27/03/2014

PERICO - tome 1/2.

Perico, Dargaud, Berthet, Hautière, 03/2014Perico, Dargaud, Berthet, Hautière, 03/2014Dessin : Philippe Berthet  - Scénario : Regis Hautière

Editions Dargaud

Collection Ligne noire

Sortie : 07/03/2014

64 pages couleurs

Prix conseillé : 14,99 €

ISBN : 9782505019268

Aventure, polar, Thriller, Cuba.

 

Résumé (de l’éditeur) : Dans Perico, dont voici le 1er des 2 tomes, Régis Hautière et Philippe Berthet nous entraînent dans le Cuba de 1958, quelques mois avant la révolution castriste...Ce premier épisode de Perico s'ouvre sur le meurtre d'un Américain à la sortie d'un casino de La Havane, à Cuba. L'incident met le chef de la pègre locale, Santo Trafficante, et le président Batista sur les dents... Et le jeune Joaquin comprend rapidement que, ayant voulu aider son frère, il trempe désormais dans une bien vilaine histoire ! Reste à comprendre pourquoi cet assassinat crée tant d'agitation dans un pays où les règlements de comptes sont monnaie courante...

Perico, Dargaud, Berthet, Hautière, 03/2014

 

Mon avis : C’est le retour de Philippe Berthet pour une nouvelle histoire en deux tomes dans une nouvelle collection appelée « Ligne noire », qui regroupera des albums exclusivement dessiné par lui, tout un programme ! Au scénario, ce n’est pas un débutant, non plus. Régis Hautière (La guerre des Lulus, Aquablue, Au delà des nuages, le dernier envol,…) nous emmène à Cuba, avant la révolution Castriste,  pour un thriller qui va nous mener à Hollywood. On y retrouve rapidement des thèmes chers à Philippe Berthet. Des jolies filles, le graphisme des années ’50-’60, une certaine image de Cuba avant Castro, le Sud américain, la Californie, Los Angeles, Hollywood, l’american way of life,…Et dans tout cela en plus une mystérieuse mallette pleine d’argent, et la pègre cubaine qui essaye de récupérer le paquet et ceux qui sont partis avec elle…

Perico, Dargaud, Berthet, Hautière, 03/2014

Hautière a installé dans son scénario un thriller à la mécanique imparable. Les personnages principaux  qui y ont mis le doigt, vont être prisonniers du piège qui vient de se refermer. Suit une poursuite implacable. Le tome 2 nous dira si elle est perdue d’avance ou pas…

Perico, Dargaud, Berthet, Hautière, 03/2014

Philippe Berthet excelle toujours dans son style qui lui est propre. Un dessin bien propre, élégant, avec une jolie dame en prime et des décors qui rappelle bien, le Cuba de la fin des années ’50 et les belles voitures de l’époque.

Perico, Dargaud, Berthet, Hautière, 03/2014

Au final, c’est un excellent album que j’ai eu le plaisir de lire rapidement, trop rapidement peut-être. Le scénario emporte le lecteur rapidement, le dessin est agréable. En plus les couleurs de Dominique David rendent bien l’ambiance. On en viendrait même à regretter de devoir attendre la sortie du tome 2 pour connaître la fin de l’histoire. Le tome 2 est prévu aux dernières nouvelles pour septembre 2014.Va falloir attendre…Belle réalisation !

 

Dessin :            8,0/10

Scénario :          8,0/10

Moyenne :          8,0/10

 

Capitol

 

Perico, Dargaud, Berthet, Hautière, 03/2014

 

26/03/2014

AMPHORIA - Tome 1: Bob.

Bob et Bobette, Amphoria, Vandersteen, Cambré, Legendre, Paquet,03/2014Bob et Bobette, Amphoria, Vandersteen, Cambré, Legendre, Paquet,03/2014Dessin : Charel Cambré - Scénario : Marc Legendre

Editions Paquet

Sortie : 26/03/2014

56 pages

Prix conseillé : 9,95 €

ISBN : 9782888906339

Aventure.

 

Résumé (de l’éditeur) : Ile d’Amphoria, 2047... Bob et Bobette sont projetés dans un autre monde, un univers inconnu, hostile, et chaotique où la menace est permanente. Ils sont confrontés à Krimson, leur éternel antagoniste. Jérôme et Lambique, eux, sont coincés dans notre présent, impuissants. Le laboratoire de Barabas n’existe plus.
Sur Amphoria, les tremblements de terre sont de plus en plus fréquents. Une énergie énorme, et dangereuse semble s’être libérée suite aux recherches de Krimson.

 

Bob et Bobette, Amphoria, Vandersteen, Cambré, Legendre, Paquet,03/2014

 

Capitol,Bob et Bobette, Amphoria, Vandersteen, Cambré, Legendre, Paquet, 8/10, aventure, 03/2014Capitol,Bob et Bobette, Amphoria, Vandersteen, Cambré, Legendre, Paquet, 8/10, aventure, 03/2014Mon avis : Flash-back : Fin des années soixante, le petit Capitol est en visite chez sa grand-mère maternelle dans les Flandres. C’est là qu’il découvre la bande dessinée flamande et plus particulièrement « Bob et Bobette » (la série s’appelle « Suske en Wiske » en flamand), la célèbre série de Willy Vandersteen, une véritable légende au Nord de la Belgique. Vandersteen  a collaboré un temps avec le journal Tintin de Hergé et de Raymond Leblanc. Il y a publié à l’époque quelques albums qui sont devenus mythiques pour tous les collectionneurs de bandes dessinées (le fantôme espagnol, le casque tartare,…). Ensuite, contre toute attente, il a pris l’option de se démarquer d’Hergé, de fonder son propre studio et de passer d’un statut d’artisan à un statut plus « industriel ». Il va développer la série « Bob et Bobette » et multiplier d'autres séries. Il va vendre des millions d’albums, surtout sur le marché néerlandophone. Sur le marché francophone, en Belgique,  les ventes sont bonnes mais petit à petit la série va perdre de son éclat. Les petits albums brochés « pas chers » auront moins de succès. En France, c’est même beaucoup plus difficile. Trop belge, trop flamand mais cela ne manque cependant pas de qualité !

Bob et Bobette, Amphoria, Vandersteen, Cambré, Legendre, Paquet,03/2014

A l’image de ce qui se fait pour certaines séries comme Alix, la série « Bob et Bobette » va être « reboostée ». On garde les personnages (même si Bob et Bobette ont grandi) mais on casse le cadre graphique, le contexte, on dépoussière la série de façon radicale. C’est la « tornade blanche » pour caricaturer la célèbre publicité. Charel Cambré (dessin) et Marc Legendre (Scénario) prennent en main le projet. Au niveau graphique, cela décoiffe ! Fini le dessin « ligne claire », « gentillet ». Il est beaucoup plus dans l’air du temps. Les cases des planches sont plus grandes, plus dynamiques. L’action sort parfois du cadre, impensable dans la série originale ! Pour les personnages, c’est dans le même style. Les gentils « Bob et Bobette » n’ont pas peur d’avoir recours à la violence. Bob a même droit à un baiser brûlant en page 16… Bob, toujours, jure comme un charretier (Fuck !), Bobette se permet un « putain de bordel de merde ! ». On n’est plus du tout dans le même registre du « bien pensant » dans la rigueur de la morale catholique flamande des années ’60. On retrouve tous les personnages de la série à savoir : Bob, Bobette, Le professeur Barabas, Lambique, Jérôme, Tante Sidonie,…

Capitol,Bob et Bobette, Amphoria, Vandersteen, Cambré, Legendre, Paquet, 8/10, aventure, 03/2014Ce « reboot » est inspiré d’un album de la série originale appelé « L’île D’Amphoria ». Le récit est rythmé, avec de l’action mais rien de bien novateur. L’innovation se trouve dans les repères graphiques et philosophiques de la série, complètement cassés et démontés. La version néerlandaise de l’album est déjà sortie et a été un énorme succès (tirage 200.000 exemplaires, vendu à ce jour 140.000, d’après certaines sources, pour un marché très restreint. Mais la presse francophone du pays en a peu parlé,voire pas du tout !. Il faut que ce soit un éditeur suisse, Paquet, qui se saisisse du phénomène pour qu’il connaisse enfin la joie d’être traduit et distribué en francophonie avec un tirage de départ avoisinant les 20.000 exemplaires. Est-ce le réveil d’une belle série endormie ? L’avenir nous le dira…

Bob et Bobette, Amphoria, Vandersteen, Cambré, Legendre, Paquet,03/2014

Je ne sais pas si le public français mordra à l’hameçon. En Belgique, du côté francophone, il y a certainement une bonne base de lectorat et je ne pense pas que Paquet prenne beaucoup de risque avec un tel tirage de départ, d’autant plus que le prix de vente de l’album (à 9.95€, prix officiel) est très attractif et démocratique pour un bel album cartonné.

Bob et Bobette, Amphoria, Vandersteen, Cambré, Legendre, Paquet,03/2014

Le plus intéressant dans la démarche sera de comparer la version 1.0 à la version 2.0. Le changement est radical. Comme quoi, parfois, il faut savoir prendre des risques…Le seul bémol de cet album c’est le montage des planches. Le scénario est toujours à l’ancienne avec une accroche, une énigme à la fin de chaque planche paire (comme au temps glorieux des journaux Tintin et Spirou qui publiaient chaque semaine deux planches de l’histoire). Paquet aurait dû décaler les planches pour avoir les planches paires à droite et garder ainsi le suspens, le temps de tourner la page. Un petit détail qui m’a frappé !

Bob et Bobette, Amphoria, Vandersteen, Cambré, Legendre, Paquet,03/2014

En conclusion, si vous connaissez la série, vous serez impressionnés, subjugués par l’exercice de style, par ce pari éditorial qui ne manque pas d’audace. Pour ceux qui ne connaissent pas, un passage par la série originale sera vraisemblablement indispensable pour comprendre le vent de révolution qui a secoué cette bande dessinée flamande. Prachtig !* (*superbe !).

 

Dessin :             8,0/10

Scénario :           7,0/10

Audace :           10,0/10

Moyenne :           8,0/10

 

Liens vers le site de l’éditeur : ICI.

 

Capitol

 

Bob et Bobette, Amphoria, Vandersteen, Cambré, Legendre, Paquet,03/2014

 

24/03/2014

CARTHAGO ADVENTURES - Tome 2: Chipekwe.

Carthago adventures, Chipekwe, Humanoïdes associés, 02/2014Carthago adventures, Chipekwe, Humanoïdes associés, 02/2014Dessin : Fafner - Scénario : Christophe Bec

Editions Les humanoïdes associés

Sortie : 05/02/2014

56 pages couleurs

Prix conseillé : 14,20 €

ISBN : 9782731647952

Aventure, fantastique.

 

Résumé (de l’éditeur) : Dans cet album, nous partons à la chasse d’un nouvel animal préhistorique : le redoutable et mystérieux Chipekwe. Lié par sa dette envers un certain collectionneur, London Donovan a pour mission de trouver et capturer l’animal. Avec son équipe, il s’aventure sur les rives du grand lac Dilolo, en Angola, sur les traces du « monstre du lac »…

Carthago adventures, Chipekwe, Humanoïdes associés, 02/2014

Capitol,Carthago adventures, Chipekwe, Fafner, Bec, Humanoïdes associés, 8/10, Aventure, Fantastique, 02/2014Mon avis : « Carthago adventures » est une série « spin off » de la série « Carthago ». Chaque album peut être lu indépendamment des autres albums. Le lecteur qui lit l’album, connaît donc la fin de l’histoire, ce qui est appréciable par les temps qui courent. L’avantage de la formule, certains éditeurs parfois l’oublient, c’est que le scénario va directement à l’essentiel, sans détour ou état d’âme. Au final, cela nous donne une bande dessinée d’aventure teintée de fantastique mais qui reste très crédible par rapport à la réalité. C’est cette proximité que j’apprécie dans cet album.

La construction scénaristique de Christophe Bec est un exemple d’efficacité, de rythme, d’action et un gage certain de qualité. J’ai rarement été déçu par les scénarii de Christophe Bec.

Capitol,Carthago adventures, Chipekwe, Fafner, Bec, Humanoïdes associés, 8/10, Aventure, Fantastique, 02/2014

Le dessin est pris en charge par Fafner que j’ai découvert à l’occasion de cette sortie. LaCapitol,Carthago adventures, Chipekwe, Fafner, Bec, Humanoïdes associés, 8/10, Aventure, Fantastique, 02/2014 mise en page est conforme à un format à la « Carthago ». C’est la « signature » graphique et scénaristique de la série. La mise en page est inventive, moderne, parfois déstructurée mais l’ensemble se tient, forme un ensemble cohérent et donne une dynamique particulière au récit. Les cases explosent et s’étalent sur toute la surface de la page, y compris dans les marges blanches. Les angles de vision sont variés. Sur ce plan là, Fafner répond magnifiquement à l’attente et possède bien son sujet graphiquement. Les personnages sont bien croqués, les animaux sont crédibles. De plus, ses couleurs font mouche et transcrivent bien les émotions, les ambiances.

Bref, c’est un excellent album d’aventure qui se laisse lire avec plaisir, un récit fluide et bien ficelé. Pas de prise de tête, rien qu’une lecture agréable en toute détente.

 

Dessin :              8,0/10

Scénario :           8,0/10

Moyenne :           8,0/10

 

Capitol

 

Carthago adventures, Chipekwe, Humanoïdes associés, 02/2014

 

22/03/2014

INTERVIEW MAARTEN VANDE WIELE (I fucking love Paris)

Samba BD : Quel est votre parcours professionnel au niveau de la bande dessinée ?Maarten Vande Wiele vient de publier chez Casterman l'album "I fucking love Paris", son premier album traduit en français. SAMBA BD a décidé de vous faire mieux découvrir ce talentueux dessinateur flamand.

Samba BD : Quel est votre parcours professionnel au niveau de la bande dessinée ?

Maarten Vande Wiele: Je dessine depuis mon enfance et ai toujours aimé lire des bandes dessinées. J’ai publié ma 1ère bande dessinée lorsque je faisais des études d’animation de film. C’était dans un magazine BD alternatif. Ma 1ère bande dessinée ‘ solo ‘ était un petit format intitulé  « Glamourissimo ». Le sujet était une relation difficile mère/fille, dont le final est que la fille mange la mère.

Samba BD : Qu’est ce qui vous a amené à collaborer avec Casterman et à vous faire publier pour la première fois en français ?

Maarten Vande Wiele: En Flandre nous avons le Fond Flamand pour les Lettres ( Flemish Literature Fund ) qui fait de la publicité à l’étranger pour les auteurs de bande dessinée. Ils ont un bon contact avec Casterman et les ont encouragés à publier mon travail. En tant qu’auteur flamand, c’est un rêve d’être publié en français, c’est donc pour moi un rêve devenu réalité.

Samba BD : Que pensez-vous de la bande dessinée flamande actuelle ? Evolue-t-elle ? S’ouvre-t-elle à de nouveaux marchés ?

Maarten Vande Wiele: D’un côté vous avez en Flandre les grandes séries pour la jeunesse comme « Bob et Bobette » qui atteignent un large public et à côté vous avez un groupe d’auteurs qui font des choses étranges et surprenantes. Ils font des histoires personnelles qui ne touchent pas le grand public flamand, mais qui se répandent au niveau international. Nous sommes donc ouvert à de nouveaux marchés et de nouvelles influences étant donné que nous n’avons pas de grand public en Flandre.

Samba BD : Quel est votre parcours professionnel au niveau de la bande dessinée ?Samba BD : Votre style de dessin me fait penser à l’ « Atome Stijl », à Ever Meulen, Serge Clerc, Ted Benoit,… Pourquoi avoir adopté un tel style de graphisme ? Etes-vous capable d’adopter un autre style, plus réaliste ?

Maarten Vande Wiele: J’ai choisi ce style de dessin car il se marie bien avec les histoires que je veux raconter. J’aime que mes histoires se passent dans le passé. Ma période favorite est les années ’60. J’y aime tout : la mode, les films, les acteurs, l’architecture et le design. Les formes organiques se prêtent bien à ma façon de dessiner. Mais ce style a également ses limites. Je ne peux me permettre de raconter une histoire sérieuse. La suite de « I fucking love Paris» est « Monsieur Bermutier » et est basé sur quelques histoires courtes de Guy de Maupassant. « Monsieur Bermutier » est plus sérieux et plus lugubre d’où un dessin plus réaliste.

Samba BD : S’attaquer au milieu de la mode parisienne et du show business, il fallait oser, c’est un bastion franco-français. Pouvez-vous m’en dire plus sur la genèse du scénario et sur son traitement ? Fallait-il que ce soit des auteurs non français qui s’y attellent ?

Samba BD : Quel est votre parcours professionnel au niveau de la bande dessinée ?Maarten Vande Wiele: J’ai toujours été intéressé par la mode. Dans les années ’90 nous avions le « hype » de « super modèles », qui a continué à nourrir cet intérêt. L’idée pour « I fucking love Paris » m’est venu en lisant « Valley of the Dolls » de Jacqueline Susann, un roman à scandale des années ’60. Dans ce roman, 3 filles se rendent à New-York à la recherche du rêve américain. Finalement ce rêve les détruit. Je voulais faire quelque chose dans ce genre, mais dans le monde de la mode parisienne. J’ai fait beaucoup de recherches, rassemblé des histoires et finalement fait le livre. En effet, le scénario est composé par des Flamands et c’est pour cela qu’il y a une vision différente du monde de la mode parisienne.

Samba BD : J’ai beaucoup aimé la façon de mettre en scène la mode avec des références claires sur les marques et les stylistes en bas de case pour le lecteur. Avez-vous une base de styliste-designer ? Avez-vous eu recours à une grosse documentation sur la mode ?

Maarten Vande Wiele: Non je n’ai aucune formation de styliste, mais une connaissance de base de l’histoire de la mode et je connais d’importants créateurs de mode. Mais je ne voulais pas utiliser uniquement des créateurs du passé. Je voulais mettre dans mon livre des créateurs moins évidents. Les vrais « fashionistas » ne portent pas uniquement les grandes marques, mais font des combinaisons personnelles. De cette manière je restais au courant des nouvelles collections. Il ne me restait donc plus qu’ à aller à la recherche de vêtements que je pouvais traduire sur papier, car toutes les robes ne sont pas « dessinables ».

Samba BD : Quel est votre parcours professionnel au niveau de la bande dessinée ?Samba BD : Votre dessin, même s’il est stylisé et épuré, n’en n’est pas moins incisif et cru. Le sexe y est même explicite. Avez-vous eu un débat à ce sujet avec vos scénaristes et votre éditeur ?

Maarten Vande Wiele: Non, je trouvais important de montrer la beauté et la laideur, sinon « I fucking love Paris » n’aurait été qu’une simple « chick lit » (roman écrit pour le marché féminin). Je voulais séduire le lecteur, et à certains moments lui donner des nausées. Ce ne sont pas des personnages agréables et leur comportement est tout simplement blâmable. Et cela s’accompagne de sexe à l’extrême. C’est un de leurs traits de caractère.

Samba BD : Dans votre album, quelle est la part de la fiction et de la réalité ?

Maarten Vande Wiele: La majorité des histoires sont basées sur la réalité, mais c’est au lecteur de déterminer ce qu’il veut croire.

Samba BD : Quels sont les premiers retours depuis la sortie de l’album en librairie ?

Maarten Vande Wiele: « I fucking love Paris » est un livre polarisant. On aime ou on hait. Il n’y a pas de compromis. Les personnes possédant un sens de l’humour l’apprécieront certainement. Il ne faut pas le prendre trop au sérieux, c’est une parabole, une fantaisie. Mon but  était de raconter quelque chose sur la société dans laquelle nous vivons.

http://maartenvandewiele.blogspot.be/Samba BD : Quelles sont vos prochains projets en bande dessinée ?

Maarten Vande Wiele: Mon prochain livre sera « Monsieur Bermutier » qui paraîtra dans le courant du mois d’août sur le marché français. Momentanément je travaille à une autre histoire. Ce sera quelque chose de complètement différent, de joyeux. Après les histoires sombres, j’ai besoin d’un peu de lumière.

Interview réalisée par Capitol pour Samba BD.

La chronique de « I fucking love Paris » sur Samba BD, c’est ICI.

Le blog de Maarten Vande Wiele: ICI.

Remerciements à Anne-Marie pour la traduction.

 

 

 

 

 

 

http://maartenvandewiele.blogspot.be/