en sommes déjà au tome 7 ; Ce tome est la suite et la fin de l’histoire commencée dans le tome 6 intitulé : « Anarchy 2012 ».Sponsorisée par l’armée de l’air française et Dassault aviation, la série a déjà connu plusieurs dessinateurs (Eric Loutte, Matthieu Durand). Depuis le tome 5, c’est Michel Lourenço qui s’y colle avec des fortunes diverses. Le scénario est assuré depuis le début par Frédéric Zumbiehl.

Team Rafale, affrontement final, Lourenço, Zumbiehl, Zephir BD, 03/2014

Alors cet album ? Quel barnum ! Le scénariste n’a pas lésiné sur les rebondissements, les effets spectaculaires, les gros dégâts et un final en plein Londres au dessus du Tower Bridge, de Big Ben et du Parlement…Comme le disait Hugo Pratt, la bande dessinée est le cinéma du pauvre mais on peut faire beaucoup de choses avec peu de moyens. C’est bien le cas ici ! Si c’était un film à réaliser, cela coûterait très cher (trop ?). L’histoire tient, malgré tout, la route et m’a donné beaucoup de plaisir à la lecture.

Team Rafale, affrontement final, Lourenço, Zumbiehl, Zephir BD, 03/2014

Le dessin est typique de ce genre de bande dessinée. Réalisé par un fondu d’aviation, tout ce qui touche à la technique (aviation, voiture,…) est réalisé de façon extraordinaire. Il ne manque pas un boulon, c’est parfait et bien dessiné. Pour les personnages, en dehors de l’avion, ça coince un peu. Les visages sont figés et peu expressifs, les attitudes physiques ne sont pas toujours très fluides et même parfois pas très naturelles. De plus, parfois il y a un problème de proportion. A quoi est-ce dû ? Pas assez de temps pour fignoler les dessins ? Les mises en situation de la vie courante sont-elles considérées comme accessoires  par rapport au sujet principal et à l’action ? Difficile d’y répondre directement sans en discuter avec les auteurs. Concernant le « fignolage », quand je vois avec quelle précision les monuments de Londres sont rendus, je ne peux qu’en conclure que le dessinateur y a passé du temps. C’est époustouflant ! Il y a donc au sujet des personnages des progrès à faire mais je dois souligner que cette approche approximative du dessin n’enlève en rien le plaisir de la lecture, cela ne choquera pas pour autant le passionné d’aviation.

Team Rafale, affrontement final, Lourenço, Zumbiehl, Zephir BD, 03/2014

A noter également, il faut le remarquer quand c’est bien exécuté, les magnifiques couleurs qui jalonnent l’album. L’album se termine par un supplément photographique de 14 pages couleurs consacré à l’avion Rafale. Enfin, pour boucler cette chronique, le lecteur notera qu’il existe également un tirage limité de 500 exemplaires avec un ex-libris numéroté et signé par le dessinateur.

Team Rafale, affrontement final, Lourenço, Zumbiehl, Zephir BD, 03/2014

J’ai bien aimé et l’album a été lu en un temps record. C’est enlevé et assez bien réussi au niveau du dessin « d’aviation ». Les puristes auront quelque chose à dire sur le rendu des personnages mais cela n’arrêtera pas les amateurs du genre ! Décollage immédiat…

 

Dessin :            7,0/10

Scénario :          8,0/10

Moyenne :          7,5/10

 

Lien vers le site internet de l’éditeur : ICI.

 

Capitol

 

Team Rafale, affrontement final, Lourenço, Zumbiehl, Zephir BD, 03/2014