14/11/2013

STALINGRAD KHRONIKA - Seconde partie.

Couv_198796.jpgPlancheA_198796.jpgDessin : Bourgeron - scénario : Ricard

Editions Dupuis

Collection Aire libre

Sortie : 04/10/2013

64 pages

Prix conseillé : 12,00 €

ISBN : 9782800157443

Histoire, 2e guerre mondiale, Stalingrad.

 

Résumé (de l’éditeur): Stalingrad, hiver 1942. L'équipe de tournage envoyée à Stalingrad, au coeur de la bataille qui y fait alors rage, pour filmer la grandeur de l'armée soviétique, accumule les catastrophes : non seulement Simon et Yaroslav se haïssent, mais une des précieuses bobines du film a disparu. Or Kazimir, censé superviser ce calamiteux tournage, ne peut absolument pas se permettre la perte d'une bobine. Comble de malchance, il se fait tirer dessus, tandis que le reste de l'équipe tombe aux mains de soldats soviétiques persuadés d'avoir affaire à des déserteurs. S'il est vital pour Kazimir de récupérer la fameuse bobine, dérobée par Yaroslav le cinéaste, il est tout autant primordial pour Simon de l'intercepter. Le bout de film qu'elle contient pourrait en effet condamner à mort l'ancien directeur du centre cinématographique tombé dans la disgrâce.

1311141154370001.JPG

Mon avis : Voilà deux longues années que le premier tome était sorti en librairie. Cela fait long, trop long. Il a donc fallu se remémorer l’histoire et ses méandres scénaristiques pour se remettre d’aplomb dans le sens de la lecture…Ce n’est pas spécialement un bon indice de lecture ! Si le sujet au départ en lui-même est particulier, sort de l’ordinaire et de l’image que l’on a de la bataille de Stalingrad, il faut bien reconnaître qu’au final, la réalisation est un peu décevante, voire poussive. J’avais déjà eu des réticences après le tome 1, cela ne s’est pas amélioré à la lecture du second tome. L’histoire repose, dans cet opus, sur une quête pour retrouver des bobines perdues lors du tournage du film, tourné dans cet univers hostile, sans foi, ni loi (ou si peu) qu’est Stalingrad.

1311141155410001.JPG

J’ai trouvé la fin un peu abrupte et je me demande s’il n’y aura pas une suite…Mais qui dit second, veut dire normalement, en bon français, qu’il n’y aura pas un troisième. Au sinon, il aurait fallu intituler l’album « deuxième partie »…C’est très bavard et l’action se traîne un peu trop à mon goût. Les auteurs auraient voulu s’interroger sur le statut de l’art et de l’artiste dans un régime totalitaire, celui de Staline. On y voit surtout une guerre absurde mais je ne pense pas que le sujet soit réellement traité en profondeur.

1311141157480001.JPG

Au niveau du dessin, je reste sur mon avis du premier tome. Le graphisme a un certain style mais c’est fort dépouillé, trop peut-être. Les décors sont plus stylisés que détaillés. Cela fait un peu « pauvre » par moment. C’est comme tourner un film à petit budget dans des décors en carton pâte.

1311141158250001.JPG

Je me répète par rapport à ma chronique du premier tome. L’intention de départ était bonne mais, au final, le résultat est un peu décevant, en dessous de mes attentes. Pas trop mon truc, à vous de vous faire votre propre avis sur cet album.

           

Graphisme :      6,0/10

Scénario :        6,0/10

Moyenne :        6,0/10

 

Lien vers le site internet des éditions Dupuis : ICI.

 

Capitol.

1311141155080001.JPG

12/11/2013

GODEFROID DE BOUILLON -Seconde partie.

Couv_198564.jpgPlancheA_198564.jpgDessin & scénario : Servais

Couleurs : Raives

Editions Dupuis

Sortie : 04/10/2013

64 pages

Prix conseillé : 15,50 €

ISBN : 9782800157788

Histoire, roman graphique, Bouillon, croisade, vie quotidienne.

 

Résumé (de l’éditeur): Adolescents dans les années 1960, Benoît et Mady vivent à Bouillon, ville du célèbre croisé Godefroid de Bouillon. De père inconnu et orphelin de mère, Benoît est souvent pris pour cible par ses camarades. Lorsque l'école organise un spectacle retraçant la vie de Godefroid de Bouillon, le rôle du sarrasin adversaire du croisé échoit à Benoît, alors que Thierry, un des garçons les plus vindicatifs à son égard, incarne Godefroid de Bouillon.
Défendu par la jolie Mady, Benoît connaît une brève idylle avec la jeune fille, avant de quitter Bouillon avec sa grand-mère. Lorsqu'ils se retrouvent, des années plus tard, les blessures de l'adolescence ne sont pas totalement cicatrisées. Sans même s'en rendre compte, ils reprennent le fil de leur propre histoire là où les circonstances l'avaient laissée inachevée. Devenue mère de famille rangée, Mady vit toujours à Bouillon, où elle a épousé Thierry.

 

1311111637370001.JPG

 

Mon avis : Juste un an est passé entre la parution de la première partie et de la seconde. J’avais eu une impression positive à la lecture de la première partie même si je disais que ce récit restait dans la couleur du temps, du politiquement correct, tout en soulignant la démarche de l’auteur qui aurait pu prendre un thème moins polémique. En conclusion, j’avais trouvé l’album assez bon et me donnait envie de lire la suite. J’avais cependant écrit que j’attendais la suite pour me faire un avis définitif.

1311111638560001.JPG

Il ne s’agit pas ici de critiquer le dessin et la mise en page de Servais qui reste, dans son genre, une référence. La nature, les lieux où il fait évoluer ses personnages sont très bien rendus.    Le lecteur y retrouvera la ville de Bouillon et son château parfaitement dessinés. La pratique de la fauconnerie est très bien décrite également. Les oiseaux sont superbement dessinés. Ce que je reproche par contre à Servais pour cet album, c’est qu’il devient trop didactique dans ses planches. Par moment, il illustre plus une narration que de faire une vraie bande dessinée.

1311111637000001.JPG

Cela vaut surtout pour le passage où il passe Godefroid de Bouillon à la moulinette et s’attaque au mythe. La charge est sévère. Les Croisés sont des soldats sans foi ni loi qui pillent, qui tuent, qui ont même pratiqué le cannibalisme! Je cite Servais : « Les Croisés voulaient la libération du tombeau du Christ mais leur comportement sur le chemin de Jérusalem fut tout sauf chrétien ».Ce n’est pas nouveau et pas contestable. Pourquoi l’occulter ? Mais franchement, Monsieur Servais, quelles étaient les mentalités en 1096 ? Un monde de Bisounours ? Déjà depuis la victoire de Charles Martel à Poitiers (en France) date de l’an 732, le contentieux existait et n’en finit pas. La première croisade est un fait historique à replacer parmi beaucoup d’autres dans le contexte de l’époque et non à la lumière de l’air du temps. La violence ne fut pas hélas que l’apanage exclusif des Croisés… Actuellement, la polémique sur le livre de Lorant Deutsch intitulé « Hexagone » bat son plein en France. Le politiquement correct revient à grand pas. La victimisation d’une certaine catégorie de personnes est telle qu’on ne peut même plus parler d’une partie de l’Histoire, de notre Histoire, sans être connoté de réactionnaires. J’ai l’impression que Servais apporte sa pierre à ce mouvement qui a pour conséquence de culpabiliser le lecteur pour des faits dont il n’est pas responsable et qui se sont passés il y a presque un millénaire… « Le souvenir de la barbarie de la première croisade reste perçu comme une blessure indélébile dans le monde musulman »… « Qu’elle soit d’un côté ou de l’autre de l’épée, la première croisade a enclenché un engrenage qui continue à broyer bien des vies aujourd’hui… »…Le raccourcis est un peu rapide.

1311111640270001.JPG

220px-Veurne_Penitential_Procession.jpgIl ne me reste qu’à mettre une bure de pénitent, de mettre une cagoule et d’aller porter une croix à la prochaine procession du Saint Sang à Bruges ou à la procession de Furnes pour expier les péchés de mes ancêtres qui sont parti à la première croisade. Au passage, je peux peut-être en remettre une couche pour ceux qui sont allés au Congo belge ?

1311111641300001.JPG

Bref, je ne vous cache pas que j’ai refermé cet album un peu excédé. Mais au moins, cet album fait réfléchir sur le monde dans lequel nous vivons… A noter qu’une édition «intégrale » est sortie en noir et blanc. Je suppose que cet album sera vendu dans la boutique de souvenirs du château de Bouillon et que les admirateurs de Godefroid de Bouillon n’en voudront pas de trop à l’auteur…Parfois, c’est préférable de ne pas s’attaquer à un mythe… Enfin, sans rancune !

 

Graphisme :      8.0/10

Scénario :        6.0/10

Moyenne :        7.0/10

 

Liens vers le site des éditions Dupuis: ICI. 

 

Capitol.

1311111642450001.JPG

 

PAWNEE.

Couv_194869.jpgPlancheA_194869.jpgDessin & scénario : Patrick Prugne

Editions Daniel Maghen

Sortie : 29/08/2013

104 pages dont un carnet graphique de 26 pages

Prix conseillé : 19,50 €

ISBN : 9782356740328

Histoire, Amérique, indiens, roman graphique.

 

Résumé (de l’éditeur): Alors qu’il a perdu tout espoir de retrouver Louis, son ami tombé aux mains des redoutables Pawnees, Alban a décidé de rentrer en Europe pour retrouver les siens. Il ignore que sa soeur Angèle, morte d’inquiétude, vient de franchir le blocus anglais et de débarquer à Philadelphie avec la ferme intention de les ramener tous deux en France. Pendant ce temps, un groupe de miliciens en mal d’action croise le chemin d’une famille d’indiens qu’ils massacrent pour le simple plaisir. Bientôt, les morts s’enchaînent au sein de la bande alors qu’une silhouette indienne les talonne…

1311091657510001.JPG

Mon avis : Un autocollant sur la couverture indique « L’aventure Frenchman continue… ». Patrick Prugne, après la révélation de son album « Canöe bay », nous avait sorti un album de la même qualité appelé « Frenchman ». Il en profitait pour devenir du même coup dessinateur et scénariste. L’album est à nouveau très bien reçu par la critique. Voilà donc maintenant « Pawnee ». Patrick Prugne n’a pas l’habitude de faire des suites. Ses livres peuvent se lire comme des « one-shot ». Mais comme il s’était laissé la possibilité de donner une suite, il voulait continuer à suivre le destin de ses personnages. Il ne s’est pas fait prier pour imaginer une suite mais avec un décalage temporel. Ceci étant dit, il serait dommage de passer à côté d’albums de telle qualité comme « Canöe bay » ou  « Frenchman »!

1311091659530001.JPG

Nous retrouvons donc les personnages de « Frenchman » mais sept ans plus tard en 1811. Alban, accusé de meurtre, porté déserteur et recherché par l’armée, a été recueilli par la tribu Minetaree grâce au trappeur Toussaint Charbonneau dit « Frenchman ».Il n’a plus de trace de son ami Louis, tombés aux mains des redoutables Pawnee. Il décide donc de rentrer en Europe mais il ignore que sa sœur Angèle a traversé l’Atlantique et a débarqué à Philadelphie avec la ferme intention de ramener les deux hommes en France…Cette époque de l’histoire américaine est peu connue. Les Français et les Anglais se font la guerre directement ou par tribus indiennes interposées. C’est le début de la conquête de l’Ouest et de la pression démographique des colons sur les territoires de chasse des indiens…

1311091701350001.JPG

Patrick Prugne a toujours été passionné par l’histoire et plus particulièrement par cette période. Passionné de western, il a lu des romans comme ceux de Fenimore Cooper ou les Blueberry. Au cinéma, on peut faire référence à des films tels que « Little big man » d’Arthur Penn, «  Jeremiah Johnson » de Sydney Pollack ou « Danse avec les loups » de Kevin Costner. On y retrouve également ce contact avec la nature, grandiose, d’Amérique du nord.

1311091702290001.JPG

Son scénario est bâti sur le cheminement de ses trois personnages principaux et sur une double intrigue. Ils vont amener le lecteur à ce qui pourrait être une fin de l’histoire mais, encore une fois, il se laisse la possibilité de faire une suite si l’envie venait le titiller.

Le dessin de Prugne rend très bien cette ambiance de coureurs des bois, de trappeurs, d’indiens tapis dans les fourrés. Le dessin est précis, fluide, aérien et donne une impression de grande liberté. Les couleurs sont toujours très bien en adéquation et suit le rythme des saisons. Les couleurs de feu de l’automne laisse place en fin d’album à la neige qui annonce l’arrivée de l’hiver.

1311091703150001.JPG

En conclusion, il s’agit d’un album de très grande qualité tant au niveau du scénario que du dessin. Le genre de livre dont le cinéma pourrait s’emparer à condition de trouver un réalisateur qui sait capter la nature, la forêt, les animaux,le ciel, les couleurs…Car, Patrick Prugne a mis la barre très haut grâce à la qualité de son travail. Remarquable album et coup de cœur !

 

Graphisme :      9.5/10

Scénario :        8.5/10

Moyenne :        9.0/10

 

Capitol.

1311091704250001.JPG

08/11/2013

LES GUERRIERES DE TROY - tome 2/2: L'or des profondeurs.

Couv_196230.jpgPlancheA_196230.jpgDessin : Dany - scénario : Arleston et Melanÿn

Editions Soleil

Sortie : 23/10/2013

52 pages

Prix conseillé : 14,50 €

ISBN : 9782302020740

Héroïc Fantasy, Humour.

 

Résumé (de l’éditeur): Emprisonnées et torturées à Rouge-Palais, Lynche, Raya et Issan parviennent à s’évader du repaire de Myrgl, monstrueux homme-serpent qui sommeillait dans les entrailles du fort. Dehors, elles décident de rejoindre la caravane humanitaire pour informer leurs anciens amis, Moon, Bardin et Linnah de l’imposture d’Yquem et de sa troupe.
Elles veulent les rallier à leur cause et récupérer le trésor englouti dans le Lac Placide lors de l’attaque qui a vu disparaître toute la famille de Lynche...

1311041211020001.JPG

Mon avis : Le deuxième tome des guerrières de Troy vient de sortir. Il forme une première histoire complète avec le premier tome. C’est une bonne initiative que de fonctionner de cette façon. Je pense que le dessinateur et le lecteur y gagnent.

1311041211520001.JPG

 DSC_9143.jpgDany, qui m’avait accordé une interview au mois de mars 2013, reste un auteur vif, plein de projets, jeune de corps et d’esprit, séducteur, grand amateur des plaisirs de la vie. Sa démarche se veut avant tout dynamisée par le plaisir de faire du beau travail, de découvrir le monde dans lequel il vit, de rencontrer et découvrir des gens, de partager… C’est surtout un gros bosseur, même s’il peut donner l’image d’un certain « dilettantisme ». C’est réellement « une pointure » dans son métier, dans le domaine de la bande dessinée. En plus, il est d’une disponibilité et d’une gentillesse hors pair. J’ai eu cette chance de le vérifier lors de notre rencontre. Cela restera un grand moment de ma modeste activité de chroniqueur pour SambaBD.

1311041212190001.JPG

Cette digression m’amène à parler de ce tome 2 que j’ai découvert fébrilement. Très attendu, les auteurs nous livrent encore un petit bijoux tant au niveau du scénario, du dessin et des couleurs.

1311041212460001.JPG

Arleston  et Melanÿn s’y sont mis pour nous livrer un récit enlevé avec des jolies petites « pépés », de l’action, une solide dose d’humour, un plaidoyer pour le « girl power ». Bref, un scénario fait sur mesure pour Dany qui s’est régalé. Il a dû certainement y rajouter son grain de sel, j’en prends le pari ! Au final, l’histoire est très réussie et ne traîne pas en longueur. Ils ont trouvé la bonne distance et le bon style pour mener à bien cette entreprise. En plus, l’histoire dénonce les dérives de certains humanitaires qui font plus du business et du marketing que d’aider réellement les gens dans la détresse, au grand dam des nombreuses organisations sérieuses.

1311041213200001.JPG

Le dessin de Dany est du même tonneau que le tome 1.Le dessin est époustouflant. Il ne lésine pas sur les détails. Certaines planches sont magiques. Dany est au sommet de son art.

1311041213510001.JPG

Au niveau des couleurs, j’ai pris beaucoup de plaisir. Chez Dany, il y a le dessin puis vient ensuite les couleurs, tout en nuances, qui viennent « habiller » l’ensemble. Franchement, Dany peut se permettre de faire lui-même les couleurs car il est un virtuose dans cette exercice très difficile. Mais comme c’est un perfectionniste, il a fait de nouveau appel à Mourier pour réaliser ses « effets spéciaux », souvent des interventions ponctuelles sur certaines couleurs via un traitement informatique.

Guerri+¿res 2 crayon-9A.jpg

En conclusion, cela nous donne un excellent album d’Héroïc Fantasy. Moi qui n’ai pas spécialement d’affinité pour ce style de BD, j’ai apprécié à sa juste valeur cet opus qui sort du lot grâce au talent des auteurs. De plus l’impression et la réalisation de l’album sont de très haute qualité. La couverture bénéficie d’un procédé de « vernis sélectif » du plus bel effet. Les lecteurs de la version numérique n’auront pas ce plaisir du bel objet. Superbe!

 

 

Graphisme :      9.0/10

Scénario :        8.0/10

Moyenne :        8.5/10

 

Lien vers le site internet de Dany:  http://www.danybd.com/

Pour rappel, l'interview de Dany sur SambaBD:

1ere partie: http://www.sambabd.be/archive/2013/04/23/interview-dany-1...

2eme partie: http://www.sambabd.be/archive/2013/04/24/interview-dany-2...

Toutes les illustrations de cet article sont "copyrights Dany"

 

Capitol.

Guerri+¿res 2 NB- 17A.jpg

Écrit par capitolbelgium dans Du haut du CAPITOL. | Commentaires (1) | Tags : les guerrieres de troy, dany, soleil, arleston |  Facebook | |